X Story : la conclusion !

«Dernier épisode !» le 14 janvier @ 18:302017-01-14T10:47:46+01:00" - 5 réaction(s)

Après une bonne cinquantaine d’articles, soit une année à squatter le Week End sur Xboxygen, la rubrique X Story tire sa révérence !

Alors oui, je sais, il manque quelques jeux exclusifs dont je n’ai pas parlé, j’aurais peut-être pu aborder quelques points sur le hardware, mais bon, l’idée de départ de cette rubrique était avant tout de montrer la diversité que cette machine a réussi à proposer en un temps d’existence très court. Pour vous en convaincre, vous pouvez scroller un peu vers le bas, cliquer sur l’icône de X Story, et parcourir les épisodes que vous avez manqués.

Quand j’ai commencé à préparer ces articles, je suis parti d’une bonne vieille liste des jeux sortis pour dégager ceux que je connaissais bien et qui méritaient qu’on se penche dessus. Une fois cette sélection faite, j’ai réalisé à quel point cette machine, à force d’être dans l’ombre de la PS2 dominante, a été sous-estimée. Il y a bien des genres qui sont clairement sous-représentés, et pas de chance, ces genres étaient très en vogue à cette époque. Il est clair que les exclusivités made in Japan brillent par leur absence. Cela inclut les j-rpg qui ne sont pas là, et les jeux de plateforme n’ont pas vraiment été exceptionnels. Pour ce qui est des titres pour toute la famille, nouvel échec, il n’y a pas grand-chose comparé à ce qu’on peut voir sur Gamecube ou PS2. Quand en plus la machine part avec un déficit d’image terrible, et a en face une PS2 bénéficiant à plein pot de la démocratisation des jeux vidéo doublée d’une jolie ludothèque, autant dire que la Xbox n’avait aucune chance !

Pourtant, quand on se penche dessus, on se rend compte que cette machine était, et de loin, la patronne dans plusieurs styles de jeux. Elle est imbattable pour les jeux de course, en offrant un rendu sans équivalent et une diversité qu’on ne trouvait nulle part ailleurs. Pour ce qui est des FPS, ce n’est même pas qu’elle était au-dessus des autres consoles : elle était carrément seule, la concurrence n’offrant que de pâles imitations limitées. Mais surtout, elle a ouvert la voie à des jeux, venus du monde du PC, qui jusque-là étaient réservés aux moniteurs (les écrans, pas les profs de ski). Mieux, elle a créé ce pont reliant le monde des ordinateurs à celui des consoles, amorçant la transformation de la façon de jouer en s’adressant à un public plus adulte et mature. D’une certaine manière, cette machine est arrivée trop tôt pour le marché. Quand on voit à quoi ressemblent les consoles aujourd’hui, comment ne pas réaliser rétrospectivement que la Xbox aura été un précurseur, une annonce du futur ?

Je vais vous faire un aveu, bien que ce soit une machine que j’ai beaucoup aimée, dans mon top personnel, elle n’arrive pas sur le podium, bloquée en cinquième position, derrière la Megadrive, la Saturn, la Dreamcast et sa petite sœur la 360 (ces quatre-là se partageant, dans un ordre variable suivant mon humeur, la première marche de mon classement). Si j’ai toujours eu conscience de ce qu’elle apportait, ce qui n’était pas très difficile (il suffisait de mettre n’importe quelle exclue ou jeu en ligne dans le lecteur pour ça), elle manquait d’un petit quelque chose, qu’on pourrait appeler le X factor, histoire de rester dans la thématique de la lettre interdite aux moins de 18 ans. Cela tient en un seul mot : l’image. Son aspect, sa manette, tout puait la machine américaine : fat, frimeuse, étalant sa puissance en s’appuyant sur le nom d’une des firmes les plus riches du moment. Impossible de trouver un écho favorable avec ça, à un moment où jeu vidéo est synonyme de Japon (ce qui est encore beaucoup le cas en France pour les consoleux), où Microsoft est synonyme de Satan, où la puissance ne faisait pas (encore) tout, et où on n’était pas prêts à recevoir des jeux si « différents que d’habitude ». Il lui a sans doute manqué une ludothèque qui aurait été plus de transition. Il aurait fallu un équivalent à Sonic ou Mario, quelque chose qui fasse « jeu vidéo traditionnel » et qui aurait pu servir de porte d’entrée vers cette machine.

Pour autant, ces explications pour justifier un succès limité ne sont pas des carences. Ceux qui ont sauté le pas se sont créés leur propre image : celle de joueurs ne se souciant pas du politiquement correct du milieu, de personnes ne cédant pas aux sirènes du marketing, d’individus conscients de leur chance et constituant un cercle fermé parallèle à celui du grand public. De même, plutôt que de laisser tomber, Microsoft a tiré de nombreux enseignements de la période Xbox pour nous offrir la 360. Par ses concepts, par ses innovations, par sa ludothèque, celle-ci a généré une sorte de nouvel âge d’or pour les jeux vidéo, poussant la concurrence et même le monde du PC à évoluer. Sans la Xbox, pas de 360, et pour un aussi joli développement, il fallait une introduction excellente. La conclusion reste à écrire, à moins qu’elle ne l’ait déjà été et qu’une nouvelle dissertation soit à commencer.

