Test - Dying Light

«Techland et l’univers zombi» , - 48 réaction(s)

Les développeurs de Dying Light, le studio Techland, ne sont pas des novices dans le jeu vidéo et encore moins quand ça touche aux zombis. Dead Island, leur premier jeu dans ce domaine, avait reçu un accueil très favorable et de très bonnes critiques. Ceci les motivant à vouloir en faire un nouveau dans le même style, décrit comme plus ambitieux et graphiquement très abouti. C’est également afin d’atteindre ces excellents résultats que le jeu ne sort que sur PC, Xbox One et PS4. Reste à savoir si ce nouveau survival action sous l’égide de la Warner Bros va ravir les joueurs.

En mode Yamakasi

Ok, on va oublier la balade touristique
Ok, on va oublier la balade touristique

Dans le jeu, on incarne Kyle Crane, employé du GRE (Groupe de Ravitaillement et d’Entraide), parachuté dans la ville d’Harran, située en Turquie, infectée de zombis et mise en quarantaine. On doit retrouver “Raïs” Suleiman, un maître de guerre qui possède un dossier permettant d’identifier la provenance du virus ainsi que les notes pouvant servir à créer un anti-virus ou à développer ce dernier. Pour arriver à nos fins, on va se la jouer infiltré en utilisant les groupes de survivants rencontrés, comme ceux de La Tour, pour mettre la main sur notre homme et surtout récupérer le fameux dossier.

Malgré cette liberté de mouvement, on ne créé pas notre propre histoire.

Si le découpage du jeu reste basique, avec des missions à effectuer pour différentes personnes en allant d’un point A à un point B, on n’est pas pour autant dans un couloir et pour rejoindre ces deux points on peut emprunter le chemin qui nous plaît dans tout cet open world. Néanmoins, l’une des faiblesses du jeu réside dans le fait que malgré cette liberté de mouvement, on ne créé pas notre propre histoire. On se contente de suivre celle qui nous est dictée sans pouvoir faire un seul choix, avec obligation de se rendre au point suivant qui n’a d’effet que de couper le rythme du jeu. Cela finit par donner un côté dirigiste au jeu avec une grosse sensation de répétition au bout de quelques heures, et fait perdre de la teneur à l’histoire.

Mode Yamakasi on
Mode Yamakasi on

Pour autant, le jeu ne manque pas de choses à faire, autant en suivant la trame principale qu’avec les nombreuses missions annexes. A commencer par tuer ou fuir les zombis. Ceux-ci étant le plus souvent au sol, la meilleure solution est d’employer le mode Yamakasi et de sauter de toit en toit, à la manière de Faith dans Mirror’s Edge. Ce n’est cependant pas une nécessité, car nos ennemis s’avèrent un peu mous du genoux en pleine journée. Par contre, la nuit : fuyez pauvre fou ! Des zombis spéciaux ultra rapides apparaissent en plus des autres, et la meilleure solution pour survivre est d’aller se coucher et d’attendre le lever du matin dans l’une des zones sécurisées. Mais histoire que l’on ne passe pas son temps à se la jouer petits bras, les développeurs ont aussi incorporé des missions de nuit obligatoires. Qui plus est, selon le temps durant lequel on a survécu la nuit en dehors des zones protégées, on obtient un bonus de points doublé assez appréciable pour augmenter nos améliorations. De plus, entre les monstres de la nuit et ceux du jour, on obtient un bestiaire assez conséquent qui n’est pas pour déplaire.

Survivre en milieu hostile

Non, non, non ! Pas de bisous
Non, non, non ! Pas de bisous

A propos d’améliorations, notre personnage dispose de 3 arbres de compétences que l’on fait progresser en augmentant son XP dans chaque niveau : Survivant (améliorer la fabrication d’armes, les compétences de marchandages,...), Agilité (mieux sauter par dessus les ennemis ou les étourdir en passant au-dessus,...) et Puissance (les armes de combat s’abîment plus lentement, pouvoir encaisser plus de dégâts,...). Eux-mêmes divisés en 3 parties correspondant à notre avancée dans chacune de ces catégories du jeu (novice, entraîné et expert).

