Test - Happy Wars

«Cachez ce bonheur que je ne saurai voir !» , - 4 réaction(s)

L’argent est une chose de formidable pour savoir à qui on a affaire. Tout d’abord, il révèle très souvent les côtés obscurs de chaque personne : avarice, envie, luxure en sont les principaux reflets. Ensuite, l’argent est une sorte de repère social : plus tu as d’argent, et plus tu es apprécié, et inversement, moins tu en as, plus on te traite comme un déchet. Heureusement viennent des produits plus ou moins désintéressés qui débarquent en étant à la portée des plus nombreux, car gratuits ; mais généralement pas géniaux. Le Xbox Live ne fait pas exception, et le club très sélect des jeux gratuits se gonfle d’un 4ème membre sous la forme de Happy Wars.
Gratuit ?
Non, seul un groupe d’irréductibles joueurs qualifient le titre de Free 2 Play, à savoir la base est gratuite, mais pour le reste, faudra raquer, coco.
Et là, malheureusement, pas de potion magique pour passer outre ces frais...

Par Toutatix !

Le pigeon est une arme redoutable pour quiconque contrôle sa tour

Happy Wars est un jeu multijoueurs rassemblant jusqu’à 30 personnes par partie (deux équipes de 15 joueurs). Chaque partie consiste à se disputer des tours qui serviront de point de respawn, pour progresser jusqu’au château de l’adversaire. Il suffira de l’assaillir et d’y pénétrer afin de détruire la tour principale de l’équipe du camp opposé pour remporter la victoire. Bien évidemment l’équipe adverse a exactement le même objectif, et le conflit d’intérêt se pose ainsi de lui même, gros et voyant comme une maison de passe japonaise. Tous les coups seront alors permis pour faire tourner le vent de la victoire en faveur de son équipe. Vous pourrez choisir, de ce fait, une parmi trois malheureuses classes, échangeable avant chaque respawn. La première classe est tout naturellement le Guerrier, combattant téméraire qui privilégiera le contact et la puissance pour asséner de terribles coups à ses adversaires. La deuxième est celle des Mages. Ces derniers possèdent de redoutables sorts d’attaque et de boost d’armes élémentaires. La dernière classe, quant à elle, qui n’est pas la classe des redoublants, est représentée par les Prêtres. Ces derniers incantent de très efficaces sorts de soins et de soutien à base de magie blanche, et tapent plutôt fort avec leur masse étourdissante, bien que pas autant que les Guerriers. Chacune d’entre elles possède des sets de pouvoirs répartis en 3 catégories (dont une de compétence collective plus ou moins spectaculaire), chaque catégorie étant affiliée au bouton A, B ou Y. Et pour chaque set, 3 pouvoirs / techniques seront aléatoirement disponibles sur chaque partie, seulement si vous engrangez des points d’expérience et montez de niveaux.

Une attaque collective : la nuée de flèches

Ce qui permet d’avoir 9 pouvoirs maximum. Seulement voilà, vous êtes limité à 5 niveaux (ils se réinitialiseront entre chaque partie), rendant l’impossibilité de remplir vos slots de pouvoirs entièrement, à moins de payer en Happy Points, que vous glanerez au fur et à mesure de vos exploits. Le concept paraît plutôt simple et sympathique, mais en pratique, cela devient plutôt lourdingue, à commencer par le gameplay. Ce dernier, à première vue, semble somme toute relativement classique, mais c’était sans compter un système de changement de pouvoirs et d’incantation relativement tiré par les cheveux. Au lieu d’avoir les classiques et très efficaces combos bouton de tranche + un bouton de technique pour la lancer, comme le proposent de nombreux Hack & Slash, les développeurs ont préféré obliger le joueur à appuyer sur LT+A, B ou Y pour se déplacer d’une case de la ligne du set de pouvoirs correspondant, à répéter autant de fois que nécessaire pour tomber sur le pouvoir voulu. Bien évidemment, il ne faut pas être pressé, ce qui est un peu problématique en plein combat, et vous vaudra de nombreux tours gratuits sur la ligne du set correspondant. Une fois le bon pouvoir sélectionné, vous n’avez fait que la moitié du chemin ! Effectivement puisqu’il vous reste ensuite à préparer votre sort en appuyant sur le bouton correspondant pour l’incanter, puis encore une fois pour le lancer. Pour les guerriers, les aptitudes se lancent sans avoir besoin d’appuyer une dernière fois sur le bouton, mais peuvent se charger en le maintenant appuyé. Et en plein combat, perdre du temps bêtement pour sortir un coup alors qu’il y aurait bien moins lourdingue comme manipulation, c’est vraiment handicapant, surtout que très souvent, le jeu oublie que vous avez lancé votre sort et vous restez comme un con immobilisé à vous en prendre plein les dents pour pas un rond.