Ainsi, je ne peux m’empêcher de faire un parallèle entre le rôle de la Xbox par rapport à la 360 et celui de la One par rapport à… On ne sait pas encore. La Xbox a posé des bases solides, a planté des racines qui ont permis à la 360 de s’épanouir. Il n’est pas impossible que la One fasse de même et que dans quelques années on porte un jugement rétrospectif similaire. Comme à l’époque même si moins prononcé, le rapport de domination commercial est très en retrait face à Sony. Comme à l’époque, Sony propose une vision très traditionnelle des consoles, bien plus que Microsoft (même si à nouveau cela est moins prononcé). Comme à l’époque, les joueurs sont fermés à ce qui sort d’une vision un peu réac des jeux vidéo, la bonne équation se devant de comporter quelque chose de japonais quelque part pour être validée. Comme à l’époque, Microsoft met sur la table une nouveauté, aujourd’hui avec le concept d’émancipation du support. Où cela va-t-il nous mener ? Si c’est pour retrouver une période aussi faste que celle de la Xbox 360, je signe tout de suite !

Pour terminer, je voudrais juste vous remercier pour l’excellent accueil que vous avez réservé à cette série d’articles. J’espère que j’ai réussi à vous faire (un peu) voyager dans le passé, à raviver certains de vos souvenirs, ou tout simplement à vous avoir donné envie de découvrir ou de revenir sur ces anciens jeux.

X Story

Accueil > News

5 reactions

Tomchoucrew

Rédaction

14 jan 2017 @ 19:26

Merci pour cette chouette rubrique, ouais !

avatar

The BatF4n

14 jan 2017 @ 19:35

Ah la première Xbox.... Je me souviens encore de quelle façon je l’ai découverte, en jouant à Halo chez mon voisin. A l’époque déjà l’univers de ce jeu me fascinait. A l’époque déjà, j’avais failli craquer pour cette console au look de « radiateur » et aux manettes « gigantesques ». Il a fallu attendre la sortie de Star Wars Republic Commando pour que je craque enfin et que je « change de camp ». Je me rappelle encore ce beau matin de Noel 2005, déballant alors un beau bundle Xbox + King Kong. J’ai beau l’avoir eu très en retard (la sortie de la Xbox 360 datant de novembre 2005, j’avais une génération de retard^^), j’ai beau l’avoir gardé moins longtemps que ma ps2, je me suis amusé comme un fou......Halo 2, SW : Republic Commando, King Kong, Doom 3, The Punisher, Ultimate Spider-Man, CoD : le jour de gloire, Prince of Persia les sables du temps, SW Battlefront II, et j’en passe...

Tout ça pour dire que je n’ai que de bons souvenirs de cette console.. Cette console qui m’a fait passer au vert, cette console qui m’as rendu fanboy du grand casqué si peu loquace, cette console qui m’as permis de me rendre compte que les manettes PlayStation n’étaient pas faite pour mes mains^^...

Bref, merci pour ces super articles, j’espère sincèrement que la One saura avec le temps, surpasser la 360 (ou du moins l’égaler) de la même façon que cette dernière a su surpasser la « vraie » Xbox 1 :-)

avatar

GigaTRIPELX

14 jan 2017 @ 20:51

Merci à toute l’équipe Xboxygen pour cette rubrique nostalgique qui restera à jamais gravé dans nos mémoire.

Baptisé « Mémorial Xbox ».

kalud

14 jan 2017 @ 20:58

Merci à toi surtout j’ai adoré lire les articles même si je n’ai pas laisser de commentaires sur tous.

om3no

15 jan 2017 @ 10:02

Idem que Kalud. Tu m’as souvent donné envie de dépoussiérer mon gros pavé noir adoré. La mélancolie et les souvenirs étaient bien présent. Et là encore, tu m’as donné l’envie de rebrancher tout ça et de lancer Fable, Mercenaries, Morrowind (histoire de checker ma sauvegarde de 300h).

J’ai acheté cette console à l’époque pour deux jeux. Morrowind (justement) dont j’avais lu une preview dans un Xbox Mag chez mon frere, et qui m’avait juste rendu dingue, et Enclave qui lui aussi m’avait décroché la mâchoire. Ce dernier a été ma première fois, la première galette, le premier souvenir. Et le jour ou Elder Scrolls 3 est sortit, je n’ai définitivement pas regretté mon choix.

C’est cette console qui m’a remis le goût du jeu. J’avais bien entendu eu une PS1 et une PS2, mais je me contentait de peu (et de bien, huhu). Kessen, Dynasty Warriors, Soul Reaver, Blood Omen, Primal, GTA 3 et GT 1/2, les Silent Hill et une poignée d’autre dont j’ai oublié le nom.....ma ludothèque était restreinte. Mon enfance sur Amiga et PC m’avait rassasié, du moins c’est ce que je pensais.

Boom ! Grosoft (que je trollais à l’époque de l’annonce) sort une machine à laver qui fait aussi jeu vidéo. Je mattais ça d’un air sceptique. Halo ? lol. Un FPS à la manette.

Et puis je me suis pris un coup de boule monumental. Halo compris.

Jusqu’à ce jour, je te suis resté fidèle, Ô toi, la Boite X, trônant fièrement aux côtés de ton grand frère le PC. Point de jaloux dans la famille Grosoft ! Je nous espère un avenir encore long et magique, fait de plaisir, de rage, de découverte mais aussi de bon gros trolls vidéoludique dont tu as le secret.

Bref, encore merci pour ces papiers et ces souvenirs qui font chaud au bide. C’était génial.

Maintenant je me tais, promis.