Microsoft et Sony s’engagent dans la lutte contre le réchauffement climatique

«c’est un début» le 23 septembre @ 14:062019-09-23T17:26:32+02:00" - 7 réaction(s)

Avec une population de près de 2 milliards de joueurs, il est normal de voir le jeu vidéo prendre de plus en plus part aux grands sujets politiques. Parmi ceux-ci, la question écologique est centrale au sein de l’industrie, que ce soit en termes de matériaux et minéraux dont sont constitués serveurs, consoles, manettes et disques de jeu, ou encore la consommation de ces derniers.

Alliance ethnique

L’ONU est très active sur le sujet, et tient en ce moment même un sommet sur le climat, dont le but est de concrétiser et accélérer les mesures prises lors de l’accord de Paris. En parallèle à cela, les Nations Unies ont lancé une initiative appelée Playing For The Planet Alliance, que 21 sociétés du jeu vidéo ont rejointe (pour le moment). Ce groupe s’est engagé à utiliser leurs plateformes et leurs audiences respectives pour sensibiliser sur le changement climatique, ainsi que de se lancer dans des chantiers permettant de réduire leur pollution.

Beaucoup de grands noms s’y sont engagés, dont Sony Interactive Entertainment, Microsoft, Google Stadia, Ubisoft, Twitch, Niantic, Rovio. Selon l’ONU, les entreprises s’étant engagées dans leur initiative touchent près d’un milliard de joueurs, et les engagements qui ont été pris récemment permettront de baisser leurs émissions de CO2 de 30 millions de tonnes d’ici à 2030.

Des mesures concrètes

Quant aux engagements de chacun, ils ne concernent pas tous les mêmes champs d’action. Sony s’intéresse à la consommation de la PS5, quand Microsoft travaille sur le bilan carbone de la chaîne de production et Ubisoft aux matériaux de fabrication.

Ainsi, Microsoft s’est mis l’objectif de réduire les émissions de la chaîne d’approvisionnement de 30% d’ici 2030, et a mis sur pied un programme pilote visant à produire des consoles dont le bilan carbone serait neutre. Ils vont commencer par certifier 825 000 consoles Xbox via ce programme.

Côté Sony, on a déjà la prochaine génération de console en tête, et notamment le sujet de sa consommation d’énergie. En effet, la génération actuelle a apporté une nouveauté très appréciée, le mode suspend/resume qui permet de reprendre ses jeux là où on les a laissés (quand ça marche) sans passer par la case chargement et accueil. Jim Ryan, le CEO de la division jeu vidéo, a récemment annoncé que leur prochaine console consommerait beaucoup moins d’énergie dans ce mode. Pour illustrer ses paroles, il explique que sur 1 million de joueurs l’utilisant, la baisse de consommation est équivalente au fonctionnement de 1000 foyers américains.

Pour Ubisoft, ne produisant pas de matériel, cet engagement prend la forme d’un sourcing de matériaux éco-responsable. Dans le même ordre d’idée, Sport Interactive Games, les créateurs de la franchise Football Manager, avait annoncé utiliser du plastique recyclé pour leur packaging, ayant ainsi permis d’économiser 20 tonnes de plastique cette année.

Vers une industrie responsable ?

Le jeu vidéo, d’abord vu comme l’apanage des nerds, a démarré son histoire dans les garages de passionnés. Il s’est ensuite organisé en studio de développement et société d’éditions, devenant pour certains de véritables géants mondiaux tels que Electronic Arts, Ubisoft, ou nos fabricants de consoles préférés. Parti comme simple loisir récréatif, il s’est peu à peu développé, puis démocratisé, touchant aujourd’hui toutes les franges de la population, et près d’un être humain sur 3 puisqu’il y a plus de 2 milliards de joueurs dans le monde.

L’industrie est encore jeune et en constante évolution, et il est intéressant de remarquer qu’au-delà de toutes ses dérives (gamergate, lootbox, etc..), celle-ci prend peu à peu conscience de sa responsabilité et du rôle qu’elle doit jouer dans nos sociétés actuelles. S’il est évident que ces décisions ne sont pas prises par pur bonté d’âme, cela fait tout de même du bien de voir que les lignes peuvent bouger.

Business

Accueil > News

Business

Business

Les infos business sont aussi sur Xboxygen !

Puisque le jeu vidéo c’est aussi un monde de gros sous, il est important de savoir quels sont les enjeux financiers qui se cachent derrière nos jeux et consoles préférés.

C’est Picsou qui va être content !

7 reactions

Captain Fragger

23 sep 2019 @ 14:58

Super article qui fait du bien pour l’avenir. Merci ! :-)

Blondin

23 sep 2019 @ 15:17

Mouais, je suis dubitatif.

C’est mignon comme discours, mais le plus gros problème (dans ce domaine hein) selon moi, reste la consommation liée aux serveurs, au cloud gaming, aux recherches web etc...

