Émulateurs et RetroArch sur Xbox Series X : on l’a testé, on vous dit tout !

«Jouer à la Wii, PS2, Gamecube ou PSP sur Xbox, c’est possible !» le 3 décembre 2020 @ 16:352020-12-04T10:32:02+01:00" - 16 réaction(s)

Depuis quelques jours, avec notamment le succès de la vidéo du Youtuber Modern Vintage Gamer qui démontre l’utilisation de RetroArch sur Xbox Series S, les réseaux sociaux s’enflamment et les publications s’enchaînent : il serait possible de jouer à de nombreux systèmes rétro, y compris la Dreamcast, la Gamecube, la Wii et même la PS2 sur Xbox Series X|S ! Alors, rêve ou réalité ? C’est ce que nous allons tenter de voir à travers ce dossier, en testant nous-mêmes la solution.

Un peu de contexte

Depuis plusieurs années, Microsoft propose quelque chose d’assez inédit dans l’industrie : toute Xbox commerciale peut devenir une sorte de kit de développement pour les particuliers et les entreprises. Concrètement, cette promesse se traduit par la présence d’un mode développeur caché dans chaque console qui, une fois activé, vous permet de tester vos développements en cours, avant une éventuelle distribution sur le Xbox Store. Cela signifie que votre console peut lire du code qui n’est pas approuvé par Microsoft. Cette stratégie, couplée à une sécurité renforcée depuis la Xbox One, a pour but d’empêcher que des petits malins essaient de lever la sécurité pour faire tourner leur propre code, et pour cause : c’est déjà possible.

Alors, sécurité efficace, ou absence de motivation du côté des pirates ? Dans tous les cas, cette stratégie s’avère payante, dans la mesure où la sécurité de la Xbox One est toujours debout, comparé à ses concurrentes que sont la PS4 et la Switch. Loin d’avoir un bagage de développeur suffisant pour en parler, il semble cependant que les fonctions du mode développeur soient assez limitées et ne permettent pas une exploitation optimale du hardware.

Depuis un moment maintenant, il est donc possible pour toute personne disposant d’un compte développeur de charger dans sa Xbox un programme “non officiel” tel que RetroArch, la célèbre interface qui permet de lancer de nombreux émulateurs (appelés ici “cores”). Si les performances jusque-là n’étaient pas au rendez-vous sur Xbox One ou Xbox One X, l’arrivée des consoles Series X|S a ouvert la porte à une puissance bien plus importante, donc potentiellement à une plus grande capacité d’émulation pour un meilleur rendu, et plus de systèmes supportés.

Comment installer RetroArch sur Xbox Series X|S

Pour installer RetroArch et jouer à la Wii ou la PS2 sur votre Xbox Series X, il faut suivre quelques étapes. Nous détaillerons ici les grandes lignes, d’abord avec l’obtention d’un compte développeur, puis passer votre console en mode développeur puis enfin, installer et paramétrer RetroArch. Enfin, dans une seconde partie, nous analyserons le rendu de l’émulation sur différents systèmes.

Le compte développeur - Le sésame pour commencer

La première étape pour installer RetroArch est de passer sa console en mode développeur. Pour cela, il vous faut d’abord acheter une licence ; cette dernière coûte 14 € HT pour un particulier, soit 16,80 € TTC sur le site de Microsoft (voir la page).

Une fois cette étape effectuée, vous devrez télécharger sur votre console l’application “Dev Mod activation”, disponiblesur le store. Une fois lancée, un code s’affiche sur votre console, ce qui vous permettra de valider le passage de cette console en mode développement.

Vous êtes ensuite invité à patienter le temps que votre console se mette à jour, avant de vous proposer de redémarrer en mode développeur. Si ce n’est pas le cas (constaté lors du test, bloqué avec le message “Almost there”), vous pouvez forcer le passage en mode développeur en allant dans Paramètres > Système > Informations de la console puis appuyer sur les touches LB RB + LT RT, ce qui fera apparaître un nouveau menu spécifique au développement. À partir de ce point, cochez “mode développeur” et redémarrez votre console.

Si vous arrivez sur cette interface, bravo, votre console est maintenant en mode développement ! Vos jeux et applications ne sont plus là, mais pas de panique, il suffit d’un redémarrage en appuyant sur “Leave Dev Mode” pour rebasculer votre console en mode normal. Le redémarrage est un peu plus long que d’habitude, mais il suffit de quelques minutes pour passer de l’un à l’autre. Vous avez le choix à chaque redémarrage d’effacer tout le contenu ajouté en mode développement, ou de le conserver pour votre prochaine bascule, ce qui est évidemment souhaitable ici.

