Test - Layers of Fear

«Il va vous en faire voir de toutes les couleurs» , - 2 réaction(s)

Ces derniers temps, Hollywood semble considérer que les films d’horreur doivent être des produits « PG13 » tout au plus, transformant le film de genre en un spectacle de peur pour ménagère. Heureusement, le jeu vidéo semble avoir en partie pris le relai, livrant régulièrement de jolies œuvres bien barrées se permettant les excès qu’on ne retrouve plus sur grand écran. Layers of Fear, après être passé par la case early access, est de ce bois, cherchant à proposer un spectacle original et malsain.

Le concept avant tout

L
L'atelier de l'horreur

L’histoire racontée dans le jeu étant sa pièce maîtresse (on va y revenir plus loin), je vais me permettre de rester très flou à ce sujet. Disons qu’on va plonger dans la psyché d’un peintre qui cherche à réaliser l’œuvre parfaite. Ce qu’il est important de retenir de Layers of fear, c’est avant tout son concept qui est de prime abord furieusement original. En effet, le pari qui a été fait est de faire réagir le joueur, non pas à travers ses actions, mais plus par rapport à ce dont il est témoin. Pour ce faire, tout est centré sur la mise en scène vidéoludique, c’est-à-dire en intégrant tous les ressorts du médias, y compris le plus important : la liberté de mouvement du joueur. Ainsi, contrairement à l’ultra-majorité des jeux racontant une histoire et qui misent sur des cinématiques à cette fin, Layers of fear va dérouler la sienne grâce à la construction de ses environnements qui pousse naturellement le joueur à assister aux évènements. La différence majeure avec les productions habituelles est que de ce fait le joueur est également artificiellement acteur, ce qui augmente fortement son implication émotionnelle. Le procédé n’est pas simple, raison pour laquelle il est si peu fréquent, puisque le joueur peut réellement rater des évènements pour peu qu’il choisisse de ne pas les regarder.

La peinture est présente partout
La peinture est présente partout

C’est sans doute pour ça que des cinématiques s’invitent tout de même régulièrement afin de limiter le risque de manquer des passages clés. Cette écriture propre au média, peu de jeux l’osent. On peut penser à Red Dead Redemption ou à Halo (en particulier le 3) qui sont de véritables étalons de cette écriture visuelle et interactive. Rien que pour ça, Layers of fear est intéressant. Pour le reste, le résultat est tellement contrasté qu’il faut bien savoir où on met les pieds.

50/50

Il est assez stupéfiant de constater que pour chaque qualité, un défaut est associé. Concernant l’histoire, par exemple, celle-ci éveille la curiosité, et on a vraiment envie de savoir ce qu’il s’est passé dans ce foyer. Elle est racontée à travers des photos, des objets, des articles de presse et des courriers. Plutôt finement d’ailleurs ! Mais dans le même temps, pour trouver ces documents il faut passer son temps à ouvrir des tiroirs et des placards, ce qui devient vite lassant. De ce fait, on aura tendance à chercher de façon superficielle, en loupant une partie du récit…

Palette géante ?
Palette géante ?

La mise en scène dont on parlait plus haut est efficace, c’est indéniable, mais elle s’articule autour d’un gameplay passif, et on comprend très vite qu’on ne peut pas mourir. Un choix étrange puisque cela désamorce clairement une partie de la tension que les développeurs ont pris tant de soin à mettre en place. C’est là un paradoxe étonnant : alors que tout est fait pour qu’on ressente une forte tension, on peut parcourir le jeu en rushant sans prêter attention à rien ! L’ambiance même est à elle seule une étrange dualité. Manifestement, l’intention de départ est de proposer quelque chose qui doit mettre mal à l’aise le joueur, mais ce sont les jump-scare, effet des plus basiques, qui sont mis en avant ad nauseum. Ils sont tellement nombreux qu’on les voit venir à des kilomètres et très vite ils ne font plus beaucoup d’effet. Enfin, la représentation même de la maison est tout autant discutable. S’il y a une vraie Direction Artistique, un vrai style, et de nombreuses idées, fondamentalement tout se limite à des ouvertures de portes sur un chemin ultra-balisé. On pourra de temps en temps manquer un objet ou une action à réaliser, pas plus, et cela sans conséquences sur l’avancée dans le jeu. Du coup, on traverse de grands moments d’ennui, et pourtant on se trouve soudainement surpris à sauter de sa chaise ! On est donc bien dans le jeu… Sans y être totalement.

