Ubisoft : entre année record, explosion digitale, nouvelles IP et streaming

«French Touch» le 15 mai @ 21:142019-05-15T21:24:56+02:00" - 0 réaction(s)

PNG - 3.9 Mo

Ubisoft vient de publier ses résultats pour l’année fiscale 2019, qui vient de prendre fin. L’occasion rêvée d’en apprendre plus sur les ventes de leurs licences, leur stratégie et d’avoir un aperçu de l’avenir.

Une année record

L’entreprise indique enregistrer des résultats conformes aux objectifs qu’ils s’étaient fixés. Ainsi, Ubisoft réalise 2029 M€ de résultat net, à +17%, avec un objectif à 2050 M€. Le digital progresse de 39%, et avec 1397 M€ représente 69% des résultats de l’entreprise. À noter que cette part progresse de 11 points par rapport à l’année fiscale précédente. Ne vous y trompez pas, si les revenus sont légèrement inférieurs aux objectifs, le cash-flow est lui à 310 M€ pour un objectif à 300 M€.

Ubisoft en profite pour faire une comparaison de la solidité de ses titres boursiers face à ses principaux concurrents. Il est intéressant de constater qu’ils sont très bien positionnés sur le marché, leur action enregistrant la plus forte progression sur 5 ans.

PNG - 102.4 ko

Et les jeux dans tout ça  ?

Ubisoft indique que lors de cette année fiscale, leurs jeux ont touché plus de 100 millions de joueurs uniques, toutes plateformes confondues.

S’ils ne communiquent pas de chiffres de ventes pour Assassin’s Creed Odyssey ou The Division 2 à part exprimer qu’ils constituent des succès, on a le droit à quelques informations sur les performances de Rainbow Six : Siege. Ce dernier cumule plus d’un milliard d’euros de revenu à date, et plus de 45 millions de joueurs. On apprend aussi que les jeux « anciens », soit ceux sortis avant l’année fiscale 2019, représentent 57% des revenus totaux. Pour comparaison, cette part s’élevait à 25% il y a trois ans.

Nous évoquions la part du digital plus haut, et si les éditeurs en parlent beaucoup, nous ne savons pas souvent ce que représente l’achat de jeu dans celle-ci. En effet, les microtransactions et les DLCs sont monnaie courante, et représentent une forte proportion des transactions digitales. On apprend ainsi que la distribution digitale représente 37% des revenus, contre 31% pour la distribution physique.

PNG - 74.9 ko

L’Asie, le nouvel Eldorado

Ubisoft s’exprime aussi sur ce qu’ils appellent les « segments à fort potentiels ». On apprend ici que le marché sur PC est en hausse de 79% et représente 27% des revenus totaux, contre 18% l’an dernier. Même sort pour Uplay, en progression de 150%.

Quant au mobile, très prisé par les éditeurs car marché à forte croissance et peu coûteux en termes de développement, il représente 8% des revenus de l’entreprise. Si cette part peut sembler peu élevée, ayez en tête que les revenus générés par ce segment progressent de 73% par rapport à l’an dernier.

Enfin, Ubisoft évoque les solides performances en Asie. Ce continent est en forte progression chez tous les éditeurs, aidée par l’ouverture de la Chine au marché des consoles. Ce segment de leurs activités progresse de 62% pour l’éditeur, qui y indique une appétence forte pour « les jeux premiums et free to play Ubisoft ».

PNG - 46.5 ko

Oui, mais demain ?

Dans la partie de leur présentation consacrée à l’avenir, Ubisoft évoque une transformation majeure de l’industrie, s’ouvrant à plus de 5 milliards de consommateurs potentiels d’ici à dix ans. Cela ne vous rappelle rien ? Microsoft évoquait la même chose lors de sa présentation de xCloud. Cette ouverture à un nouveau marché potentiel intéresse évidemment tous les éditeurs, car elle entraîne un décloisonnement des plateformes de jeu.

De leurs propres mots, le streaming donnera accès à « une expérience d’une haute qualité » à une population « plus large à bas coût d’entrée » et le cloud gaming donnera aux développeurs l’accès à « une puissance de calcul illimitée » pour créer « des expériences uniques ».

Enfin, la présentation indique les points d’investissements majeurs selon Ubisoft pour les années à venir. Le premier point est rassurant, puisqu’il indique l’importance de sortir des gros jeux ainsi que de fournir du contenu additionnel. Deuxième point intéressant, l’entreprise inscrit dans ses plans la nécessité de s’intéresser à de nouveaux genres de jeu vidéo, ainsi que la création de nouvelles IP. Ces deux points font partie des qualités reconnues de l’éditeur, et font écho à ce qu’exprimait Yves Guillemot lors d’une interview le mois dernier. Il est aussi mention du développement de solutions d’intelligence artificielle. Ce dernier point est important à souligner tant il semble avoir été mis de côté sur cette génération.

PNG - 603.3 ko

Cette présentation se concentrant sur les résultats de l’année passée, ce n’est pas l’occasion de faire des annonces pour l’avenir. On notera néanmoins qu’Ubisoft prévoit une progression de 7.8% pour l’année fiscale 2020, qui vient de démarrer. Cette progression sera aidée par la sortie de 4 jeux AAA, dont Ghost Recon : Breakpoint, et 3 non annoncés pour le moment. Si vous hésitiez encore à suivre leur conférence de l’E3, voilà de quoi relever votre intérêt pour celle-ci. Quant à nous, nous serons sur place pour vous faire part de nos impressions.

Business

Accueil > News

Business

Business

Les infos business sont aussi sur Xboxygen !

Puisque le jeu vidéo c’est aussi un monde de gros sous, il est important de savoir quels sont les enjeux financiers qui se cachent derrière nos jeux et consoles préférés.

C’est Picsou qui va être content !