Installer RetroArch, l’usine à gaz

Une fois cette étape effectuée, vous devrez charger les programmes nécessaires à l’émulation proprement dite. D’abord, rendez-vous dans l’onglet « Remote Access Settings » juste en dessous de l’adresse IP, puis activez le portail en cliquant sur « Enable Xbox Device Portal ». Ensuite, ouvrez votre navigateur internet habituel sur votre PC et tapez dans la barre d’adresse l’adresse IP locale de votre console indiquée en bas à droite de l’interface.

Ensuite, toujours sur votre PC, téléchargez le build UWP pour Xbox de RetroArch ici. Enfin, cliquez sur “Add”, puis glissez le fichier RetroArch précédemment téléchargé. Ce dernier sera alors envoyé directement sur votre console. Si l’opération fonctionne, vous verrez apparaître le programme RetroArch dans la liste “Games & apps”. Une dernière manipulation est nécessaire avant de lancer le programme. Appuyez sur la touche menu de votre manette pour faire apparaître les réglages, puis cliquez sur “View details”. De là, changez le mode “App” en mode “Game”. Les temps d’accès vers votre disque dur externe seront ainsi bien meilleurs.

RetroArch est un programme très complet mais très confus pour les débutants. Les réglages sont nombreux et si beaucoup de choses fonctionnent immédiatement (comme votre manette, reconnue et pré-configurée), il faudra passer par un certain nombre d’ajustements pour une expérience optimale.

Sans rentrer dans un tutoriel détaillé, voici quelques petites astuces qui vous seront très utiles si vous décidez de vous lancer :

  • Si le menu ne s’affiche pas correctement (icônes manquantes, etc.), commencez par essayer de mettre à jour RetroArch via le menu Online Updater. Si cela ne fonctionne toujours pas, n’hésitez pas à changer de thème puis à redémarrer l’application, en passant par le menu Driver > Menu, puis sélectionnez un autre thème.
  • Assignez une touche pour le menu, afin de pouvoir ajuster les réglages en jeu et sortir du jeu. Pour cela : Menu > Input > Hotkey > choisir une combinaison (j’aime beaucoup L3+R3 qui correspond à une pression des deux sticks en même temps)
  • La plupart des cores disposent de leur propre menu de réglage, disponible dans “Option” dans le Quick Menu. N’hésitez pas à y jeter un oeil également
  • N’hésitez pas à jouer avec les réglages de latence. “Run-Ahead” et “Hard GPU Sync” peuvent avoir un gros impact sur le rendu global et réduire la latence. Nous avons obtenu les meilleurs résultats sur les systèmes rétro (Arcade, Mega Drive, Super Nintendo, etc.) avec notamment un Hard GPU Sync sur 3 frames, et le Run-Ahead activé sur 1 ou 2 frames, en variant légèrement selon les émulateurs. Attention cependant, ces réglages ne sont pas du tout compatibles avec les systèmes plus modernes comme la Gamecube ou la PSP, et vont même provoquer des plantages avant même de démarrer si ces réglages sont activés par défaut.
  • Le stick Arcade officiel Xbox n’est pas reconnu pour l’instant

Une fois ces réglages effectués, préparez un disque dur externe avec vos roms, que vous pourrez retrouver dans l’interface sous la dénomination E :\. Cliquez sur une rom, puis choisissez le core que vous souhaitez utiliser. Enfin, croisez les doigts, brûlez un cierge, qu’importe : le tout est de mettre un maximum de chance de votre côté.

Qualité de l’émulation - Quel rendu pour les jeux ?

Le nombre de systèmes disponibles est ici vertigineux. De l’Amstrad CPC à la Nintendo DS en passant par la Neo Geo Pocket, la Virtual Boy ou encore l’Atari Lynx, il nous est impossible de tester l’intégralité des supports et des jeux pour un seul article. Votre expérience pourra varier en fonction des systèmes à émuler, des cores choisis et des réglages associés.

Afin de vous proposer un avis pertinent, nous avons sélectionné des jeux et des systèmes que l’on possède et dont on connaît précisément le rendu original, afin de fournir une comparaison pertinente.

