Gamescom 2019 : Notre avis sur cette nouvelle édition du salon allemand !

«Événement réussi !» le 29 août @ 11:332019-08-29T10:53:04+02:00" - 4 réaction(s)

JPEG - 103.3 ko

La Gamescom 2019 a fermé ses portes et il est maintenant grand temps de vous livrer nos impressions sur cette édition.

Les impressions de Crazy Bananax

Il s’agit de la troisième fois que je me rends à la Gamescom, mais cela reste cependant ma première expérience du côté presse.

Quelques surprises annoncées lors de l’Opening Night Show

Je vais commencer par parler de l’ambiance générale du salon. On s’en souvient l’E3 2019 n’a pas été aussi excitant que les années précédentes, malheureusement j’ai eu l’impression que cela s’est répercuté sur cette Gamescom. En effet, pour avoir parcouru les halls publics chaque jour, ceux-ci étaient bien plus vides que par le passé. Disparu l’énorme espace occupé par Blizzard et ses magnifiques stands. Même constat chez EA ou Ubisoft bien plus légers que précédemment. À la place on retrouve une tonne de vendeurs d’accessoires ou de chaînes TV/Twitch/Mixer qui prennent de l’espace et n’apportent pas grand chose (j’ai beaucoup de mal à comprendre les personnes qui viennent pour passer leur journée à jouer à Fortnite par exemple). De même pour les shows chez les gros éditeurs, Xbox m’avait habitué à faire le spectacle sur sa scène en faisant jouer le public et pleuvoir les goodies. Cette année leur scène était beaucoup plus petite et il n’y a eu que quelques lancers de goodies plutôt avares en contenu. En résumé, j’ai bien senti une baisse sur la qualité de l’ambiance générale du salon cette année. Heureusement, le public a répondu présent en nombre (373 000 personnes au total).

La Gamescom ne se déroulant que peu de temps après l’E3, il est habituellement assez rare d’y trouver de la nouveauté. Cette année en revanche, nous avons eu le droit à quelques surprises annoncées lors de l’Opening Night Show qui a fait ses débuts pour cette édition 2019. Certains éditeurs nous ont tout de même concocté de nouvelles démos par rapport à ce qui avait été vu en juin et ce fut un plaisir de les découvrir et de vous les partager.

Avec l’arrivée des nouvelles consoles l’année prochaine nous devrions avoir une magnifique Gamescom 2020

Pour cette édition 2019, je retiendrai particulièrement Liberated, un jeu indépendant qui m’a beaucoup plu de par sa direction artistique sous forme de bande-dessinée et son univers assez sombre. Très plaisant aussi, Marvel’s Avengers, même si mon amour pour l’univers des super-héros Marvel m’aveugle peut-être un peu. Et enfin, même si ce n’est pas une surprise mais plutôt une confirmation : Borderlands 3. J’ai adoré la session de démo et j’ai hâte d’avoir le jeu entre les mains. Au niveau déception, je citerai Need for Speed Heat qui ne m’a pas vraiment emballé et Biomutant sur lequel je garde quelques réserves.

Pour conclure, j’ai bien aimé cette édition 2019 et surtout pouvoir la vivre sous les couleurs d’Xboxygen. La Gamescom reste pour moi un évènement qui se doit d’être suivi au moins presque autant que l’E3 car celui-ci est capable de nous offrir des surprises inédites, mais il est aussi un moyen pour le public européen d’avoir une chance de participer à un salon du jeu vidéo sans devoir traverser l’Atlantique. Même si cette édition fut un peu en deçà des deux dernières, je pense qu’avec l’arrivée des nouvelles consoles l’année prochaine nous devrions avoir une magnifique Gamescom 2020.

Les impressions de JDSmuzik

Pour ma part, la Gamescom 2019 fut un grand dépucelage intégral. Premier voyage en Allemagne, première Gamescom, premier salon couvert pour Xboxygen… et le moins que je puisse dire, c’est que je n’ai pas été déçu du voyage ! De belles rencontres, mais aussi quelques déceptions, bien qu’il me faille toujours conserver une forme de recul par rapport à elles étant donné la chance et le privilège qui m’ont été offerts de pouvoir couvrir cet événement.

