Test - Dead Island Riptide

«Sans The Roboz» , - 5 réaction(s)

Très vite, nous avons sympathisé avec d’autres groupes improvisés. Ces derniers s’étaient regroupés pour être plus efficaces dans le tourisme et aider les autres. Nous nous baladions donc tous ensemble, du moins, moi et quelques amis trouvés en Live, çà et là, se baladant aux mêmes endroits que moi et pouvant si on le souhaite, se tenir compagnie. Mais quand nous étions tous rassemblés au même endroit, de grandes conférences de presse étaient organisées. Cela venait sans doute du fait que l’un d’entre nous était une ancienne star du Rap et une autre une ancienne star du football.

Les guides organisent des activités : ici dodgeball

Mais malgré tout, leurs fans restaient très agressifs, à cause de l’excitation du buffet qui s’étalait devant eux. Nous avions rarement un moment de répit. Il s’agissait donc de préparer minutieusement nos différents campements, au fil de notre circuit touristique, pour nous préparer aux hordes de fans qui allaient venir, attirés par l’ambiance chaleureuse de notre groupe...

Souvenirs de vacances

Bien sûr, nous nous rendions service entre nous afin d’échapper aux griffes des escrocs qui voudraient nous refourguer une babiole en guise de souvenir. Cela coûtait d’ailleurs aux habitants des lieux généralement un bras, une jambe. Et pour les plus fins négociateurs d’entre nous, on récupérait ses objets à des prix à en perdre la tête ! Tout dépendait de ce qui était ciblé.

Chaque service rendu à un membre du groupe permettait à ce dernier de devenir plus expérimenté, et d’accueillir plus efficacement les hordes de locaux via un équipement mieux adapté et plus efficace.

Et l’accueil était d’aussi grande qualité que l’était l’enthousiasme des sauvages de la région. Un large choix d’ustensiles de cuisine, des fusées, des gants en métal de toutes sortes, des pistolets apparemment pour enfants, et bien d’autres encore. Pour les plus bricoleurs, et pour peu qu’un plan adéquat était trouvé, il était toujours possible de créer son outil de touriste à partir d’éléments déjà existants, ou d’en créer un de toutes pièces afin de les rendre plus efficaces, ou de leur apporter de formidables propriétés. Certaines étaient foudroyantes, d’autres proposaient des substances illicites, ou encore quelques unes faisaient comme Johnny : elles allumaient le feu. La précision des marques d’affection était toujours de mise, grâce à ce que certains appellent le « joystick analogique droit ». Les plus fainéants pouvaient choisir d’utiliser plutôt leur « gâchette », pour moins de précision, mais plus de réactivité.

Les gens ont souvent de curieuses façons de nommer leur pénis, je trouve...

Mais même sans rendre de service, nous pouvions indépendamment augmenter nos capacités, comme une meilleure endurance aux câlins, une meilleure vigueur, ou encore par exemple, de plus efficaces techniques pour éviter que nos outils touristiques ne cassent. Ce serait bête de les voir se briser avant l’arrivée de nos fans les plus impatients.

Carte postale souvenir : rone tout nu se cache sur cette photo.

L’ambiance musicale n’était pas grandiose. Non pas qu’elle était mauvaise, c’est plutôt qu’il lui arrivait de se stopper net comme cela, nécessitant une petite sieste de nos appareils ludiques pour qu’elle revienne. Pour un lieu touristique, ça la fout un peu mal. Surtout quand on compare au complexe hôtelier de l’île précédente. Entre ça et les soudains ralentissements d’autochtones, qui indiquaient probablement une grosse fatigue, une gueule de bois, ou encore même un abus de substances narcotiques, il était difficile d’en retenir un voyage parfait.

Mais malgré tout, le voyage était des plus agréables et plutôt long avec ses nombreuses étapes, ses nombreuses activités, et ses évasions. Il y en avait au moins pour 30 heures de vidéo sur la caméra ! Entre nos nouveaux amis, nos nouvelles aventures, et ces nouveaux décors, nous étions tous plus qu’impatients de voir le bout du voyage pour pouvoir planifier le prochain.

Bilan

On a aimé :
  • Les nouveautés, plus ou moins discrètes, mais sympathiques
  • Environnements soignés
  • Le système d’armement toujours aussi complet (craft, entretien, diversité...)
  • Bonne durée de vie
On n’a pas aimé :
  • Les bugs sonores
  • Les ralentissements
Zombies Fan service

Dead Island Riptide, est une bonne suite. Elle ne révolutionne certes pas les FPS, mais elle apporte assez de petits ajouts, tout en apportant une meilleure maîtrise du système de base emmené par le premier, pour se justifier comme suite convaincante. On regrettera cependant, les bugs, aussi bien audio, que les ralentissements, qui sont assez méchants pour gêner la progression dans le jeu. Pour le reste, c’est du fun, du fun, du fun, et encore du fun. Le tout saupoudré de membres de zombies qui volent ou éclatent sous le poids de vos attaques armées ou non, et on obtient un titre qui saura proposer un bon défouloir, voire une belle évasion dans un univers vidéoludique qui se veut relativement serious business de nos jours.
Si vous avez adoré le premier, vous accrocherez tout autant, si ce n’est plus à celui-ci. Si vous n’avez pas sauté le pas avec le premier, que buter du zombie est un de vos passe-temps favoris, et que COD vous gonfle, vous pouvez y aller les yeux fermés.

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

Dead Island Riptide

PEGI 18

Genre : FPS

Editeur : Deep Silver

Développeur : Techland

Date de sortie : 25/04/2013

Prévu sur :

Xbox 360, Playstation 3, PC Windows

5 reactions

ezaechiel

30 avr 2013 @ 08:30

Tout à fait d’accord avec le test, c’est du très bon, on s’amuse et on se surprend à tréssauter dès qu’un zombie qu’on n’attendait pas surgit d’une pièce ^^. Et on prend du plaisir à jouer seul mais on s’éclate vraiment quand on est 4 (et il n’y a aucune allusion graveleuse bande de petits pervers :p)

desertdoll

30 avr 2013 @ 08:59

Quel cochon ce ezaechiel !:-))

DAILY

30 avr 2013 @ 10:21

Je trouve franchement que ce dead island riptide est une arnaque, ce n’est qu’un gros DLC maquillé en suite et qui ne vaux certainement pas son prix. je ne comprend pas la note pour le coup, puisqu’il est encore plus bugé que le premier, sans compter la lourdeur du personnage qui est insupportable et le manque de travail flagrant des développeurs qui nous pondent un jeu de moins bonne facture que le premier un an et demi après. A éviter absolument si vous ne voulez pas perdre de l’argent.

armalite100

01 mai 2013 @ 21:07

Certes nous pourrions qualifié ce jeu de « gros DLC » ou autre mais sa fait toujours du bien de voir autre chose que du Banoï, ce jeu (ou DLC pour certains) à eu tout de même de bonne améliorations, que ce soit de textures, d’armement, de réparation, gadgets et j’en passe. Alors non ce jeu mérite amplement une bonne note.

Rapture

15 mai 2013 @ 21:15

Mon cousin me l’a offert pour mon anniversaire et je suis pas déçu ! Je m’amusse beaucoup avec ( surtout en coop ) et il y a encore pas mal de quetes ( 80 en tout ) et les environement changent vraiment pas rapport au premier opus. Moi qui à la base voulait attentre qu’il baisse un peu ben je suis heureux de pouvoir y jouer depuis une semaine :-)