Bilan

On a aimé :
  • On arrive curieusement à s’amuser
On n’a pas aimé :
  • Poireauter des dizaines de minutes pour pouvoir jouer
  • Le gameplay à la ramasse
  • Les lacunes techniques
  • Les prix abusés
  • Ça manque de variété
Par...sse-moi le sel, c’est vraiment trop fade

Happy Wars en fait doit être une grosse blague de par ses nombreuses lacunes techniques et conceptuelles qui font que le jeu n’est pas bien passionnant et ultra répétitif en ajoutant une énorme pointe d’agacement. Cependant, on arrive quand même à s’amuser lorsque le jeu a décidé de ne pas vous faire de farces aussi stupides qu’à l’origine de massacres de pauvres innocents sur une place publique. Et le fait que la base du titre soit gratuite n’excuse rien, bien au contraire, puisque pour se permettre de proposer des objets toujours plus puissants à la vente, déséquilibrant ainsi grandement le rapport de force entre les riches et les pauvres, il est bon de donner envie au joueur de continuer malgré tout. Or, il y a beaucoup trop de joueuricide dans ce titre pour encourager une personne saine d’esprit à continuer la torture. Après, uniquement entre potes ou pour les familles trèèèèèèès nombreuses et à petites doses, le potentiel convivial du titre aidant, c’est une toute autre histoire...

Accueil > Tests > Tests Xbox Live…

Happy Wars

PEGI 0

Genre : XBL Arcade

Éditeur : Microsoft

Développeur : ToyLogic

Date de sortie : 12/10/2012
Date de sortie XO : 24/04/2015

Prévu sur :

Xbox One, Xbox Live Arcade

4 reactions

kalas68

19 oct 2012 @ 07:04

Pas vraiment d’accord à part pour le fait d’attendre 10 minutes pour jouer. J’ai plutot bien aimer, c’est gratuit et rien ne nous oblige à acheter des équipements, personnellement je suis niveau 14 sans avoir besoin à acheter quelque chose, on peut très bien s’en sortir avec les équipements gagnés à la roue ou en fin de mission scénarisé.

daou

19 oct 2012 @ 14:52

Moi aussi, je ne comprend pas du tout cette note surtout quand je vois des coups de cœur Xboxygen pour des jeux aussi pauvres techniquement que Naughty Bear Panic in Paradise !

Je n’ai déboursé aucun centime pour jouer à ce Happy Wars et je n’ai jamais poireauté des dizaines de minutes pour pouvoir jouer. En ce qui concerne les lacunes techniques et le soit-disant gameplay à la ramasse, c’est bien au dessus de certains jeux XBLA payants.

diez979

19 oct 2012 @ 15:24

C’est une note qui reflète l’avis d’une seule personne. Son ressenti sera forcement différent du votre.

Stéphan

19 oct 2012 @ 15:32

Bonjour,

Je vous conseille de venir en discuter sur le forum, plus pratique pour une discussion de ce type. Mais pour résumer très rapidement : La technique n’est pas tout dans un jeu. Elle doit aider aux ambitions du jeu, et non être le jeu. Naughty Bear est peut être relativement pauvre techniquement, mais le jeu en reste jouissif, ce qui explique le coup de coeur. Quant à Happy Wars, la conception du gameplay à la base est un problème, ce qui fait qu’on ne peut arriver à rien de bon avec une base bancale. Surtout que les bugs sont foison, aidant encore moins. Le rôle du test est d’expliquer et noter en conséquence pour guider le joueur dans son choix du jeu par rapport à sa qualité, et non pas de vous dire d’aimer ou pas un jeu. Chacun est libre d’aimer ce qu’il a envie.

Concernant les prix, bien sûr qu’on peut avancer sans objet acheté ! Cependant, du moment que sur ce type de jeu, des gens le font, il y aura un déséquilibre qui se formera, c’est le cas sur la majorité des jeux en Free 2 Play qui adoptent l’équipement comme source de revenus. Ce qui est relativement gênant lorsque tu a quelques heures de jeux et pas mal de niveaux dans l’aile de voir un lvl 1 fraîchement arrivé avec un équipement plus efficace que le tiens parce qu’il a banqué. Ce n’est pas parce qu’objectivement le jeu ne vaut pas tripette qu’on ne peut pas s’amuser avec. Moi même je reconnais un potentiel ludique dans le titre. Potentiel qui peut se dévoiler uniquement si les mises à jour suivent pour l’arranger. A l’instar donc des jeux exclusivement multi comme Gotham city Imposteurs, il faut voir ce test ce que représente le jeu à son lancement. Si les développeurs sont appliqués avec des MAJs régulières, le test deviendra rapidement obsolète, et c’est normal sur ce type de jeu.

Par contre Daou, tu as de la chance de pas poireauter (je sais qu’ils travaillent sur un correctif pour arranger cela). J’ai même attendu à plusieurs reprises presque une heure pour pouvoir jouer à une partie. D’ailleurs en 2 heures environ d’écriture de ce test, je l’ai fait uniquement en attendant que 3 parties se lancent. Sachant qu’elles ont pas duré très longtemps, je te laisse faire le calcul.

Donc pour résumer : venez en discuter sur le forum, déjà que je vais me faire taper sur les doigts pour avoir répondu ici, mais je pensais qu’il était important d’éclaircir les raisons de la note et la comparaison que daou a faite avec NB (qui a mon sens n’a pas lieu d’être, les titres n’ont pas les mêmes prétentions)... ^^