Arborer le précieux pass « Press », c’est découvrir un monde totalement différent, fait de rencontres fugaces, d’instants magiques et de bienveillance.

S’il n’y avait qu’une image à retenir, c’est celle de l’affluence absolument « Kolossal ». Parcourir les allées du salon côté visiteurs est une véritable épreuve, un parcours du combattant, et l’on ne peut que s’interroger sur la qualité de l’offre faite aux visiteurs au regard de leurs attentes et de la passion qui les anime. En effet, passer des heures interminables dans des queues sans fin pour ne jouer que quelques minutes, des stands à perte de vue de revendeurs d’accessoires ou de statuettes à l’effigie des jeux à la mode (et où les personnes pensent faire l’affaire du siècle…), le salon avait parfois plus des airs de marché gigantesque que d’un véritable événement vidéoludique. À l’instar d’un E3 de plus en plus délaissé par les constructeurs et les éditeurs, les salons du jeu vidéo semblent être à la recherche d’un second souffle, alors que dans le même temps, le nombre de visiteurs lui ne cesse de croître.

Avoir la chance, certains diront même le privilège (ce qui n’est pas faux…), d’arborer le précieux pass « Press », c’est découvrir un monde totalement différent, fait de rencontres fugaces, d’instants magiques et de bienveillance. C’est bien simple : tout est fait pour vous faire bander du matin jusqu’au soir ! Des hands-on intéressants, des interviews avec des figures emblématiques (merci Monsieur Lehto !), des découvertes inattendues et une frénésie présente partout. Le risque dans tout ça, c’est de ne plus redescendre ! Et d’ailleurs, je crois qu’une partie de moi est encore là-bas, entre les halls 3.1 et 4.2… Un titre ? Un jeu ? Exercice pas facile… Je dirais pour ma part « Journey to The Savage Planet », fun, coloré et avec ce brin de folie qu’on aime tant. Dommage que je ne puisse pas vous en parler davantage, confidentialité oblige… « Disintegration », très bonne et belle surprise au service d’un gameplay cohérent. « Vampire : The Masquerade - Bloodlines 2 », très belle réalisation, et puis plein d’autres…

Vos erreurs d’aujourd’hui seront vos réussites de demain

Il reste bien sûr des moments plus gênants, quand face à l’écran et parfois manette en main vous listez les nombreux défauts d’un jeu (« Rugby 20 » ou « Overpass ») et que votre interlocuteur comprend que non, décidément, il n’arrivera pas à vous convaincre… vous non plus, ce sont alors des instants presque déchirants. À toutes ces femmes et ces hommes développeurs de l’ombre, qui consacrent leur temps et leur énergie à concevoir des jeux pour notre plus grand plaisir, je leur dis : ne lâchez rien ! Vos erreurs d’aujourd’hui seront vos réussites de demain, le jeu vidéo avance aussi et surtout grâce à vous. À vous tous, un GRAND merci !

La Gamescom en images

Pour conclure notre couverture du salon, nous remercions emeline.photography.insta qui a fait le voyage avec nous pour vous ramener quelques photos.

Gamescom 2019

Accueil > News

4 reactions

avatar

bangy78

29 aoû 2019 @ 12:03

D’un point de vue extérieur la GamesCom semble vraiment moins bonne que l’E3 j’en retiens rien de fou où d’annonces dingues

Protoxe

Rédaction

29 aoû 2019 @ 13:39

Merci les gars pour votre boulot ;)

avatar

bastoune

29 aoû 2019 @ 14:38

Juste un message pour souligner le super boulot de Crazybananax et de jds, chapeau bas, très pro, vous nous avez régalé B-) merci

MichFantastic

29 aoû 2019 @ 18:54

Merci à vous, c’est sympa de partager vos avis sur le Discord et de lire vos articles sur le salon.