Top Spin 2

«Le retour de la saga de tennis de PAM» , - 0 réaction(s)

Il est des séries comme Top Spin qui n’ont eu besoin que d’un volet pour s’imposer en tant que référence. Un premier opus très recherché avec un panel de coups varié, des possibilités nombreuses, un gameplay novateur, bref, la série avait tout pour elle. Aucune surprise donc, que PAM et 2K nous aient remis le couvert pour cette seconde édition. Une seule question se pose à l’esprit des fans de la première heure : simple mise à jour ou vraies améliorations ?

T’as le compas dans l’œil !

Première observation, c’est très joli. Ca dépend pas mal d’où on se place, mais en général, c’est vraiment beau. Par exemple, entre chaque balle, avec les animations et les zooms sur chaque joueur, ça devient un poil moins sympa, avec des visages modélisés un peu bizarrement : Federer fait limite peur quand on le voit de face. Certes en vrai, il est pas canon non plus, mais là, au vu de la jaquette, ça ressemble certes, mais en plus laid. Mais le plaisir du jeu, c’est pendant les balles en soi. Parce que les joueurs sont modélisés de façon spécifique à chacun dans la réalité, un semi-fan de tennis reconnaîtra facilement les joueurs sur le terrain pendant une balle : des vêtements aux poils sur les bras, tout y est pour reconnaître son idole en plein effort.

Fingers in the Nose

Côté animations des joueurs, elles étaient déjà charmantes dans Top Spin 1, elles sont carrément jouissives dans ce 2ème volet. En passant par les glissades sur la terre battue qui laissent des traces au sol jusqu’au petit saut lors d’un revers avec force, on ajoute aussi cette fois des animations en début et en fin de balle (le joueur qui raccorde sa raquette, qui s’essuie le front avant le service adverse, …), et d’autres mouvements de corps lors de la frappe de balle, des détails incontestablement, mais qui participent à l’immersion dans le jeu et à un degré de réalisme jubilatoire pour un puriste. Ajouté à cela le public totalement en 3D avec des animations dans le stade (ramasseurs de balles, gens qui courent autour du terrain, …). A mon avis, c’est là toute la force du jeu. En effet, la maniabilité n’a pas été beaucoup remaniée depuis le précédent opus, à quelques ajouts près, dont un très agréable : les balles sortent beaucoup plus facilement du terrain. Ca va en frustrer plus d’un, mais c’est tellement bon quand on y pense. Dans top spin 1 on y allait franco à fond la croix vers la droite et quasiment rien ne sortait, là c’est mission impossible si on part en bourrin avec l’intention de viser les lignes. Alors on tâtonne, on renvoie plus souvent en plein milieu que sur le côté, de peur de faire faute, on évite les coups risqués (qui sont beaucoup plus durs à caser), on se contente du seul coup qui rentre quasi systématiquement…

Tennis ? Quoi j’suis Nis tu m’cherches ou quoi ?

En terme de modes de jeu, on retrouve le mode exhibition pour des matchs en simple ou en double contre l’ordinateur ou contre un/des ami(s), le mode carrière et le mode live. Côté exhibition, on a le choix entre 12 tennismen ou tenniswomen, parmi les stars du moment (Federer, Roddick, Hewitt, Grosjean, Coria, Sharapova, Mauresmo, Davenport, …), qui sont, comme je vous l’ai dit, largement reconnaissable sur le terrain et sont notés selon une dizaine de critères : endurance, vitesse, reflexes, concentration, service, coup droit, revers, volée, effets, précision, puissance. On a ensuite le choix entre une vingtaine voire trentaine de terrains pour les opposer, que ce soit du dur, de l’herbe ou de la terre battue.

Pour ce qui est du mode carrière, on reste globalement dans la même trame que celui du 1er top spin, à savoir un personnage à créer, homme ou femme, dans ses moindres détails (tête, corpulence, vêtements, aptitudes, …), qu’on fera ensuite évoluer pour tenter d’atteindre le haut du classement ATP. Tous les 15 jours, un entraînement parmi la dizaine disponible au total pour améliorer 3 des spécialités pré-citées et faire progresser sa bête de foire, et tous les 30 jours, soit un entraînement, soit un tournoi ou encore un challenge à faire pour gravir les échelons. Au début c’est plutôt lassant, par manque de capacités pour son personnage, mais à partir du moment où il commence à pouvoir frapper vraiment dans la balle, ça devient plus intéressant. Enfin, le mode Live vous propose le choix entre matchs classés ou non classés (parfait pour s’entraîner quand on a eu le jeu 1 an après la sortie sans perdre bêtement des points), où vous pourrez confronter votre poussin du mode carrière (que pour les matchs classés) aux joueurs du monde entier. Pas de mode tournoi à signaler…pour l’instant.

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

Top Spin 2

Top Spin 2

Genre : Sport

Editeur : 2K Games

Développeur : PAM

Date de sortie : 7 avril 2006