Test - Shenmue I & II Remaster

«De l’opportunisme» , - 4 réaction(s)

Sega a beau ne pas nous avoir annoncé de Dreamcast 2 à l’E3 2018, pour les fans de la marque au hérisson, il restera quand même deux dates importantes à retenir : le 15 juin 2015 et le 21 août 2018. La première concerne l’annonce de la campagne Kickstarter de Shenmue 3 et la deuxième, elle, la sortie du remaster des deux premiers épisodes sortis sur Dreamcast (Shenmue II a également été porté sur Xbox). Vous ne voyez peut-être pas le rapport entre les deux et pourtant la sortie de ce nouvel opus et le teasing d’un quatrième épisode (ici) sont les causes directes de ce remaster au doux parfum de fumisterie auquel Sega nous a habitués au fil des années.

Histoire et contexte

J
J’en connais quelques-uns qui vont couiner

Avant même de commencer à aborder le test à proprement parler, prenons quelques instants pour replacer un peu le contexte dans lequel la licence Shenmue a vu le jour. Né en 1996 de la tête d’un génie, Yu Suzuki (Space Harrier, Virtua Fighter, Virtua Cop), Shenmue fut sans conteste le jeu le plus ambitieux jamais produit par Sega et ce, jusqu’à aujourd’hui. On parle d’un développement de trois ans ayant coûté près de 70 millions de dollars ; un budget déjà faramineux pour l’époque. Le titre fut initialement un RPG en 3D reprenant non seulement le système de combat de Virtua Fighter mais également l’un de ses personnages, Akira. La volonté de son créateur est de vouloir donner la plus grande liberté au joueur. C’est au retour d’un voyage en Chine que Yu Suzuki aura l’idée du pitch du Shenmue que nous connaissons aujourd’hui. Il veut tout changer. Il revient sur sa décision de réutiliser Akira et embauchera une équipe de talents pour créer le script final de son jeu. Nous sommes en 1997, la phase de pré-production traîne. Suzuki le voulait sur Saturn mais ce sera finalement sur Dreamcast que le jeu sortira en 1999 au Japon et en 2000 dans le reste du monde. Shenmue est une véritable bouffée d’air frais et est, pour certain(e)s, leur première rencontre avec le Japon tel que les japonais se le représentent. Le jeu impressionne non seulement par son histoire mais également par son mélange savant d’exploration, d’enquête et de combat. Son niveau de réalisme est incroyable et reste à ce jour une véritable référence, un incontournable qu’il est de bon goût de découvrir au moins une fois dans sa vie de joueur. Sa suite renouvellera l’exploit en novembre 2001. La licence sera cependant très vite ringardisée par les jeux qu’elle aura inspirés tels que Grand Theft Auto 3 (sorti en octobre 2001) et Yakuza (sorti en septembre 2006) qui pousseront le monde ouvert en 3D beaucoup plus loin.

Un monde d’adultes

Quelques fulgurances graphiquement
Quelques fulgurances graphiquement

Le premier jeu ouvre sur le meurtre du père de notre héros, Ryo Hazuki, par un mystérieux criminel chinois du nom de Lan Di. Ryo fera tout pour venger la mort de son paternel. Une vengeance qui le mènera loin, très loin de Yokosuka, son village natal. L’histoire s’étend sur ces deux épisodes et reste le principal point fort de ce remaster. L’intrigue est habilement servie par l’ambiance et l’atmosphère dans laquelle le jeu nous aspire. Elle transpire d’émotions éminemment puissantes qu’un humain peut traverser dans une période de deuil : la tristesse, la haine, le désir de vengeance mais, surtout, l’espoir. Des émotions qui créent tout de suite un lien particulier entre Ryo et le joueur et qui touchent juste à chaque fois. Pas de ouin-ouin ni de surenchère à la mords-moi-le-noeud. Ici, on est chez les adultes. Les différentes péripéties auxquelles Ryo devra faire face sont amenées au joueur principalement par le biais de bribes de conversations qu’il ou elle aura avec les différents PNJ qui peuplent le monde. On regrettera toutefois des “rails” trop évidents qui brident un peu la narration. Par exemple, certains dialogues vous seront inaccessibles si le script correspondant n’a pas été activé en amont. Un défaut qui n’en est pas vraiment un étant donné l’époque à laquelle les deux jeux sont sortis. On pourrait également chipoter concernant certains enchaînements de situations qui se font de manière un peu brusque, nous sortant un poil de l’univers mais sans grande conséquence.

Mokujin

On parlait de conversations avec les PNJ un peu plus haut et bien sachez qu’il s’agit là de la composante principale du gameplay de Shenmue. Chaque nouvel évènement fera office de motif pour aller bavarder avec la populace…avec tous les aller-retours que cela implique. Les deux jeux ne sont qu’un assemblage indigeste de fetch quests pour un joueur en 2018. L’histoire nous fait passer de situation en situation sans forcément se renouveler en termes de gameplay. Certes, quelques QTE (notamment rendus populaires par ce même Shenmue) viendront épicer cette progression en apparence bien plate.

Salut les filles !
Salut les filles !

