Test - LEGO Dimensions

«Besause there’s Batman !» , - 4 réaction(s)

LEGO est une série qui se refuse d’évoluer depuis un certain nombre d’opus. Le très décevant Jurassic World sorti en juin dernier en est le dernier exemple. C’était sans compter sur la sortie de LEGO Dimension qui tente de se remettre à niveau face à la concurrence sans merci des jeux pour enfants. Mais est-ce que ces derniers seront entièrement satisfaits ? Suivez le guide.

Follow the yellow brick road

Quels clowns ces Batmans !

LEGO Dimension surfe sur le concept de jouet vidéo. Comprenez par là : un jeu, un portail et des figurines qui apparaîtront à l’écran une fois posées sur le gadget lumineux. Sauf qu’en guise de figurines, ce sont de vrais LEGOs qui sont proposés, et que l’on devra tout construire soi-même : du personnage au portail, en passant par les véhicules, LEGO oblige. Après une petite heure de fabrication du kit de base, composé de Batman, Cool Tag, La Batmobile, Gandalf et le portail dimensionnel, nous sommes prêt pour jouer à un jeu LEGO nouvelle génération !

Qu’est-ce qu’on rigole !

Hein ? Pourquoi cela ressemble à de nombreux jeux LEGO ? Disons que le déroulement en lui-même n’a pas vraiment été revu, puisque le jeu s’articule autour d’un mode histoire, mettant en scène nos trois personnages ci-dessus plongés dans une quête pour sauver toutes les dimensions LEGO. Par contre, bien des choses ont changé. Exit le mode libre, essence même du fun des jeux LEGO, qui a été remplacé par les portails. Ces derniers sont des mondes ouverts à l’effigie des univers choisis et dans lesquels il faudra s’adonner à quelques basses besognes pour gagner briques rouges, jaunes et autres récompenses. Bien que l’idée soit sympa, c’est néanmoins dans les niveaux de l’histoire, plus classiques pour la licence, quede nombreux efforts ont été faits.

Who you gonna call ? Batman !

D’abord, qu’est-ce qu’on rigole ! Rarement un jeu LEGO n’aura été aussi riche en humour, et après la débâcle de LEGO Jurassic World en la matière, c’est vraiment très appréciable de se marrer après une réplique bien sentie ou une action d’un Batman très très en forme. D’ailleurs, parmi les 3 personnages du pack de base, c’est le seul réellement exploité, aussi bien dans la narration qu’en termes de gameplay. En effet, Cool Tag a une importance moyenne et Gandalf est presque anecdotique tellement il est peu mis à contribution. Par contre, ce qui est bien ancré, c’est le portail. Bien plus qu’un simple gadget pour faire apparaître les LEGOs posés dessus, l’accessoire sert également d’interface pour les mécanismes et autres énigmes. Vous pouvez par exemple vous en servir pour déclencher certaines actions de vos personnages ou en activant un appareil dans un niveau, vous transformerez le portail en palette de couleurs pour déverrouiller une porte, grandir ou rétrécir, apporter des effets élémentaux à vos personnages, ou carrément vous en servir de boussole pour vous guider vers une faille cachée. Le tout se fait de manière très aisée, et il est agréable qu’un accessoire de la sorte soit enfin réellement mis à contribution dans le jeu grâce à cette interactivité poussée entre le portail et le jeu via son système de lumières intégrées de manière intelligente à l’accessoire.

Eat my shorts

Cooltag sur la partie verte du portail en mode taille, Batman sur la partie orange : on se retrouve avec une géante et un nabot chauve-souris

D’ailleurs, le jeu n’est pas avare non plus en originalité, puisque chaque niveau/dimension du mode histoire essaie de se calquer sur l’univers original. Ainsi, la dimension Portal vous propose des énigmes imposées par GladOS, qui commente sarcastiquement tout ce que vous faites. L’univers Midway vous envoie dans les jeux d’arcade des années 80 à la manière des jeux des années 80. L’univers DC propose énormément de baston, etc. Bref, la variété est de la partie et les nombreux univers sont un vent frais pour le jeu ! Même si on regrette fortement l’absence de licences déjà exploitées dans les jeux LEGO, comme Harry Potter, Indiana Jones, Marvel, ou encore Star Wars, les dimensions choisies ne manquent absolument pas de charme. On ne peut malgré tout que regretter l’absence du mode libre : voyez-vous, on peut faire intervenir à tout moment, n’importe quel personnage posé sur le portail, jusqu’à 7 en même temps, dans le mode histoire pour faire appel à ses aptitudes. L’utilité du mode libre en tant que tel, même s’il proposait quelques spécificités propres, devient de ce fait, plus anecdotique. D’où sa suppression.

Pour pouvoir terminer le titre à 100 %, la note sera très salée puisqu’on ne sera pas loin des 500 € pour avoir accès à tout le jeu...

Malheureusement, on ne gagne plus de personnages en finissant un niveau ou en récupérant son jeton : il faut avoir acheté le pack dans lequel il est présent. Et c’est là où les choses commencent à faire très mal au rectum. Les jeux LEGO sont des titres à forte rejouabilité. Le coeur même de cette rejouabilité sur cette série de jeux repose sur le fait que chaque opus encourage à finir chaque niveau à 100% en usant des compétences de personnages non essentiels au niveau et indisponibles dans le mode Histoire. Ici on ne gagne pas de personnage pour diversifier ses compétences : il faut acheter leurs figurines dans des packs horriblement chers !

