Génération Xbox One 2013 : Épisode 1 - Sony met la pression

«Les emmerdes, ça vole toujours en escadrille» le 2 février @ 09:002020-02-02T16:02:49+01:00" - 8 réaction(s)

Génération Xbox One sera votre nouveau feuilleton hebdomadaire. Cette longue série d’articles fera la rétrospective de cette génération de consoles via les précieuses archives de Xboxygen. La première saison “2013” revisitera l’année de lancement de la Xbox One et de sa concurrente PS4.

2013 épisode 1 : Sony met la pression


Janvier : la “guerre” est officiellement déclarée

En ce début d’année 2013, les derniers cadeaux de Noël ont été comptabilisés. Ce qui paraissait inéluctable avec les tendances des derniers mois de 2012, est confirmé : la PS3 (73 millions) dépasse enfin la Xbox 360 (72 millions) telle une version remastérisée de la fable “Le Lièvre et la Tortue”. Dans un sursaut d’orgueil, le Major vient toujours à la rescousse de Microsoft… Malheureusement pour nous, c’est le Masterchief du pauvre, ce bon vieux Nelson, qui ouvre les hostilités de la bataille des consoles de nouvelle génération. En ce 3 janvier, via son blog, il lance le compte à rebours de l’E3 2013 avec un mystérieux et prometteur “it’s on …”.

La nouvelle guerre qui s’annonce voit l’arrivée de nouveaux prétendants, tapis dans l’ombre, aux dents acérés et grognements de Westie dominant. Nvidia lance son projet Shield, une nouvelle console portable sous Android aux spécificités alléchantes, et Razer présente sa Switch… sa machine Edge 3 en 1 : tablette, console portable, station d’accueil au prix défiant toute concurrence de 999$ dans sa version standard.

Les spéculations, rumeurs et fuites sur les prochaines consoles du Géant vert et du Grand bleu se succèdent à une cadence effrénée. Projet Durango versus projet Orbis. Le 14 janvier, un premier prix de 400$ est lancé. Le traumatisme du prix de lancement de la PS3 à 600$ aurait calmé l’avidité de Sony. Le 17, la “Xbox 720” serait plus puissante que la PS4 selon un développeur. Le 28, la PS4 serait finalement plus puissante selon les leaks. Comme tout le monde, nous sommes perdus et ne savons plus qui croire. C’est le moment que choisit Kaz Hirai, patron de Sony, pour balancer au Times une punchline qui pourrait faire du bruit à l’avenir.

« Pourquoi arriver en premier quand les concurrents peuvent alors voir vos specs et arriver ensuite avec quelque chose de mieux ? »

Loin des premières escarmouches des constructeurs, la vie des éditeurs de jeux suit son cours paisible. C’est le 10 janvier que le studio polonais qui monte, CD Projekt Red, nous offre un premier trailer décoiffant du tant attendu The Witcher 3… Cyberpunk. Les fans sont aux anges et s’imaginent incarner un Geralt augmenté de prothèses biomécaniques chevauchant son Ablette motorisée. EA nous fait part du décès de la franchise Medal of Honor pour la prochaine génération et Ubisoft essaie de tuer dans l’œuf la rumeur d’un jeu se déroulant en Egypte, au nom de code Projet Osiris, après une fuite d’une vidéo.


Février : la PS4 est officialisée, Microsoft enchaîne les bad buzz

Le 1er février, Sony accélère sa communication et tease “See The Future”, un événement pour le 20 février. Le Wall Street Journal annonce que la future console du constructeur nippon y sera présentée. Microsoft doit réagir. Le magazine Edge va le faire à sa place. Nos confrères britanniques annoncent le 6 février qu’il faudrait obligatoirement une connexion permanente au Xbox Live pour jouer aux jeux de la prochaine console. De plus, ces jeux en version physique auraient un code d’activation. La bombe est lâchée. Le public est consterné. La communauté de Xboxygen est révoltée.

