Génération Xbox One 2013 : Épisode 5 - Microsoft perd la Guerre d’E3

«Un cheval en carton était suffisant» le 1er mars @ 09:002020-03-01T09:44:36+01:00" - 6 réaction(s)

Génération Xbox One est votre nouveau feuilleton hebdomadaire. Cette longue série d’articles fera la rétrospective de cette génération de consoles via les précieuses archives de Xboxygen. La première saison “2013” revisitera l’année de lancement de la Xbox One et de sa concurrente PS4. Place aujourd’hui au cinquième épisode consacré au 10 juin 2013, jour des conférences de Microsoft et Sony à l’E3.

Episodes précédents de Génération Xbox One

2013 épisode 5 : Microsoft perd la Guerre d’E3


Ce 10 juin 2013, les yeux et le coeur de tous les joueuses et joueurs du monde entier sont connectés avec le Convention Center de Los Angeles, lieu emblématique du plus grand salon annuel dédié jeu vidéo, l’E3. Beaucoup ont mal dormi la veille, trop excités de découvrir les futurs jeux et consoles qu’ils chouchouteront durant les prochaines années. Quatre grandes conférences sont au programme. Microsoft ouvrira le bal au matin, les éditeurs Electronic Arts et Ubisoft suivront dans l’après-midi et Sony clôturera le show en début de soirée. Comme chaque année à cause du décalage horaire, les fans français préparent la thermos de café pour tenir jusqu’au bout de la nuit du 10 au 11 juin.

La conférence de Microsoft ravive l’espoir


Dans la cité des Anges, à une heure de la conférence de Microsoft, prévue à 9h30, l’équipe de Don Mattrick a la boule au ventre. C’est le moment tant attendu depuis des mois, montrer à la communauté de joueurs et à l’industrie que le jeu est encore au centre de la stratégie du géant américain. Les dernières répétitions, les derniers conseils et encouragements, les dernières prières se bousculent aux quatre coins de la salle de conférence. Dans sa loge, Phil Spencer hésite encore sur les tee-shirts à porter lors de ses deux interventions. Pour la première, le choix est simple, le tee-shirt State of Decay fera l’affaire. Pour la seconde intervention, c’est une autre paire de manches. Il sait qu’il aura la lourde tâche d’annoncer le prix de la Xbox One dans un peu plus de deux heures. C’est son fardeau. Quitte à passer pour le bouffon de service à ce moment là, autant jouer le rôle à fond, il optera pour son tee-shirt Capybara.

À un quart d’heure du début de la conférence, les derniers journalistes et invités s’installent à leur place. L’ambiance est chaleureuse, les fans présents dans la salle y croient encore. 9h30, le Xbox E3 Media Briefing démarre sous les applaudissements par un premier trailer. C’est Metal Gear Solid 5 : The Phantom Pain qui inaugure le show. Don Mattrick et Hideo Kojima investissent la scène à la fin de la vidéo. Avoir la star japonaise à sa conférence fait son petit effet. Microsoft n’est pas venu pour plaisanter. Kojima lit maladroitement le message en anglais sur le prompteur et quitte la scène aussi rapidement qu’il est entré. Ce n’est pas grave, l’histoire retiendra qu’il était là. Seul face à la foule, Mattrick annonce d’emblée la couleur : “As we have been promising, it’s all about the games !”.


Yusuf Mehdi prend le relais et annonce la surprise du chef, une nouvelle Xbox 360, au design calqué sur le modèle de la nouvelle Xbox One, disponible immédiatement. Le segment consacré à la console tant aimée par les fans Xbox se poursuit. Deux jeux par mois seront maintenant offerts pour les membres du Xbox Live Gold. Mehdi promet que la Xbox 360 ne sera pas négligée les prochaines années et annoncent les futures arrivées de GTA V, Splinter Cell : Blacklist, World of tanks et Dark Souls 2 via un trailer.

Il est 9h47, le show a démarré depuis un gros quart d’heure. Phil Spencer remplace Mehdi pour sa première intervention. Il est temps de parler jeux de nouvelle génération. Le responsable de Microsoft Studios veut frapper fort : Blockbusters, nouvelles franchises et grands classiques sont au programme. Il ne nous décevra pas. Pendant une heure, nous assistons à une avalanche de jeux présentés dont beaucoup sont des exclusivités : Killer Instinct, Sunset Overdrive, Quantum Break, Crimson Dragon, Dead Rising 3 et l’original Project Spark qui permettra aux joueurs de créer leurs propres jeux et de les partager avec des amis. “Dreams” de gosse pour beaucoup d’entre nous. Il y a également des moments forts comme l’apparition sur scène de la nouvelle McLaren P1 qui sera présente dans Forza Motorsport 5 et les séquences impressionnantes de gameplay de l’exclusivité Ryse : Son of Rome ou de Battlefield 4. Microsoft a envoyé du très lourd. Le constructeur américain est sur le chemin de la rédemption et va peut-être réussir son pari fou.

