Test - Roundabout

«Attention à la gerbe» , - 1 réaction(s)

Ce qui est bien, avec les jeux indés, c’est qu’ils n’hésitent pas à proposer des concepts totalement barrés sans aucun complexe. Roundabout s’inscrit dans cette lignée, posant comme tout à fait normal un principe absurde, le traduisant en gameplay, puis l’exploitant le mieux possible. Donc on pose sur la table la partie logique de notre cerveau, on prend le volant, et c’est parti !

Tournez manège

Dans Roundabout, on joue le rôle de Georgio, une pulpeuse rousse muette qui va connaître une ascension fulgurante (et surtout rencontrer l’amour) en faisant preuve de ses talents de conductrice de limousine. Mais pas n’importe quelle limousine : celle-ci tourne sans cesse sur elle-même (accessoirement elle peut aussi sauter. Elle pourra même aller sur l’eau. Normal). Dans un décor vu du dessus, on va prendre des clients pour les mener d’un point A à un point B comme dans Crazy Taxi en essayant d’éviter de se crasher contre les autres véhicules et contre le décor. A chaque client, une courte cinématique filmée avec des acteurs live fait plus ou moins avancer une vague intrigue sans grande importance. Ce qu’il faut retenir, c’est que tous les personnages qui posent leurs fesses sur la banquète arrière sont plus étranges les uns que les autres.

C’est ce comique absurde qui caractérise le plus fortement Roundabout, même s’il ne fait pas toujours mouche. En effet, dans les dialogues et dans les situations, il y a beaucoup de répétitions, et on aura tendance à un moment donné à ne plus trop faire attention à ce que racontent les personnages. C’est d’autant plus vrai que tout est en anglais, sous-titré anglais. Les anglophobes sont donc de suite sur la touche pour piger ce qui se passe.

Je suis une TOUPIIIIIIIE

Au-delà de ce ton décalé, c’est avant tout une idée de gameplay qui est à l’origine du jeu. Faire passer une limousine en rotation dans des espaces réduits et/ou mouvants, voilà qui n’a rien d’évident. On peut faire varier la vitesse de rotation de la voiture, on peut l’inverser en rebondissant contre certains plots, et on peut aussi sauter pour se sortir de situations trop délicates : en mixant ces différentes capacités, ça finit toujours par passer. On meurt beaucoup avant de trouver la bonne technique, la limousine explosant après seulement quelques contacts. Heureusement que les piétons, peu solides, n’abîment pas le capot et ont la bonté de se laisser écraser.

La maniabilité est excellente, ce qui pousse à essayer et essayer encore pour progresser et faire preuve de son habileté. Malgré cela, une certaine routine s’installe très vite, les actions étant en fin de compte toujours plus ou moins les mêmes. Y jouer sur une longue durée (par exemple quand on prépare la rédaction d’un test…) est donc peu recommandé, mais à petite dose on peut y trouver son compte et s’amuser. Un peu comme pour la majorité des jeux sur téléphone ou tablette, mais sur console. A noter que la durée de vie est faible : environ 2 heures 30 (un peu plus si vous n’êtes pas trop doué !) pour terminer l’histoire, et environ le double pour découvrir tous les secrets des trois zones de jeu à explorer. Ce qui aidera à débloquer des bonus absurdes et à se payer des personnalisations criardes pour la voiture. La réalisation du jeu, au global, ne mérite pas qu’on s’y attarde. Elle est tout à fait convenable pour un titre de ce standing, sans grand relief dans un sens ou dans l’autre.

Bilan

On a aimé :
  • Concept bien barré
  • Gameplay précis
  • Fun lors de parties courtes
On n’a pas aimé :
  • Vite répétitif
  • Faible durée de vie
  • Lassant lors de parties de plus de 15 minutes
Xbox Live Arcade

Sur 360, il y avait ce qu’on appelait les jeux Xbox Live Arcade. Majoritairement des jeux d’arcade, simples, pas chers et funs. Au fur et à mesure les jeux téléchargeables sont devenus de plus en plus élaborés, ce qui a sans doute été la raison de l’abandon de cette dénomination. Roundabout est un digne représentant de ces jeux XBA : limité, ne proposant pas un gros contenu, mais potentiellement fun pour peu qu’on accroche à son principe de base un peu déjanté. Un petit jeu, sans grandes prétentions, qui sera ignoré par beaucoup, mais qui pourrait trouver une audience qui s’y amuserait. Ce qui lui manque le plus ? Une démo pour se rendre compte si on fait partie des joueurs qui peuvent y trouver leur compte. Pas de chance, cette excellente habitude des jeux XBA a disparu elle aussi…

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Roundabout

Roundabout

Genre : Action

Éditeur : No Goblin

Développeur : No Goblin

Date de sortie : 20/02/2015

1 reactions

Alto3

21 mar 2015 @ 19:22

A 5 euros, j’aurais pris, mais 15 euros... Non merci !