Meilleures TV 4K 2019 pour Xbox One X et PS4 Pro : le guide

«Comparatif TV 4K HDR pour jouer aux jeux vidéo» le 12 octobre @ 10:002019-10-22T22:09:50+02:00" - 201 réaction(s)

Quelle TV 4K HDR choisir en 2019 ? Que ce soit pour jouer sur console, regarder la TV ou des films en 4K, pour jouer sur Xbox One S, Xbox One X, PS4 Pro ou encore pour regarder des séries sur une TV de qualité, de la TV 4K pas chère aux meilleures TV 4K OLED du marché, voici nos avis et conseils pour choisir le téléviseur 4K HDR idéal.

Guide entièrement mis à jour le 12/10/2019.

Choisir la meilleure TV 4K en 2019

Ce guide TV est régulièrement mis à jour et comporte désormais les derniers modèles de TV 4K 2019 pour les fêtes de fin d’année. Aujourd’hui, acheter une TV doit forcément passer par le 4K HDR, il s’agit maintenant de la norme. Depuis la Xbox One S en passant par la PS4 Pro et la dernière console Xbox One X, le contenu 4K et les jeux en 4K sont maintenant nombreux, et le seront encore plus à l’avenir avec les futures consoles Xbox Scarlett et Playstation 5.

Dernièrement, tout le monde semble attendre de voir comment les choses vont évoluer avec l’adoption de la norme HDMI 2.1 et de la 8K. On note que LG est le premier constructeur de TV à se mouiller en proposant notamment sur sa gamme OLED l’intégralité de la norme HDMI 2.1, et donc des modèles entièrement compatibles VRR, HFR ALLM et eARC, faisant par la même occasion les yeux doux aux joueurs que nous sommes.

En outre, pour un recul de l’ordre de 2 à 3 mètres, nous vous conseillons toujours une diagonale d’écran de 55 pouces minimum pour profiter réellement de la 4K dans votre salon. C’est sur cette base qu’a été effectuée la sélection ici présente, mais les qualités de chaque modèle proposé ici se retrouvent sur les diagonales d’écran supérieures.

TV 4K LCD, l’offre la plus vaste

Les TV 4K HDR LCD reposent sur une technologie de longue date déjà éprouvée depuis bien des années. Contrairement à l’OLED, les TV LCD sont rétroéclairées et si les noirs ne sont pas infinis, la luminosité (et donc le pic de nits si précieux en mode HDR) est souvent l’un des atouts de cette technologie comparée à l’OLED. Il existe plusieurs types de rétroéclairages pour les téléviseurs LCD. Le milieu de gamme utilise généralement un rétroéclairage par LED aux multiples possibilités d’implémentation. Le Edge LED et sa lumière partant des bords de la dalle comporte des problèmes d’uniformité mais permet tout de même un rétroéclairage puissant. Sur le haut de gamme, on parle de Full LED ; comprenez par là que le rétroéclairage se fait sur l’ensemble de la dalle et peut être partitionné en plusieurs zones capables de s’éteindre indépendamment les unes des autres afin de produire des noirs comparables à l’OLED. La gestion des zones est opérée par le processeur et s’appelle le local dimming.

Voici les meilleures TV 4K LCD par gamme de prix, suivies de la gamme OLED.

Les meilleures TV 4K/HDR pas chères

LG UM7450 : un bon input lag au prix du HDR

Tailles disponibles : 108cm (43”), 123cm (50”), 139cm (55”), 164 cm (65« ), 177cm (70 »)

Le UM7450 est un téléviseur d’entrée de gamme équipé d’une dalle IPS de 60 Hz. S’il est dans ce guide, c’est parce qu’il dispose d’un input lag remarquablement bas de 12 ms et qu’il est compatible ALLM : le téléviseur switche automatiquement de mode d’image suivant le contenu. Malheureusement, dans cette gamme de prix, il faut faire certaines concessions et le HDR en est une. Avec un pic lumineux d’environ 350 nits, il ne faut pas espérer grand chose en termes de dynamique, il n’y a pas non plus de compatibilité avec le HDR 10+ ou le Dolby Vision. Sorti de ça, on retrouve l’OS LG avec ses nombreuses applications et compatibilités multimédia à un prix attractif.

