Test - Army of Two : The 40th Day

«Et le 41ème jour, il inventa la bière.» , - 0 réaction(s)

*regarde à gauche*
*regarde à droite*
*regarde aux alentours sur 360 degrés*
Bon, je vais profiter que le Front de Libération des Jeux Vidéo Contre les Joueurs Humains ne soit pas là pour vous parler du second opus d’Army of Tw... Et mince, les voilà. Ne bougez pas !

*tirs de mitraillette et de roquettes*
Bon, ça c’est fait. Où j’en étais déjà ?

Army of Two 2

Suite d’Army of Two, Army of Two : The 40th day nous propose de replonger dans l’aventure coopérative entre Rios et Salem quelque temps après les déboires avec leur ancien employeur mégalomane. Ce coup-ci, ils ont fondé leur propre boite de mercenaires et se retrouvent à Shangaï pour un contrat quand un pépin subvient : l’attaque de la ville par des mercenaires surentrainés. Devinez qui va sauver le coup ? Pas vous. Votre seule envie c’est de vous barrer de ce bled, mais bon, comme toute la ville est prise en otage, va falloir s’y coller. Et c’est à peu près tout pour le scénario du jeu. Il y a de quoi être déçu ne serait-ce qu’en comparaison avec le premier opus qui proposait à la fois un scénario bien sympa et en plus qui faisait réfléchir. Ce qui signifie concrètement un peu moins de variété, comme les scènes en véhicule, en parachute qui ont disparu et les défenses dos à dos qui ne sont plus qu’anecdotiques.

Heureusement que le reste est relativement meilleur que le premier à commencer par la jouabilité. Cette dernière à été repensée totalement pour ne plus avoir à se greffer des doigts supplémentaires. C’est également l’occasion pour ajouter quelques nouveaux mouvements et options pour se retrouver en un clone boosté de Gears of War. En effet, la coopération n’a pas été laissée de côté et a même été accentuée. Vous pouvez toujours effectuer les éternels contournements, courte-échelle, détournements de l’attention de l’ennemi, mais tellement mieux maîtrisés et moins radicaux. A cela, vous pouvez rajouter la possibilité de vous rendre à l’ennemi pour mieux le tuer, faire le mort, jouer avec votre partenaire à un petit jeu, vous servir des ennemis en otage...

Army of Canins

Le centre du gameplay coopératif était basé sur l’agressivité dans le premier, et il en est encore question dans celui-ci. Les développeurs ont revu leur copie qui était un tant soit peu radicale avec des ennemis un peu teubés sur les bords. Ici, les adversaires sont moins bêtes (mais toujours aussi agressifs), et vous devrez la jouer bien plus discrètement pour contourner un mercenaire dont l’attention est concentré sur votre allié. Et oui, finis les moments où vous pouviez vous mettre totalement à poil juste en face de lui sans qu’il ne prête attention à votre petite personne, même si par moments, l’IA peut faire preuve d’atavisme et retrouver les instincts de son ancêtre. La question que tout le monde se pose est : comment fonctionne cette agressivité ? C’est tout simple. Elle est représentée par une jauge qui oscille entre votre côté et celui de votre allié (contrôlé par la console, ou par un autre joueur en local ou à distance). Faites du bruit, attaquez les ennemis et la jauge ira de votre côté. Mais si c’est votre allié qui le fait, elle oscillera vers le sien.

Sachant qu’il est possible en solo de donner des instructions au partenaire (rester en place, avancer, rester groupé) sur deux niveau (passif et agressif) en fonction du nombre de pression sur la flèche de direction affiliée à l’ordre en question, vous pourrez jouir de ce système, même sans ami ! Il est dommage que ce dernier soit un petit peu lent à comprendre par moments. Ainsi, la mort viendra vous frapper parce que ce dernier a oublié de venir vous aider alors que vous appuyiez frénétiquement sur la touche A, gisant sur le sol et vous vidant de votre sang. Mieux encore, vous aurez peut-être même le loisir de le voir se heurter à un obstacle simple comme une rembarde d’escalier sans arriver à la franchir alors qu’il trainait votre corps et qu’à côté, il y avait de quoi garer un semi-remorque. Bien évidemment, il n’est pas nécessaire de faire mention de la vingtaine de groupies qui veulent vous tirer. Y’a de quoi être perplexe des fois...

Bilan

On a aimé :
  • La coopération
  • Une jouabilité repensée
  • Le système de choix
  • Replay Value intéressante
On n’a pas aimé :
  • L’absence de scénario et sa durée de vie
  • Les chargements
  • L’IA encore un peu limite par moments
  • L’effet plastoc cher à l’UE3
Army of Toutou

Rios et Salem reviennent pour le meilleur et pour le pire, surtout pour le meilleur avec cette suite qui est plus convaincante sur le fond mais, malheureusement, moins sur la forme. Le jeu se présente tout de même comme étant une bonne alternative à Gears of War que ce soit en solo ou en multi, sans pour autant dépasser le modèle. On regrettera seulement que de nombreux sacrifices aient été faits, diminuant d’autant la variété du jeu.

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

Army of Two : The 40th Day

Genre : TPS

Editeur : Electronic Arts

Développeur : EA Montréal

Date de sortie : 14/01/2010

Prévu sur :

Xbox 360, Playstation 3

Venez discuter sur le Forum Army of Two : The 40th Day