Saint’s Row

«Gangsta style !» , - 0 réaction(s)

Difficile pour un jeu tel que Saints Row de ne pas souffrir de la comparaison avec son principal concurrent : Grand Theft Auto. Rockstar a en effet inventé à lui tout seul un nouveau genre de jeu qui s’est vendu à des millions d’exemplaires de par le monde. Mais voilà, c’était sur la génération de consoles PS2-Xbox. THQ décide donc d’offrir pour la première fois un GTA-like sur next-gen puisque c’est sur Xbox 360 que sort le jeu. Alors, essai réussi ou pas ?

Tout comme dans GTA, il faudra dans le titre de Volition jouer un bad boy pour arriver à ses fins et à être respecté. On commence justement le jeu par la création de notre personnage. Le nombre de possibilités est ici très impressionnant et on peut facilement passer 5 minutes à modifier l’aspect du perso pour l’ajuster à notre goût. C’est simple, presque tout est modulable, ça va de la corpulence/musculature du corps jusqu’à la taille des yeux et à leur rapprochement par rapport au nez. Il est donc possible de créer un protagoniste à votre image ou alors un énorme gars avec une crête verte sur la tête et des oreilles énormes. Une fois notre avatar créé, on entre dans le jeu et on comprend vite l’ambiance qui règne dans la ville de Stillwater.

En voiture Simone !

On incarne donc un jeune gangsta qui, par un concours de circonstances a été recruté par le gang des 3rd Street Saints et le but est simple : conquérir les 36 quartiers de Stillwater et se faire respecter partout où on passe. Bien sûr on est pas seul à vouloir étendre notre territoire et 3 autres gangs sont là pour nous le faire savoir. C’est donc au fil des missions qu’il faudra se battre et on pourra même par la suite être accompagné par 3 de nos camarades (un seul au début) pour effectuer le sale boulot que nous donne le chef. Les missions qui nous sont confiées sont plutôt diverses : simple visite dans un quartier ennemi pour tuer un certain nombre de gangstas gênants, infiltration dans un immeuble pour y déloger ses locataires, suivre la voiture d’un gang ennemi qui a kidnappé la sœur d’un de vos boss, faire exploser la vitrine d’un gang ennemi etc. Bien que l’enchaînement des missions soit en général bien foutu, il arrive qu’on ait besoin de souffler un peu et de laisser libre cours à notre imagination en quittant un peu notre cher gang des 3rd Street Saints.

Egalité, fraternité certes, mais liberté ?

Comme tout GTA-like, Saints Row se devait de proposer une grande liberté au joueur et c’est réussi ! Vous êtes libre d’aller où vous voulez et de faire ce que vous voulez et ce dès le début puisque contrairement à GTA, la ville est entièrement ouverte au début du jeu et rien ne sera bloqué. Les quartiers aux alentours seront justes grisés sur la carte et ce sera à vous d’aller les visiter pour savoir ce qu’on peut y faire. Vous pouvez d’ailleurs mettre un pointeur sur la carte (disponible en appuyant sur ’start’) qui vous facilitera la tâche pour aller à un endroit précis puisque l’itinéraire sera indiqué sur la mini-carte située en bas à gauche de l’écran. On ne peut jamais s’ennuyer et il y a pas mal de trucs à faire, surtout avec les diverses activités qui nous sont proposées. Celles-ci sont nombreuses et fortement appréciables entre quelques missions histoire de gagner un peu d’argent, du respect ou tout simplement de se défouler.

Ramener les prostituées d’un gang adverse chez nous, participer à des courses illégales, entrer dans une arène en voiture et être le dernier survivant, détruire tout un quartier pour le compte d’une vielle dame, aller voir un avocat qui vous demande de frauder l’assurance en vous jetant volontairement devant les voitures pour causer le plus de dommages possibles et amasser un bon pactole à la fin (on gagne même des points bonus selon la distance ou la hauteur à laquelle on a été projeté) et bien d’autres encore ! L’activité de fraude à l’assurance donne l’occasion de voir que le moteur physique Havoc fait correctement son boulot en nous offrant une modélisation des corps et des objets très satisfaisante bien qu’un poil exagérée parfois mais ça, c’est une question de goût...

Chacune de ces activités dispose de plusieurs niveaux et vous êtes libre de passer au suivant à la fin de chacune d’elle ou non sachant que vous gagnez plus d’argent et de respect à des niveaux élevés bien entendu. En marge des missions et activités vous pourrez aussi vous amuser à trouver tous les CDs qui sont cachés dans le jeu (vous gagnerez une nouvelle musique pour chaque paquet de 10 CDs.), passer des heures dans les différents magasins (esthéticien, bijoutier, concessionnaire, tatoueur, vendeur de vêtements, de musiques, de substance illicites et j’en passe), appeler les numéros que vous trouvez dans la ville et découvrir quelques astuces (appelez par exemple le 911 et une ambulance viendra vous soigner). Attention car le cycle jour/nuit est géré (tout comme les conditions climatiques) et les magasins seront fermés la nuit. Il est quand même possible de forcer la porte pour entrer mais le vendeur ne sera évidemment pas là. Dans ces cas là vous pourrez essayer de forcer le coffre en jouant avec le stick gauche de la manette, ce qui n’est pas forcément facile au début.

Xboxygen 3.58 sur 5, note basée sur 3 évaluations.

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

Saints Row

Saints Row

Genre : GTA-Like

Éditeur : THQ

Développeur : Volition

Date de sortie : Septembre 2006