Test - Bayonetta

«Oh oui ! Fais-moi mal !» , - 3 réaction(s)

C’est des fous !

Bayonetta est amnésique. Elle sera à la recherche de sa mémoire, et cela l’amènera à rencontrer des personnages tout aussi hauts en couleurs qu’elle, comme Jeanne, une sorcière qui maîtrise également la Balle et qui semble tout savoir sur Bayonetta, Cerezita, une petite fille qui appelle Bayonetta « Maman », Luka, un journaliste qui veut se venger de Bayonetta en dévoilant au monde entier l’existence des sorcières, un démon très influent propriétaire d’un bar et son sbire peureux. Tout ce petit monde a une case en moins, et ne fait que souligner l’ambiance du jeu : délire total (la rencontre avec votre premier ange de type Joy est à marquer dans les anales du jeu vidéo).

Parce que Bayonetta n’est pas qu’un simple Beat Them All, c’est un Beat Them All avec des hectolitres de sang, de la provocation sexuelle par camions entiers (mais ne vous attendez pas à voir des gens nus), des clins d’œil par centaines (jeux vidéo et autres) et de l’humour à rivaliser avec les plus grandes séries comiques. Et le tout est servi par une mise en scène très dynamique sous trois formes différentes. Les séquences cinématiques classiques en mouvement, des dialogues sur fond de cinématiques immobiles où seuls quelques légers détails (des vêtements par exemple) bougent, et enfin, les séquences cinématiques sur pellicule qui sont semblables aux cinématiques fixes, mais présentes sur pellicules avec un dynamisme hors normes. Cela paraît un peu bizarre au début, mais on s’y fait vite, et en redemande même plus !

Et en redemander, vous en aurez l’occasion durant les 16 chapitres du jeu. Surtout que bien que le niveau de difficulté maximum soit le normal (il faut débloquer les niveaux supérieurs en terminant en normal), le jeu ne fait aucune concession aux faibles. Vous allez mourir, souffrir, crever, être atomisé, vous faire humilier par convois entiers ! Les développeurs avaient annoncé un jeu difficile, et on en a un ! Les ennemis attaquent en groupe, sont résistants (et ne se laissent généralement pas stopper par les attaques les plus faibles) et ne se laissent pas faire. Mais rassurez-vous, puisque vous pourrez évoluer au fil des chapitres et de vos gains en auréoles, qui vous permettront d’acheter des armes, techniques (transformations animales, techniques de combat...), objets puissants, items de soutien (vie, magie, bouclier temporaire...) et autres modifications. Vous pourrez ainsi augmenter votre barre de vie en glanant des cœurs brisés de sorcière (4 cœurs brisés pour augmenter un peu la barre), votre barre de magie, booster vos armes, vous en procurer d’autres après avoir récupéré des disques angéliques, des costumes...

Tout cet arsenal couplé avec une excellente maîtrise de l’esquive (et donc, du ralentissement temporel) devraient vous aider dans les niveaux de difficulté supérieurs. Si le jeu se termine en une douzaine d’heures, la rejouabilité est énorme, puisque vous pourrez, en reprenant votre personnage, recommencer le jeu dans des niveaux de difficulté plus élevés où seront débloqués des bonus à acheter (armes, tenus, personnages...), et où vous pourrez compléter votre chasse aux objets qui n’étaient pas présents dans les niveaux inférieurs. Ou même ne serait-ce que pour améliorer votre score sur chaque chapitre et récolter des statues de platine, ou pour compléter les challenges angéliques cachés.

Bilan

On a aimé :
  • Le délire constant que propose le jeu
  • La difficulté et la rejouabilité énorme
  • La variété des situations
  • Le gameplay à la fois simple et complet
  • C’est totalement indécent
On n’a pas aimé :
  • Petits soucis de framerate et de ralentissements
  • L’histoire se boucle rapidement
  • Les prix de la boutique sont ultra exagérés
So, Chouchou ?

Bayonetta tient toutes ses promesses, tout en mettant un énorme coup de pied dans la fourmilière. A la fois irrévérencieux, diaboliquement fun, et au gameplay simple et efficace, on tient là la nouvelle référence du genre. Non pas qu’il le révolutionne, mais parce qu’il prend le meilleur et le rend meilleur encore. Du grand art.

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

Bayonetta

Bayonetta

Genre : Action/Beat them up

Editeur : SEGA

Développeur : Platinum Games Inc.

Date de sortie : 08/01/2010

Forum : Bayonetta

3 reactions

avatar

Codekaos

19 jan 2010 @ 17:59

Enfin un jeu qui ne se fout pas de la gueule des gamers....

avatar

siska

27 jan 2010 @ 04:38

moué ... j’ai acheté les jeu 70euro , une heure plus tard j’étais de retour au magasin pour entendre « on le reprend 28euro ... » foutage de gueules assuré ! l’histoire a chié , graphisme ça va , c’est un jeu de minet , trop simple , trop évidents , rien ne vaut un Dante , maintenant je le sais et je ne referais pas la meme erreurs concernant les jeux « grosse productions » .

avatar

alfoux

25 fév 2010 @ 11:12

Un autre avis sur le sujet :

http://levelfive.fr/bayonetta-360/