Test - Wreckateer

«Le Angry Birds de Kinect» , - 0 réaction(s)

Il existe une sous-catégorie de jeux à laquelle on pense rarement quand on cherche à cartographier l’univers vidéoludique. Pas les jeux de sport, ni d’action, ni de stratégie, ni les FPS, ni les JDR…rien de tout ça. On pourrait appeler ça « les petits jeux au concept tout simple mais dangereusement addictifs sur lesquels on revient pendant longtemps ». Sur le XLA, pour n’en citer qu’un, on pourrait penser au très bon Peggle. Vous l’aurez compris, c’est dans cette catégorie que voudrait se ranger Wreckateer.

Tout casser !

On vise et on lâche !
On vise et on lâche !

Le concept de base fait appel à nos plus bas instincts enfantins. Quand vous étiez petit, peut-être passiez-vous du temps à la plage à construire de magnifiques châteaux de sable pendant des heures. Certes, le plaisir de la construction y était pour beaucoup, mais l’objectif non avoué apparaissait vraiment quand s’approchait l’heure de rentrer à la maison, et qu’on détruisait, mettait en pièces, écrabouillait son œuvre ! Le plus fun était naturellement de le faire en lançant des pierres dans les tours fièrement dressées.

Wreckateer, c’est exactement ça, la construction en moins. Armé d’une catapulte, on va exploser la soixantaine de châteaux qui osent exister sous nos yeux. Pas vraiment de scénario (un vague background-prétexte expliquant qu’on vit dans un monde où la démolition est une valeur majeure, blablabla…), mais une succession de bâtisses majestueuses à réduire en bouillie.

Pour ce faire, on dispose d’un nombre limité de projectiles, et pour passer à la demeure suivante il faudra réaliser un score minimum. C’est là que l’aspect diabolique et accrocheur du jeu débarque ! En effet, chaque tir augmente un multiplicateur de points qui servira pour les projectiles suivants. L’air de rien, il va falloir calculer ses tirs pour à la fois augmenter le multiplicateur et conserver des constructions intactes pour assurer un dernier tir fructueux. Divers bonus viennent s’ajouter à cela (tir avec rebond, dégommer des gobelins pour avoir le droit de retenter un tir manqué, icônes rapportant des points quand elles sont touchées), pour un équilibre malin et bien trouvé.

Je plaaaane
Je plaaaane

Plusieurs projectiles sont à disposition, allant du boulet basique dont on pourra influencer la trajectoire légèrement au boulet volant qu’on contrôle presque parfaitement, en passant par le redoutable projectile qui s’éclate en plein vol pour couvrir une zone d’impact la plus grande possible. On mélange tout ça, on remue bien fort, et on se retrouve avec un jeu qui pousse à la recherche du meilleur score possible, d’autant plus que les scores réalisés par vos amis ayant le jeu s’affichent fièrement comme un défi à battre.

Bilan

On a aimé :
  • Concept simple mais addictif
  • C’est fun
  • Contenu conséquent
  • Kinect bien utilisé
On n’a pas aimé :
  • Pas de localisation des dialogues
  • Le jeu à plusieurs trop peu développé
Destruction massive

Wreckateer remplit parfaitement sa mission de « petit jeu au concept tout simple mais dangereusement addictif sur lequel on revient pendant longtemps ». Bien réalisé, le titre est surtout parfaitement calibré pour proposer du fun immédiat tout en laissant une belle marge de progression pour réaliser les meilleurs scores possibles et frimer devant ses amis. Bien qu’étant immédiatement accessible, il demandera un certain talent et pas mal d’application pour qu’on prétende faire partie des meilleurs. L’étonnant manque vient du jeu à plusieurs qui est curieusement peu exploité alors que le concept se pretait à merveille à pléthore de modes de jeu. Peut-être pour un deuxième épisode ? Cela ternit l’image du jeu, le ramenant « seulement » au rang de très bon titre pour Kinect.

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton725.jpg?1413285339

Accueil > Tests > Tests Xbox Live…

Kinect

Kinect

Kinect sur Xbox One et Xbox 360 : jeux Kinect, prix et sortie des jeux.

Venez discuter sur le Forum Kinect