Test - Cubot

«Je vois des cubes partout» , - 1 réaction(s)

Comme ils n’ont pas nécessairement besoin de proposer un aspect technique poussé, les puzzles sont un genre omniprésent sur la scène indépendante. Dans ce genre de titre, l’ingéniosité des casse-tête prime sur le reste, ce qui implique un travail de fond pour son créateur. Cubot fait donc partie de ces jeux, à la fois simples d’apparence mais assez retords pour faire bosser votre cortex. Explication.

Des cubes, des cucubes

Un deuxième cube pour corser les choses
Un deuxième cube pour corser les choses

Le principe de base est enfantin : il faut déplacer des cubes jusqu’à une destination précise dans des niveaux très minimalistes. Le jeu se découpe en dix chapitres avec pour chacun huit niveaux, ce qui nous donne un total de… (roulement de tambour) 80 levels. Chaque chapitre nous propose une règle supplémentaire. Par exemple au début, vous n’avez qu’à manipuler un ou plusieurs cube(s) bleu(s), mais au deuxième chapitre, des cubes rouges feront leur apparition et avec une propriété différente (le bleu se déplace d’une seule case tandis que le rouge se déplace de deux à la fois). Le point intéressant est donc que les blocs se déplacent conjointement et non indépendemment, ce qui rend certains (rares) puzzles assez fourbes. De ce fait, la courbe de difficulté est en dents de scie car chaque début de chapitre n’est qu’une introduction à chaque nouvelle mécanique. Il faut aussi ajouter quelques subtilités aux niveaux avec parfois la présence de boutons à actionner ou bien de téléporteurs.

C’est comme aux échecs

Et ça devient sérieux
Et ça devient sérieux

La simple résolution des puzzles n’est pas vraiment une fin en soi, puisqu’un système de scoring a été implanté, sous la forme du nombre de coups. Chaque niveau pourra donc être rejoué en essayant d’enclencher le moins de manipulations possibles, ce qui donne au jeu un autre intérêt puisque les casse-tête sont pour la plupart assez simples. En revanche, ne comptez pas sur un classement en ligne car chaque score à battre est prédéfini. Ce qui manque aussi à Cubot, c’est un peu de personnalité car les aspects graphique et sonore font vraiment dans le strict minimum. La musique d’ambiance aura vite fait de vous endormir et l’affichage à 80% de blanc (et 20% de couleurs vives) éclatant semble tout droit sortir d’une vieille publicité pour une lessive. Deux défauts heureusement presque insignifiants pour ce genre de jeu, mais un peu de fantaisie et d’originalité n’auraient pas fait de mal. Le fait que le titre soit intégralement en anglais ne posera en outre aucun problème, puisque tout est expliqué par le biais de petits dessins très simples.

Bilan

On a aimé :
  • Explication des mécaniques enfantin
  • Puzzles très accessibles
  • Le système de score
On n’a pas aimé :
  • J’ai mal aux yeux
  • Le jeu est un immense tuto
  • Zéro personnalité
Kupo

Petit jeu fort sympathique, Cubot fera travailler votre cerveau de manière douce et ludique tout en vous proposant de perfectionner votre approche grâce à un système de points intéressant. On aurait pu en revanche attendre un peu plus d’originalité d’un jeu de ce type, surtout que des similaires existent déjà gratuitement sur le web. Mais pour deux petits euros (soit le prix de deux baguettes), vous aurez de quoi vous détendre après une rude journée de travail ou une grosse session de Rainbow Six.

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton1859.png?1456876373

Accueil > Tests

Cubot

Cubot
PEGI 0

Genre : Aventure/Réflexion

Editeur : NicoplvGames

Développeur : NicoplvGames

Date de sortie : 08/01/2016

Prévu sur :

Xbox One

1 reactions

avatar

KaaviX

02 mar 2016 @ 11:19

Je vous félicite de parler aussi de ces petits jeux et pas uniquement des grosses licences qui peinent à se renouveler. :-)