Test - Omerta City of Gangsters

«On va se les faire boss» , - 0 réaction(s)

J’ai besoin d’un docteur

Certaines situations ou moments clés de l’histoire déclencheront un affrontement au tour par tour, où vous pourrez diriger vos propres personnages contre des ennemis inhérents à l’histoire.

Les personnages agissent au tour par tour

C’est pour ce qui concerne ces missions particulières que l’on peut donner un aspect RPG au titre, car il faudra vous constituer la meilleure équipe parmi vos membres de gang disponibles pour participer à ces défis. Chaque personnage a plusieurs points pour différentes compétences, qui peuvent influer sur le statut de celui-ci. A sa disposition, des points de mouvement (PM), qui permettent au personnage de se déplacer, et des points d’action (PA), qui permettent d’attaquer l’ennemi. Chacun de vos équipiers possède sa propre liste de coups, en fonction de ses attributs, et vous devrez donc les choisir avec parcimonie ou bien le combat se soldera par un échec et vous repartirez avec vos membres blessés, voire directement en prison…

Allier les poings et les flingues pourra s’avérer une bonne stratégie mais c’est finalement « l’expérience du terrain » qui permettra de se faire aux commandes particulières de ces missions, où chaque personnage joue au tour par tour dans un ordre défini affiché en haut de l’écran. La touche RB, qui met fin au tour, aurait plus judicieusement été placée ailleurs, plus loin, genre la touche X. Mais la patience est l’apanage de tout joueur habitué aux jeux de stratégie, alors on va passer l’éponge, pour cette fois…

Votre repaire amélioré permet de nouvelles constructions

Le plus triste finalement, c’est qu’une fois toutes les commandes enregistrées, une fois que l’on ressent une réelle aisance à jouer à Omerta, on se lasse de faire toujours la même chose car il n’y a somme toute que très peu d’actions disponibles !! Une fois le titre en main (et cela vient relativement vite) on s’étonne de ne pouvoir accélérer le temps, tout simplement. On reste devant l’écran, à attendre, et l’on se met à contempler les petits bugs, glissés par-ci, par-là, ce qui devient presqu’énervant à la longue. Même la musique s’y met de temps en temps, en prenant l’air « disque rayé », c’est dire ! Le bug le plus énervant restera ce bug de positionnement, qui rend votre curseur assez imprécis et qui fait surtout sentir qu’avec une manette, ce n’est pas la même précision qu’une souris et on aurait aimé que des personnes plus qualifiées y pensent avant nous, oui oui…

Bilan

On a aimé :
  • L’univers de la mafia
  • La bande sonore, les voix
  • La dynamique des villes
On n’a pas aimé :
  • Les chargements sont longs
  • Quelques bugs énervants
  • La répétitivité qui s’installe très vite
  • Rester bloqué, à attendre…
Mafia blues

Omerta City of Gangster est un jeu de gestion très complet, qui parvient même à inclure un aspect RPG qui apporte une diversité au titre, en proposant quelques missions d’affrontements vraiment réussies. L’univers de la mafia est porté avec brio par une musique et un décor qui transporteront les amateurs du genre, grâce aussi à un scénario cohérent prétexte à effectuer de nombreuses missions. La difficulté relative d’Omerta rend le titre abordable mais les nombreux petits bugs disséminés un peu partout et les chargements nombreux et très longs viendront à bout des joueurs simplement curieux.

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

Omerta City of Gangsters

PEGI 16

Genre : Aventure/Réflexion

Editeur : Kalypso Media

Développeur : Haemimont Games

Date de sortie : 31/01/2013

Prévu sur :

Xbox 360, Playstation 3, PC Windows