10h45, Phil Spencer remonte sur scène. Le show touche à sa fin. Alors que tout le monde retient son souffle et attend fébrilement l’annonce du prix et de la date de sortie de la Xbox One, Spencer sort de son sac un trailer d’un petit jeu indépendant et intrigant au nom de Below puis une démo technique d’un nouveau studio interne prometteur, Black Tusk Studios, installée à Vancouver. Sacré filou. Il enchaîne avec une dernière surprise, une cinématique d’un jeu espéré par les fans Xbox, le prochain Halo. Bonnie Ross, responsable de 343 Industries monte sur scène et promet le retour du Masterchief pour 2014 en 60 images par seconde. Spencer reprend de nouveau le flambeau. Il reste quelques minutes de conférence. Il ne peut plus reculer. Pris par l’émotion, il annonce la sortie de la Xbox One pour le mois de novembre 2013 et enchaîne sur les prix de la future console, 499$ aux États-Unis, 499€ en Europe, mais finit par bafouiller le prix pour le marché britannique. Après un léger blanc, les fans applaudissent mais les prix semblent les avoir désappointés.


La conférence se termine et Microsoft a finalement fait all-in avec une très belle main. Le contenu était excitant. Mattrick n’avait pas menti quand il affirmait avoir investi le milliard de dollars dans les jeux. Mais le sort de la Xbox One ne tient qu’à un fil et un katana peut facilement le trancher.

EA et Ubisoft nous aident à patentier


En attendant la réponse de Sony prévue à 18h, horaire de Los Angeles, et à 3h du matin à Paris, ce sont les conférences de EA puis de Ubisoft qui sont au menu.

L’éditeur américain débute son show timidement avec Plants vs. Zombies : Garden Warfare mais change immédiatement de braquet en présentant Titanfall, le nouveau jeu du studio Respawn, prévu sur PC et les consoles Xbox. Un atout supplémentaire dans la main de Microsoft. Il s’ensuit un teaser minimaliste de Star Wars Battlefront, la présentation de Need For Speed Rivals pour les passionnés de courses poursuites, et celle de Dragon Age : Inquisition de Bioware. Une conférence EA n’en serait pas une sans son long tunnel des jeux de sport maison. Les sempiternels Fifa, Nba Live, UFC et Madden mettent en lumière le nouveau moteur physique Ignite, déjà présenté à la GDC en mars. Le catalogue de l’éditeur se conclut par la démonstration du multijoueur de Battlefield 4 et la cerise sur le gâteau, le retour de Faith dans une suite très attendue de Mirror’s Edge.


Il est minuit en France quand vient le tour du champion local, Ubisoft. L’éditeur français fait son petit effet avec la présentation de The Crew. Le jeu ambitionne de proposer la carte des États-Unis comme terrain de jeu pour des centaines de courses à bord de véhicules variés. Rien que ça. Les déjà connus Watch Dogs, Rayman Legends et Splinter Cell : Blacklist se montrent à nouveau. D’autres jeux sont énoncés dont un nouveau South Park : Le Bâton de la Vérité développé par Obsidian Entertainment qui semble prometteur. Toutefois, le clou du spectacle est la révélation d’une nouvelle franchise, The Division, certifiée halal par Tom Clancy. La bête est un MMO où les joueurs dirigeront un membre d’une unité gouvernementale opérant en cas de catastrophe majeure dans une superbe reproduction hivernale de New York. Massive Entertainment développe sans nul doute l’une des claques de l’E3 2013.


Les tapas et la sangria, c’est sympa, mais il est de temps de passer à la paëlla.

Sony en roue libre gagne le match


Dans la cité des Anges, à une heure de la conférence de Sony, prévue à 18h, l’équipe d’Andrew House a la banane. C’est le moment tant attendu depuis des mois, montrer à la communauté de joueurs et à l’industrie que niquer Microsoft est au centre de la stratégie du géant japonais. Les dernières répétitions, les derniers conseils et encouragements, les dernières rigolades se bousculent aux quatre coins de la salle de conférence. Dans sa loge, Jack Tretton, président de Sony Computer Entertainment America hésite encore à monter sur scène en survêt claquettes. Ses conseillers en communication lui déconseillent fortement. Il sait qu’il aura la lourde tâche de porter le coup décisif à son rival dans un peu plus de deux heures. C’est son heure de gloire. Quitte à passer pour le héros de service à ce moment-là, autant jouer le rôle à moitié, il optera pour du classique détendu : costume d’été, chemise ouverte sans cravate.