Super Nintendo (Snes 9X, Higan, Bsnes)

RetroArch est fourni avec de (très) nombreux émulateurs sur ce support, dont certains plantent immédiatement tandis que d’autres affichent des performances médiocres. Seul Beetle Bsnes arrive à faire tourner les jeux correctement, du moins avec une latence acceptable. Même après plusieurs tentatives de réglages, le résultat n’était pas tout à fait satisfaisant, tout en restant jouable malgré une latence légèrement perceptible. Les save-states fonctionnent.

Sega Mega Drive

Ici encore, de nombreux émulateurs sont fournis, mais notre choix s’est porté sur Genesis Plus GX qui dispose d’un ensemble de réglages intéressants, comme par exemple différentes émulations du processeur sonore Yamaha 2612. L’ensemble est très jouable sans trop de réglages, et régler 1 frame en « Run-Ahead » permet de se débarrasser d’une grande partie de la latence.

NEC PC-Engine

Comme pour les deux systèmes précédents, l’émulation ici est correcte, et tout à fait jouable, sous réserve de bidouiller un peu. À vous les scores sur Super Star Soldier !

Sony PSP (PPSSPP)

Pas forcément jouable à cause d’un certain nombre de bugs bloquants, l’émulateur PSP a au moins le mérite d’afficher des performances intéressantes. Sans avoir réussi à charger ou sauvegarder la moindre partie, via le jeu ou les “save states”, les performances proches de 100 % laissent entrevoir un véritable potentiel pour ce système. On a même réussi à faire quelques chansons de DJMAX Portable 2, l’exigeant jeu de rythme, sans trop pester sur la latence.

Arcade

Pour cette catégorie, il existe de nombreuses versions des cores (Mame et Final Burn), mais la quantité de hardware que cela représente est bien trop importante pour pouvoir donner un avis. Cependant, FinalBurn Neo s’avère être une très bonne surprise qui, couplé avec un romset adapté, donne de très bons résultats. L’émulation de certains titres nous a même bluffés, surtout en comparaison de tous les autres coréens. Bien sûr, cela peut varier d’un hardware à l’autre, mais des systèmes réputés comme le Capcom CPS1 et CPS2 semblent fonctionner de manière tout à fait honnête, et l’ensemble est très jouable. Compte tenu du volume de jeux disponibles et de la qualité de l’émulation, c’est ici le meilleur morceau de cette première expérience RetroArch sur Series X. Cerise sur le gâteau : les save states fonctionnent !

Nintendo Gamecube et Wii (Dolphin)

Probablement l’expérience que tout le monde souhaite tester, l’émulateur Dolphin est bien présent dans cette version de RetroArch et le résultat est aussi impressionnant que décevant. La performance technique est là et un titre comme Mario Kart Double Dash voit son framerate s’approcher très régulièrement de 60 FPS, notamment car il est possible de régler la définition de rendu. En multipliant par exemple la définition interne par 3, on obtient un rendu HD très agréable à l’œil et il est tout à fait possible de s’amuser pendant quelques courses.

Le résultat est encore plus impressionnant avec New Super Mario Bros. Wii qui, en dehors de quelques bugs (comme la vitesse du jeu qui s’effondre dès 10 secondes d’inactivité), tourne à 60 FPS avec une finesse d’image que la Wii est incapable de fournir et une définition interne pouvant être multipliée par 6 !

C’est probablement le jeu le plus impressionnant de nos tests, car l’expérience jouit de graphismes supérieurs au système original sans trop souffrir d’aléas de performance. On parle ici d’un jeu de 2009 qui tourne quasiment à pleine vitesse en émulant un hardware de 2006, pas un processeur de 8 MHz vieux de 40 ans. Une prouesse donc. Et s’il est possible que les problèmes évoqués soient liés à de mauvais réglages, l’expérience en l’état est globalement très satisfaisante, aussi n’avons-nous pas résisté à faire quelques niveaux en coop. Nous avons également voulu tester F-Zero GX, dont nous n’avons malheureusement pas réussi à tirer quoi que ce soit si ce n’est un écran noir. Même combat pour Xenoblade Chronicles par exemple, qui refuse de démarrer et fait planter RetroArch.

L’émulateur Dolphin offre donc un très joli “proof of concept” avec un rendu visuel très fin et un framerate acceptable, quand ça fonctionne. C’est en tout cas très prometteur.

