Test - Brothers : A Tale of Two Sons

«Hey brother...» , - 2 réaction(s)

Sorti il y a maintenant deux ans de cela, Brothers : A Tales of Two Sons fait partie de cette vague de jeux portés sur Xbox One. C’est aussi l’occasion pour nous de vous donner un nouvel avis sur le jeu deux ans après que l’ami Stéphan s’en soit chargé. Pourquoi ? Pour le plaisir voyons !

« Maya », « Taya », « Mahi » et tutti quanti

La tombe de votre défunte mère : là où tout a commencé...
La tombe de votre défunte mère : là où tout a commencé...

Brothers c’est avant tout une aventure. Je ne vais pas vous mentir, j’ai trouvé le synopsis un peu simpliste. Pour faire court, vous incarnez deux frères dont le père est tombé malade. Pour le soigner, le guérisseur du village vous somme de trouver un arbre ancestral qui vous procurera une potion permettant à votre paternel de se remettre. Il faut avouer que, vu comme ça, il n’y a rien de très original. Cependant, la fratrie va traverser une véritable aventure. J’insiste bien sur ce mot : aventure. Passé le village de la famille qui est assez basique, le jeu prend vraiment son envol et apporte son lot de fantaisie et de fraîcheur. Attention cependant ! S’il s’apparente à un conte de fée, c’est surtout le côté sombre de ces derniers qui est mis en avant et le jeu n’est donc pas conseillé pour les enfants.

Il faut dire qu’avec sa patte artistique enchanteresque, que ce soit dans les décors d’une infinie beauté et diversifiés ou bien dans ses thèmes musicaux toujours bien sentis, Brothers à tout du jeu mignon conçu pour faire rêver les enfants. Mais non en fait.

Toi tu pars à gauche et moi à droite ! Ou c’est l’inverse peut être...

Le chien, le premier vrai obstacle du jeu
Le chien, le premier vrai obstacle du jeu

En plus d’être accrocheur par son esthétique et par le voyage qu’il propose, Brothers nous offre un vrai bouillon d’originalité dans son gameplay : le plus grand des frères, reconnaissable à sa taille et ses habits bleus, se contrôle avec le stick et la gâchette gauche de la manette tandis que le plus petit, roux et portant des vêtements orange, se laissera manipuler par la partie droite du contrôleur. Passées les premières minutes où, je pense, tout le monde s’emmêle les pinceaux à cause du fameux “c’est lequel le gauche déjà ?”, la prise en main s’avère diablement efficace. Grâce à ses contrôles, le jeu nous offre une infinité de phases de gameplay utilisant les mécaniques de coopération entre les frères. Chacun des deux frangins possède d’ailleurs ses propres caractéristiques : l’aîné est plus fort et plus sage tandis que le petit est plus apte à se faufiler dans les endroits étroits et possède un caractère bien plus farceur. Il faudra donc user de ces caractéristiques pour progresser dans ce monde magique.

Quand je vous dis que le jeu est plus sombre qu
Quand je vous dis que le jeu est plus sombre qu'il n'y parait

Ça peut paraître idiot mais il y a un vrai sentiment d’alchimie fraternelle qui se dégage à chaque situation coopérative. De plus, le titre parvient à se renouveler continuellement pour ne jamais laisser la lassitude s’installer chez le joueur durant ses trois petites heures d’aventures. Du grand art !

Si je ne suis pas très loquace dans la description des mécaniques, c’est car tout le plaisir est dans leur découverte. De plus, je pense qu’il n’est pas possible de rester bloqué dans le jeu tant elles se veulent accessibles au plus grand nombre, tout en étant très inventives. Pour les amateurs d’énigmes et de succès, sachez que vous finirez le jeu avec un gamerscore nul et vierge. Tout les succès se débloquent via des énigmes annexes. L’inventivité de celles-ci est d’ailleurs tout à fait grandiose et il ne sera pas rare de lâcher un “mais il est complètement fou !” ou “mer il et fou !” pour les initiés. Ceci dit, toutes ces énigmes sont expliquées dans le making of du titre inclus dans cette version Xbox One. Il est d’ailleurs important de souligner qu’il ne s’agit là que d’un simple portage de la version Xbox 360 : aucun contenu en dehors du making of n’a été ajouté. Est-ce que ce dernier justifie les 5€ supplémentaires demandés par rapport à la versiond’origine ? Je ne pense pas. En revanche, est-ce que le jeu mérite l’achat ? Assurément.

Bilan

On a aimé :
  • On vit une vraie aventure
  • Les mécaniques de coopération entre les frères simples, originales et variées
  • Artistiquement énorme
  • La face cachée des contes de fée
  • Sans doute les meilleurs succès de tout les temps
On n’a pas aimé :
  • On aurait aimé en avoir plus !
  • Plus cher que la version Xbox 360
Il était une fois...

Je vais le redire encore une fois mais Brothers : A Tale of Two Sons est une vraie aventure à vivre comme telle. Si son aspect enfantin le fait ressembler à un conte de fées, sachez que l’on en voit aussi (surtout ?) la face cachée. Les contrôles asymétriques pour les deux protagonistes permettent au jeu de proposer continuellement de nouvelles mécaniques de coopération originales et efficaces. Si jamais vous aimez farfouiller ici et là, sachez que vous aurez, au cours de votre aventure, une petites dizaine d’énigmes à relever pour débloquer les succès qui leur sont liés. Pour une fois que ceux-ci sont intégrés de manières intelligente il est important de le notifier. Si vous ne l’avez pas déjà fait, jetez-vous dessus ! Vraiment. Vous ne serez pas déçu du voyage.

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton1268.jpg?1390069641

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Brothers : A Tale of Two Sons

Brothers : A Tale of Two Sons
PEGI 16 Violence

Genre : XBL Arcade

Editeur : 505 Games

Développeur  : Starbreeze Studios

Date de sortie : 7/08/2013

Prix : 1200 MsP

Prévu sur :

Xbox Live Arcade, Playstation Network, Steam

2 reactions

avatar

alaindc

28 aoû 2015 @ 17:46

Au Canada, c’est $15 sur 360...et $25 sur One ($10 de plus nextgen).

Rhaganazielle

Rédaction

28 aoû 2015 @ 19:37

Ah effectivement, vous êtes encore moins bien lotis que nous sur ce coup...