À un quart d’heure du début de la conférence, les derniers journalistes et invités s’installent à leur place. L’ambiance est chaleureuse, les fans présents dans la salle y croient à fond. 18h, la Playstation E3 Press Conference démarre sous les applaudissements par une vidéo sur l’univers Playstation. C’est Jack Tretton qui inaugure le show en montant sur scène pour sa première intervention. Après avoir déclaré le soutien de Sony pour sa console portable, la PS Vita, avec la sortie de plus de 80 jeux prévus avant la fin de l’année, Tretton développe le segment consacré à la PS3. Les derniers gros titres du moment et à venir sont présentés, dont The Last of Us, Gran Tourismo 6, Batman Arkham Origins et Beyond Two Souls. Une édition PS3 avec GTA V est dévoilée, qui devrait cartonner une fois le jeu sorti.

18h25, il est enfin temps de montrer la star de la soirée. Trenton laisse la place à son patron, Andrew House. Ce dernier ne maintient pas le suspense plus longtemps. La PS4 est enfin dévoilée au monde entier. Deux minutes suffisent pour passer directement aux services vidéos offertes par la console. Sony a quelques films à vendre en boutique.


18h33, Shuhei Yoshida prend la suite. Le responsable des studios de développement de Sony va présenter les jeux du futur. Le premier est l’exclusivité The Order 1886, une nouvelle IP excitante dans une ville de Londres mélangeant l’époque victorienne et des technologies futuristes. Ensuite, une longue cinématique annonce les autres jeux exclusifs pour accompagner les premiers mois de la PS4, Killzone : Shadow Fall, Drive Club, In Famous 2 : Second Son et Knack. Malheureusement pour Sony, les derniers gros titres de la PS3 donnent plus envie que ceux de la liste précédente. Le line-up des jeux exclusifs de la Xbox One est également plus attirant. Avant de céder sa place à Adam Boyes, responsable des relations avec les studios tiers, Yoshida présente une dernière vidéo impressionnante du studio partenaire Quantic Dream. Ce dernier annonce d’entrée que la vidéo est un concept qui ne reflète pas leur prochain jeu. Toutefois, “The Dark Sorcerer” donne une idée des possibilités de la PS4.


18h50, Boyes montre le soutien de Sony aux petits studios. The Witness, Transistor, Outlast et d’autres jeux à faible budget sont mis en lumière. La PS4 veut devenir la nouvelle maison des créateurs indépendants. Au bout d’une heure de cérémonie, les productions AAA multi-plateformes s’enchaînent. Final Fantasy XV est annoncé via une belle cinématique, suivi de celle de Kingdom Hearts III. Assassin’s Creed 4 : Black Flag, Watch Dogs pour Ubisoft, The Elder Scrolls Online et Mad Max clôturent l’énumération du catalogue des jeux disponibles la première année sur la nouvelle console. C’est très solide mais ça sortira aussi sur Xbox One. Et si Microsoft réussissait sa remontada ?

19h30, Jack Tretton remonte sur scène. Le show touche à sa fin. Alors que tout le monde retient son souffle et attend fébrilement l’annonce du prix et de la date de sortie de la PS4, Tretton sort de son sac une dernière surprise, le “Champions project”, un powerpoint dégueulasse fait à l’arrache en buvant une tisane au bord de la piscine. Avec son sourire carnassier, Jack veut éventrer son éternel rival. En deux minutes seulement, ses frappes au scalpel sont chirurgicales. La communication calamiteuse de Microsoft depuis des mois est désossée méticuleusement. Jack signe ce soir son chef-d’oeuvre dans un Whitechapel Theater acquis à sa cause.


Tretton savoure encore un peu. Il annonce les nouveautés du Playstation plus et lance le trailer du nouveau jeu de Bungie, créateurs de Halo, le FPS multijoueur Destiny. Jack sait qu’il a donné le coup décisif. Il quitte la scène en seigneur et laisse la place au retour du roi, Andrew House. Ce dernier prend le temps de vanter les promesses du Cloud pour la prochaine génération avant d’achever la Xbox One une bonne fois pour toutes. Il reste quelques minutes de conférence. Il ne peut plus reculer. Avec une grande sérénité, il annonce les prix de la future PS4, 399$ aux États-Unis, 399€ en Europe et 349 livres pour le marché britannique. Les fans présents dans la salle sont en délire.


La conférence se termine et Sony a gagné la Guerre d’E3. La communication de Microsoft était bien son talon d’Achille. Leurs choix stratégiques ne semblent pas les bons. La Xbox One est moins puissante et plus chère à cause de l’ajout de Kinect. Dès l’annonce du prix de la Xbox One, Sony savait que la victoire était acquise. Sa conférence était décevante, mais il n’avait pas à forcer. La lame du katana était parfaitement aiguisée. Les japonais sont également taquins. À peine la conférence terminée, une vidéo sur Youtube issue du compte officiel de Playstation fait le buzz. Le jovial Shuhei Yoshida et le débonnaire Adam Boyes humilient une nouvelle fois la communication de Microsoft en 15 secondes. Un coup de maître. Échec et mat.