 

On a aimé :
  • Input lag à 12 ms
  • Prix
  • Compatible ALLM

 

On a moins aimé :
  • Un HDR décevant

Sony XG70 : le meilleur de l’entrée de gamme

Tailles disponibles : 108cm (43”), 123cm (49”), 139cm (55”), 164cm (65”)

Comme chaque année, c’est un produit Sony qui s’impose dans notre sélection de TV 4K d’entrée de gamme. En effet, si le gros point noir de cet ordre de prix est souvent la présence d’une dalle de seulement 60 Hz, le constructeur nippon réussit néanmoins à offrir des résultats tout à fait convenables grâce à son processeur maison faisant des merveilles en terme d’upscale, de compensation de mouvement et de piqué. Pas d’Android TV sur ce modèle mais il est tout de même possible de profiter des applications comme Youtube ou Netflix. Pour le jeu, l’input lag est de 32 ms en 4K HDR, une valeur acceptable si vous êtes un joueur régulier mais qui peut se montrer un peu élevée pour du compétitif. Enfin, la dalle IPS proposera un meilleur contraste et de meilleurs angles de vision en dépit d’un pic lumineux moindre en HDR. D’ailleurs, ni le Dolby Vision, ni le HDR 10+ ne sont supportés.

 

On a aimé :
  • Compensation de mouvement
  • Angles de visions
  • Qualité d’image Sony

 

On a moins aimé :
  • L’impact du HDR moindre

Les meilleures TV 4K HDR milieu de gamme : le prix de la polyvalence

TV Sony XG85 : du Sony et une dalle 100 Hz à moins de 1000€ !

Tailles disponibles : 139cm (55”), 164cm (65”), 190cm (75”), 215cm (85”)

Le XG85 est le milieu de gamme phare de Sony, il embarque une dalle IPS 100 Hz 10 bits et se place comme pièce de choix de ce guide alliant performance et qualité sous la barre symbolique des 1000€ ! Une fois encore, on retrouve les traitements maison du constructeur nippon dont les preuves ne sont plus à faire. Côté jeu, l’input lag est de seulement 15 ms que ce soit en 4K HDR ou en 1080p, une amélioration drastique par rapport à l’an dernier. Equipé d’Android TV, il permet de retrouver toutes les applications nécessaires et une expérience multimédia solide. Du Dolby Atmos est aussi proposé à travers les hautparleurs intégrés, c’est toujours un plus, même si sur ce genre de produits, il ne faut pas s’attendre à des miracles. Le Dolby Vision et l’eARC sont également de la partie. C’est un des produits les plus polyvalents de notre sélection.

 

On a aimé :
  • Compensation de mouvement
  • Input lag de 15 ms !
  • Qualité d’image made in Sony
  • Android TV

 

On a moins aimé :
  • Pas de HDR 10+

TV Samsung 55Q70R 2019 : Full Led et FreeSync !

Tailles disponibles :123cm (49« ), 139cm (55”), 164cm (65”), 190cm (75”), 208cm (82 »)

Cette année le Q70R monte en gamme puisqu’il dispose désormais d’un rétroéclairage Full LED avec local dimming. Comme le Q7F 2018, il embarque toutes les features gaming tels que le FreeSync et la compensation de mouvement propre au mode jeu. L’input lag est quant à lui de seulement 15 ms. Attention cependant, pas de boîtier One Connect cette année. En effet, la solution de connectique déportée made in Samsung est désormais réservée aux Q85R et Q90R. On retrouve une image démonstrative comme sait les faire Samsung et une expérience utilisateur complète.

Attention : le modèle 49” (49Q70R) dispose d’une dalle 60 Hz et n’est pas compatible FreeSync.

 

On a aimé :
  • input lag de 15 ms
  • rendu HDR
  • compatible FreeSync (VRR)
  • Full LED

 

On a moins aimé :
  • Angles de vision restreints

TV 4K HDR LCD Haut de gamme : la haute fidélité a un prix

TV Samsung Q90R : l’ami des joueurs en LCD !

Tailles disponibles : 139cm (55”), 164cm (65”), 190cm (75”)

Une fois encore, Samsung truste le haut du classement des TVs LCD haut de gamme avec le successeur au très bon Q9F 2018. Cette année, Samsung semble avoir corrigé les problèmes de local dimming dont souffrait le petit (ou grand, c’est selon) frère en offrant des noirs remarquables pour du LCD et un contraste saisissant épaulé par un pic lumineux de 1500 nits ! Autant le dire tout de suite, on a rarement vu un HDR et une profondeur d’image aussi impactants. Samsung continu de faire les yeux doux aux joueurs avec sa compatibilité FreeSync et son input lag de 15 ms en 4K HDR et de seulement 22 ms avec sa compensation de mouvement “jeu” permettant d’améliorer la fluidité de l’image tout en gardant l’une des meilleures valeurs d’input lag du marché, chapeau bas !

