Test - Thief

«Jeu de mot pourri dérobé.» , - 5 réaction(s)

Avec Thief, ça raye

L’effet de surprise est important

Impossible donc de sauter 20 cm vers une autre corniche si ce n’est pas prévu, alors qu’à l’inverse, Garrett effectuera des sauts assez impressionnants si l’endroit le permet. Très frustrant, augmentant cette impression d’étouffement dans une ville labyrinthesque. De même, il s’arrêtera à des rebords, même si la gâchette de course est maintenue, alors que sur d’autres, il n’y aura aucune protection, le faisant chuter ; parfois vers une mort certaine, d’autres fois vers un « t’es bon pour tout regrimper ! ».

Vous l’aurez compris, le gameplay aurait mérité plus de cohérence et plus de liberté. D’autant plus que le titre propose quelques phases d’escalade, bien fichues, mais là aussi contextuelles alors qu’il aurait été bien mieux d’avoir une approche plus libre permettant à notre voleur d’escalader comme bon lui semble les obstacles les plus urbains.

Techniquement, le titre n’est pas formidable. Comprenez par là que non seulement, la Xbox One ne toussote même pas à faire tourner Thief (les chargements en streaming ne comptent pas, mais restent incompréhensibles), mais en plus, de nombreux bugs plus ou moins délirants pour les uns, et plus ou moins relous pour les autres, viendront surprendre le joueur. Un réel manque de finition, surtout lorsqu’on voit que côté gameplay, il ne faut pas être à un poil de fesses à côté pour que l’action fonctionne, rendant cette impression « d’extrêmes » qui vont agacer le joueur.

La bande son est aussi inégale. Pas en qualité, qui est vraiment très bonne en tous points de vue, mais plutôt en volume. Les voix sont très faibles comparées aux bruitages et aux musiques qui les couvriront sans difficulté, même lorsque ces deux éléments sont quasiment coupés dans les options.

Les gardes en alerte, il leur suffirait de lever la tête pour trouver l’intrus.

Et pourtant elles sont importantes, ces voix : épier des conversations pour trouver des indices sur sa cible, découvrir l’emplacement de trésors, ou encore écouter des discussions qui ne mènent à aucun larcin, mais qui apporteront de l’épaisseur dans le background. C’est l’essence même du travail de voleur afin de trouver une opportunité, et on va généralement la rater parce que la musique a décidé de monter ici ou qu’un bruitage a pris des proportions hors normes.

En faisant un résumé de la situation de Thief, on pourrait se dire que ce n’est pas folichon. Mais c’est une fois qu’on est bien rentré dans le bain de cette aventure d’une huitaine d’heures (en normal, hors missions secondaires, et hors l’énorme replay value que confèrent les modes de difficulté et les différentes approches) qu’on arrive à se prendre au jeu, qu’on arrive à trouver son style et son rythme, mais aussi qu’on comprend bien qu’on a là une approche plus « simulation », que le plaisir prend enfin le dessus sur la frustration de se trouver avec quelque chose de totalement différent du très bon Dishonored, qui lui lorgne plus du côté de « l’arcade » en comparaison.

Mais ne nous leurrons pas, Thief n’en reste pas moins un titre à peine supérieur à la moyenne. Car l’élément le plus important pour un jeu d’infiltration, en plus du level-design, est l’IA des ennemis.

Et de ce côté, ce ne sont pas des génies qui vont nous faire face. Car même à 3 mètres d’eux, nous regardant droit dans le blanc des yeux, dans une pénombre très légère, Garrett passe quand même inaperçu. Éteignez un feu ou une bougie quand ils ne sont pas sous l’impact de la lumière, et lorsqu’ils reviendront, la source de lumière ne sera plus là, mais ils s’en moqueront comme de leur première couche. A côté de cela, les adversaires sont coriaces, tentent de se soutenir quand ils le peuvent, mais ont surtout des rondes suffisamment bien agencées pour poser une vraie difficulté au voleur que vous êtes, en plus de poser quelques pièges qui ne feront pas vraiment de cadeaux...

Bilan

On a aimé :
  • Aspect très « simulation » du métier de voleur
  • Replay Value conséquente
  • Bande sonore de très bonne qualité...
On n’a pas aimé :
  • … malheureusement aux volumes très mal équilibrés
  • IA pas toujours cohérente
  • Level-design pas très adapté pour des approches entièrement furtives
  • Gameplay trop contextualisé
  • Pas mal de bugs
Le Maître a cédé sa place à l’élève

Thief va subtiliser votre temps. Peut être va-t-il le faire agréablement, peut-être cette expérience sera frustrante. Tout dépendra de vos antécédents vidéoludiques qui détermineront également votre approche : avoir touché à Dishonored avant n’aidera pas à apprécier Thief à sa juste valeur. N’essayez pas de vous forcer à agir de telle ou telle manière parce que le bonus semble plus intéressant, et vivez le jeu comme bon vous semble, comme vous le sentez le mieux et sans hésiter à vous adapter selon les situations. C’est dans ce seul état d’esprit que vous parviendrez à vraiment apprécier Thief : un jeu pas mauvais, mais pas excellent non plus dont la réelle tare aura été de revenir sur le devant de la scène après Dishonored.

