Test - The Swapper

«L’échangisme en toute intimité» , - 2 réaction(s)

Ils l’ont fait ! Ils l’ont fait ces fous ! Ils ont réussi à cloner l’homme ! Ils ont réussi à transférer la conscience d’un corps vers un autre ! Mais à quel prix ! Malheureusement, autant je hais cette arme qui peut multiplier l’être d’exception que je suis, autant je vais être obligé de m’en servir pour sortir de cette station spatiale abandonnée. Et j’ai oublié mes comprimés pour le mal de tête, parce qu’avec The Swapper, ce n’est pas que mon enveloppe charnelle que je vais multiplier…

Kage bunshin no justu !

Le dédoublement de la personnalité à son paroxyxme : un clone
Le dédoublement de la personnalité à son paroxyxme : un clone

Seul et perdu dans l’immensité sidérale... Vous voilà peu fier sur ce caillou abandonné. Mais courage ! Vous devez vous en sortir vivant et trouver de quoi vous échapper ! Ces fous… Ils ont développé une technologie aussi impressionnante qu’éthiquement questionnable avec ce swapper. Mais vu l’état de la station et de ses pièces au challenge aussi bien intellectuel que de persévérance, ce fusil générateur de clones, jusqu’à 4, qui transfère également la conscience dans le clone voulu, il sera votre plus précieux outil. Vous l’aurez compris, The Swapper est là pour vous faire cogiter plus que de raison. Chaque nouvelle pièce apportera son lot de difficultés demandant sagacité, de persistance et de précision.

Ce soir, c
Ce soir, c'est soirée disco !

Si le début de l’aventure reste relativement simple, l’ajout des lumières bleues qui bloquent les rayons du swapper, des lumières rouges qui empêche tout transfert de conscience, ainsi que des divers mécanismes et autres phénomènes de pesanteur, font que le jeu va rapidement se corser. D’autant plus que chacun de vos clones sans conscience fera exactement les mêmes mouvements que vous, en simultané, mais à l’endroit où vous les aurez matérialisés. Cela sera aussi bien un handicap qu’une force pour actionner interrupteurs et autres mécanismes, puisque le moindre écart peut vous forcer à recommencer tout le puzzle, voire mourir. Heureusement que les vies sont infinies, puisqu’on aura au moins besoin de cela pour toujours aller au delà.

The Swagger

Faudra faire sans ascenseur.
Faudra faire sans ascenseur.

Concrètement, terminer une pièce vous fait remporter une ou plusieurs orbes. Il vous faut un certain nombre d’orbes pour accéder à de nouvelles zones de la station spatiale. Progresser jusqu’à la fin ne prendra pas énormément de temps si vous connaissez les solutions aux puzzles, mais dans le cas contraire, vous pourrez aisément être bloqué par quelque chose de finalement enfantin. Et c’est un peu cela la magie de The Swapper. On se retrouve dans un univers à la fois simple et complexe et devons progresser dans des casse-têtes à la difficulté progressive et qui savent proposer de nouveaux défis à partir d’un concept de base tout bête. Tout en proposant aussi de la nouveauté de temps en temps pour ne pas tomber dans l’ennui. Mais surtout, entre chaque pièce puzzle, le jeu arrive à conditionner le joueur dans une sorte de stase apaisante afin de le soulager de la migraine préalablement méritée.

Vous pouvez vous cloner n
Vous pouvez vous cloner n'importe où

Il le fait d’ailleurs magistralement par une petite histoire métaphysique mystérieuse, une ambiance sonore discrète et féerique, ainsi qu’un design sombre et silencieux que ne nierait pas une certaine race xenomorphique, le gore en moins. Mais c’est surtout le gameplay enfantin du jeu qui le rend accrocheur malgré la difficulté de certaines énigmes : gâchette gauche pour cloner, gâchette droite pour transférer sa conscience, A pour sauter, X pour activer les ascenseurs et autres ordinateurs. Les joysticks gauche et droit serviront respectivement à se déplacer et à viser avec le swapper. Le reste du travail reviendra à votre cerveau, qui après des centaines d’heures abrutissantes de “Pan ! Pan ! T’es mort !”, aura bien besoin d’un tel stimulant pour arriver à penser à autre chose que des boobs et des flingues…

Bilan

On a aimé :
  • Gameplay simple, mais diabolique
  • Ambiance simple, mais grandiose
  • Énigmes corsées
  • Faire une chorégraphie parfaitement synchronisée avec ses clones
On n’a pas aimé :
  • Se rapprocher trop vite de la fin
Low Swappiness

The Swapper est un jeu diabolique car malgré ses puzzles demandant de brûler quelques milliers de neurones à la seconde, on finit par en redemander tellement le jeu arrive à les enrober d’une ambiance réussie et d’un gameplay on ne peut plus simple. Malheureusement, sa durée de vie assez courte pour un prix de 15 € risque de former un frein majeur dans son investissement. Et c’est bien dommage...

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton1670.jpg?1440766364

Accueil > Tests > Tests Xbox One

The Swapper

The Swapper

Genre : Aventure/Réflexion

Éditeur : Curve Digital

Développeur : Facepalm

Date de sortie : 13/05/2015

2 reactions

pieur

18 mai 2015 @ 22:45

Merci pour ce test, je l’ai eu gratuit avec le PSN sur ps4... mais je ne l’ai pas encore testé !

avatar

bastoune

19 mai 2015 @ 16:45

Hey, ça a l’air sympa ça :-) par contre je ne le trouve pas sur le store :-))