On peut récupérer des objets à énormément d’endroits et sur tous les ennemis tués. Parfait pour s’équiper au mieux.

Comme dans tous les jeux où il y a des objets à récupérer, ceux-ci servent entre autres à améliorer nos armes ou alors à être combinés entre eux. Comme par exemple avec les plantes, afin de créer des potions augmentant notre rapidité durant un certain laps de temps, à la manière d’un Resident Evil. On peut récupérer des objets à énormément d’endroits et sur tous les ennemis tués, parfait pour s’équiper au mieux. C’est dans l’onglet “plan” du menu que l’on se rend pour voir ce que l’on peut faire en combinant les objets, quelles améliorations cela peut apporter, etc. Par exemple, on y voit que mélanger une corde avec de l’alcool permet de créer un cocktail Molotov, pratique pour se débarrasser de plusieurs ennemis d’un seul coup. Tout comme on peut également savoir quelles sont les pièces qu’il nous manque à trouver pour créer ce fameux Taser qui va détendre les zombis ou les combattants ennemis.

Même pas mal
Même pas mal

L’onglet inventaire, quant à lui, nous indique ce que contient notre sac à dos et l’espace qu’il y reste, pour être sûr d’avoir avec soi le nécessaire à démembrer du zomblar. Les armes à feu sont très efficaces, même si elles sont à proscrire dans les zones où se trouvent de nombreux zombis car la détonation les attire. Mais elles sont parfaites pour dessouder certains ennemis lourdement armés.

Un nouveau moteur graphique efficace de près

Dans 3 secondes tu vas perdre la tête
Dans 3 secondes tu vas perdre la tête

Le Chrome Engine 6 développé par Techland rend une belle copie sur Xbox One. On apprécie les détails de la ville lors de nos déplacements, tout comme ceux apportés aux ennemis. Cependant, on aime moins le rendu lorsque notre regard se porte au loin. Dans ce cas, c’est moins joli et moins bien défini, avec des textures plutôt moyennes. Un autre point qui fâche un peu, c’est le fait que les décors sont assez (trop) similaires et ce malgré les différentes maps. Le jeu ayant une durée de vie conséquente, on finit par trouver le tout un peu redondant. Par contre, certains effets comme la pluie sont franchement bien réussis, ce qui n’est pas le cas du doublage labial des cinématiques qui n’est vraiment pas terrible. Un bon point aussi pour le fait qu’il n’y ait que de très rares ralentissements à noter, et ce même lorsqu’il y a beaucoup d’ennemis et que l’action est rapide.

On n
On n'a pas que des Zombis en ennemis

On a également droit à un mode coop jouable à 4. Ici, chacun utilise ses armes et peut récupérer des objets, sans avoir à faire le choix de qui prend quoi. Pour ne pas perturber le solo, les joueurs qui n’ont pas encore atteint le niveau de l’histoire de la phase coop qui est en cours ont un message qui les prévient que cette partie de jeu ne sera pas enregistrée pour eux. C’est un choix qui s’avère logique si on garde à l’esprit que l’expérience du solo doit être propre à chacun et permet ainsi d’éviter de court-circuiter l’avancée dans son histoire. Mais cela permet également de pouvoir faire toute l’histoire avec ses amis. Le coop, en plus d’être fun, permet de se séparer, ne serait-ce que lorsque l’on doit trouver quelqu’un dans un lieu assez grand, en divisant les zones de recherches. A contrario, lors de combats contre un nombre élevé d’ennemis il vaut mieux rester groupés, car comme le dit le proverbe : “l’union fait la force”.

Le jeu comporte aussi un mode multijoueurs appelé Be the Zombie dans lequel on endosse le rôle d’un Chasseur nocturne. Notre zombi a quelques caractéristiques du Hunter de Left for Dead, comme sa manière de sauter ou de pouvoir attraper ses adversaires avec des sortes de tentacules. Il a également son propre arbre de compétences. L’objectif est de défendre nos nids et si les pondeurs sont tués dans 5 nids, la partie est perdue. Bien que ce mode puisse être amusant, il aurait été plus judicieux de créer un mode multi totalement à part entière et plus développé, avec par exemple plusieurs monstres.