 

On a aimé :
  • La compatibilité FreeSync
  • Un mode jeu complet
  • Un HDR saisissant
  • Meilleure gestion du local dimming
  • Boitier One Connect

 

On a moins aimé :
  • Angles de vision restreints

TV Sony XG95 :

Tailles disponibles : 139cm (55”), 164cm (65”), 190cm (75”), 215cm (85”)

Grand frère des XG70 et XG85 précédemment cités, le XG95 se démarque de par son rétroéclairage Full LED assurant un meilleur contraste. Il est équipé d’une dalle VA capable d’atteindre des pics lumineux offrant un HDR des plus impactants. Allié aux traitements d’image Sony, il offre une alternative de choix aux QLED de chez Samsung. Son input lag de 22 ms est en revanche un peu plus élevé que chez la concurrence (et étonnamment plus élevé que sur le XG85) mais reste dans la moyenne basse du marché. Cerise sur le gâteau, il est proposé aux alentours des 1500€, ce qui, pour un TV LCD haut de gamme, est vraiment intéressant et en dessous du concurrent direct qu’est Samsung. Moins démonstratif que le coréen, il conviendra plus aux joueurs aussi amateurs de cinéma de par sa colorimétrie plus juste en sortie de carton.

 

On a aimé :
  • Traitements d’image made in Sony
  • Full LED
  • Android TV
  • Prix

 

On a moins aimé :
  • Angles de vision restreints

TV 4K Oled, inévitablement haut de gamme

Avec ses images veloutées, son contraste infini et ses noirs abyssaux, l’OLED représente une technologie de choix pour quiconque souhaiterait changer de télé. Mais, de par leur nature auto-émissive, les pixels ne se comportent pas de la même manière qu’en LCD. Ça implique des pics lumineux plus contenus, mais surtout des risques de marquage, un autre ennemi du gamer avec les jeux qui présentent souvent des parties d’image fixe, tels les HUD. Toutefois, les constructeurs ont mis en place différentes options visant à protéger les dalles du marquage. Avec une utilisation responsable et en laissant notamment votre téléviseur effectuer ses cycles de nettoyage automatique après extinction, vous ne devriez pas avoir de problème sur les modèles les plus récents proposés dans ce guide. Voici donc le meilleur du meilleur, du moins pour les joueurs, mais aussi pour les férus de cinéma.

TV LG OLED 55C9 et E9 : TV ultime pour jouer et meilleur rapport qualité prix

Tailles disponibles : 139cm (55”), 164cm (65”), 195cm (77”)

L’an dernier c’est le C8 qui s’imposait comme meilleur rapport qualité prix de notre catégorie consacrée à l’OLED. Cette année, si vous suivez assidûment le site, vous aurez sans doute remarqué que nous avons pu tester la série 9 qui apporte son lot de nouveautés à commencer par la présence de 4 ports HDMI 2.1. Arrivent donc les compatibilités HFR, ALLM et VRR pour une expérience de jeu jusqu’ici inégalée. Couplé au temps de réponse quasi nul des dalles OLED, les C9 et E9 (même modèle avec une barre de son intégrée et un design plus travaillé) se paient en plus le luxe d’un input lag record sous les 13 ms en 4K, HDR à 60 fps. On ne va pas épiloguer plus longtemps puisque vous trouverez le test complet ici, mais s’il y a bien un produit qui se démarque cette année et se montre d’ores et déjà prêt pour la next gen, c’est celui-ci. C’est également l’un des moins onéreux du marché en OLED !

On a aimé :
  • Compatible HDMI 2.1, HFR, VRR, ALLM...
  • Une image impeccable qu’importe le contenu à l’écran
  • OS réactif et intuitif
  • Capacités multimédia
  • Prix

 

On a moins aimé :
  • Pas de HDR 10+

TV Panasonic OLED GZ 950/1000/1500/2000 : Pour les amoureux de cinéma, mais pas que !

Avec Panasonic, on a en sortie de carton une colorimétrie juste et une image à tomber par terre qui ravira les cinéphiles, de l’amateur aux plus aficionados d’entre eux ! Comme souvent, toute la gamme partage quasiment la même qualité d’image, seules les finitions et l’ajout d’un système son supplémentaire justifient l’écart de prix. Mention spéciale en revanche pour le GZ2000 qui embarque une dalle capable de délivrer un pic lumineux de 1000 nits, soit, actuellement, ce qu’on a vu de plus impressionnant en OLED avec une expérience HDR à couper le souffle. Comme l’an dernier, les amateurs de jeu seront ravis de retrouver un input lag à 22 ms que ce soit en 4K HDR ou 1080p et le mode jeu activable à travers tous les modes d’image. Il reste toujours cet OS un peu austère mais bon, que voulez-vous, on dira qu’ils ont le sens des priorités chez Panasonic !

