Test - Le Testament de Sherlock Holmes

«Il est donc mort ?» , - 0 réaction(s)

L’air de rien, ce sont déjà les sixièmes aventures vidéoludiques de ce bon vieux Sherlock Holmes qui se présentent à nous avec cet épisode. Lors de sa première apparition sur Xbox 360, contre Jack l’éventreur, le jeu proposait une histoire passionnante, mais une réalisation pour le moins faiblarde. Cette fois, on nous l’a promis, la réalisation sera totalement revue. Promesses tenues ?

En direct de Baker street

Un peu de jardinage ?
Un peu de jardinage ?

L’histoire commence alors que des mômes font irruption dans un grenier et commencent à s’amuser avec tous les trésors amoncelés dans ce lieu oublié. Il y a même un théâtre de marionnettes, avec Holmes et Watson ! C’est en voulant attraper ce dernier qu’un gamin fait tomber un carnet : un manuscrit du célèbre docteur relatant la fantastique aventure que nous allons vivre. Alors que les enfants racontent l’histoire, nous prenons la direction des opérations dans la peau de Holmes, en pleine réflexion. Ce premier cas, le vol d’un bijou, est résolu en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Pourtant il aura des conséquences, les méthodes de Holmes étant remises en cause, tout comme sa réputation largement salie par un journaliste hargneux. Mais le cœur de l’histoire se trouve ailleurs, alors que Holmes et Watson, sans que Scotland Yard ne les ait mandatés, enquêtent sur la mort d’un ecclésiastique dans des conditions épouvantables. Holmes use de méthodes peu courantes et fait preuve d’un comportement à la limite de la légalité (et plutôt du mauvais côté de la limite), et cette affaire va le mener très loin…Sans doute bien plus loin qu’il n’aurait voulu aller. Pas toujours agréable avec ses interlocuteurs, et aux actions parfois bien mystérieuses, même le joueur va se demander si Holmes n’aurait pas franchi la ligne qui sépare les bons des méchants…

Pas la peine de demander, vous n’en saurez pas plus sur l’histoire de cet épisode : ce serait vraiment dommage de dévoiler un scénario riche et complexe dont la découverte est un véritable plaisir.

Discussion en prison
Discussion en prison

On alterne les phases de dialogues, malheureusement très guidées et sans possibilité de véritablement mener les interrogatoires, et les énigmes à résoudre. Ces dernières, prenant souvent l’apparence de casse-têtes, ne sont pas spécialement originales, nous servant tous les classiques du genre (codes à découvrir, le plus souvent), mais elles sont bien vendues, ponctuant l’histoire sans l’étouffer et en restant dans la logique du récit. Dommage toutefois que des épreuves plus originales ne se soient pas invitées à la fête. Cette logique globale est le point fort du jeu, puisqu’en étant attentif et en raisonnant comme un détective on trouvera toujours l’action à faire et où continuer l’enquête.

Baker Street dévasté
Baker Street dévasté

Le très bon équilibre de la difficulté est à souligner. Dans un jeu de ce type, le risque est que le joueur reste bloqué sur une énigme ou un passage, sans pouvoir continuer le jeu sans écumer le net à la recherche de solutions. Dans le Testament de Sherlock Holmes, il y aura bien des passages qui donneront du fil à retordre, parfois on coincera, mais on peut presque toujours trouver la solution par l’expérimentation, ou bien en réexaminant les éléments en notre possession. Cela en fait un jeu d’enquête qui est loin d’être le plus difficile qu’on ait vu, sans jamais sacrifier le rôle actif du joueur. Du coup, les énigmes ne nuisent pas à la progression de l’histoire, et on reste toujours dans le cœur du récit pendant la grosse douzaine d’heures (durée à fortement moduler suivant la vitesse à laquelle vous jouez) nécessaire pour boucler l’enquête.

Bilan

On a aimé :
  • Une histoire bien menée
  • Difficulté bien dosée
  • Les progrès techniques de la série
  • Reste original au milieu de la production actuelle
On n’a pas aimé :
  • Enigmes pas toujours originales
  • Dialogues sans interaction
Sur les traces du détective

En progressant nettement visuellement, même si tout n’est pas encore parfait, ce nouveau Sherlock Holmes gomme un véritable défaut de ses prédécesseurs. Si la formule reste exactement la même, elle a l’avantage d’être efficace, et permet de soutenir une histoire qui tient le joueur en haleine grâce à une narration maitrisée évitant les temps morts. Tout joueur peut s’y frotter, les énigmes étant trouvables tout en demandant un minimum d’efforts à l’apprenti enquêteur. On regrettera juste que bien des énigmes soient en fin de compte trop classiques, et surtout que les dialogues ne fassent pas partie de l’enquête en ne laissant que très peu de place à l’intervention du joueur. Des petites faiblesses qui ne ternissent que très peu le bilan d’ensemble d’un jeu qui mérite définitivement qu’on s’y arrête.

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

Sherlock Holmes : Le Testament de Sherlock

Sherlock Holmes : Le Testament de Sherlock
PEGI 16

Genre : Aventure/Plates-Formes

Editeur : Focus Home Interactive

Développeur : Frogwares

Date de sortie Europe : 20/09/2012

Prévu sur :

Xbox 360, Playstation 3, PC Windows