Test - Borderlands 2 : Tiny Tina’s Assault on Dragon Keep

«Le DLC +1D8 de dégats» , - 2 réaction(s)

Je suis las. Oui, j’ose utiliser ce petit endroit d’expression qu’est l’introduction d’un test de DLC pour faire mon coming-out de morosité. Une morosité prégnante, qui grandit jour après jour, mois après mois, qui s’est nourrie de la grisaille de l’été et de la noirceur du printemps, qui est repue de ces nombreuses personnes qui semblent se foutre éperdument de notre gueule en se terrant dans leurs mensonges et leurs incohérences, dans ces parties de cartes -que j’ai toutes perdues- entre copains et dans ces jeux vidéo qui ne cessent de me décevoir ! Oui, je vous le crache au visage je suis las ! Même les excellents DLC de Borderlands 2 me remplissent de “schlatitude” (mot déposé) exacerbée ! Regardez, je mets le jeu dans la console et je lance ipso-facto le dernier DLC, Tiny Tina’s Assault on Dragon Keep, je vais vous montrer vu que je vois dans votre visage que vous ne me croyez pas !

Lancez les dés pour voir qui a l’initiative !!!!

Vous vous rappelerez longtemps de ce maître de jeu !

Avouons-le, même si Gearbox a fait un travail remarquable sur les DLC de Borderlands 1 et 2, à deux, trois exceptions près, leurs dernières prestations et notamment “La Chasse au Gros Gibier de Sir Hammerlock”, nous avait laissés sur notre faim. Car non content de nous proposer des DLC au nom très long et très contraignant à écrire en en-tête d’un test, des problèmes de mise en page dont je vous passe les détails, Gearbox nous offrait un DLC moins amusant, moins épatant, moins original que ce dont on avait l’habitude. Une conclusion semblait s’imposer d’elle même : Gearbox avait épuisé le filon.

Une aventure pleine d’orcs !

L’annonce d’un dernier DLC, n’avait fait qu’accroître ma morosité. Loin de ne pas aimer me perdre dans les paysages de Pandora, je craignais d’avoir à subir un long périple pas vraiment drôle dans des paysages désormais très familiers... et c’est dans des moments comme celui là qu’il nous arrive de recevoir un double high-kick retourné ventral suivi d’un salto avant dans la mâchoire en guise d’excellente surprise.

Une aventure pleine de nains !!

Les introductions des DLC de Borderlands sont souvent truculentes et très réussies. Celle de Tiny Tina’s Assault on Dragon Keep (en gros, l’assaut de Mini Tina sur l’antre du dragon, pour la version française) se place directement parmi les plus déjantées et les plus drôles réalisées par Gearbox. Pendant que les pilleurs de l’arche -nous- trimons sur la quête principale, Tina, Brick, Mordecaï et Lilith sont tous réunis pour faire une partie de Bunkers et Brutasses, l’un des plus célèbres jeux de rôle de tout Pandora. Tina officie en tant que maître du jeu, derrière un très joli écran, éructant et lançant les dés 20 à tout va. Brick veut tout casser. Mordecaï s’ennuie comme un rat mort et Lilith essaye tant bien que mal d’y mettre du sien, de faire plaisir à Tina, tout en lui rappelant que Rolland ne viendra pas jouer avec eux.

Il était une fois le meilleur DLC de Borderlands 2...

Une aventure pleine de squelettes !!!

Avant toute chose, sachez que Tiny Tina’s Assault on Dragon Keep sera tout particulièrement apprécié par tous les anciens joueurs de jeux de rôle papier. Ce dernier DLC se présente comme une sorte d’hommage/parodie de cet univers si particulier basé sur la narration hors pair du maître de jeu (celui qui dirige l’univers, les rencontres, et les règles), sur l’imagination des joueurs et leur habileté à “jouer un rôle”. Les autres joueurs ne seront pas laissés de côté vu que les références puisent allègrement aussi dans la filmographie heroic-fantasy et dans les bases du jeu de rôle vidéoludique. Apprêtez vous à suivre un rythme fou, trépidant, qui enchaînera références et gags comme rarement dans un jeu vidéo.

Nos personnages joueront le rôle des avatars de Mordecaï, Lilith et Brick, l’univers dans lequel ils évolueront est une sorte de pendant heroic-fantasy de Pandora. Cela fait l’effet d’une grande bouffée d’air frais si on compare les paysages avec ceux auxquels on était habitué. Le village médiéval et ses PNJ, la tour du sorcier au dessus de laquelle trône un tourbillon inquiétant, et un univers dynamique qui évolue et change au gré des envies de Tina et des remarques du trio de chasseurs de l’arche.

