Test - Enslaved : Odyssey to the West

«C’est bon d’être un esclave» , - 3 réaction(s)

Un esclave assisté

Tout comme son histoire, le cœur du gameplay d’Enslaved est construit autour de la relation entre Monkey et Trip. Un duo inséparable qui devra s’entraider perpétuellement afin de franchir les obstacles qu’ils seront amenés à rencontrer. Vous ne dirigerez que Monkey mais vous aurez la possibilité de demander à Trip de réaliser certaines actions comme venir vous rejoindre, distraire un ennemi à l’aide d’un leurre, ou actionner certains mécanismes. Vous aurez en outre la possibilité d’aider Trip à atteindre des endroits ou franchir certains précipices éloignés, voire la transporter sur votre dos.

Cette relation rend l’attachement aux personnages plus naturel et Monkey gardera toujours un œil sur sa « maîtresse », une sorte d’ange gardien malgré lui, toujours prompt à la sauver, vu que sa mort signifie aussi la sienne. Cela induit de nombreuses séquences de gameplay différentes et le jeu ne peinera à aucun moment à trouver son rythme et à proposer au joueur un voyage dynamique et varié.

Outre cette puissante relation, Monkey devra faire usage de sa force brute et de ses incroyables capacités à se déplacer dans son environnement. On sera amené à rencontrer de nombreux robots au cours de notre odyssée avec Trip. Seule présence vivante dans les ruines post apocalyptiques de ce monde ravagé, ils demeurent très agressifs et semblent être les vestiges d’une guerre passée. Monkey devra user de toute sa force pour économiser son bouclier (rechargeable et qui résiste un temps aux tirs ennemis) et sa vie (première à tomber lors des combats au corps à corps).

Les combats peuvent sembler brouillons et sans finesse de prime abord et ne relèveront leur richesse qu’en cours de jeu. A ce titre, je conseillerais aussi d’attaquer celui ci en mode difficile afin d’avoir un challenge un poil relevé, car dans l’ensemble Enslaved s’avère trop facile. Monkey dispose pour se défendre d’un bâton d’énergie capable aussi de lancer des charges plasma et des charges flash incapacitantes. Vu que les munitions de ces dernières sont rares, c’est plutôt au corps à corps que l’on démembrera les robots. Il faudra attendre de pouvoir débloquer des capacités supplémentaires -que l’on pourra acheter à l’aide d’orbes trouvés dans les niveaux- tel que l’attaque après une esquive et la contre-attaque pour apprécier pleinement ces joutes.

Monkey peut aussi grimper avec une assurance simiesque sur divers éléments du décor. Ces phases de plate-forme sont entièrement scriptées. Monkey ne pourra grimper que sur des prises clairement définies -clignotantes de surcroît, ce qui jure avec le rendu magnifique des décors- et ne pourra jamais mourir suite à un saut manqué, vu qu’il est impossible de manquer un saut ou d’en réaliser un si ce n’est pas prévu. Ce parti pris des développeur est surprenant au début et déplaira certainement à certains d’entre vous mais le coeur du jeu n’est pas là et on a déjà rencontré ces phases scriptées dans d’autres très grands jeux sans que cela puisse gêner outre mesure. Ce qui est le cas dans Enslaved tant ses paysages sont somptueux et l’histoire plaisante à suivre.

Bilan

On a aimé :
  • La beauté des décors
  • Monkey et Trip
  • Une aventure très agréable
  • Les doublages français
On n’a pas aimé :
  • Trop court et trop facile
  • Un manque de finition préjudiciable
  • Les prises des phases de plate-forme qui clignotent
Un esclave imparfait mais diablement attachant

Enslaved ne conviendra pas à tout le monde. Certains ne lui pardonneront pas ses défauts, ses scripts à tout va, ses combats brouillons. Mais d’autres joueurs, comme moi, succomberont sans mal au charme de Trip et de Monkey, de leur palpitante aventure et des sublimes décors qu’ils traverseront. Enslaved est une aventure sensitive qui peut parvenir à charmer malgré ses défauts, personnellement je suis sous le charme et je ne saurai que trop le conseiller à tout ceux qui souhaitent avant tout retrouver dans un jeu un magnifique voyage plutôt qu’un challenge techniquement irréprochable.

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

Enslaved : Odyssey to the West

Genre : Aventure/Plates-Formes

Editeur : Namco Bandai

Développeur : Ninja Theory

Date de sortie : 08/10/2010

Prévu sur :

Xbox 360, Playstation 3

3 reactions

milhouse08

12 oct 2010 @ 10:52

ce jeu est une belle surprise !!!

je ne m’attendais pas dutout a un jeu aussi bon et attachant !

Le jeu fait référence et reprend le game system de plein de jeux et le mix est vraiment bon ! (meme si il est trop linéaire et scripté)

L’aventure ets intense du debut à la fin, on parcours des decors tous aussi magnifique les uns que les autres (defois on a des sacré chute de frame rate mais bon cest telement beau que ca passe !)

il y a aussi quelques petits bugs dans le jeu, il est aussi unpeu trop facile donc n’hésitez pas à le fiare en difficile et meme comme ca il vous faudra 3 soirées pour finir ce jeu.

Mais l’expérience offerte par ce jeu surpasse ces defauts foncés c’est un VRAI bon jeu

pieur

12 oct 2010 @ 12:58

Ah Ben vous ne faite pas la grève aujourd’hui ?

Ce test me donne vachement envie, déjà que la démo avait fait son effet ! Je pense vraiment me le prendre dans quelques mois en occas.

davidkenobi

19 oct 2010 @ 08:59

Artistiquement ce jeu est un chef-oeuvre, tout le reste est superflu