Sony Playstation 1

Le core PSX ReARMed donne des résultats très satisfaisants. Les deux jeux testés fonctionnent parfaitement. Une très légère latence se fait sentir sur des jeux exigeants comme dans l’excellent Chippoke Ralph no Daibouken, alors que ce problème disparaît totalement sur le classique Metal Gear Solid (testé en 50 Hz pour se tirer l’oreille, ou en 60 Hz pour le plaisir de jeu, les deux fonctionnent parfaitement). Une bonne surprise donc, qui permettra assurément de profiter d’une écrasante majorité du catalogue dans de bonnes conditions.

Sega Dreamcast / Naomi

Les résultats côté Flycast sont pour le moment très peu satisfaisants. La multiplicité des formats possibles sur le CD (ISO, GDI, .bin etc.) peut aussi influer sur la compatibilité, mais pour l’instant aucun des jeux testés n’était véritablement jouable. Phantasy Star Online nous laisse sur le menu principal, Crazy Taxi n’a pas voulu démarrer, et les jeux Naomi testés font planter RetroArch. Un sujet à creuser car visiblement certains jeux fonctionnent, ce que nous n’avons pas réussi à reproduire sur notre sélection.

Playstation 2

Si RetroArch dispose bien d’un émulateur compatible PS2 (PCSX2), ce dernier n’est pas encore implémenté dans le build UWP disponible sur le site officiel de RetroArch. Il vous faudra donc l’ajouter en compilant le programme vous-même après avoir ajouté les fichiers nécessaires, ou attendre qu’une nouvelle version soit disponible. Pour l’instant, nous n’avons pas pu tester l’émulateur PS2 mais sachez que c’est possible si vous êtes du genre bricoleur. Cette section sera mise à jour dès qu’une version sera disponible publiquement.

Voilà pour l’instant nos premiers retours, après quelques dizaines d’heures à tester toutes sortes de jeux et de réglages. Si l’on trouve quelques informations sur internet, il n’existe à ce jour aucune ressource complète détaillant les réglages à utiliser, ni même de liste complète de compatibilités ni de retour de performance par émulateur et par jeu. Tout ceci est encore très expérimental et nous sommes encore loin d’une éventuelle version optimisée pour la Xbox et paramétrée pour fonctionner immédiatement avec un maximum de contenus.

L’émulation sur Xbox Series X|S - Quelle conclusion ?

C’est un goût un peu amer que nous laisse l’expérience RetroArch sur Xbox Series X à ce stade. En effet, il ne s’agit pas de simples rumeurs d’internet : il est bien possible d’émuler de très nombreux systèmes sur Xbox Series X, y compris la Dreamcast ou la Gamecube, avec des performances relativement impressionnantes. Pour une console en vente libre avec un prix qui commence à 299€ pour la Series S, la promesse est tout simplement folle : une rétrocompatibilité PS1, PS2, Wii et Gamecube que n’offrent ni Sony ni Nintendo, le tout en HD avec une manette sans fil et sans pirater sa console, donc sans risque de se faire bannir ou annuler sa garantie.

Mais gardons les pieds sur terre : si l’engouement récent et l’arrivée des nouvelles consoles pourra susciter l’intérêt de développeurs, motivés à l’idée d’avoir un hardware unique et puissant pour s’amuser, il ne s’agit ici que d’une pré-alpha. En plus des manipulations spécifiques à effectuer et du prix à payer pour la licence de développement, la qualité n’est pas tout à fait au rendez-vous. Une interface ultra complexe à prendre en main pour un novice, des bugs et plantages à foison, des réglages à affiner par dizaines qui nécessitent à la fois des compétences techniques et une connaissance du support original, voilà au strict minimum ce qu’il vous faudra pour profiter de l’émulation sur Xbox Series X|S.

Si l’expérience est assurément amusante et peut même s’avérer qualitative sur certains vieux hardware, elle n’en demeure pas moins pour l’instant une curiosité pour nerd averti.

Toutefois, et si la question de l’intérêt de l’émulation sur console peut se poser face au PC ou aux consoles rétro, avouons que la promesse de l’émulation de tant de systèmes sur Xbox Series X|S met des étoiles dans les yeux. Mais le rendu global et la complexité de mise en œuvre, au stade de prototype, pourra selon votre niveau d’exigence vous amuser un peu, ou vous donner envie de rebrancher vos vieilles consoles qui ont, visiblement, encore quelques beaux jours devant elles.

Xbox Series X

Accueil > News

16 reactions

poulette73

03 déc 2020 @ 17:59

Merci pour cet article super complet.

J’avais déjà réagi à votre précédente news sur ce sujet la semaine dernière, ayant moi aussi activé le mode DevKit sur ma Series X.

