Test - Diablo 3

«Le retour du maaaaaal» , - 1 réaction(s)

Blizzard connaît bien son affaire, et les 5 classes possibles permettent des combinaisons nombreuses et de multiples approches quand on joue en coopération. Mieux vaut se compléter et jouer en bonne intelligence pour avancer. Même si on devra patienter de temps à autre, le temps que tous les joueurs aient terminé l’optimisation de leur équipement ou le choix de leurs compétences, le résultat s’avère diablement (Ha ! Ha !) efficace et il n’est pas évident de lâcher la manette. A noter que le jeu à plusieurs peut se faire en local ou en ligne. Si en local cela fonctionne sans problèmes (heureusement), c’est aussi le cas en ligne. Lors de ce test j’ai pu découper du monstre avec différents joueurs de tous pays dans une bonne humeur communicative et sans problème de lag significatif.

Le PC se console

Le début du jeu

Si cela fonctionne aussi bien, c’est aussi grâce à une très belle réalisation. On s’inquiète traditionnellement du résultat quand un jeu vient du PC, et il n’y avait pas de quoi, la Xbox 360 en a encore dans le ventre et le montre. On a ainsi le droit à des décors souvent somptueux, à un nombre impressionnant de personnages à l’écran, ça bouge dans tous les sens, et tout cela (presque) sans accroc. Si un peu d’aliasing s’invite à table, il reste discret et n’entache pas la bonne impression globale. Quelques ralentissements sont également de la partie quand l’écran est bondé d’action, mais ceux-ci restent rares et commencent à faire leur apparition relativement tard dans le jeu. Les puristes pourront toujours dire que cela reste mieux sur PC… Sur le leur, sans doute, mais pas sur le mien, ni sur celui de beaucoup de monde ! Au chapitre réalisation, on soulignera au passage les très bonnes musiques du jeu, dont certains thèmes reprennent parfaitement l’esprit de la saga (à commencer par les cordes qu’on peut entendre au tout début du jeu). Les dialogues, eux, sont correctement joués, mais du fait du peu d’importance de l’histoire, il faut bien avouer qu’on n’y prête pas vraiment attention ! Une bonne idée en passant, quand on interroge quelqu’un, plutôt que de devoir rester béatement à attendre qu’il ait terminé son speech, on pourra continuer à faire autre chose, aller ailleurs, tout en écoutant ce qu’il a à dire. C’est très malpoli, absolument pas réaliste, mais très pratique !

Je n’ai pas joué à cet épisode sur PC (puisque je vous dis que mon PC ne peut pas le faire tourner correctement !), mais en y jetant tout de même un œil j’ai pu noter quelques différences, qui montrent avant tout que Blizzard a bien réfléchi avant d’adapter son jeu. Déjà, il n’est plus obligatoire de jouer en étant connecté. Ce sujet étant sensible ces derniers temps, c’est toujours bon de le signaler !

Pas trop chaud sous l’armure ?

On trouvera quelques changements mineurs (plus possible de participer à des bourses aux objets par exemple), mais globalement le jeu est strictement identique. C’est au niveau de la maniabilité et de la progression qu’on constate les plus grosses différences. Ainsi, sur console, les nouvelles compétences se débloquent automatiquement une par une en étant affectée à un bouton unique, contrairement au PC. On choisit ensuite quelle action on veut réaliser avec ce bouton. En quelque sorte, un tri est déjà fait par catégories de compétences, et on se retrouve « guidés » dans nos expérimentations avec des combinaisons plus limitées que sur PC, et déjà cohérentes. En d’autres termes, on a beaucoup moins la possibilité de se tromper !

Par ailleurs, l’absence de la souris (et surtout des touches de raccourcis) ne se fait pas du tout ressentir. Tous les boutons de la manette sont utilisés, mais ils le sont au fur et à mesure de la progression, ce qui fait que c’est très naturellement qu’on assimile toutes les commandes, quand bien même elles sont nombreuses. Le résultat est tout à fait probant, et on maîtrise en fin de compte très vite le jeu. La manette démontre une grande efficacité dans ce style exploration/action, et se révèle même, à mon humble avis, supérieure au clavier/souris (là, normalement, tous les PCistes du monde vont m’écrire des lettres d’insultes). Sans compter qu’il est du coup simple comme bonjour de jouer dans la même pièce. En fait, on arrête très vite de se poser la question de l’adaptation d’un jeu PC, pour juste constater qu’on a là un jeu très réussi sur consoles.

Bilan

On a aimé :
  • Belle réalisation
  • Forte replay value
  • Formidable en coop
  • Adaptation sur consoles bien pensée
  • Aventure très rythmée
On n’a pas aimé :
  • Le scénario faiblard
  • Quelques ralentissements quand l’action déborde de partout
Diablo 3 est un jeu consoles

Dire que Blizzard s’en tire avec les honneurs est très en dessous de la vérité. Cette adaptation de Diablo 3 sur consoles est une franche réussite, à tel point qu’on oublie très vite que c’est à l’origine un jeu développé sur PC puis adapté. Plutôt que de se poser ces questions, on a juste à profiter d’un titre très bien réalisé, rythmé et prenant. Si le jeu en solo est agréable, à plusieurs Diablo 3 devient redoutablement accrocheur et amusant. Dommage que le titre s’appuie sur une histoire faiblarde qui n’exploite pas un univers pourtant diversifié. Il ne manquait que cet élément pour que je le gratifie d’un coup de cœur.

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

Diablo 3

PEGI 16

Genre : STR

Editeur : Activision Blizzard

Développeur : Blizzard Entertainment

Date de sortie PC : 15/05/2012

Date de sortie X360 : 03/09/2013

Date de sortie Xbox One : 19/08/2014

Prévu sur :

Xbox 360, Playstation 4, Playstation 3, PC Windows, Mac OSX

1 reactions

avatar

phoenix sigma

13 aoû 2014 @ 22:10

Il est déjà en vente à micromania sur one