On a aimé :
  • Une image à tomber
  • Mode jeu activable sur tous les modes d’image
  • Le GZ2000 et ses 1000 nits en HDR

 

On a moins aimé :
  • OS austère
  • Capacités multimédia toujours en retrait

TV Sony OLED AG9 : on prend les mêmes (frustrations) et on recommence

Tout comme l’an dernier, nous aurions aimé vous recommander les produits proposés par Sony puisqu’ils combinent sûrement les meilleurs traitements d’image du marché (piqué, upscale, compensation de mouvement...) combinés aux qualités indéniables de l’OLED. Malheureusement, on retrouve une nouvelle fois cet ABL capricieux venant considérablement réduire la luminosité de l’image lorsque des éléments fixes sont à l’écran, manque de pot, nos jeux en sont remplis ! Sorti de ça, l’input lag est mesuré à 27 ms en 4K HDR tout comme en 1080p, une mesure convenable mais un peu haute pour un produit de cette trempe badgé du constructeur aux millions de consoles vendues. Il arbore cette année un design “droit” (plutôt que l’aspect chevalet incliné de l’AF9 l’an dernier) et une qualité de fabrication et de finition toujours soignées. Un produit qu’on recommande plutôt aux amateurs de cinéma dont le jeu vidéo ne représente qu’une petite partie de l’utilisation.

On a aimé :
  • Les meilleurs traitements vidéo du marché
  • Design plat et finitions soignées
  • Acoustic surface : le son sort de la dalle !
  • Un input lag convenable...

 

On a moins aimé :
  • ... mais quand même un peu haut quand on s’appelle Sony !
  • Un ABL encore bien trop capricieux !

Comme c’est le cas depuis 2 ans maintenant, ce guide est rédigé avec amour et basé sur nos expériences avec divers produits. Mais comme nous ne pouvons tout tester, certaines mesures s’appuient sur l’excellent travail du site www.rtings.com. Egalement, gardez en tête que les prix vont subir de nombreux changements durant la période des fêtes, il faudra donc ne pas hésiter à vérifier et comparer régulièrement les tarifs lors de l’achat.

Questions et réponses fréquentes

C’est quoi une TV 4K et ça veut dire quoi 4K ? Quelle différence avec l’UHD ?

Le terme 4K désigne le format d’une image de 2160 pixels de haut et 4096 pixels de large (soit environ 4000, soit 4 kilo, soit 4K, CQFD) réservé au cinéma numérique. L’UHD (Ultra Haute Définition) est définie par une image de 2160 pixels de haut et 3840 pixels de large, soit le format 16/9 de nos écrans. Estampiller un écran TV avec le label 4K est en réalité un abus de langage, employé à des fins marketing pour faciliter la communication sur cette nouvelle génération de téléviseurs. Les écrans “4K” (en réalité UHD donc) présentant une définition 4 fois supérieure au Full HD (1080 x 1920 pixels), le terme s’est souvent retrouvé utilisé comme tel, mais cela n’a en fait rien à voir. Donc si sur votre carton vous voyez marqué 4K, ou UHD, ou encore 4K UHD, ne vous en faites pas, à l’intérieur se trouvera toujours une dalle 16/9 de 2160 x 3840 pixels.

Qu’est-ce que l’input lag ?

C’est l’ennemi du gamer. Finis les écrans cathodiques dont l’image était rendue instantanément par la TV entre l’acquisition du signal et l’affichage. Désormais, avec l’avènement du numérique, tout doit être décodé et traité, et certaines TV le font plus rapidement que d’autres, créant ainsi de l’input lag, ou retard à l’affichage en français. Si cela n’a aucune incidence lorsqu’on regarde la télé ou un film, dès qu’il s’agit d’interagir avec l’écran, comme c’est le cas en jeu vidéo, cela devient problématique. Vous n’imaginez certainement pas appuyer sur un bouton et attendre ne serait-ce qu’une demi-seconde que l’action s’affiche à l’écran ! Généralement l’input lag se mesure en millisecondes. Par exemple, un jeu tournant à 60 fps émet une image toutes les 16ms environ (1/60s). Donc avec un écran dont l’input lag est inférieur à 16ms, vous ne réagiriez potentiellement qu’avec une seule image de retard, ce qui est imperceptible, en dessous de 32ms ce serait potentiellement deux images de retard, ça va encore, et ainsi de suite… En général les TV disposent justement d’un mode jeu permettant de désactiver la plupart des traitements et donc de réduire drastiquement l’input lag. Ce sont bien ces valeurs en mode jeu qui ont été prises en compte dans la sélection ici présente.

HDR, HDR10, UHD Premium, dalles 10/12 bits, Wide Color Gamut… On vous dit tout !