Installation réussie de RetroArch et quelques autres jeux et applis disponibles au format UWP ou APPX.

Pour ceux que cela intéresse, voici un lien avec déjà pas mal de choses :

https://www.mediafire.com/folder/f2wf0t8eqm7j3/All_Xbox_One_Homebrew#62cfxb30obbh2

zayd75

03 déc 2020 @ 19:11

Merci pour cet article !

C’est vraiment incroyable de la part de Microsoft de proposer cela sur Xbox !!!

J’utilise déja RetroArch sur Raspberry Pi, c’est vrai que c’est un peu complexe à maitriser au début mais si on a un peu de temps pour suivre les nombreux tutos ( et qu’on est motivé ! ) c’est une pure merveille !!!

Je fais tourner presque tous les systèmes ( + de 20.000 titres ) de la Vectrex à la PS1 en passant par l’arcade -la Dreamcast aussi sur des jeux pas trop gourmands mais c’est vraiment limite et ça rame déja pas mal à cause des limitations du Raspberry - mais là le fait de savoir que ça tourne sur Serie X/S et qu’on pourra aller plus loin ( PS2, Gamecube ) c’est juste une excellente nouvelle !

Je suis sûr que les fous furieux de l’émulation vont s’en donner à coeur joie et j’espère qu’ils vont nous developper des applications de malade dessus !!! :-)

poulette73

03 déc 2020 @ 20:06

Correction du lien (mea culpa) je n’étais pas dans le répertoire racine :

https://www.mediafire.com/folder/f2wf0t8eqm7j3/All_Xbox_One_Homebrew#f2wf0t8eqm7j3

avatar

franckyrocky

03 déc 2020 @ 23:30

J’en avais entendu parler. Merci pour le retour. C’est quand même une sacrée prouesse. Mais ce n’est pas quelque chose que je pense faire sur ma XsX, bien que j’adore bidouiller ce genre de choses. Pour jouer aux anciens systèmes je reste sur d’autres solutions : un Raspberry pi 3 avec Recalbox pour tous les systèmes qui vont en gros de l’Atari 2600 à la PS1 (consoles, ordinateurs, bornes d’arcade), une Dreamcast modifiée (GDemu / alimentation Pico PSU / câble VGA) et une Wii (avec adaptateur hdmi) modifiée pour lire les jeux Wii et Gamecube sur disque dur (ainsi que quelques emulateurs). J’ai aussi eu une Xbox originale modifiée avec un disque dur 160 Go comprenant XBMB et Coin op 5. Malheureusement elle est en panne...

zayd75

04 déc 2020 @ 04:14

Le rêve ce serait une appli prête à l’emploi comme Batocera ( fork de Recalbox ) qui tourne sur Linux et qu’il suffit d’installer sur un HDD ou une clé USB puis simplement brancher à sa machine...l’interface est juste magnifique et les options très nombreuses...

Le plus drôle dans le fait que Microsoft laisse cette porte ouverte sur Xbox est de savoir que quasi toutes les consoles rétro se sont fait émulées ( ps2...ps3 c’est en cours...wii, wii U...et même la switch !!! ) ....toutes sauf une qui reste inviolée jusqu’à aujourd’hui :

la Xbox B-)

avatar

florensflo

04 déc 2020 @ 10:18

salut à tous, j’ai besoin d’aide. voila j’ai souscris au mode dev ma console est bien activée sur le site partner dev avec mon ip, je passe la console en dev ça c’est bon, par contre sur l’ordinateur quand je rentre l’adresse ip de la xbox ça ne fonctionne pas ça me marque impossible d’acceder à la page !! Avez vous une idée ? merci...

Catzou

Rédaction

04 déc 2020 @ 10:28

@florensflo : Il faut aller dans « Settings » sur le devmode et activer « Enable Xbox Device Portal » (oups, désolé !)

avatar

florensflo

04 déc 2020 @ 10:31

@Catzou merci mais c’est deja activé , j’ai essayé avec authentification et sans mais c’est toujours pareil !?

Catzou

Rédaction

04 déc 2020 @ 10:34

@florensflo Avez-vous bien tapé l’IP complète avec le port après les «  : », et le S de httpS ? Votre console et votre ordinateurs sont sur le même réseau ?

avatar

florensflo

04 déc 2020 @ 10:38

@catzou merci t’assure lol c’était ce petit S qui manqué ça m’a rendu fou juste pour ça. C’est bon je vais tester maintenant... Gros merci pour tes réponses et ta rapidité

12