Une aventure pleine de golems !!!!

L’aventure commence sur les chapeaux de roues, Tina est un maître de jeu totalement hystérique, qui change régulièrement d’avis et oublie les fondamentaux en mettant dès le début un boss invincible, en instaurant un itinéraire mal équilibré où des créatures de faible niveau côtoient celles à un niveau impossible, des phases de plate-forme mal agencées, des PNJ manquant et j’en passe. On se délecte de l’imagination débordante dont a fait preuve Gearbox pour ce dernier DLC, les références pleuvent et, même en étant morose au possible, on ne peut quitter un sourire béat, figé par l’humour débile que nous assène ce DLC du début à la fin. Doté d’un final incroyable que vous découvrirez après une dizaine d’heures de jeu, Tiny Tina’s Assault on Dragon Keep vous laissera un souvenir mémorable.

Une aventure où il faut tuer un magicien à la fin !!!!!

Outre l’incroyable épopée qu’il propose, il se paye le luxe d’offrir un bestiaire totalement revu, les squelettes côtoieront les orcs, les dragons, les nains et les nécromanciens pour parfaire cette brève incartade de Bordelrands 2 dans l’univers du jeu de rôle classique. Les musiques ne sont pas en reste vu qu’elles nous plongent avec bonheur dans cet univers rôliste avec un son médiéval enjoué. On trouvera même en guise de clin d’oeil une nouvelle gestion du stock de grenades qui se transformera en cours de jeu en barre de mana et qui vous permettra de lancer des sorts mythiques de Donjons et Dragons comme le célèbre Projectile Magique. Je vais m’arrêter là pour ne point vous déflorer plus les surprises qui vous attendent et l’envie de partager avec vous les excellents moments que réserve ce DLC, se fait de plus en plus forte. En un mot : Foncez !

Bilan

On a aimé :
  • Les références jeu de rôle papier
  • Enfin du neuf à se mettre sous la dent !
  • Un humour décapant
  • Tina en maître de jeu !
On n’a pas aimé :
  • Un loot pas à la hauteur de l’aventure
Advanced Bunkers et Brutasses !

On pensait avoir tout vu. On pensait connaître Pandora comme notre poche. On pensait que dans ce dernier DLC on allait retrouver la même routine qui animait, parfois avec brio, les précédentes productions de Gearbox. Mais voilà, Gearbox est passé maître dans l’art du DLC. Dans ce monde où souvent DLC est synonyme de morceau rajouté à la va vite, d’éléments enlevés à la dernière minute du jeu final et le tout vendu à un prix honteusement élevé, Gearbox montre qu’il est tout à fait possible de faire des DLC de qualité, dotés d’une durée de vie avoisinant les 10 heures et vendus à 800 Mpts. Tiny Tina’s Assault on Dragon Keep est une pierre de plus apportée à la couronne de Gearbox et pas la moindre vu qu’elle se place directement au milieu de celle-ci pour s’afficher fièrement comme la meilleure extension de Borderlands 2 et l’une des toutes meilleures du jeu vidéo ! Rien que ça ! Et vivent les DLC de cette trempe !

Accueil > Tests > Tests Xbox Live…

Borderlands 2

PEGI 18

Genre : FPS

Éditeur : 2K Games

Développeur : Gearbox Software

Date de sortie : 21/09/2012

Prévu sur :

Xbox 360, Playstation 3, PC Windows

Venez discuter sur le Forum Borderlands 2

2 reactions

AceParty

04 jui 2013 @ 19:15

Enfin un DLC à la hauteur de la réputation des dlc de Borderlands 2, j’ai adorer ce DLC, c’est l’un des meilleurs tout DLC confondus et le meilleur de Borderlands à mon gout, juste le loot comme dit dans le test (même en parcours 2) est un peu décevant si on exclue les boss. Un DLC à faire absolument pour tout les fans de Borderlands ! 5 étoiles pour moi.

Soul-Fire

04 jui 2013 @ 19:48

LE MEILLEUR DLC EVER !!! :-) J’ai eu le sourire du début à la fin et un bon paquet de fou rire xD Mention spécial pour la quête « L’hiver est une sacré buisness ! » (Faut connaît GoT) ! :p