HDR signifie High Dynamic Range (grande plage dynamique en français), par opposition au SDR (Standard Dynamic Range). La plage dynamique d’une image est l’étendue de son spectre de la zone la plus sombre à la plus claire. L’usage d’une plage dynamique plus grande lors de la création d’images ou de vidéos permet d’y apporter davantage de nuances de luminosité (et donc de couleurs), notamment dans les zones sensibles que sont les zones sombres et claires, pour un résultat plus riche et plus contrasté, limitant les noirs bouchés ou blancs cramés.

Alors pourquoi tout type d’écran n’est-il pas en mesure de prendre en charge une image HDR ? Vous le savez probablement, un écran rend une couleur en associant trois sous-pixels de couleurs rouge, vert, et bleu. La couleur finale est obtenue en pilotant l’intensité lumineuse, ou plus exactement la luminance (mesurée en candelas par mètre carré (cd/m²), ou en nits), de chaque sous-pixel, mais cette luminance est limitée par le matériel embarqué par le téléviseur. Il faut donc que la TV puisse afficher la plage dynamique requise par l’HDR. Et si l’UHD Alliance (un consortium de studios, chaînes TV, constructeurs TV et autres fournisseurs de contenu) préconise une plage allant de 0,05 cd/m² à 1000 cd/m² pour la technologie LCD/LED, et 0,0005 cd/m² à 540 cd/m² pour la technologie OLED, le HDR n’est pas pour autant normé sur ce point, ce qui permet aux constructeurs d’estampiller leurs TVs “compatible HDR” sans nécessairement tenir ces critères, mais à partir du moment où la TV sait traiter un signal HDR. Car en effet, un signal HDR décompose la partie vidéo “classique” (SDR) et les données spécifiques au HDR en proposant un canal de luminance supplémentaire et des métadonnées “entourant” le flux vidéo. Pour être compatible HDR, une TV doit donc être capable de traiter ce signal, mais une fois de plus, sans nécessairement être en mesure d’afficher la totalité des informations. Je vous vois vous êtes perdus, rassurez-vous vous n’êtes pas le seul...

Mais comment s’assurer alors qu’une TV prenne complètement en charge le HDR ? À défaut de norme, heureusement, une fois encore grâce à l’UHD Alliance, l’industrie TV se dote d’un label garantissant la compatibilité d’une TV avec tous les critères requis : l’UHD Premium. Apposé sur une TV, ce label garantit plusieurs choses : une dalle UHD de 2160 x 3840 pixels, une compatibilité HDR, associée à des taux de contraste tels que vus précédemment, mais également une dalle 10 bits capable d’afficher un espace colorimétrique étendu (Wide Color Gamut) avec une entrée compatible rec.2020. Car la luminosité ne fait pas tout, encore faut-il avoir les bonnes couleurs. Allez on s’accroche !

En effet, la plupart des écrans LCD/LED ou OLED de génération précédente proposent des dalles 8 bits, c’est-à-dire 8 bits par couleur de sous-pixel (rouge, vert, bleu), soit 256 nuances par couleur, soit un total d’environ 16 millions de couleurs, capables d’afficher la totalité de l’espace colorimétrique rec.709 couvrant 35% des couleurs perceptibles par l’oeil humain. Avec une dalle 10 bits, on passe à un affichage de 1024 nuances par couleur, soit un total de plus de 1 milliard de couleurs ! Cela permet une meilleure gradation des couleurs et de couvrir la quasi totalité de l’espace DCI-P3 couvrant 45% des couleurs perceptibles, et d’afficher un espace colorimétrique étendu, qu’on appelle alors Wide Color Gamut (WCG), en s’attaquant ainsi à l’espace rec.2020 couvrant 76% des couleurs perceptibles par l’oeil humain. Cependant, même les meilleures TV du moment ne parviennent qu’à afficher environ 70% de cet espace (75% pour le Q9F de Samsung), et rien ne dit que les sources ainsi encodées le couvre entièrement. Encore une zone de flou donc. Toujours est-il que les résultats avec de telles dalles sont saisissants, les couleurs sont plus riches, et les dégradés sont plus fins et précis, éliminant les phénomènes de postérisation (démarcation visible entre deux nuances de couleurs). Mais une fois de plus, tout dépend des sources... Vous êtes toujours là ? Allez, dernière partie !