Le monde Midway vous réserve bien des surprises

Et ce n’est pas à l’instar de Skylanders, ou il suffit juste de posséder une dizaine de personnages d’éléments différents pour avoir accès à tout, non. Ici, il faut un personnage pour telle capacité, un personnage pour telle autre, et ainsi de suite jusqu’à ce que toutes les capacités soient couvertes. Il en va de même pour les portails vers les mondes ouverts : si vous n’avez pas un personnage appartenant à cette dimension au moment de la franchir, vous pourrez faire une croix sur l’accès à cet endroit. Je vais vous passer les calculs qui se trouvent facilement sur Internet. Mais pour pouvoir terminer le titre à 100 %, la note est très salée puisqu’on n’est loin des 500 € à débourser pour avoir accès à tout le jeu (et presque 800 si vous voulez tous les persos), soit 400 € de plus que le prix du pack de base pour débloquer ces éléments déjà inclus sur le disque. Oui, parce que ce dernier à 99 €, est largement plus onéreux que ceux de ses concurrents, tout comme les éléments supplémentaires seront aussi plus chers que ceux équivalents chez Disney Infinity et Skylanders. Surtout qu’avec le kit de base, on ne peut finalement que terminer le scénario des 14 niveaux de l’histoire sans pouvoir récolter 90% des éléments présents sur chacun d’entre eux. Mais surtout, on n’a accès qu’à 3 des 15 mondes libres déjà présents sur le disque. Et là encore, sans pouvoir les terminer à 100%, par manque de capacités propres à d’autres personnages, ce qui implique une durée de vie de base à un peu moins de 20h alors qu’elle monte facilement au double avec tout débloqué...

Bilan

On a aimé :
  • L’utilisation ingénieuse du portail
  • Univers et situations très variées
  • Humour décapant (Merci Batman !)
On n’a pas aimé :
  • Devoir vendre ses organes pour pouvoir acheter de quoi finir le jeu à 100%
  • Certains univers étonnamment absents
  • Encore des petits cafouillages en véhicules
Everything is not awesome

LEGO Dimension est à la fois une petite surprise d’ingéniosité ludique et une déception financière. Le fait que le jeu soit complètement en kit et que les prix des éléments annexes soient absolument exorbitants jouent énormément dans ce test. Car devoir mettre 500 € pour avoir le droit de finir un jeu à 100%, plombant ainsi l’intérêt qu’avait instauré la série dans une rejouabilité sans faille et étant bien plus cher que chez ses concurrents, ça ne passe absolument pas. Donc, même si on s’amuse beaucoup sur ce LEGO Dimensions, il est moralement de mon devoir de vous déconseiller de l’acheter à cause de cette énorme barrière financière, vous ne pourriez qu’être déçu de ne pouvoir le terminer ou de devoir vendre votre console et votre TV pour le faire.

Accueil > Tests > Tests Xbox One

LEGO Dimensions

PEGI 0

Genre : Aventure/Plates-Formes

Éditeur : Warner Bros Interactive

Développeur : TT Games

Date de sortie : 29/09/2015

Prévu sur :

Xbox One, Xbox 360, Playstation 4, Playstation 3, Wii U

4 reactions

lacrasse

19 oct 2015 @ 09:02

Pas moi mettra un copec là dedans, j’ai acheté à l’époque en promo le premier skylanders parce que j’aime bien testé les trucs nouveaux aux moins une fois, mais tout ces titres là, c’est pire que les season pass, si en plus tu as des gamins alors là, c’est la fin des haricots .... Mais celui là, j’en ai un de ma liste, que j’ai sur face de bouc et il a tout acheté à la sorti du jeu.... fan de lego .... va comprendre Charles.... en même temps je suis fan de the Crow ,j’ai bien acheté un buste à 300 boulassses .... et je parle pas avec Dave megadeth mustaine ..... mais bon en tout cas je suis pas près d’acheté un jeu lego,c’’est toujours les mêmes mécaniques c’est come les jeux ubichiotte en somme,pardon pour ceux qui aime..... mais vivement halo 5 tient ....

Dobberminator

19 oct 2015 @ 09:15

En effet, me promenant tranquillement je suis tombé sur une borne proposant Lego Dimension. A ma grande malchance, je me trouvais accompagné de mes enfants, et ce fut la bataille du siècle pour leur expliquer que c’était hors de prix. Tout est mis en avant pour attirer les enfants avec les personnages emblématique de leur dessins animés préféré, a savoir Batman, Scooby-Doo, les Simpson’s et j’en passe. Le truc surtout c’est que le titre est pas spécialement prévu pour les jeunes enfants à contraire de Disney Infinity. La mécanique du jeux et le fait que les personnages ou autres petites pièces peuvent vite être perdue. Pour conclure, je ne pense pas faire acquisition de ce soft. Du moin pour le moment (une réduction) ou en ocase et attendre que mes enfants soient plus âgés. Bon jeu à tous

KaaviX

19 oct 2015 @ 11:37

Encore un modèle économique honteux... N’achetez pas svp, ça les encourage à continuer !!!

XzyKoS

19 oct 2015 @ 11:43

Honteux ! Je leurs souhaite le bide du siècle sur ce soft .. autant les Légo Hobbit , Marvel etc.. sont bon mais là leurs système économique plombe tout.