Test - Dark Souls

«Cravache et cuir moulant exigés» , - 43 réaction(s)

Après un opus exclusivement sur PS3, From Software se décide de donner une suite au médiatiquement connu Demon’s Soul. Nommé sobrement Dark Souls, le concept ne change pas pour un titre plus grand public...

Oh oui ! Fais-moi mal !

Bon, là vous allez mourir.
Bon, là vous allez mourir.

Grand public parce qu’il sort sur PS3 ET Xbox 360. Pour le reste, on se trouve avec un jeu très fermé. Et oui ça commence fort pour un jeu avec de beaux atouts, mais qui les exploite très mal à commencer par le scénario. Pour un jeu avec des attributs de jeu de rôle, avoir une histoire à la fois anecdotique, et une narration inexistante n’aide pas vraiment à s’immerger dans l’aventure. Pourtant l’intro annonçait quelque chose d’intéressant. Ajoutons à cela, une quête principale très vague et des quêtes annexes quasi inexistantes. Il suffit juste que vous gardiez en mémoire que vous êtes une sorte de mort vivant qui possède encore toute sa tête. Cet état s’explique par une malédiction sur de nombreux humains. Cela explique également le fait que quand vous mourrez, et bien, vous ne mourrez pas vraiment. Vous pourrez cependant en utilisant les objets adéquats, redevenir humain. Jusqu’à ce que vous mourriez de nouveau, bien sûr... Il est bon de remarquer que pour une fois, le fait de respawner soit plutôt cohérent comparé à beaucoup d’autres jeux, où on revit, on ne sait pas pourquoi ni comment, mais on ne meurt pas. Votre but sera de tenter de lever cette malédiction.

Là, il va vous tuer.
Là, il va vous tuer.

Pas de grosses différences à noter entre l’aspect mort vivant et l’aspect humain, en dehors que pour l’un vous êtes quand même un peu décomposé. Seul l’attitude et le phraser de quelques PNJ sera vraiment remarqué. Quelques légères résistances ou faiblesses à des éléments seront également de la partie en fonction de votre aspect. Le reste de l’aspect RPG est plutôt respecté avec des points de compétence qu’on débloque au fil des niveaux qu’on atteint grâce à des âmes qui servent d’expérience dans le jeu. Et c’est là où le bât blesse pour la progression du joueur : les âmes servent également de monnaie dans le jeu. Il faudra donc choisir entre monter son personnage ou l’équiper. Et attention, on ne peut pas vendre son équipement, sinon se serait trop facile de monter en niveau hein ! Bah parlons-en du facile. Le premier titre était réputé comme difficile, et le second se vante de suivre les pas de son grand frère. Soyons directs, le jeu n’est pas si difficile que cela, c’est juste qu’il est totalement mal foutu, forçant le joueur à errer dans le même endroit pendant des heures à tenter de faire du leveling acharné, sans quoi on ne peut pas avancer dans le jeu. On aime ou pas, mais rien à voir à de la vraie difficulté, puisqu’il s’agira plus de suivre un circuit bien précis pour progresser efficacement. Il aurait fallu que les développeurs proposent des zones plus progressives, surtout pour débuter, cela aurait rendu le titre beaucoup plus abordable pour les non initiés au genre.

Ici, vous ne mourrez presque pas.
Ici, vous ne mourrez presque pas.

Ici, on se retrouve à devoir rester au même endroit pendant plusieurs heures pour gagner des âmes sans trop craindre le risque de les perdre (il y a bien sûr les quelques petits déboires techniques qui peuvent s’en mêler). Ah oui, je vous avais pas dis ? Quand vous mourrez, vous perdez toutes vos âmes, en bref vous venez de passer vos éternels combats pour souvent pas grand chose. Ne vous rassurez pas parce que vous pourrez récupérer ces âmes perdues à l’endroit où vous êtes mort, mais bien évidemment, tous les ennemis reviennent à la vie puisque en mourant, vous vous retrouvez près d’un feu, resetant toute votre avancée contre les adversaires (à l’exception des boss, des demi boss vaincus et des raccourcis débloqués, encore heureux !), rendant aussi difficile la progression vers l’endroit pour récupérer vos biens perdus (rappelez-vous, si vous êtes mort à ce niveau, c’est que vous en avez probablement chié jusque là, donc de fortes chances de ne jamais récupérer votre dur labeur). Et attendez, ce n’est pas fini...