Le signal capable de porter ces informations est notamment caractérisé par la norme HDR10, garantissant un flux HDR aux couleurs encodées sur 10 bits dans l’espace rec.2020. Aussi, une TV portant ce label est censée garantir l’adoption d’une dalle 10 bits. Pour information, Dolby est déjà allé plus loin en proposant sa norme Dolby Vision, encodant les couleurs sur 12 bits et permettant en théorie (moyennant un petit échantillonnage dans les tons les plus clairs) de couvrir 100% de l’espace colorimétrique visible par l’oeil humain. Une fois de plus attention, la compatibilité affichée d’un écran avec la norme Dolby Vision ne garantit pas l’adoption d’une dalle 12 bits, vive le marketing ! En effet, aucune TV à ce jour ne propose de dalle 12 bits. Tout au plus on trouve des modèles capables de traiter un signal 12 bits, ou équipés de moteurs de gestion des couleurs suréchantillonnant un signal en 12 ou 14 bits pour une meilleure gradation, mais incapables d’afficher davantage de couleurs que ce que permettent leurs dalles au mieux 10 bits. Sans compter que les sources en Dolby Vision semblent être encore très rares pour le moment.

Pour finir (enfin !), sachez que le HDR employé dans les jeux est du HDR10. Vous avez désormais en main toutes les informations pour choisir la TV qui saura exploiter au mieux ce support : soit directement vous diriger vers les TV certifiées UHD Premium, soit plonger dans les spécifications et tests de chaque TV pour découvrir la définition de sa dalle, sa profondeur colorimétrique, ses taux de contraste, sa compatibilité avec les signaux HDR, pour un choix qui peut alors se faire à la carte selon votre budget et vos priorités.

10 bits ou 8 bits + FRC ?

Maintenant que vous connaissez les avantages d’une dalle 10bits, vous trouverez certains modèles dits équipés d’une telle dalle mais dont les caractéristiques détaillées précisent “8bits + FRC”. Qu’est-ce que ça veut dire ? En fait il s’agit ici, pour ces modèles en général d’entrée ou milieu de gamme, d’une dalle 8bits native capable de faire clignoter très rapidement un pixel entre deux couleurs pour que l’oeil humain n’en voit en fait qu’une seule, située entre ces deux nuances, à priori correspondant à la source. On appelle cette fonction le Frame Rate Control et cela permet à une dalle 8bits de rendre davantage de couleurs que ne le permet nativement chacun de ses pixels. Efficace mais toujours moins juste en terme de colorimétrie qu’une dalle 10bits native.

Quelle TV 4K choisir : OLED ou LED ?

À choisir entre les technologies LED, QLED (qui sont en réalité du LCD) ou OLED, on choisit l’OLED sans sourciller. Les écrans OLED permettent d’avoir des noirs infinis (alors qu’ils sont plus ou moins bleutés sur le LCD) avec des couleurs sublimes car chaque pixel émet sa propre lumière, contrairement au LCD qui repose sur un système de rétroéclairage. Reste qu’on préfèrera un très bon écran LCD à un mauvais écran OLED. Qui plus est, la qualité de la dalle n’entre pas seule en ligne de compte dans l’achat d’une TV. Ses connectiques, son système de compensation de mouvement, son OS, ou encore la fidélité des couleurs sont autant de critères à considérer pour l’achat d’une TV. Notre guide comparatif prend en compte ces critères pour les différentes gammes de prix. À noter que certaines TV OLED semblent davantage touchées par les phénomènes de marquage, quoique très rarement irréversibles, et survenant seulement après de longues heures d’exposition, bien loin des phénomènes rencontrés sur les écrans plasma de l’époque donc. Qui plus est, malgré ses noirs absolus offrant la meilleure dynamique, l’OLED est souvent moins puissant que le LCD en terme de luminosité, faisant peut-être ainsi de l’OLED un produit s’adressant d’abord aux plus cinéphiles. Attention donc si vous ne jurez que par une image extrêmement puissante, comme c’est parfois nécessaire dans une pièce très lumineuse.

Écran Samsung Quantum Dot : c’est quoi ?

Si l’on s’attarde plus souvent sur la qualité de la dalle LCD et de ses pixels de couleurs, la technologie Quantum Dot (boîte ou point quantique en français) est elle employée pour améliorer les systèmes de rétroéclairage des TV en rattrapant leur dérive colorimétrique. Un rétroéclairage LED repose en fait aujourd’hui sur des diodes bleues, recouvertes d’une substance phosphorescente permettant d’afficher plus ou moins bien du blanc. L’ajout d’un filtre Quantum Dot permet, grâce aux propriétés quantiques des nanoparticules qu’il contient, d’ajouter du vert et du rouge au spectre du rétroéclairage pour obtenir un blanc plus blanc (OMO connaissait visiblement tout de la physique quantique) et donc une colorimétrie mieux maîtrisée et plus étendue. Cette technologie est employée par Samsung sur sa gamme SUHD et maintenant QLED, par LG sous la même dénomination, par Sony sur sa gamme Triluminos, et par d’autres constructeurs tels Philips ou TCL. À noter que si l’OLED était considéré par beaucoup ces dernières années comme LA technologie d’avenir, les difficultés rencontrées par les constructeurs pour la maîtriser et réduire son coût de fabrication, associées aux récents progrès des écrans QLED, laissent de plus en plus à penser que la technologie LED/LCD est loin d’avoir dit son dernier mot.