Bilan

On a aimé :
  • La qualité des détails des ennemis
  • Un coop assez fun
  • Le travail apporté aux décors
  • Un bestiaire conséquent
On n’a pas aimé :
  • Certaines textures disgracieuses au loin
  • Des décors un peu trop similaires
  • Aucun libre choix dans la trame principale
Du fun, de la qualité visuelle, mais de la redondance

Le studio Techland a voulu mettre la barre un peu trop haut pour Dying Light. Du coup, on a un jeu sympa basé dans un monde ouvert, avec une histoire travaillée mais qui se perd un peu. Le titre se veut trop dirigiste et on finit par décrocher du scénario, la faute à une trame principale qui ne fait que suivre des missions imposées, sans choix. Dommage, un peu plus d’interactions auraient donné plus de vie -et d’intérêt- à l’histoire. Néanmoins, le jeu est fun et les déplacements style Yamakasi lui donnent du vivant. Les éléments de recherche pour sa survie ou les créations d’armes sont assez bien organisés, et graphiquement le jeu est bien foutu, même si on regrette le côté trop répétitif des décors malgré les maps à explorer. Le coop est lui aussi une bonne réussite où il fait bon dégommer tout un tas d’ennemis divers et variés. De plus, il vient augmenter la durée de vie déjà conséquente du solo, ce qui permet d’avoir un jeu, bien que répétitif, assez complet.

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Dying Light

Dying Light
PEGI 18

Genre : Survival Action

Éditeur : Warner

Développeur : Techland

Date de sortie : 27/01/2015

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, PC Windows

48 reactions

Kris-K

05 fév 2015 @ 16:49

Merci pour le test.

Je préciserais pour ma part que le mode coopération à 4 ainsi que Be The Zombie sont vraiment excellents

Il faut aussi parler de l’ambiance de nuit que j’ai rarement vue dans un jeu vidéo. Tout simplement exceptionnel !

Techland s’est cassé la tête pour nous offrir la possibilité de faire la campagne entière en coopération et ça mérite d’être souligné !

Olve360

05 fév 2015 @ 17:17

@Kris-K : Pour la campagne en coop c’était déjà le cas dans Dead Island et d’ailleurs je trouvais dommage que lors des cinématiques, on voit tous les persos quand on fait le jeu en solo, est-ce que c’est aussi le cas dans Dying-Light ? C’est un détail mais c’est un peu dommage pour l’immersion...

Autrement, le jeux a l’air bien sympa, même si j’ai l’impression que certains points négatifs étaient déjà présents dans Dead Island, comme le fait de suivre une trame imposée et que les décors manquent un peu de variété.

nine31

05 fév 2015 @ 17:27

Bonjour,

Juste pour avoir plusieurs avis sur le jeux.(au prix je préfère avoir 2 ou 3 avis en plus.)

Merci.

Dantekilo

05 fév 2015 @ 17:41

Le jeu est vraiment bien. Je regrette seulement la mauvaise synchro labiale à certains moments et les quelques chutes de framerate. En espérant qu’un patch règle ca. Sinon bon jeu !

roastbeef

05 fév 2015 @ 17:47

Ah bien ça c’est vous si vous trouvez le jeu dirigiste. Vous avez juste a pas rusher les missions en courant vers l’objectif. Entre le point de départ et le point d’arrivé il y a de lexploration, du ramassage de truc du crochetage de coffre des missions secondaire sympa, des mec qui sont dans de mauvaise situation et des largages de ravitaillement a aller ramasser avant d’autre groupe. J’ai pas du tout trouvé le jeu dirigiste ok bon il faut quand même bien faire l’histoire comme elle est écrite mais de la a dire que c’est redondant jai jamais fait une mission qui se ressemblais moi et vos point faible sur le jeux qui est pas beau c’est la faut a personne d’autre qua la xbox. moi j’y joue pc et c’est une belle claque de proche comme de loin. Vous allez devoir jamais oublier avant de mettre un défaut a un jeu que vous jouer au départ sur une machine qui souffre deja le martyre apres 1 Ans de vieillesse.

