La syndicalisation de l’industrie vidéoludique s’accélère en Amérique du Nord

«C’est la lutte finale !» le 11 janvier @ 20:552020-01-11T20:55:30+01:00" - 1 réaction(s)

L’industrie vidéoludique a régulièrement été éclaboussée ces dernières années par des scandales concernant les conditions de travail dans les studios de développement. Aux États-Unis, les colères d’anciens employés du premier studio Telltale Games, fermé sauvagement en 2018, ne sont toujours pas apaisées et les critiques envers les politiques de crunch dans la plupart des studios ne font qu’augmenter. Tout le monde se souvient du lancement chaotique de Red Dead Redemption 2 secoué par le scandale de crunch chez Rockstar.

Pour défendre les intérêts des employés de cette jeune industrie, l’un des plus grands syndicats américains, le CWA (Communications Workers of America), a lancé un appel à la syndicalisation du secteur.

Suite à cet appel et en collaboration avec un autre syndicat, le GWU (Game Workers Unite), une campagne pour aider à l’organisation de syndicats dans les studios, intitulée Campaign to Organize Digital Employees (CODE), s’est mise en place et commence à porter ses premiers fruits aux États-Unis et au Canada.

La cofondatrice de GWU, Emma Kinema, dirige désormais cette nouvelle campagne au sein de la CWA et nous fait partager ses premières constatations.

« D’après mon expérience de syndicaliste dans l’industrie vidéoludique, les employés qui souhaiteraient s’organiser pour défendre leurs intérêts sont inhibés par les manques de ressources, de connaissances juridiques et de financement nécessaires. C’est très difficile. Les décennies d’expérience et les ressources qui découlent du partenariat avec une organisation comme le CWA peuvent aider ces employés à passer le cap. »

La structure syndicale de la CWA cible les entreprises dans le but de créer un syndicat pour tous leurs employés. Chaque studio aurait son propre syndicat regroupant toutes les professions et adapté à sa culture et son organisation. Cette logique diffère des autres syndicats historiques qui cherchent à syndiquer des travailleurs de même profession dans une industrie entière, quel que soit leur employeur.

Emma Kinema est en phase avec le modèle original du CWA.

« Nous pensons que les travailleurs sont plus forts lorsqu’ils sont réunis dans un seul syndicat adapté à leur entreprise, qu’ils ne son pas opposés les uns les autres par type de profession. C’est le modèle le mieux adapté à notre jeune industrie. »

Espérons qu’avec le soutien d’un syndicat majeur comme le CWA, les conditions de travail dans les studios nord-américains de développement de jeux vidéo s’améliorent et que la politique de crunch, symbole du malaise ambiant, ne devienne plus qu’une pratique exceptionnelle et non permanente. Et bien entendu, souhaitons que cet appel à la syndicalisation devienne un phénomène mondial.

Business

Accueil > News

Business

Les infos business sont aussi sur Xboxygen !

Puisque le jeu vidéo c’est aussi un monde de gros sous, il est important de savoir quels sont les enjeux financiers qui se cachent derrière nos jeux et consoles préférés.

C’est Picsou qui va être content !

1 reactions

avatar

Gerland

12 jan 2020 @ 22:14

Faut vraiment que partout dans le monde ce genre d’initiative se multiplie, on peut pas faire comme si de rien n’étais, nous joueurs, bon comme mauvais jeu. On ne le cautionnerais pas pour notre vie professionnelle, alors ils n’ont pas à le subir, quelque soit l’attente du jeu en question.