Quelle taille de TV 4K choisir pour quelle distance et recul (50/55/65 pouces) ?

On dit souvent qu’il faut quelques mètres entre l’écran et l’oeil sous peine d’abîmer ses yeux. Mais avec les TV 4K, la résolution des images est beaucoup plus fine, ce qui permet de s’approcher de la TV sans fatiguer ses yeux pour autant. Pour une TV full HD 1080p, il était conseillé d’être au moins à 2,5x la diagonale de l’écran. Pour une TV 4K, on descend à environ 1,3x. Pour une TV 4K 55 pouces (140cm), on peut donc se placer à 1m80 de l’écran. Pour une TV 4K 65 pouces (165cm) on peut se placer à 2m15 de l’écran. Ce sont des recommandations, mais le mieux est encore de vous placer à une distance qui vous convient et ne vous fait ni mal aux yeux ni ne vous provoque de torticolis.

Est-ce que ma TV est compatible Xbox One ou PS4 ?

Et puis quoi encore ? comment faire si ma TV n’a pas de prise péritel ? voyons… Si vous vous posez cette question c’est que vous n’êtes pas encore tout à fait prêt jeune padawan. Oui, les TV ici présentes sont compatibles avec toutes les consoles !

Choisir une TV 4K incurvée ou pas ?

Question de goût, mais une dalle incurvée ne présente pas vraiment d’intérêt selon nous, en dehors d’un effet loupe qui peut limiter les reflets de sources lumineuses situées sur les côtés du spectateur, mais aussi empirer ceux dans l’axe de l’écran. À part d’un point de vue esthétique, il n’y a aucun apport d’un point de vue qualité d’image.

Blooming, Banding, DSE, clouding, c’est quoi ?

Les TV récentes coûtent parfois plusieurs milliers d’euros mais ne sont pas pour autant fiables à 100%. Divers problèmes peuvent arriver du fait de la qualité des dalles, de leur vieillissement ou de leur usage.

  • On parle de clouding quand des fuites de lumière sont visibles sur une dalle, lorsque le filtre LCD ne parvient pas à totalement opacifier le rétroéclairage. Par exemple une petite tache ou zone claire sur un fond foncé. Ce phénomène est plus souvent rencontré sur des écrans LED Edge, mais par définition jamais sur les écrans OLED (puisque pas de rétroéclairage).
  • On parle de Blooming quand un halo clair apparaît autour des sources claires de l’image. Ce phénomène peut être visible sur les TV LED (Edge ou Full LED), du fait du manque de précision du rétroéclairage, mais une fois de plus jamais en OLED.
  • On parle de Banding quand des bandes verticales apparaissent à l’écran, soit plus claires que le fond foncé de l’image, soit plus foncées que le fond clair. Ce phénomène, quand il apparaît, est surtout visible sur des dalles LED, mais aucune technologie ne semble totalement y échapper.
  • On parle de DSE quand l’écran a l’air sale (Dirty Screen Effect). Plusieurs petites taches apparaissent à l’écran et nuisent à la qualité de l’image.
  • Le marquage (burn-in en anglais), ou rétention d’image, est une “brûlure” de l’écran survenant après une exposition trop longue à une image ou une partie d’image fixe et lumineuse, dont l’écran reste imprégné et donc rendue visible malgré un changement de source. On peut ainsi citer parmi les principales causes de marquage les logos des chaînes TV et les HUD des jeux. On retrouve ce défaut sur certains écrans OLED, quoique le phénomène semble rarement durer plus de quelques minutes, notamment grâce à des systèmes préventifs (que l’on vous conseille de ne pas désactiver), et pour ainsi dire jamais sur les écrans LCD.

Qu’est-ce que l’ABL ?

L’ABL ou « Automatic Brightness Limiter » est une fonctionnalité visant à réduire la luminosité de l’image afin de respecter les limitations matérielles liées à la consommation d’énergie et l’alimentation utilisée. Cette limitation peut intervenir dans certains cas précis. Elle est aujourd’hui le plus problématique dans le cas des produits OLED puisque de par sa nature auto-émissive sensible au marquage, la dalle ne peut afficher une image à sa luminosité maximale sur l’intégralité de sa surface. On trouve aussi l’ASBL qui se déclenche lui lorsque l’image reste fixe, afin de préserver la dalle du marquage (lorsque vous mettez pause dans un jeu par exemple, ou quand vous mettez de la musique sur Spotify...) C’est ce dernier qui est problématique sur les produits OLED de chez Sony puisqu’il se déclenche « trop tôt », réduisant drastiquement la luminosité dès lors qu’il détecte une petite partie de contenu statique à l’écran comme les HUD de jeux, bandeaux d’information ou scores.