Un enfant dans cette histoire ? Le pauvre...
Un enfant dans cette histoire ? Le pauvre...

Reste un sujet qui, lui, n’a pas de pendant, c’est celui du niveau technique du soft, franchement faiblard. Alors que le jeu n’est pas vraiment gourmand en action, en éléments animés ou en interactions, on a tout de même le droit à une animation loin d’être parfaite, à des répétitions dans les décors, et à un aliasing omniprésent, tout comme un effet de flou cache-misère pour les longues distances. La Xbox One semble souffrir pour faire tourner ce jeu pourtant bien basique pour une machine de ce calibre. On devine une équipe réduite derrière le jeu, qui n’a sans doute pas tiré grands bénéfices de l’early access… Seule la partition sonore, efficace dans ses musiques tout comme dans ses bruitages, se détache pour ce qui est de la partie technique.

Cet ensemble donne un résultat disparate, à la fois original et ennuyant, bien conçu et…mal conçu. C’est avec ce sentiment mitigé qu’on va parcourir Layers of fear pendant les 4 à 5 heures nécessaires pour en voir le bout.

Bilan

On a aimé :
  • Le concept de base
  • De nombreuses bonnes idées
  • Ambiance générale réussie
On n’a pas aimé :
  • Réalisation faiblarde
  • Joueur spectateur plus qu’acteur
  • Gros problème de rythme
Pas pour tout le monde

Sans vouloir faire un plaidoyer sur l’utilité des tests, je crois tout de même que pour un jeu comme celui-ci, mieux vaut savoir quels sont ses atouts et faiblesses avant d’acheter. Layers of fear fait dans l’indéniable. Que ce soit pour ce qui est raté (le rythme, le niveau technique du jeu, le gameplay pour avancer dans l’histoire) ou pour ce qui est réussi (nombreuses idées de mise en scène utilisant vraiment le langage vidéoludique, partition sonore, histoire). Il est donc tout aussi indéniable qu’on ne peut pas coller une étiquette de bon ou de mauvais jeu à ce titre, cela dépend beaucoup trop de ce qui nous intéresse et de ce qu’on recherche. En tant qu’amateur d’originalité et d’horreur, et ce malgré des phases d’ennui pendant sa pourtant courte durée, j’ai plutôt apprécié ce jeu, ses qualités ayant pour moi pris le pas sur ses défauts. Mais pour peu que vous soyez attaché en premier lieu à ce qui est souligné comme étant des carences dans le test, votre appréciation sera bien différente…

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton1788.jpg?1444714635

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Layers of Fear

Layers of Fear
PEGI 0

Genre : Aventure/Réflexion

Editeur : ID@Xbox

Développeur : Bloober Team

Date de sortie : 16/02/2016

Prévu sur :

Xbox One, Steam

2 reactions

electroforez

22 fév 2016 @ 20:34

Ce test me fait beaucoup penser à l’expérience que j’ai eu récemment avec Gone Home : une mauvaise expérience et une grande déception. Ce titre ci semblant jouer plus ou moins les mêmes cartes, avec les avantages et défaut que cela implique, je pense que je passerai mon tour...

C’est dommage car j’ai eu une excellente (c’est un euphémisme...) surprise avec un autre jeu du genre « narratif » : Life is Strange. Je pensais retrouver ce type d’expérience marquante avec Gone Home, et bien ça n’a pas du tout fonctionné...

avatar

Apollon13

01 mar 2016 @ 08:14

Personnellement c’est surtout l’idée de faire un jeu à ambiance, pas mal tourné vers la peur/l’horreur, mais sans pouvoir mourir, qui me met sur le cul. C’est pourtant un peu la base du mécanisme de peur : réagir face à un danger ! La non c’est cool, on sait direct (ou presque) qu’on risque rien, ça ferait peut être un bon bouquin, mais pour un jeu vidéo c’est franchement pas terrible.

Des idées, des passages qui marchent mieux que d’autres... Mais si les fondations sont pourries, t’en as un peu rien à faire d’avoir de jolies moulures au plafond.