Test - Call of Duty Black Ops 3

«Et 1,2,3,4,5,6...» , - 18 réaction(s)

Il étais une fois une licence qui a su s’imposer comme la “référence” du FPS moderne, à travers moult jeux, nous faisant voyager d’époque en époque, de la Seconde Guerre mondiale jusqu’à des conflits futuriste. De nombreux joueurs ont tenté l’expérience, avec plus ou moins de réussite. Mais maintenant, après plus de 10 ans de bons et loyaux services, est-ce que l’appel du devoir continue à persister dans le coeur des joueurs ? Ne sommes-nous pas arrivés à l’overdose ? Frayez-vous un chemin à travers les balles qui sifflent autour de vous, et rejoignez-moi pour découvrir le nouvel épisode de Call of Duty.

L’ère classique

Au coin du feu

On ne va pas y aller par quatre chemins, Call of Duty reste Call of Duty, si vous n’aimez pas la série, ce n’est pas cet épisode qui vous fera changer d’avis. Bon maintenant que les choses sont claires, on va pourvoir entrer dans le vif du sujet.

La série Black Ops du studio Treyarch a toujours été connue pour ses complots planétaires, ainsi que pour ses rebondissements incessants. Black Ops 3 garde cette même essence ; on se retrouve cependant parfois complètement perdu dans la narration du soft.

Le jeu se déroule en grande partie dans les années 2070, où les super-soldats mécaniquement augmentés parcourent le champ de bataille contre des armées robotiques. Après l’un des niveaux d’ouverture les plus cruels de l’histoire de la franchise qui comprend notamment plusieurs scènes de torture, ainsi que le démembrage du personnage principal, le joueur rejoint une équipe de soldats cybernétiques pour lutter contre une organisation terroriste.

À l’aide de votre interface neuronale installée directement dans votre cerveau et de certains membres robotiques ajoutés à votre corps, votre personnage aura la capacité de communiquer avec les autres Black Ops à travers le monde, pirater des drones, balancer des essaims de nano-robots dévastateurs, courir à une vitesse folle,... Toutes ces capacités dévastatrices qui pourraient sonner comme de la science-fiction sont maintenant dans Call of Duty.

Je pense qu’on va faire péter la ville !!

Malheureusement, Treyarch n’arrive pas à tenir son histoire. Cela part dans tous les sens, sans réelle explication du contexte géopolitique. Il est souvent difficile de savoir où vous êtes, pour qui vous vous battez ou pourquoi. Le jeu bombarde constamment les joueurs avec des noms fictifs d’organisation comme « L’Accord Winslow » ou « Nil Coalition ». Le résultat est un récit qui tente de délivrer de grandes idées sur l’IA, l’immortalité et sur la signification d’être humain, mais il tombe à plat par le manque de narration fluide et compréhensible.

Les développeurs ont quand même essayé de faire des efforts, notamment sur le level-design, offrant « un peu » plus de liberté aux joueurs, des environnements moins cloisonnés ou différents embranchements dans les niveaux, mais bien évidemment le jeu reste très scripté ce qui permet notamment aux développeurs de garder un contrôle sur le rythme de l’histoire.

De nouveaux types d’ennemis font leur apparition, notamment des soldats lourdement blindés appelés « Warlords » ; ils peuvent prendre des centaines de balles et des dizaines d’explosifs sans broncher, tout comme des ennemis robotiques qui absorbent plus de balles que les humains pour être tués.

Le Hub : petite pause café

Le joueur peut désormais personnaliser entièrement son personnage dans le mode solo, ce qui inclut la personnalisation des armes, des accessoires, des capacités de cybernétique, la forme du visage, le casque et la tenue. Cette personnalisation se passe dans une sorte de hub, une zone entre deux missions où les joueurs peuvent voir les données de la mission, personnaliser leur personnage, se préparer pour la prochaine bataille ou même s’entraîner sur un simulateur virtuel.

Il ne faut surtout pas oublier la possibilité de jouer à quatre. Cela ne change pas la dynamique de la campagne, mais il est agréable d’avoir la possibilité de jouer avec les autres, même si c’est parfois la confusion sur le champ de bataille.

BOOM

Le multijoueur est la base de tous les jeux Call of Duty, et c’est bien pour cela que les gens investissent chaque année dans leur saga hollywoodienne. Les développeurs ont incorporé dans ce dernier jeu de nouveaux killstreaks, ainsi que de nouvelles armes, mais l’ajout majeur de ce nouvel opus est la possibilité de choisir parmi différentes classes de personnages, un peu à la manière d’un Destiny. En plus de l’élaboration de vos packages d’armes et de vos séries de victimes, le joueur peut également choisir parmi neuf « spécialistes », chacune de ces classes est équipée de deux capacités uniques qui donnent un véritable avantage pendant les combats. Certains spécialistes, comme le Prophète, peuvent remonter le temps, d’autres ont la capacité de créer une onde de choc dévastatrice sur le sol.

On va tout faire péter !