L’équipe Xbox de Don Mattrick a la gueule de bois. Phil Spencer est particulièrement touché. Sa révélation du prix de la Xbox One est tournée en dérision partout dans le monde. Certains ne comprennent pas pourquoi Mattrick n’a pas assumé ses responsabilités de leader en révélant lui-même le prix de la console comme l’a fait son homologue Andrew House pour la PS4.

Plus tard, dans sa chambre d’hôtel, Phil Spencer ne trouve pas le sommeil. Il ressasse toutes les erreurs des derniers mois et l’immense gâchis qui en découle. Aujourd’hui, il n’a pas toutes les réponses à ses questions, mais il a compris qu’il avait le courage et l’étoffe d’un vrai capitaine de navire qui maintient le cap au milieu de la tempête. Désormais, il fera tout pour assouvir sa nouvelle ambition. C’est sa destinée.

À suivre...

Rendez-vous dimanche prochain pour l’épisode 6 de la saison 2013 de Génération Xbox One.

Génération Xbox One

Accueil > News

6 reactions

avatar

The BatF4n

01 mar 2020 @ 11:31

L’Histoire ne semble avoir retenu que ses petites minutes de troll de Sony envers Microsoft avec l’annonce du prix et le non-blocage des jeux.. Pourtant, encore aujourd’hui, je trouve que la conférence 2013 de Sony était assez timide là ou celle de Microsoft fait parti- à mon humble avis- des plus réussies avec celle de 2015 et surtout 2018. Comme souligné dans l’article, le catalogue de lancement était aussi bien plus aguicheur du côté Xbox ONE, mais il faut croire que la communication est plus forte que tout (suffit de demander à la Dreamcast..) même si évidemment, Sony s’est trèès bien rattrapé de ce côté là dans les années suivantes.

PS : C’est en regardant la photo qu’on voit que le ptit Philou a bien profité depuis 2013, la cantine est bonne :-))

avatar

Gordon Freeman

01 mar 2020 @ 12:24

La conférence E3 2013 de Microsoft était bonne, voir même meilleure que celle de Sony, mais la XBOX One a payé les pots cassés des erreurs de communication de Don Mattrick, ainsi que de certains choix stratégiques. On a beau dire que ce qui compte avant tout, ce sont les jeux, à un moment, quand ta console est moins puissante, plus chère que celle de la concurrence, et qu’elle impose aux joueurs certaines restrictions, que son catalogue soit attractif ou non, ça ne passe pas ! En face, sans briller, PlayStation a su appuyer là où ça faisait mal, afin de faire ressortir tous les mauvais points de XBOX, et la suite on la connaît...

Tout ça est loin désormais et Microsoft a appris de ses erreurs. La prochaine XBOX se présente sous les meilleurs auspices pour le moment et la bataille au niveau de la communication devrait être très différente. J’attends avec impatience la présentation complète de la ou des XBOX Series, ainsi que de la PS5 !

halfdead

01 mar 2020 @ 20:50

Je trouve aussi que la conférence de MS était très bonne, mais tout ce qu’il y a eu autour ne l’était pas. Sony n’avait plus qu’à gifler l’autre joue tendue par Mattrick. Ce dernier n’a d’ailleurs pas fait long feu après cet événement....

Bref, c’est sympa (ou pas :’-)) de nous refaire vivre ce qui s’est passé. On voit le chemin accompli par les équipes de Spencer depuis, j’espère que le meilleur reste à venir.

krapice

02 mar 2020 @ 09:51

En tout cas cela mène bien a mal la croyance populaire que ce sont les jeux qui font une machine...en tout cas, il ne font pas un lancement, c’est sur.

Sony n’avait rien a montré sinon des indés , du tiers et des promesses...

En tout on voit bien que même si la série X aura de sérieux arguments pour sa sortie (puissance, jeux et fonctionnalité) elle ne reste pas a l’abri de se croûter face a sa concurrente sur un seul point : la com. En plus sony aura une carte a jouer sur le prix.

avatar

Gordon Freeman

02 mar 2020 @ 11:46

@krapice

En tout cas cela mène bien a mal la croyance populaire que ce sont les jeux qui font une machine...

Les jeux sont primordiaux, mais si personne ne veut de ta console...

avatar

oryanphine

02 mar 2020 @ 19:34

On s’est aussi fait enfler sur Bungie avec Destiny, l’exclusivité Call of Duty, éventuellement on en serait au Game Pass avec Nintendo, les microtransactions qui se font sur les stores de l’éditeur. Sans compter les services associés, tricheries, sur lequel il ne faut rien dire. Mais ça c’était après.