Embark Studios : Patrick Söderlund (ancien DICE et EA) aux commandes avec d’autres

«Un nouveau studio à suivre» le 8 novembre @ 13:222018-11-08T13:26:11+01:00" - 0 réaction(s)

JPEG - 38 ko

Patrick Söderlund, ancien PDG du studio DICE et encore Chief Design Officer chez Electronic Arts en début d’année quittait EA cet été. Mais il avait évidemment un plan, et nous apprenons aujourd’hui qu’il fonde un nouveau studio, en ramenant un peu de monde avec lui.

Embark Studios, c’est le nom du studio dans lequel il travaillera désormais. L’annonce a été faite cette nuit par Nexon, la société sud-coréenne qui monte. Nexon semble ici agir à la fois en tant qu’éditeur et investisseur dans cette affaire, et a de grandes ambition pour le nouveau studio situé à Stockholm.

Patrick Söderlund dit voir gros avec ce nouveau studio et parle de joueurs connectés, de big date, reconnaissance vocale, cloud computing et intelligence artificielle pour créer de nouvelles façons de jouer et permettre aux développeurs de créer une large variété d’expériences. D’après lui, Embark est un groupe de créateurs vétérans de l’industrie qui iront au-delà des expériences de jeu qu’on peut connaitre aujourd’hui.

Dans l’équipe qui compose le studio, on note aussi Johan Andersson, ancien de chez EA qui s’occupait de la Search for Extraordinary Experiences Division (SEED). D’après Gamesindustry, Nixon prend 33% des droits de vote au conseil et Söderlund rejoint l’équipe dirigeante du studio.

Les ambitions du studio s’éclaircissent davantage avec les propos de Owen Mahoney, PDG de Nexon.

Ce qui reste rare, c’est la capacité à créer des mondes virtuels en ligne extrêmement engageants et attrayants pour un large public mondial qui peut se développer pendant de nombreuses années. La création d’Embark représente l’un des développements les plus intéressants pour l’avenir des jeux en ligne.

Patrick Söderlund tempère néanmoins en indiquant qu’ils ne commenceront pas par un jeu ultra ambitieux qui coche toutes les cases évoquées dans cet article, car ce serait très risqué et prendrait beaucoup de temps. Il ne pense pas que se cacher pendant 10 ans pour faire un jeu soit la bonne approche pour eux et évoque plutôt le développement de jeux avec des expériences de gameplay traditionnelles qui comporteront ici et là des briques pour éprouver des concepts futurs.

L’homme à qui l’on doit en partie le moteur Frostbite de chez EA semble donc clair dans ce qu’il souhaite. L’équipe devrait avoisiner les 35 personnes à terme et on leur souhaite bonne chance.

Les jeux d’aujourd’hui sont construits autour d’un seul concept. Vous tirez sur des gens ou vous jouez au football. Qu’est-ce qui se passerait si vous pouviez avoir 10 concepts dans un jeu où vous pourriez choisir de devenir un fermier, ou de vous lancer en politique, ou dans l’armée, ou d’être un athlète professionnel. Voilà les questions qui me trottent dans la tête. Quand j’ai commencé à réfléchir à tout ça avec les personnes avec lesquelles je vais travailler, j’ai réalisé que c’était ambitieux et presque naïf. Mais je pense qu’on doit passer par là pour faire quelque chose d’extraordinaire.

Business

Accueil > News

Business

Business

Les infos business sont aussi sur Xboxygen !

Puisque le jeu vidéo c’est aussi un monde de gros sous, il est important de savoir quels sont les enjeux financiers qui se cachent derrière nos jeux et consoles préférés.

C’est Picsou qui va être content !