Kris-K

05 fév 2015 @ 17:56

Pour ceux qui veulent un avis je regroupe la plupart de mes gameplay en Live sur ma chaîne

https://www.youtube.com/channel/UCMZb6tHaJfiL4XCxlGCc-DA/videos

roastbeef

05 fév 2015 @ 18:03

PS : ça commence a m’épuiser un peu les gens qui se plaignent du décor. Pas obliger de faire le tour de la planète a chaque jeu ! La map principale est grande en plus d’être verticale beaucoup de maison sont visitable et pas a la battlefield avec rien a l’intérieur comme si tout le monde avait déménager. chaque mètre carré est bien modélisé il y a beaucoup a voir et c’est la seule chose qui compte. la deuxième ville un peu moins grande mais très belle aussi et encore plus verticale. c’est la seule chose que les gens doivent savoir. pas besoin d’aller en iran sur un banc de sable aux alpes enneigé, au centre de la terre pour prendre une fusée pour la lune pour faire de lui un bon jeu. Pour le manque de couleur c’est pas un oublie des développeur aussi. ça fait sérieux et si vous voulez de la couleur il y a dead island qui frôle le ridicule ce qui est aussi leur objectif pour dead island 2 (le ridicule et le fun) pas dying light. Autre chose pas directement a propos de Dying light. J’en est marre aussi de ceux qui se plaigne du scénario. pas besoin non plus de sauvé la planète a chaque jeu de d’apprendre que l’ennemi principale est ta mère qui a subit un changement de sex et ton frère est en fait ton pere. il y a des jeux qui on besoin d’un scéna de béton mais a la base c’est un jeu c’est pour jouer. mario ça fait 30 ans que c’est la même histoire et on s’en bat les couilles ca reste des jeux 18sur20 quand même.

Kris-K

05 fév 2015 @ 18:09

Je suis plutôt d’accord même si je me l’aurais pas dit ainsi.

Ce Dying Light est très très bon !

Essaye juste d’aérer ton texte par pitié... ;-)

Rone

05 fév 2015 @ 18:19

Voilà donc un autre avis : je partage celui de Zx dans son test. Je suis même un peu plus sévère, car le côté dirigiste m’a à vrai dire vite cassé les pieds. A quoi bon donner l’impression de donner de la liberté au joueur si au final on suit un nœud de points de passages très stricts, et qu’on ne peut pas avoir d’influence sur l’histoire ? Le jeu se présente comme s’appuyant sur un scénario fort, et la narration n’est pas très au point. Ainsi, les parcours pour aller d’un point A à un point B, c’est cool 3 fois, mais à force ça casse la dynamique du jeu. Voilà pour le négatif. Par ailleurs, le jeu est bien foutu, fun, et bien réalisé, comme le dit le test, si ce n’est quelques petites carences qui méritent d’être relevées, mais qui ne ternissent pas la bonne impression générale. A noter que je l’ai vu aussi sur PC (un PC d’un prix raisonnable, pas une machine pour gagnant au loto), et il est identique à la version Xbox One, pas moins bien, pas mieux. J’ai juste vu quelques micro-bugs que je n’ai pas vus sur One (des clipping de morbacks). Mais là je pinaille, c’est juste pareil. Donc Roastbeef, si tu passes juste pour cracher sur la console et dire n’importe quoi bha...Va jouer sur ton PC, et fréquente un site qui ne parle que de PC et où tu trouveras des gens comme toi. J’avoue être fatigué par ceux qui prennent le temps de se connecter, ce qui demande un effort, juste pour cracher un peu de bile.

Comme le dit le proverbe indien : « si t’aimes pas, tu lis pas et puis c’est tout ».

Ils étaient balaises les Indiens.

Les échanges se doivent d’être un minimum argumentés, sinon c’est juste désagréable pour tout le monde.

defectedmiami

05 fév 2015 @ 18:22

Le jeux es génial . J’ai juste trouver l’effet de leaux degeu digne d’une ps2. Mais sinon le fun y es et ces l’essentiel ;) je jeux à été trop compresser à mon goût il fait que 18giga ces vraiment peut pour du open World.