Google Stadia : Pour et Contre - l’avis d’un développeur sur le streaming de jeu vidéo

«Des pours et des contres !» le 20 mars @ 13:322019-03-20T17:08:25+01:00" - 8 réaction(s)

Il était difficile de louper la grosse annonce de Google hier. Stadia est donc un service de streaming de jeu vidéo annoncé par le géant américain, à la manière de ce que fait déjà le français Shadow depuis un moment. Les moyens de Google sont par contre autrement plus importants pour arriver à se tailler une part du gâteau, et un développeur donne son avis sur la question.

Ce développeur, c’est Tim Soret, que nous avions interviewé à propos de son jeu The Last Night il y a un an. Son jeu cyberpunk avait fait sensation à la conférence Xbox de l’E3 2017 et Tim donne aujourd’hui son avis sur ce que apporter un service tel que Stadia au jeu vidéo. L’occasion de voir que les questions soulevées vont bien au-delà de ce qu’on pourrait imaginer.

Inévitablement, le modèle économique traditionnel des jeux va évoluer, tout comme avec la musique et le cinéma.

Le jeu vidéo a été l’une des premières industries culturelles à passer à la dématérialisation avec Steam en 2003. Jusqu’à présent, le jeu vidéo est resté à l’état de 2003, alors que la musique et les films ont progressé.

Avantages du jeu vidéo dans le cloud

Il rappelle ainsi que les vidéos et la musique peuvent dès aujourd’hui être consommés immédiatement et de n’importe où. Alors que pour les jeux vidéo, il faut :

  • Avoir le bon matériel
  • Avoir assez d’espace
  • Acheter des disques ou télécharger de lourds fichiers
  • Attendre de longues installations
  • Subir de nombreuses mises à jour

Aujourd’hui selon lui, on ne peut pas jouer instantanément à la plupart des jeux.

Bien sûr, PlayStation Now, OnLive & Shadow existent. La technologie est viable, ça marche.

Google n’apporte techniquement rien de nouveau. Mais pour une raison quelconque, ces plates-formes ne sont pas aussi omniprésentes que Amazon Prime, Netflix ou Spotify dans leurs domaines respectifs.

Il explique que Google a peut-être sa part à prendre dans tout ça. Youtube en tant que plateforme de lancement enlève tout de suite un frein important pour les développeurs de jeux. Il voit également dans ce type de plateforme d’autres avantages qui ne sont pas forcément poussés par Google :

  • L’indépendance hardware : voilà qui devrait tuer le cycle de console tel qu’on le connait depuis que les consoles existent. Plus besoin de racheter du matériel pour jouer aux derniers jeux. La plateforme est dans le cloud, et les jeux sont jouables tout le temps.
  • Pour les développeurs : une seule plateforme sur laquelle développer (les serveurs) et qui peut déployer rapidement et partout leurs jeux. Des mises à jour en direct, un multijoueur cross-platform, du multijoueur en split-screen automatique, et un multijoueur qui ne peut pas être trafiqué. Au final : des millions économisés, un développement plus facile et des jeux plus ambitieux.
  • Bonus écologique : quand vous n’utilisez pas votre machine qui sert à jouer, elle a été produite au final pour rien. Créer, produire et envoyer 100 millions de consoles quand elles restent dans un placard ou qu’elles sont éteintes quand on travaille ou qu’on dort n’est pas terrible. Les serveurs sont beaucoup plus efficaces car ils servent toujours à quelqu’un. Selon lui il n’y a pas besoin de 100 millions de serveurs pour faire jouer 100 millions de joueurs. Peut-être que 20 ou 30 millions de serveurs suffiraient. Enfin, les serveurs tournent souvent sur une énergie propre.

Désavantages du jeu vidéo dans le cloud

Mais tout n’est pas forcément rose pour autant. Tim soulève également des inquiétudes quant à ce genre de service.

  • Moins de contrôle quant au contexte et à la façon dont les jeux peuvent être appréciés. Tous les jeux peuvent-ils être appréciés n’importe où, sur n’importe quelle plateforme ?
  • L’ultra-accessibilité et l’abondance de jeux pourrait mener à une dévaluation massive du jeu vidéo
  • Que ce soit pour un modèle Free to Play ou un modèle à souscription, la compétition se fera moins sur l’argent généré et davantage au niveau de l’attention et la rétention des joueurs (déjà le cas aujourd’hui sur le modèle Free to Play).
  • Si les développeurs sont sont payés au temps passé sur leur jeu, alors ils ont tout intérêt à allonger leurs jeux et implémenter des mecaniques addictives / de rétention du joueur comme en F2P, alors qu’il n’aura jamais été aussi facile pour les joueurs de sauter d’un jeu à l’autre. « Je déteste déjà ça » dit Tim Soret.

Le format façonne le contenu. Ou, le médium est le message.

C’est pourquoi les émissions de télévision avaient l’habitude d’avoir des cliffhangers. C’est pourquoi les jeux Free to Play suivent tous les mêmes modèles de conception.

Le game design ne consiste plus à maximiser le plaisir, mais à maximiser les profits.

Mais les principales préoccupations de Tim Soret vont au-delà du simple jeu vidéo, et portent plutôt sur le parti pris politique de Google, la vie privée, la modération peu transparente et l’application de la morale aux États-Unis. « Jusqu’à présent, Google a un bilan horrible. Si vous examinez la démonétisation aléatoire injustifiée qui frappe les YouTubers, nous, les développeurs, devrions nous inquiéter. »

L’art n’est pas censé être sans danger.
L’art n’est pas censé être politiquement correct.
L’art n’est pas censé être puritain.
L’art n’est pas supposé épargner les sentiments.