Bilan

On a aimé :
  • Le système de combat pas mal foutu
  • Mieux que les clubs SM de par son intensité malsaine
  • Un challenge à la hauteur de sa réputation
On n’a pas aimé :
  • Jeu mal conçu sur pas mal de “détails”
  • Que la soi-disant difficulté ne soit en fait qu’une couverture de la pauvreté scénaristico-narrative du jeu
  • La majorité des joueurs ne s’amusera finalement pas vraiment
Une carte de membre ?

Dark Souls ne mérite pas son succès d’estime. Ce n’est qu’une illusion qui cache une soi-disant difficulté qui elle-même cache en fait un concept bancal, manquant d’un rafraîchissement au goût du jour et une pauvreté scénaristique aberrante. Pour un RPG, cet aspect ne pardonne pas. Mais en le prenant pour un jeu d’action, il s’en sort mieux. Clairement pas du niveau d’un Gears of War 3, mais assez pour y revenir de temps en temps pour avancer. C’est drôle des fois, les jeux qu’on déteste le plus sont ceux qui nous laissent le plus de souvenirs. L’intensité du voyage probablement. Alors si c’est cette intensité qui vous intéresse, vous avez trouvé votre compagnon de voyage pour des semaines. Si vous cherchez un jeu d’action, ou même un jeu de rôle classique pour vous amuser, ne vous arrêtez pas dessus avant d’avoir regardé ce qui se fait d’autre, vous pourriez être grandement déçu de la trop grande différence avec vos jeux habituels. A trop vouloir être élitiste, on finit par se retrouver seul.

Xboxygen 3.89 sur 5, note basée sur 9 évaluations.
http://www.xboxygen.com/IMG/moton901.jpg?1390069521

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

Dark Souls

Dark Souls
PEGI 16 Violence

Genre : Action RPG

Editeur : Namco Bandai

Développeur : FromSoftware

Date de sortie : 07/10/2011

Prévu sur :

Xbox 360, Playstation 3, PC Windows

Venez discuter sur le Forum Dark Souls

43 reactions

CaptainSushi

12 oct 2011 @ 13:14

Je trouve que le teste est comme même sévère peut-être un peut trop ! Le jeux se joue par l’échec et récompense les joueurs persévérant en sa c’est une très bonne choses surtout si on compare sa avec les jeux actuel qui n’ont aucun challenge ! Pour moi c’est un très bon RPG qui vise un publique Harcore

TomS

12 oct 2011 @ 14:30

On dit QUAND MEME pas COMME MEME

Jarel

Rédaction

12 oct 2011 @ 14:43

Ce test a aussi divisé au sein de notre rédaction. Libre à vous d’osez le challenge ou pas. Perso, j’adore.

work44

12 oct 2011 @ 14:54

@ CaptainSushi : un effort sur l’orthographe parce que là... :-O @ Jarel : pourquoi les membres de la rédac’ qui ont testé le jeu ne donneraient pas également leur avis ? Ca pourrait se faire dans une sous-section du test où on verrait juste votre note et un bref avis. C’est vrai qu’il y aussi le forum pour ça...mais c’est mieux si c’est regroupé à mon avis.

Sinon pas testé le jeu pour ma part. Entre BF3 et Skyrim qui arrivent, faut faire des choix.

avatar

Onizuka

12 oct 2011 @ 16:06

Alala si le test était sortie en même temps que les autres (c’est pas un reproche hein :-P ) ...

je me suis fait avoir par la presse qui se sont agenouillé devant ce titre , alors je me suis dis je l’achète ça fait presque 1 an (même plus) que ma ps 3 sert a caché un trou dans le mur ...

Résultat , je le met en me disant qu’il va m’occupé jusqu’à la sortie de Skyrime ! mais au bout d’une aprèm je me fais chié ... tout est beaucoup trop OLD SCHOOL et pas du bon côté du terme genre ouai la difficulté c’est cool mais du côté comme si il n’y avait pas eu de RPG de ce style sortie depuis 5 ans ! Le système de sauvegarde , comment dire ... c’est plus un cache misère qu’autre chose , je m’explique , ils ont voulu caché la pauvreté du jeu par un système de « try again » , on doit recommencé recommencé recommencé chaque passage jusqu’à mémorisé comme a la période 8 bits chaque passage pour s’en sortir ??? Pourquoi faire ??? Ce dire « ouai c’est un jeu hardcore ? » soit disant ? y’a pas de difficulté dans ce jeu , c’est juste mal calibré !