Heureusement, en grand Seigneur, EA vient à la rescousse de la forteresse assiégée de Redmond. Leur trésorier annonce au calme la non-rétrocompatibilité des consoles nouvelle génération et ajoute en toute simplicité : “Je dirais que la tendance est d’avoir cette connexion permanente liée à un client, et dans la mesure où le logiciel identifie un certain client, ça posera des problèmes sur le marché du jeu d’occasion. Mais je pense que le consommateur apprécie cela et que c’est bon pour la chaîne retail.”

Chez Sony, les dernières rumeurs chuchotent la présentation possible de 2 modèles de consoles et la présence du Playstation Eye, sorte de Kinect. Finalement, le 20 février, le nom de PS4 pour la prochaine console de Sony est officialisé avec la présentation de la manette Dualshock 4, le Playstation Eye, une liste de premiers jeux et quelques spécificités techniques de la console sont confirmées. Mais les réactions de la presse restent mitigées par la non présentation de la console.

Les jours suivants, Microsoft peut enfin profiter de la déception de l’événement de son rival pour redorer son image. Il est évident qu’à cette période, les deux constructeurs ont des projets similaires. Peine perdue, le 26 février, le président de l’éditeur Eidos Interactive confirmerait le blocage des jeux sur la prochaine Xbox via un marquage des disques, qui signifierait bien la fin du marché de l’occasion. L’industrie rit, le consommateur pleure. Sony avait pris le parti de ce dernier quelques jours auparavant par la voix de Shuhei Yoshida.

« Les jeux d’occasions marcheront sur PS4. C’est l’attente générale des consommateurs. Ils achètent un format physique et ils veulent l’utiliser où ils veulent, non ? Alors c’est aussi mon attente. »

Une fois de plus (de trop ?), Microsoft s’attire les foudres du client roi. Comme disait notre ancien Président Chirac, les emmerdes, ça vole toujours en escadrille. Au même moment, c’est le FBI qui débarque dans la chambre d’un adolescent à Perth en Australie dans l’enquête sur les fuites chez Microsoft. On ne plaisante pas avec les intérêts d’une entreprise de l’Oncle Sam. Le jeune pubère Dylan, alias SuperDaE, sera privé de portable et de cartes de crédit mais dormira quand même à la maison. L’image du constructeur américain est une nouvelle fois écornée. Même quand Microsoft n’y est pour rien, Mattrick et sa bande enchaînent les mauvais coups.

Loin des péripéties des deux constructeurs, les éditeurs de jeux se réjouissent de l’arrivée de la prochaine génération. Après avoir présenté leur nouveau moteur, le RedEngine 3, les polonais de CD Projekt Red officialisent le 5 février leur prochain jeu, le très attendu Cyberpunk...The Witcher 3. Ubisoft présente sa traditionnelle farandole de jeux, dont certains pour les futures consoles, avec Assassin’s Creed 4 : Black Flag en tête de gondole. Le studio Lionhead préparerait un jeu sur le nouveau moteur qui bluffe l’industrie, le Unreal Engine 4. Sony annonce le report du très attendu The Last Of Us au 14 juin 2013. Enfin, des rumeurs sur un développement de PGR 5 donnent du baume au cœur aux fans de la série et de la marque verte.

À suivre...

Rendez-vous dimanche prochain pour l’épisode 2 de la saison 2013 de Génération Xbox One.

Génération Xbox One

Accueil > News

8 reactions

avatar

eRiG

02 fév 2020 @ 09:14

Comme toujours, un super article !