Le système de combat est devenu ringard et consiste finalement à bourriner les boutons de son pad afin de terrasser ses adversaires. Il est également mal introduit dans l’histoire via un tutoriel qui se contente de présenter les mouvements de base (pieds, poings et j’en passe). La recherche des différents mouvements cachés dans le monde à travers les différents maîtres et autres rouleaux de parchemin est toutefois assez intéressante et apporte un peu de profondeur -et de diversité- au système de combat. Si certains ennemis se montrent complètement amorphes au point de se laisser démolir la face à coups de tatanes, d’autres sont à l’inverse ultra agressifs et pourront poser problème aux joueurs les moins expérimentés. Shenmue est peut-être le jeu qui a ravivé mes pires souvenirs en matière de jeu vidéo en ce qui concerne la maniabilité et les contrôles. Ryo est lourd et agile comme un tronc d’arbre. Ajoutez à cela les fenêtres d’interaction absolument minuscules qui du coup impliquent presque de les “viser” ; et viser avec un tronc d’arbre en guise de personnage… franchement bon courage ! La caméra est elle aussi une vraie tannée qu’il faudra apprendre à maîtriser tout au long de l’aventure. Elle ne manquera pas de vous rendre fou, notamment dans les espaces exigus. Une fonction zoom (LT) est heureusement présente pour parer à ces problèmes même si elle reste perfectible.

Précision (sans doute) inutile : Shenmue 1 & 2 Remastered tourne en 4K 30 fps absolument sans aucun problème sur One X. Les textures ont été lissées apportant un rendu beaucoup plus net et flatteur pour nos rétines. La qualité du son en revanche est à la rue. Certains dialogues sonnent complètement distordus, les rendant franchement agaçants surtout lorsque l’on joue au casque. Un défaut que l’on peut retrouver sur certains bruitages également. Un seul minuscule bug m’est tombé dessus à l’heure de la rédaction de ce test : regarder une cinématique avec le bruitage de Ryo en train de vider une canette. Cocasse et loin d’être grave. On regrettera que seuls les menus, icônes et sous-titres aient été revus. Quelques bonus, comme une galerie par exemple, auraient pû être bienvenus.

Bilan

On a aimé :
  • Des environnements bien vivants
  • Le niveau de réalisme
  • L’intrigue bien ficelée
  • Les jeux d’arcade (Hang On, surtout)
  • Les graphismes reliftés
On n’a pas aimé :
  • Les sons et bruitages qui crashent
  • La maniabilité et la caméra qui peuvent parfois rendre dingue
  • Certains passages franchement pénibles
  • Le système de combat ringard
  • Boucle de gameplay trop répétitive
Un remaster paresseux

Si Shenmue 1 & 2 ont su nous envoûter à leur sortie en 2000 et 2001, il n’empêche qu’il s’en est passé des choses en matière de jeu vidéo depuis ! Si Sega a su avoir le nez creux en sortant ce remaster, ils ont manqué quelque peu de vision quant à sa réelle proposition. Son contenu est en effet bien chiche comparé à l’attente qu’il a générée. Un parfum de déception voire d’amertume plane sur ce remaster ; un remake aurait peut-être été la proposition la plus cohérente. Yakuza a eu le droit à deux : Kiwami 1 & 2. Pourquoi pas Shenmue ? Au lieu de ça, Sega se contente de nous servir ces deux jeux dans leur jus. Fans et nostalgiques apprécieront forcément ce retour, aussi décevant soit-il. Seuls les curieux les plus courageux auront peut-être la patience de découvrir ces chefs d’œuvres des années 2000. Les autres préfèreront plutôt passer la main.

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton2319.jpg?1523695987

Accueil > Tests

Shenmue I & II Remaster

Shenmue I & II Remaster
PEGI 0

Genre : Action RPG

Éditeur : SEGA

Développeur : D3T

Date de sortie : 21/08/2018

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, PC Windows

4 reactions

avatar

bangy78

24 aoû 2018 @ 17:11

JeuxActu est encore moins tendre, tout en étant honnête

jm ysb

24 aoû 2018 @ 17:29

dommage que ce remaster n’en soit pas un ! rendre le jeux compatible avec les nouvelles plateformes est une très bonne initiative, mais dans le cadre d’une rétrocompatibilité avec un prix plus attractif me semblait plus honnête. bref, c’est du business.

concernant le test, je le trouve juste ! le jeux est à considérer dans un certain contexte et ne pas s’arrêter sur l’aspect technique du titre.

Blondin

24 aoû 2018 @ 19:27

Bon, je le sentais un peu venir, le portage « sans se fatiguer » :) Je pense que je me le ferais quand même, à l’occasion, quand il sera en promo.

C’est un de mes quelques regrets, ne ne pas être allé au bout à l’époque sur la Dreamcast, donc je pense que je me le referais. je pense que, portage fainéant ou non, ça reste un gros morceau d’histoire du JV, et si on est pas réfractaire aux vieilleries vidéoludiques, c’est un truc à essayer.

Après dans le rétro j’ai plus de facilité à me mettre sur un jeu de baston, sur un BTA, ou ce genre de jeu qu’on peut lancer pour 5, 10, 15, 30 minutes sans se prendre la tête, donc j’avoue que pour un gros morceau comme Shenmue je ne sais pas si j’aurais le courage de m’investir dedans comme il le faudrait. On verra.

Sinon, c’est un peu con mais ce que je retiens de la première fois où j’ai joué à ce jeu, ce sont les câbles téléphoniques ; je me suis dit « wow, c’est dingue, ils ont même fait les câbles téléphonique », ça m’avait bluffé, et ça m’est resté :-))

Basterd

25 aoû 2018 @ 10:35

La magie du jeu original est toujours présente. Quel bonheur de rejouer à Shenmue. Pour certain le jeu va paraître très vieux mais pour les anciens joueurs comme moi, ils seront tout simplement content d’y rejouer avec les sous-titres en francais, les voix japonaises et surtout les temps de chargement quasi absent. Bien sur il aurait mérité beaucoup mieux comme remaster mais personnellement après tant d’attente je m’en contente ce qui ne sera pas le cas de tout le monde pour des raisons évidentes...