Ce jeu je le répéte me rappelle les jeux bien casse couille 8 bits on l’on mourait des dizaine de fois pour passer un passage , mais c’est pas une difficulté propre au jeu qui demande un certain « skill » mais t’es obligé en quelque sorte de crever pour passer !

Ce système de « try again » c’est pas mal dans des jeux comme Dead Rising où le fun est là , on s’en moque un peu de mourir dans dead rising . Mais là se retapé le même passage en faisant gaffe de ne pas monter l’échelle parce que un squelette nous attends en haut près a nous tapé pour qu’on tombe ... le piège a la con ...

C’est un jeu 8 bits transposé en 3 D dans ses mécaniques : fausse difficulté qui enfaite c’est plus des « pièges » tendu au joueur qu’autre chose , une maniabilité qui fait qu’on meurt et à l’image des jeu 8 bits le scenario c’est *bruit du vent passant par une fenêtre* ...

Bon point : l’ambiance qui est là et que j’aime !

En dehors du jeu juste une critique , les journalistes on une certaines « responsabilité » on leur fait confiance en quelques sortes , et on est pas tous fortuné pour s’acheté des jeu a foison et se dire « bof il est pas bien je le range » . Alors voilà je me sens arnaqué comme quand j’ai acheté le premier two worlds qui se disait proche de Oblivion (enfaite c’est une daube , c’est mon pire jeu xbox 360)

C’est mon avis perso , je comprend que des gens aimes ce type de jeu mais le fait de l’acclamé en le mettant sur le même pied d’est-ale d’un gros blockbusters ... C’est moyen quand même ...

kereros

12 oct 2011 @ 16:44

A 13h30 j’étais tranquillement dans le bus pour acheter mon exemplaire de dark souls qui m’a séduit par le biais des test de gamekult et jeuxvideo.com et c’est la que, pour m’occuper je sort mon iphone, je vais sur xboxygen et vois votre test, je me dit tien je vais le lire pour m’occuper et me réconforter dans ma décision et la BOOOM, le choque, et comme je fais plus confiance a vous qu’a jeuxvideo.com car pour certain test on a l’impression qu’ils sont payer par les devs et ba la je suis chez moi avec un exemplaire de Rage et je ne regrette pas du tout. Comme quoi il suffit d’un rien :-)

avatar

nomad

12 oct 2011 @ 18:10

C’est pas l’avis d’un seul testeur qui changera quelque chose,ce jeux est reconnut Concernant les notes,il est au dessus du 15sur20 chez jeux vidéo fr gamekult pas connu pour surnoter jeux vidéo com gameblog fr jeux vidéo network donc je pense que votre test repose sur l’avis d’une seule personne en l’occurence le testeur,et comme un jeux peut pas plaire à tous le monde,voilà le résultat;-)

streptos

12 oct 2011 @ 18:15

Le jeu n’a jamais caché sa volonté de faire dans le style vieille école et il est encore plus difficile que Demon’s Souls dans sa structure de progression. Le monde est plus ouvert grâce à la disparition du Nexus et on se plait à explorer de fond en comble cette cité.

On est loin du RPG pop-corn, c’est un genre différent qui récompense les persévérants. En tout cas, j’aime beaucoup ce « Demon’s Souls 2 ».

SuperNael

12 oct 2011 @ 18:18

En clair . DONNER-NOUS LE NOM DU P***** DE GROS NOOB QUI A FAIT LE TEST !

Ok Je sors ==} :’-))

avatar

Arenae

12 oct 2011 @ 19:10

« Non, mais réfléchissons deux secondes, si le jeu était bien fichu, il aurait au moins permis en solo de mettre pause pour pouvoir aller pisser ou pour changer de batterie. »

— > Rien que ce passage montre à quel point le testeur n’a rien compris à l’essence du jeu et n’était pas dans une bonne disposition pour l’apprécier dès le départ. Visiblement on a mit le jeu entre les mains de quelqu’un dont les connaissances sur Dark Souls étaient plus que limitées. Erreur assez grossière quand même, étant donné que pour ce type de jeu, il vaut mieux se renseigner, se documenter voire s’imprégner avant de comprendre qu’il s’agit avant tout d’une question d’investissement personnel.

Bref, ce test est assez mauvais dans l’ensemble, ce qui est surprenant quand on voit la qualité des autres tests. Mais une chose est sûre, cet article maladroit a au moins le mérite de faire comprendre aux gens que DkS est unique et n’est pas à mettre entre toutes les mains, nous venons d’en avoir la preuve parfaite.