Ça rappelle des souvenirs tout ça ;-) Bref, hâte de lire la suite !

avatar

Gordon Freeman

02 fév 2020 @ 12:26

C’était du délire cette histoire de connexion obligatoire et d’impossibilité de revendre ses jeux ! Quand tu vois l’ouverture et la souplesse vers lesquelles tend XBOX aujourd’hui, on a du mal à comprendre ce qui a bien pu se passer à cette époque pour vouloir tout verrouiller ainsi... Ce choix leur a fait beaucoup de mal, parce que même après l’annulation de ces décisions, pendant plus d’un an, t’as des gens qui croyaient toujours que c’était d’actualité sur XBOX One.

lacrasse

02 fév 2020 @ 15:21

A ouais... J’avais oublié cette histoire de connexion, putain quand tu te rappelle à l’époque le bordel, alors que déjà les 3/4 des joueurs était connecté... Et pareil pour le format physique, qui meurt à grosse dose aujourd’hui, moi, qui était contre le demat, mais avec e gamepass tu ne peux que céder au demat

avatar

Gordon Freeman

02 fév 2020 @ 15:38

@lacrasse

putain quand tu te rappelle à l’époque le bordel, alors que déjà les 3/4 des joueurs était connecté...

Ce n’est pas la question, on a pas besoin d’être connecté pour pouvoir jouer, c’est tout. Si tu es dépendant d’internet et que tu as un souci de connexion, pas de JV... Moi je trouve ça inadmissible !

avec e gamepass tu ne peux que céder au demat

Perso, je continue d’acheter tous mes jeux au format physique, sauf pour les petits jeux indéps, qui n’ont pas de version Blu-ray bien sûr.

avatar

The BatF4n

03 fév 2020 @ 18:47

ça rappelle des souvenirs tout ça... Je m’avance un peu par rapport à l’article, mais je me souviens qu’à cette époque, aucune des deux machines ne m’intéressait.. La Xbox ONE proposait certes un line up plutôt aguicheur (avec Ryse ou TitanFall) mais toutes ces restrictions m’ont (comme beaucoup) donné beaucoup d’urticaire.. En face, la PS4 ne me faisait pas rêver non plus.. entre Knack, Killzone Shadow Fall (jamais compris pourquoi Sony a « forcé » sur cette licence) et le sous Gran Turrismo dont j’ai oublié le nom.. Non j’étais à cette époque, trop bien avec ma bonne vieille Xbox 360 à refaire les Mass Effect en boucle, à torcher Tomb Raider et me retourner la tête sur Bioshock Infinite (et à faire des frags sur Halo 4 malgré une certaine déception^^)

Perso, je continue d’acheter tous mes jeux au format physique, sauf pour les petits jeux indéps, qui n’ont pas de version Blu-ray bien sûr.

De mon côté, j’agis un peu comme je le fais avec le streaming de films (parfaitement légale hum hum) : quand un film/jeu me plaît vraiment, il arrive souvent que je finisse par les acheter en boîte à un moment ou un autre. (A titre d’exemple, j’ai prévu de me procurer Shadow of the Tomb Raider et Gears 5 en physique malgré leur présence dans le Gamepass). Ou alors, ça peut être mon côté fanboy : Halo Infinite, même avec le Gamepass, ça sera édition collector ou Légendaire pour moi ahah :-)

En soit, je n’ai aucun soucis avec le démat’ tant qu’on nous laisse le choix (même si on se doute que tôt ou tard, le physique finira bien par disparaître...)

lacrasse

03 fév 2020 @ 21:24

Le demat a un autre avantage, ça prends pas la poussière et gain de place dans les placards... J’étais collectionneur, j’ai tout viré... Les seuls jeux en boîte que j’achète c’est pendant les soldes ou des preco comme zombie army 4...

lacrasse

03 fév 2020 @ 21:27

Et pour la connexion désolé mais la plupart des jeux ubi, ea et j’en passe, sans connexion tu joue pas...

avatar

Gerland

03 fév 2020 @ 23:08

Je suis assez d’accord avec @Lacrasse, au final en 2020, on s’y est tous fait, au principe de connexion obligatoire pour pouvoir jouer, c’en est même surprenant à quelle vitesse ça été adopté, comme le démat’ sur console.

En 2013 moi le premier j’étais choqué, on l’a tous été, puis au final on fait tous avec, que ce soit chez MS ou Sony.