Test - Saint’s Row 2

«C’est toujours pas des saints.» , - 1 réaction(s)

Saints Row 2 fait directement suite, d’un point de vue scénaristique, à Saints Row (jusque là, rien d’incroyable). Cependant, des changements ont eu lieu à Stillwater, et vous devrez à nouveau reconquérir une ville qui vous a échappé des doigts après toutes ces années d’inactivité. Bienvenue à Stillwater, lieu de débauche, de violence et de vrais tarés.

Oh when the Saints...

C’est plusieurs années après les évènements de Saints Row que vous vous réveillez d’un long coma. C’est ainsi que l’on découvre votre personnage enfermé dans la section hospitalière de la prison de Stillwater, couvert de bandages sur le visage. Dès les premières secondes le pad en main, vous devrez personnaliser votre personnage de A à Z, ou plutôt de l’apparence, à l’attitude. En effet, les capacités du moteur de création de personnage sont tout simplement époustouflantes et détaillées. Déjà que celui du premier opus était plutôt complet, les développeurs ont fait encore plus fort en intégrant le genre féminin dans l’équation, ainsi que divers traits de caractères, de comportement (vannes, démarche, expression faciale de base, compliments). Ce qui vous vaudra par moments de formidables fous rires solitaires, mais francs (coller à son mec une démarche de nympho tout en vannant les passants avec l’exécution d’une danse mickaëljacksoniesque, ça n’a pas de prix) Vous pouvez même réellement personnaliser votre personnage à votre image si vous le souhaitez ! Et c’est ainsi que vous vous faites la belle avec un compagnon de chambrée, dès le début du jeu. Cette mission tiendra lieu de tutorial de base en vous apprenant à vous déplacer, effectuer des mouvements spéciaux (vous baisser, franchir des obstacles élevés), vous battre à mains nues ou avec une arme, conduire un véhicule... C’est une fois que cette évasion est réussie que les choses sérieuses vont commencer et que vous rentrerez dans le vif du sujet.

Mission : Impossible, 10 ans après

On débarque donc dans un Stillwater complètement changé après toutes ces années. Vous ne reconnaîtrez pas grand-chose du premier, si ce n’est plusieurs personnages qui feront leur retour, tel votre compagnon de route du premier opus Johnny Gat, fidèle à lui-même, même quelques lieux qui sont passés sous un énorme coup de truelle. Concrètement, le jeu est plus beau que le premier, mais ne déchire pas la rétine non plus. Etant donné la grandeur conséquente de la ville et l’absence de chargement entre chaque zone (ils n’ont lieu qu’entre chaque mission ou activité spéciale), on lui pardonnera ce petit défaut, ainsi que les quelques bugs d’affichage qui peuvent apparaître de temps en temps. Même si on aurait préféré avoir des personnages (en dehors du perso principal) plus soignés et une ville avec des textures plus léchées. L’animation, quant à elle, est correcte : le personnage bouge bien, les véhicules aussi. D’ailleurs, chaque véhicule, destructible, possède des caractéristiques différentes, bien que l’orientation arcade du titre fait qu’on préfèrera les véhicules plus nerveux. Cependant, tout n’est pas rose à Stillwater puisqu’en effet, à quelques rares moments, vous aurez d’affreux ralentissements gênants pour l’action. Parfois, on se demande même pourquoi ça rame comme ça, mais on devra faire avec. Du point de vue technique, on notera quelques beaux, aléatoires et encore plus rares plantages du jeu en fin de mission (durant l’écran de transition de fin de mission et le retour au jeu). J’en ai trois eu au total durant la phase de test. Assez frustrant vu qu’il faudra redémarrer la console et refaire tout ce qui n’a pas été sauvegardé. Sauvegardes à faire assez fréquemment donc, en plus de la sauvegarde automatique (qui elle ne sauvegarde qu’au moment du retour au jeu). Mais étant donné que la progression ne pose généralement pas trop de problèmes, recommencer ne gênera pas grand monde. D’autant plus que les missions sont pour la plupart un vrai régal que ce soit dans leur mise en scène, ou dans leur loufoquerie.

Bilan

On a aimé…
  • La liberté offerte par le titre
  • C’est tout plein de fun partout avec des activités aussi barges les unes que les autres
  • Le moteur de création de personnage est tout bonnement hallucinant tellement il est complet
On n’a pas aimé…
  • Techniquement un peu dépassé
  • Le online assez capricieux

Un Saint au Paradis ?

Saints Row 2 avait pour pari de faire mieux que le premier, et de tout miser sur l’amusement. Le pari est réussi haut la main, puisqu’on s’amuse réellement. Il est toutefois dommage de voir que la qualité du soft n’est pas au top de ce qui se fait actuellement et pénalise l’ensemble du jeu qui aurait pu avoir une meilleure note sans ces défauts. Bien que correct, on aurait aimé voir quelque chose d’un peu plus peaufiné. Toutefois, le plaisir de jeu efface rapidement ces soucis, et c’est avec plaisir qu’on y reviendra souvent pour s’amuser seul ou entre potes. La question que tout le monde se pose étant doit-on le préférer à Grand Theft Auto IV ? Ce n’est malheureusement pas ici que vous trouverez la réponse...

Xboxygen 4.72 sur 5, note basée sur 4 évaluations.
http://www.xboxygen.com/IMG/moton75.jpg?1525264504

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

Saints Row 2

Saints Row 2

Genre : GTA-Like

Éditeur : THQ

Développeur : Volition

Date de sortie : Octobre 2008

1 reactions

jaireimy

07 oct 2009 @ 08:08

Un jeu au potentiel fun énorme.