Il est censé vous réveiller, vous faire réfléchir, secouer les pensées prédigérées, vous aider à éviter les choses et à voir les choses différemment.

On voit bien qu’avec une telle plateforme massive qui contrôle la façon dont le jeu vidéo est hébergé et diffusé, les questions vont bien au-delà des simples considérations de joueurs.

Comment Google va-t-il gérer les jeux violents ou sexuellement suggestifs ? Google pourrait-il protéger des jeux tels que The Last of Us, Mortal Kombat ou Dead or Alive ? Vont-ils résister à la pression de censure des militants et des journalistes ?

C’est la grande question pour moi.

Nouvelle Xbox

Accueil > News

Nouvelle Xbox

Nouvelle Xbox

Xbox Scarlett est le nom de code de la nouvelle Xbox développée par Microsoft. Découvrez toute l’actualité de la nouvelle console Xbox avec les rumeurs, informations et déclarations au sujet de la next-gen.

8 reactions

Koubiwan

20 mar 2019 @ 13:46

Merci de nous avoir rapporté ses propos ! Point de vue intéressant qui soulève effectivement nombreuses questions économiques et éthiques. Et du point de vue des devs, quel sera le ticket d’entrée et le moyen de rémunération ? Quelle liberté disposeront ils réellement ? car si c pour avoir un media générique, sans personnalité, pour éviter de froisser les « bien pensants » de notre société occidentale...beurk....

Tomchoucrew

Rédaction

20 mar 2019 @ 13:54

Effectivement ce genre de réflexion mérite amplement d’être évoquée ! C’est aussi notre rôle de partager ça :) Merci pour ton commentaire.

texazranger

20 mar 2019 @ 15:30

Pour ou contre c’est réducteur, à titre personnel ça ne m’intéresse guère car techniquement je ne peux suivre (430 ko/s en téléchargement ...), mais pour autant je ne vois pas pourquoi je serais contre. Crosoft lance des essais publiques cette année, mais on ne sait combien de temps sera nécessaire pour que le bousin soit réellement performant. La même pour google et les autres. Je pense que le physique et le dematerialisé vont cohabiter qq années avant le grand chamboulement. Notre mode de consommation est peut être à revoir, vouloir jouer quand on veut sur quelque support que ce soit, ça va forcément finir par du tout demat. Et nous serons assujettis à leurs bon vouloir...

eykxas

20 mar 2019 @ 16:17

D’ailleurs en allant un peu plus loin, sur le démat et le streaming, aujourd’hui nous avons toujours la possibilité d’être « propriétaire » d’un contenu via les versions boites. Avec de streaming et donc du tout démat, nous n’aurons plus cet aspect « propriétaire ». Et si je passe chez Google, et qu’ils me suppriment ce super Mass Effect 3 Streaming que j’apprécie tant, que fais-je ?

ça + les considérations éthiques relevé par ce dev... Comme je disais ailleurs, ça annonce plutôt une ère sombre du jeu vidéo.

avatar

deadlyegoalan

20 mar 2019 @ 19:17

Une explosion des jeux free to play et les jeux qui nous appartient plus tous se dont je n’aime pas...

avatar

heloi

20 mar 2019 @ 19:47

Il a fait le tour de la question et c’est très intéressant. Il n’y a plus qu’à attendre les réponses.

Mais il en manque une.

Est-ce que Youtube va exposer les jeux dans un store ou autre et si oui quelle va être la politique notamment vis-à-vis des indés qui pourraient être encore plus noyés ?

avatar

mori34

20 mar 2019 @ 22:02

qu’il n’aura jamais été aussi facile pour les joueurs de sauter d’un jeu à l’autre. « Je déteste déjà ça » dit Tim Soret.

Oui je le vois avec le game pass c’est super d’avoir pleins de jeux accessible,mais ont ne jouera pas a un jeu comme un que l’on a acheté et fini presque à 100% pour amortir son achat en matérialisé. L’idéal serait de faire des jeux avec une durée de vie plus courte pour pouvoir le finir et éviter de commencer un nouveau jeu sur le catalogue quand celui ci devient long et ennuyeux. L’envie d’essayer des nouveautés ajouté au catalogue risque de faire des jeux entamé jamais terminé car ont voudra toujours tester ceux auxquels ont n’as jamais jouer ou annoncé comme un très bon jeu.

avatar

Lazak

19 jui 2019 @ 22:05

Article et avis intéressants, cependant, le développeur passe un peu vite sur son affirmation : « la technologie est viable, ca marche ». En effet, le cloud gaming est extrêmement gourmand en bande passante, et surtout très sensible aux variations de débit. Les optimisations technologiques sont là, certes, mais les infrastructures en France, et dans beaucoup dautre pays, ne peuvent pas tenir la cadence pour du cloud gaming. Je précise qu’aujourd’hui, la plupart des joueurs veulent des jeux en 4k, 60fps, etc. On est très loin de pouvoir streamer ce genre de contenu en temps réel (je ne compare pas avec du streaming vidéo, Netflix, ou la bufferisation est possible et essentielle), sans bug, interférences, qui vont vraiment gâcher l’expérience de jeu. En tout cas, je pense qu’aujourd’hui, c’est encore utopique de croire à stadia ou équivalent au niveau industriel. Dans une dizaine d’année, éventuellement.