L’upscaling, c’est quoi ?

L’upscaling est tout simplement le fait de transformer une image ayant une définition source inférieure à la définition de l’écran que vous possédez. Par exemple, si vous regardez un jeu en définition 1080p sur votre TV 4K, on dira alors que l’image est upscalée. En outre, l’upscaling fait généralement appel à des algorithmes de traitement d’image pour recréer les pixels manquants, à partir de pixels contigus et en les interpolant, ce qui améliore grandement l’image mise à l’échelle et donne lieu à différentes qualités d’upscaling selon les équipements et constructeurs.

Ultra HD premium (UHD Premium), c’est quoi ?

l’Ultra HD Premium est un label créé par le consortium Ultra HD Alliance qui regroupe les grands constructeurs du marché de la TV. Ce label garantit au minimum les caractéristiques suivantes pour une TV :

  • Définition : 3 840 x 2 160 px ;
  • Profondeur des couleurs en 10 bits
  • Un espace colorimétrique qui couvre 90 % de l’espace DCI-P3 et une entrée compatible avec l’espace BT.2020
  • Pour le HDR : une luminosité de 1 000 cd/m² avec un noir d’au plus 0,05 cd/m², ou une luminosité de 540 cd/m² et un noir d’au plus 0,0005 cd/m².
Xbox One X

Accueil > News

201 reactions

DreadFul

09 oct 2017 @ 09:55

@texazranger Elle est vraiment top =) Plus que a attendre le 7 novembre maintenant ^^

texazranger

09 oct 2017 @ 10:36

@dreadFul : ho que oui, bon la touche amazon pour moi ne sert à rien, mais la détection du hdr automatique, c’est sympa ! dans 28 jours (plus tard) je vais saigner des yeux :-);-)

Suppositoire

09 oct 2017 @ 10:42

Une question la tv PHILIPS 55PUS6262 m intéresse vraiment mais vous ne mentionnez pas l input lag ? Vous avez une idée ? Merki

DreadFul

09 oct 2017 @ 12:04

@texazranger Pour le prix c’est vraiment super comme TV 4K, le HDR auto c’est super en effet

DreadFul

09 oct 2017 @ 12:11

@texazranger Manque la moitié de mon message xD Je disais les touches Netflix et Amazon j’ai trouvé sympa qu’ils aient pensé a les mettre, c’est pratique =) Apres est ce que tu sais exactement le type des 3 HDMI qu’il y a dessus ? Car sur certains sites c’est dit que c’est 3 2.0b et d’autre que c’est 1 2.0b et deux 2.0 etc ^^

J’ai déjà FM7 qui est prêt pour le 7 novembre, plus quelques BR 4K qui attendent plus que la X ^^ Les 28 jours vont vite passer...j’espère ^^

DreadFul

09 oct 2017 @ 12:19

@Suppositoire Apparemment l’input lag serait de 125ms

https://www.displayspecifications.c...

Jonyboy

Rédaction

09 oct 2017 @ 13:04

@suppositoire : ouh putain attends, je crois avoir sélectionné la 6262 sur la base des specs de la 6401 :-/ la 6262 a visiblement des problèmes d’input lag même en mode jeu, la 6401 non. Il te faudra allonger une centaine d’euros en plus. Je vois pour mettre à jour l’article asap sorry |-)

SKadriLL

09 oct 2017 @ 13:20

Je me tate toujours autant lol Non pas qu’il n’y ai pas de modèles qui m’intéressent mais c’est surtout la période de l’achat qui me fait hésiter. On arrive en fin d’année et je ne sais pas trop si il y aura des promos sur les modèles 2017 pour noël ou début janvier pendant les soldes. Je voies pas trop pourquoi se précipiter maintenant même si il y a quelques ODR.

eytann

09 oct 2017 @ 13:40

chez moi tv samsung 4k 75" le regale ! super pour jouer !!

avatar

XanderCage FR

09 oct 2017 @ 14:05

Qu’est-ce que pensez des écrans incurvés ? Est-ce que ça ajoute une touche sympa ou est-ce vraiment inutile ?

J’en avais observé une en magasin et il me semblait que ça donnait un effet « 3D » à l’image.

J’ai aussi lu qu’en cas de reflets, ça fait une ligne verticale gênante sur l’écran ?

C’est pas tous les jours qu’on change de TV et j’aimerais faire le bon choix quand j’y passerais.