Il était une fois...Mr Nutz

«Un ami de Mr Pistache, sans doute.» , - 3 réaction(s)

Mr Nutz est sorti en 1993 sur SNES, puis en 1994 sur MD et GB. Un peu plus tard il a pointé le bout de son nez tout mignon sur GBC en 1999, et une version a même vu le jour en 2001 sur GBA. Ce titre est étrangement un des premiers titres indés. En effet, ses créateurs sont des anciens de Ocean France, qui a fermé, les laissant sur le carreau. Ils ont donc décidé de développer Mr Nutz en solo, en visant une sortie sur Amiga. Ocean Softwares, la maison mère de leur ancien employeur, a bien aimé le résultat, et c’est sur Super NES puis sur MD qu’ils ont fait arriver le bébé.

Dans ce titre, on contrôle Mr Nutz, un écureuil très cool puisqu’il a des baskets et une casquette. Il va tenter de contrer les plans de Mr Blizzard qui souhaite recouvrir le monde de glace. Tout ça parce que c’est un yéti, et que les yétis adorent le froid. Ses copains les boss des 5 ou 6 mondes du jeu ont l’air d’accords, j’imagine en échange de gros pulls fournis par le patron.

J’aime bien Mr Nutz alors qu’il n’a… comment dire… aucun intérêt véritable. Nous sommes à une époque où les jeux de plateformes sont légion, et il n’était pas évident du tout de se différencier pour trouver une place entre le plombier et le hérisson. Mr Nutz louche surtout du côté de la mascotte de Sega, avec un personnage « cool », des niveaux très colorés et des passages qui passent le turbo. Pour le coup, il se positionnait au moment de sa sortie comme un titre plus intéressants pour les possesseurs de SNES. C’est ce que j’appellerais un « jeu confort ». Quand on commence à jouer, même si on n’a jamais entendu parler du jeu et qu’on n’a pas la moindre idée de ce qu’il faut faire, on est déjà en terrain connu. On va sauter sur la tête des ennemis, ramasser des noisettes pour s’en servir comme projectiles, et les divers environnements représentés sont plus ou moins les mêmes que d’habitude. Il n’y a donc pas vraiment de découverte, pas de bonnes surprises, mais pas non plus de mauvaises ! La réalisation étant bonne (avec même des scrollings sur différents plans sur SNES qui sont bien faits, alors que cet effet est plus une spécialité de la MD), avec une difficulté croissante mais pas trop, de jolies couleurs (là, c’est sur MD que c’est plus « net »), des musiques entrainantes… On passe plutôt un bon moment, en ayant parfaitement conscience de ne pas être face à un grand jeu.

La plateforme étant « trustée » à ce moment-là par quelques mastodontes, les autres jeux du genre avaient tendance à être facilement méprisés, voire sous-évalués, alors que de ne pas être du même niveau que les têtes de gondole ne veut pas dire qu’ils ne proposent pas pour autant une distraction agréable. Mr Nutz est un digne représentant de ces jeux restés dans l’ombre malgré leur bonne qualité d’ensemble.

Accueil > News

Il était une fois

Il était une fois

Il était une fois vous propose de découvrir (ou redécouvrir) un ancien jeu qui a été au cœur de l’actu au moment de sa sortie, et qui a été (injustement) oublié ensuite.

Les jeux vidéo ont une histoire, et nous allons vous la raconter.

3 reactions

eskyves

05 nov 2016 @ 15:19

Les fameux scrolling parallaxes de l’époque effectivement plus une spécialité Megadrive, sur SNES c’est plus le mode 7 mais je n’ai pas souvenir de son utilisation dans mister nutz

bastoune

07 nov 2016 @ 11:28

Mr Nutz est un grand jeu, il reste un grand souvenir, (le boss de l’evier). La pléthore de jeu de plateforme fait aussi qu’il était difficile de s’extraire de la masse, et l’écureuil fait bien le job. Graphiquement c’était de la bombe, même si il déboule presque en même temps qu’Aladdin (la référence sur MD à mon goût) et qu’un autre « sous estimé » : Puggsy, sur MD, où l’on incarnait une sorte de Mr Patate, une autre pépite...

jmabate

07 nov 2016 @ 16:07

je le compare plus à un castle of illusion...très sympas ce jeux.