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Thief

PEGI 18

Genre : Action/Infiltration

Éditeur : Square-Enix

Développeur : Eidos Montreal

Date de sortie : 28/02/2014

Prévu sur :

Xbox One, Xbox 360, Playstation 4, Playstation 3, PC Windows

5 reactions

avatar

alaindc

04 mar 2014 @ 17:21

Dans « on a pas aimé », j’aurais ajouté streaming mal foutu, avec chargement un peu partout...

nico3D

10 mar 2014 @ 08:16

l est miens depuis samedi dernier, et Malgré les critiques plutôt mitigées je trouve le jeu assez bon, oui il n’est vraiment next-gen graphiquement, mais pour ceux qui oseront jouer en difficulté « maître », ce jeu révélera sont vrai potentiel : une IA coriace (malgré les critiques qui disent qu’elle est catastrophique c’est peut-être vrai en facile ou normal, en maître les PNJ vont vous donner du fil à retordre), une obligation de furtivité maximum, et une réflexion poussée à chaque niveaux, et si en plus vous êtes un fan d’exploration, thief vous offrira de longues heures de loot à découvrir, de pièces cachées etc... l’ambiance du jeu est soutenue par de beau effets de lumière, et d’effets volumétriques plutôt réussit ce qui dégage une atmosphère glauque à souhait et rattrape le jeu graphiquement. pas mal d’équipement disponible, d’objets spéciaux, et de compétences à gérer, des trésors à découvrir et à collectionner, des missions sympas ainsi que des missions secondaires variées vraiment intéressantes.

On peu se poser cette question : les notes attribuées à ce jeu sont elles dues à une déception de ne pas avoir un jeu next-gen « monde ouvert » qui en fout plein les mirettes ? certes graphiquement ça vaut une Xbox 360 qui tourne à 100% de ses capacités, seul les effets de lumière et les effets volumétriques vous rappel (un peu) que vous êtes sur une One. Le jeu ne souffre pas trop d’aliasing donc le rendu est plutôt propre, malgré un framerate à 30 FPS ça ne rame pas et ça reste plutôt fluide comparé à certains test sur PS4 qui disent le contraire (hin,hin,hin, la One la surpasserai sur ce coup là ?) Oui le gameplay est assez hold school avec ses actions contextuelles qui changent de tous ces jeux en monde ouverts qui commencent à prendre le dessus depuis ces dernières années. Mais est-ce que ses caractéristiques doivent être jugées comme des « tares » ?

Regardez les succès tel que Minecraft qui possède des graphismes honteusement pourris comparé à un Ryse, il y a aussi le phénomène « Flappy bird », no comment pour ma part.... ça en dit long.

Et bien pour ma part n’ayant pas joué à un bon jeu d’infiltration depuis Splinter cell 3 ou Metal gear 2, ou bien depuis assassin’s creed 2 (les suites de ces jeux étant encore et toujours si décevantes car elles n’ont pas renouvelés le genre du tout), n’ayant pas joué non plus aux anciens Thief, ni à dishonored, et bien du coup j’apprécie beaucoup Thief IV, qui lui me propose un tout autre style de jeux : j’apprécie de ne pas pouvoir grimper partout comme je veux (comme dans la réalité), j’apprécie de ne pas être un surhomme qui peut dézinguer 10 type en même temps(comme dans la réalité), j’apprécie de devoir me décarcasser la cervelle pour trouver un chemin ou deviner comment accéder à une salle secrète sans aide de pouvoir spéciaux comme dans la réalité, mais dans ce cas pour thief il faudra désactiver le mode concentration qui n’est autre qu’un gros « cheat » qui enlève toute la dimension exploration du jeu.

Oui je suis d’accord qu’en 2014, aux niveau des textures les développeurs auraient du faire plus d’efforts, ainsi que pour livrer un jeu en 60 Fps pour une fluidité optimale sur une console à 500€ tout de même.

Mais pour ce qui est du gameplay et bien il est au top et ça c’est important ! n’oubliez pas que nous sommes là pour jouer, et le mieux est de jouer à un jeux amusant plutôt qu’une « belle » production insipide ou se dit "whoaw c’est beau...,mais qu’est ce que je me fais chier !...)

En Bref il est à réserver aux Hardcore gamer qui aiment les jeux un peu old school, ceux-là l’apprécieront à sa juste valeur : un bon jeu certes pas excellent comme il aurai pu l’être mais vraiment bon, immersif, et long, très long car oui il y a énormément à faire dans ce jeu, par contre si vous êtes un casual gamer, si vous avez écumé tous les derniers jeux d’infiltration ou bien si vous avez joué plus récemment à « dishonored » vous risquez de moins aimer.

avatar

llAngerFist

15 mar 2014 @ 00:11

Perso je l’ai acheter en version collector, moi qui fait tous les jeux car fan de deblok les succès, c’est le seul jeu que j’ai pas fini et revendu au bout de 2 jours, 7/20 et encore jsuis gentil , a eviter vraiment !

avatar

llAngerFist

15 mar 2014 @ 00:12

Pour infos ajoutez moi sur le live : ll AngerFist

HazardElika

09 avr 2014 @ 11:34

nico3D, merci, tu as tout dis ! ;)