Bien évidemment, vu que l’action du jeu se déroule dans le futur, votre soldat est cyber-augmenté : il a donc la capacité de faire des double-sauts à l’aide d’un propulseur, de réaliser des slides ou bien même de courir sur les murs ce qui permet au jeu de monter en termes de rythme et d’intensité par rapport à ses prédécesseurs. Les cartes sont conçues de telle manière que la navigation est fluide, et que les capacités des soldats peuvent être savamment utilisées contre vos adversaires. Black Ops 3 se classe parmi l’un des multijoueurs les plus réussis de la série. La franchise a su s’adapter à la mode des jeux multi-futuristes, tout en gardant la patte Call of Duty. Les fans de la franchise auront de quoi s’amuser, et de découvrir la meilleure façon d’utiliser les capacités de leurs spécialistes. Côté personnalisation, les créateurs du jeu ont mis le paquet, tout est personnalisable ou presque, les armes, l’armure, etc... On pourra aussi noter la présence du mode cinéma qui fait son retour.

Walking Dead

« Pour les néophytes, le mode zombie consiste à survivre durant le plus de manches possible dans une carte infestée de zombies ». Le mode zombie reste quant à lui assez classique pour les habitués de la série. Si vous avez joué aux modes de zombie dans les épisodes précédents, vous savez à quoi vous attendre ici, même si quelques nouveautés pointent le bout de leur nez. Cependant, il se différencie du mode multi notamment à cause de l’absence des cyber-augmentations.

Péter ARBBRE !!!

>Pour ce qui est des nouveautés, deux éléments font leur apparition. Tout d’abord les gobblegums, des sortes de chewing-gums qui octroient un power-up spécial pendant un temps limité, comme par exemple la capacité de ne plus avoir besoin de recharger son arme. L’autre ajout significatif est un calice rituel qui permet aux joueurs de se transformer en une bête pendant un court laps de temps. Cette « chose » aura la faculté d’ouvrir certaines portes spécifiques ou d’activer l’électricité, ce qui est fortement utile en mode zombie. Mais le vrai charme des zombies vient sous la forme de ces différents personnages ; les commentaires des différents protagonistes luttant contre les morts-vivants (ou transformer en un monstre tentaculaire) sont parfois à mourir de rire, ajoutant au sentiment de plaisir procuré par un mode zombie qui a su prouver ses qualités au fil des années.

Bilan

On a aimé :
  • Complet
  • Multi
  • Le mode zombie solide
On n’a pas aimé :
  • Le scénario de la campagne solo
  • OVERDOSE
The color of the Money

Alors overdose ? OUI, depuis longtemps d’ailleurs, mais Call of Duty Black ops 3 est un jeu complet, qui ravira les aficionados de la série qui ne sont pas réfractaires au futur. Le jeu propose un multijoueur qui vous fera perdre des heures et des heures à tenter d’occire vos adversaires, tandis que le mode zombie vous apportera les plaisirs de la bouillie de morts-vivants, seul ou à plusieurs. Malheureusement, la narration de la campagne aurait pu être plus aboutie, même si le rythme ne vous laisse aucun temps mort. Pour faire simple, Call of Duty est une bonne pioche pour prendre du plaisir sur des parties de multijoueur endiablées.

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Call Of Duty : Black Ops 3

PEGI 0

Genre : FPS

Éditeur : Activision

Développeur : Treyarch

Date de sortie : 6/11/2015

Prévu sur :

Xbox One, Xbox 360, Playstation 4, Playstation 3, PC Windows

18 reactions

avatar

XanderCage FR

24 nov 2015 @ 11:05

« (ou transformé en un monstre tentaculaire) »

Perso je préfère les anciens modes Zombies ! Là c’est une usine à gaz ! Sur le COD World at War c’était excellent !

LiriX

24 nov 2015 @ 11:05

Le mode zombie reste classique ? Oulah..

Après Overdose, je vois plus ou moins ce que tu veux dire, mais c’est le combientième opus là ? On doit approcher de la dizaine facile. Alors un peu à la manière d’un Assassins Creed ou d’un Halo soit on l’achète parcequ’on est fan donc on sait à quoi s’attendre, et parler d’overdose c’est bizarre ; soit on a pas trop suivis la série (comme moi par exemple le dernier COD que j’ai touché c’était le BO1) et on s’éclate comme un fou sur les différents modes de jeux, donc encore une fois le terme overdose je sais pas..

Le mode campagne se fait défoncer de partout, perso j’ai pas trouvé la campagne si compliquée à comprendre et je trouve que Treyarch explique son histoire tranquilou.. Rien de fou mais dans l’absolu je suis content qu’il soit là, quand je vois par exemple le Star Wars qui se fait aduler sur le site sortir à prix fort sans même l’once d’une campagne solo..