Faire une console pas trop gourmande en ressources, c’est bien. Mais quand tu vois ce que consomme rien que l’envoi d’un mail, ou le stockage d’une PJ d’un vieux mail dont tu as oublié l’existence au fond de ta vieille boite hotmail... Quand tu vois l’empreinte carbone du visionnage d’un film en HD en stream... Quand tu vois qu’on fait de plus en plus de recherches sur le net (qui consomment également de l’énergie, même si ça se retrouve pas sur notre facture EDF)... Quand tu vois qu’on a besoin, pour tout ça, de plus en plus de serveurs...

J’apprécie l’intention, c’est mieux qu’un discours « ouais, on s’en fout, on s’intéresse qu’au pognon », bien sur, simplement je trouve ça un peu hypocrite d’essayer de régler le problème de la conso d’une console quand derrière tu développes ton réseau de serveurs dans des proportions jamais vues où que tu génères des milliards de recherches sur ton navigateur.

Je suis aussi le premier à admettre que ce sont des technologies dont il est difficile de se passer (et dont je ne me passe pas d’ailleurs), simplement vu de loin ça me semble un peu démago.

Bon, je suis peut être un peu trop cynique, mais c’est comme ça que je le vois.

Koubiwan

23 sep 2019 @ 16:16

Je te rejoins Blondin sur l’aspect un peu démago du discours. Néanmoins, je crois savoir que de plus en plus de serveurs sont calés dans les immeubles pour les chauffer ou récupérer leur énergie en ce but.

En tout cas, c’est bien qu’on en parle car au quotidien on a un peu trop tendance à oublier qu’on est tous dans une sacrée merde...

avatar

deadlyegoalan

23 sep 2019 @ 21:48

C’est assez drôle comme foutage de gueule puisque le CO2 n’est pas un polluant. Il suffit pourtant juste pourtant d’ouvrir quelques livres pour le comprendre...

Mr Moot

Rédaction

23 sep 2019 @ 22:23

Tu devrais lire ces mêmes livres jusqu’au bout alors, et tu apprendras que non seulement c’est un gaz à effet de serre, mais aussi que trop de CO2 dans l’atmosphère n’est pas idéal pour la vie telle qu’on la connait. Et ce n’est pas en cramant la forêt amazonienne ou deforestant à tout va que l’on arrange la capacité de la faune à le transformer. Après si on veut être précis ce n’est effectivement pas un gaz considéré comme polluant. Mais ce n’est qu’un engagement parmi beaucoup d’autres. J’aimerais aussi qu’ils prennent plus d’engagements éthiques sur le sourcing des mineraux.

avatar

deadlyegoalan

24 sep 2019 @ 08:22

Ben oui Sauf que le gaz à effet de serre est principalement composé de vapeur d’eau et que le CO2 nourrit les arbres et le CO2 présent dans notre atmosphère à accéléré la croissance de la végétation. Le taux de CO2 dans l’atmosphère est de seulement de 0,O4% donc trop de CO2 on en est encore très loin surtout qu’il est essentiel à la biomasse. Tu fais comme la plupart des gens tu fais de l’amalgame, je connais pas tes sources mais tu as dû, sans doute lire des livres de tes enfants. ( Je parlais de livres ou d’articles scientifiques.)

J’ai jamais dit qu’il fallait cramer toute les forêts ni abattre tout les arbres.

Le soleil chauffe la terre principalement dans la partie visible du spectre illustré par l’arc en ciel. La Terre et son atmosphère réémettent la chaleur reçue dans une autre partie du spectre, l’infrarouge. Si le flux de chaleur réémise devenait inférieur au flux de chaleur reçue la terre se réchaufferait. L’écart est désigné par « Forçage radiatif » La principale composante atmosphérique qui absorbe le rayonnement thermique terrestre est pourrait déséquilibrer le bilan radiatif est la vapeur d’eau.

Le combat menait est noble ( venant de multi nationale c’est plus pour l’image que pour autre chose. ) Il y a pas longtemps MS se plaignait de Trump pour pas produire en US mais rester en Chine. Donc MS s’en bat les couilles d’exploiter des chinois mais est soucieux de l’environnement ?

Par contre il y a beaucoup à faire sur éco responsabilité des gens, si il doit y avoir des changements, faudrait déjà commencer par nous, je suis de Marseille, la plus grande poubelle de France.

Si on veux faire un engagement sérieux il faudrait faire quelque chose contre des polluants comme les particules fines, Ozone, monoxyde de carbone l’acroléine...

Pardon pour le pavé mais je travail dans le photovoltaïque donc tous qui est atmosphère je m’y connais.

Mr Moot

Rédaction

24 sep 2019 @ 12:59

Nous sommes plutôt d’accord sur le fond, et pour le sujet de la Chine, ça rejoint l’aspect éthique que je souhaiterais voir plus d’acteurs du jeu vidéo embrasser.

Pour le CO2, oui il « nourrit » les plantes et contribue à la croissance de celle-ci, mais la terre a connu des périodes très chargées en celui-ci ci et la vie ne s’épanouissait pas sous autant de forme. La vie en tant que telle s’en bat les steaks du réchauffement climatique, mais celle que nous connaissons aujourd’hui est menacée.