Test - Lifeless Planet

«Guide du routard intergalactique» , - 3 réaction(s)

Se retrouver bloqué sur une île déserte, croyez-moi, est loin d’être l’enfer qu’on nous expose dans l’émission Koh Lanta. Oubliez tous vos préjugés, vos craintes de ne point trouver de la nourriture ou de l’eau potable, vos doutes sur le partage d’une hutte de fortune avec cet enfoiré de Norbert ou cette revêche de Manon. Rien de tout cela n’est vrai ! A part les moustiques, bien entendu. On apprend très rapidement à chasser l’ours des îles à mains nues et à cultiver des cocotiers géants en ce qui concerne les problèmes de nourriture. Pour étancher sa soif, il suffit généralement de creuser un puits de 15 mètres avec une feuille de bananier pour trouver de l’eau potable. Les arts de la chasse et de la cueillette maîtrisés auront tôt fait de nous sculpter un corps d’athlète qui fera se pâmer les plus beaux/belles indigènes de l’île. En ce qui concerne Norbert, un accident sur une île déserte est malheureusement très, très vite arrivé. Tout cela n’est rien et peut facilement s’apparenter à des vacances oisives à Saint Tropez. Par contre, si un jour vous vous retrouvez bloqué sur une planète déserte, là, cela risque d’être vraiment un long chemin de croix pour vous…

Ground control to Major Tom

Et dire que c
Et dire que c'était censé être une planète luxuriante !

Lifeless Planet est l’histoire d’un naufrage. Celui d’une mission spatiale américaine composée de trois hommes, un équipage qui s’écrase après un long voyage cryogénique sur une planète en instance de colonisation. Notre personnage se réveille, seul, abandonné, et son regard s’ouvre sur un paysage désolé, vide, désertique, bien loin de la vie et de la richesse organique qu’il était censé découvrir sur la planète. Enfermé dans sa combinaison spatiale, il commence à suivre les traces qui partent de sa capsule endommagée en espérant retrouver les membres de son équipage et découvrir la vérité sur cette planète sans vie et que, malgré les apparences, il n’est pas tout à fait seul.

Quelle est cette étrange silouhette qui semble vous suivre ?
Quelle est cette étrange silouhette qui semble vous suivre ?

Dès les premières minutes de jeu, Lifeless Planet nous jette au visage son obsolescence technique. Tout dans le jeu semble appartenir à une autre époque vidéoludique, à un autre siècle, on pourrait facilement le jeter au bûcher en dénonçant cet anachronisme vibrant et pourtant, on arrive à faire très rapidement abstraction de cette pauvreté visuelle pour être littéralement happé par l’ambiance qui s’en dégage. Le gigantesque espace aride qui semble s’étaler à perte de vue autour de notre personnage arrive à faire écho avec la sobriété de l’ambiance sonore, du souffle lancinant du vent au bruit feutré de nos pas sur la poussière. Une économie formelle dans les décors qui est loin d’être synonyme de manque de variété. Les étendues traversées restent grandes, désertes et oppressantes mais le jeu arrive à nous proposer des paysages différents et cohérents ponctués par des éléments architecturaux ou géographiques poignants, spectaculaires dans leur simplicité. Malgré le côté grandement contemplatif de Lifeless Planet, on ne peut s’empêcher de suivre ce chemin marqué par ces traces de pas dont on ignore réellement l’origine. L’histoire de Lifeless Planet est un exemple de simplicité et d’efficacité, quelques apparitions, quelques lieux et des témoignages audio trouvés sur notre chemin réussissent à nous plonger dans une ambiance mélancolique et toujours étouffante.

Arrivera-t-il à rentrer chez lui ?
Arrivera-t-il à rentrer chez lui ?

Cette ambiance et ce fil rouge narratif très réussi tiennent à eux seuls Lifeless Planet sur leurs épaules car dans le fond le jeu ne propose que ça. Le gameplay est réduit à peau de chagrin, on dirige notre personnage sur un chemin finalement bien linéaire, entrecoupé par de bien maigres énigmes et des séquences de plate-forme où la seule difficulté sera de bien gérer les poussées de son jet pack et de bien repérer les endroits réellement accessibles. Lifeless Planet n’est qu’une promenade introspective, contemplative, on avale les kilomètres dans le seul but de découvrir ce qui est arrivé à cette planète et rester, par moments, immobile pour apprécier les paysages désolés que l’on découvre. Même si le jeu semble proposer au début une ode à l’exploration, on se rend rapidement compte que tout ce qu’il nous offre se trouve sur notre chemin. Aucun lieu secret, aucun recoin somptueux ou mystérieux à découvrir en dehors du tracé imposé par le jeu. On tombe tout juste sur des minerais dans de petites impasses qui sont loin de réellement récompenser nos velléités d’exploration. Les éléments venant agrémenter le gameplay sont eux aussi scriptés, n’intervenant que lors de passages obligés : le boost du jet pack permettant plusieurs poussées et donc d’atteindre certains endroits inaccessibles n’est disponible que pour un temps, de même que le manque d’oxygène et la nécessité de tomber sur une réserve rapidement. Tout est prédéfini, sans surprise. Ce manque d’ambition dans le jeu empêche Lifeless Planet de franchir le cap du jeu sympathique mais vite oublié.

Bilan

On a aimé :
  • L’ambiance indéniable et réussie du jeu
  • Une narration simple mais soignée
  • Un charisme certain
On n’a pas aimé :
  • Une réalisation obsolète
  • Pas de récompense à l’exploration
  • Strictement aucun challenge
Walking on the Moon

Malgré une technique obsolète et minimaliste, Lifeless Planet arrive à imposer son ambiance oppressante et faire de cette faiblesse initiale une véritable qualité. Le charme opère et on plonge sans réelle difficulté dans la quête solitaire de ce cosmonaute robinson sur une planète désertique. Quelle histoire se cache derrière ce paysage aride ? Est-il vraiment seul ? Arrivera-t-il à revenir sur terre ? Toutes ces questions nous tiendront en haleine jusqu’au bout. On regrette toutefois une structure très linéaire, un manque de challenge complet et une exploration pourtant excitante totalement dépourvue d’intérêt en dehors du chemin balisé du jeu. Tout ceci nous laisse un arrière goût d’inachevé malgré les moments de grâce mélancoliques qui émaillent Lifeless Planet.

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Lifeless Planet

Lifeless Planet
PEGI 0

Genre : Aventure/Réflexion

Éditeur : Stage 2 Studios

Développeur : Stage 2 Studios

Date de sortie : 13/05/2015

Prévu sur :

Xbox One, PC Windows, Mac OSX

3 reactions

bbhalo

12 mai 2015 @ 18:08

Combien de temps pour le finir

UFSAYAN11

12 mai 2015 @ 19:14

En gros c’est le portage du jeu Pc avec ses qualités et défauts.

Jarel

Rédaction

12 mai 2015 @ 19:45

7-8 heures pour un premier run en voulant explorer comme il faut. Un succès se gagne en terminant le jeu en 4 heures donc on peut se douter qu’il s’agisse là de sa fourchette basse. De plus vu la conclusion du test vous vous rendez bien compte que la rejouabilité est quasi nulle, même si l’on peut aimer se perdre à nouveau sur cette étrange planète...