En fait ce qui est bizarre dans ce test, c’est que la section consacrée à la campagne prends plus de lignes que le multi et le zombie combiné, alors que ça aurait dû (pu ?) être l’inverse ? La complexité des secrets à réaliser dans le Zombie par exemple n’est même pas abordée alors que tu expliques qu’on peut se transformer en bête ? Je soupçonne que le testeur n’a pas retourné le jeu dans tous les sens avant de livrer le test.. pas bien ^^’

Angmar89

24 nov 2015 @ 12:00

Je suis pas non plus emballé par ce nouveau mode zombie, pas assez accès sur la survie. Le progression dans la map coûte également assez cher ... J’ai pu test chez un pote la map Giant qui elle par contre est excellente et uniquement accès sur la survie

Xcéces

24 nov 2015 @ 12:06

Lirix : Compare pas un Halo qui sort tout les 3 ans en moyenne à un Call Of Duty qui sort tout les ans..

« ...Je soupçonne que le testeur n’a pas retourné le jeu dans tous les sens avant de livrer le test.. pas bien ^^’ »

En même temps, tu veux dire quoi sur ce jeu ?

Franchement, j’y ai joué avec des gars de ma classe dans mon campus... et mon dieu ! On a vite lâcher l’affaire !! tout est fade, y’a rien d’intéressant pas de quoi argumentée en somme !! il serait grand temps qu’ils arrêtent les « Call Of Duty » ou tout du moins qu’ils arrêtent de les annualisées, s’ils ne veulent pas tuer définitivement la licence !! Si c’est pas déjà le cas.

avatar

BUSHIDO

24 nov 2015 @ 12:37

Très bon épisode quoiqu’en dise les rageux annuels sur la qualité ou pas du soft. Ça fait le job et ceux qui apprécient COD apprécieront sans problème cet épisode, après parler d’overdoser certes, mais dans ce cas parler aussi d’overdose pour le fps de la maison mère où l’on se tape un jeu par an depuis 2009. ;)

lacrasse

24 nov 2015 @ 12:47

alors perso,ce bo3 tres déçu,autant j’avais bien aimé la beta,et pis ba la version finale ba non,en faite,je m’amuse pas du tout dessus,et la dernière fois que j’ai joué en multi,à peine arrivé en partie déjà commencé,que ça était le déluge de killstrick dans la tronche,mais j’avais rarement vu ça .. ça te dégoute de joué .. et la campagne solo,c’est le premier cod,que j’ai meme pas envi de finir,la campagne est nul à chier,l’histoire on va meme pas en parlé,pis on s’en branle totalement !! il va viré d’ici peu,sans que je finisse quoi que se soit sur ce bo3, je préfère aw de l’année derniere il est plus fun à jouer... heureusement qu’halo 5 est là ...... cette série,activision il va falloir soit la stoppé,ou alors prendre vraiment le truc en main pour bouleversé cette serie,qui tourne en rond !

avatar

BUSHIDO

24 nov 2015 @ 13:36

Un peu étonnant ton avis surtout que tu n’as déverrouillé aucun succès dans la campagne, donc même pas l’intro qui dure 20 minutes, zéro dans le mode Zombie, et 7 heures de jeu au total. Donc tirer des jugements tranchés avec aussi peu de temps de jeu puis citer Halo 5 en exemple en plus c’est osé.

Sinon c’est moi où on ne voit pas les messages de Number One ? C’est très agréable du coup.

Xcéces

24 nov 2015 @ 13:52

« ...Très bon épisode quoiqu’en dise les rageux annuels sur la qualité ou pas du soft. »

Y’a pas de rage juste un constat !

Sinon pour Number One on voit juste les derniers coms qu’il met sur la page d’accueil, mais ces derniers n’apparaissent pas dans les news qu’il commente... :’-))

Angmar89

24 nov 2015 @ 13:53

@BUSHIDO : Surement fait en novice d’ou l’absence de succès ;-) Et oui n°1 et dans les limbes d’xboxygen. Le scénario est en effet bien naze et archi prévisible, le guest est toujours le méchant dans les call of donc des que je vais vu Christopher Meloni (très bien modélisé soit dit en passant) je savais direct que c’était un traître :-)) Le multi est pas mal mais retombe malheureusement dans ses travers avec le retour de tous les snipers qu’on avait perdu sur Advance Warfare. Bref, un Call of potable qui est à des kilomètres du généralissime Advance Warfare :-)):-))

avatar

BUSHIDO

24 nov 2015 @ 15:37

Je ne parlais pas de toi Xercès mais de Number One qui nous rabâche la même chose depuis quelques mois, c’est après que je me suis rendu compte que ces messages s’affichaient pas, je croyais à un bug au début. C’est une bonne idée en tout cas et ça doit bien le faire chier.:-)) @Angmar : Les snipers il y en a très peu au contraire je trouve, beaucoup moins que sur AW en partie parce que la visée en zoom est trop rapide. J’ai joué aux deux et je le trouve bien mieux équilibré que AW qui devenait vite un combat de sauterelle ridicule et que j’ai vite lâché alors qu’il était acclamé par tous le monde. Par contre je suis d’accord pour le scénario qui est archi nul. Après chacun son avis bien sûr.

12