Pour quelques « G » sur... Call of Duty 4 : Modern Warfare

«L’avion l’avion l’avion, ça fait monter les yeux...» , - 5 réaction(s)

Pour certains, les succès sont totalement inutiles voire même carrément inconnus, mais pour d’autres, ils ont pris une place incroyable dans la façon de jouer et d’aborder les jeux. Souvent copiés mais jamais égalés, ils sont parfois durs, faciles, absurdes ou même totalement buggés ! Quoi qu’il en soit, ils permettent de découvrir des modes qu’on n’aurait peut-être pas cherchés à connaître, d’accomplir des actions que même en rêve on ne croyait pas possibles ou simplement de faire la connaissance de personnes cool au détour d’un forum pour un succès multijoueur. Jouant souvent avec nos nerfs, ces petits pop’up prennent une énorme place dans l’ADN de la Xbox, et le soulagement d’entendre le ”plop” après un niveau bien casse-burnes ne laisse aucune place au doute quant à leur utilité. On a tous des souvenirs de joueurs en rapport avec les succès, qu’ils soient bons ou mauvais, risibles ou tordus, nous allons vous parler des nôtres ici, en espérant lire les vôtres à la suite de façon libre et sans prise de tête ! Le but est aussi de vous mettre à contribution, c’est pourquoi nous avons créé une adresse mail sur laquelle vous pouvez nous envoyer le récit de vos exploits afin qu’ils soient publiés ici-même, n’attendez plus, dites-nous tout : histoires@xboxygen.com.

Chrono + otage = carnage

Compter sur les IA pour nous aider ? Mauvaise idée !
Compter sur les IA pour nous aider ? Mauvaise idée !

Les gars ça y est, la semaine prochaine c’est la sortie du nouveau “kalof” ! Bon ok, en fait on s’en fiche un peu du nouveau, nous ce qu’on veut c’est le remaster d’un des plus gros jeux de la Xbox 360, j’ai nommé : Call Of Duty 4 : Modern Warfare !

CoD 4, c’était un peu LE jeu. Déjà, même avant sa sortie je le kiffais, j’avais d’ailleurs truandé sur mon âge de l’époque (bouh, vilain !) pour pouvoir récupérer une clé beta sur charlieoscardelta.com ! Plus tard, j’ai pris une énorme claque sur la campagne solo, c’était beau, et bourré de scripts tous plus intrusifs et détestables les uns des autres mais j’le savais pas encore... La mise en scène était ouf, la guerre moderne façon Black Hawk Down, avec des missions épiques. De la séquence d’intro’ à celle en sniper à Tchernobyl, le rythme était incroyable. Vous commencez à me connaître, jouant à l’époque énormément pour les succès, j’avais comme à mon habitude avec Call of’, directement mis le jeu en vétéran (big up à toi qui a aussi fini ce foutu Call of Duty 2 “sans trahir la mère patrie !”), et il y’a un succès dans la liste qui m’intriguait plus que les autres : “En plein Air” - Atterrir en lieu sûr en difficulté vétéran, pour 20 (sérieux ?) G !

Ne pas tuer l
Ne pas tuer l'otage... ne pas tuer l'otage... ne pas tu... PUTAIN !

Globalement, pour ceux qui ne le savent pas, cette mission, l’épilogue après le générique de fin, c’est un peu comme la petite goutte d’eau qui fait déborder le vase. Pourquoi ? Et bien parce que je venais déjà de me taper le jeu en difficile (la chose se résumant à s’allonger derrière n’importe quoi pourvu qu’on ai pas un poil qui dépasse, courir sous les caisses de grenades lancées par les ennemis, mourir et recommencer), et qu’il fallait maintenant qu’en 1 minute je traverse un avion rempli d’méchants, avec à la clé une séquence au ralenti ou on devait buter un preneur d’otage (sans tuer l’otage hein, je précise au cas où). J’arrêtais pas d’crever, tout se jouait au millimètre. Pas le temps de recharger il fallait ramasser les armes qu’on trouvait par terre et faire péter plus de flash à la seconde qu’un radar sur le périph’ ! Le pire fut sûrement la première fois ou j’ai réussi à atteindre ce fichu otage, et que je lui mis une balle entre les deux yeux, rapide, net, sans bavures (ou presque), j’avais plus qu’a pleurer très fort et insulter la télé, la console, la manette, le jeu... mais surtout pas moi, faut pas déconner !

Finalement, et voici le moment où vous allez pouvoir me lyncher, c’est un pote à moi (Alex, si tu passes par là, merci !) qui a récupéré mon profil pour me le faire tellement ce truc me rendait dingue... Pire encore, lui, enchaînait la mission avec une facilité déconcertante, de quoi me faire encore plus rager dans mon coin, seul, dépourvu de toute fierté d’avoir obtenu le succès. J’ai les 1000G sur CoD 4, j’aurais sûrement réussi seul un jour (quoique…), mais ce jour là c’était juste pas possible. C’est une des rares fois où j’ai vraiment baissé les bras devant un succès pourtant pas si compliqué. Mais promis, je partagerai la vidéo avec vous quand je l’aurai fait sur le remaster… ou pas !

Et vous, cette mission, elle vous a aussi donné des sueurs froides ? Dites-moi tout !

Accueil > News

Les Histoires d’Xboxygen

Les Histoires d'Xboxygen

Les Histoires d’Xboxygen regroupe deux rubriques : Pour quelques G de plus, qui nous raconte comment on a pu suer pour réussir à décrocher les succès les plus compliqués, et Souvenirs de Gamers qui se penche sur les anecdotes de la vie des joueurs, de l’évènement le plus mémorable à la tranche de vie la plus farfelue.

5 reactions

masterchiefx93x

29 oct 2016 @ 18:06

HAHA je connais bien aussi ^^ j’ai passé du temps sur cette mission xD mais bon j’ai finis par l’avoir de moi même :-P

S4DISTIC

29 oct 2016 @ 18:07

Moi J’ai pas le succès j’ai abandonner a 980G un jour peut être, mais j’ai les 1000G sur COD 2. Par contre sur pc j’avais réussi la mission en vétéran mais il n’y avait pas encore de succès sur pc à cette époque.

Vinc3iZ

29 oct 2016 @ 19:47

Haha la référence à Delta Force, Black Hawk Down était juste une grosse tuerie en ligne sur PC !

TheBitMapBrother

29 oct 2016 @ 22:35

J’aime bien cette rubrique :) Ça fait plaisir de lire des souvenirs de traumatisés du jeu vidéo ;) Ça me rappelle certains succès de Blue dragon... J’étais très accroc à ça mais bizarrement depuis que je joue sur One ma névrose est guérie, je ne sais pas pourquoi. Juste le plaisir de faire le jeu.

SauroneMX338

Rédaction

30 oct 2016 @ 11:06

S4Distic tu as tout mon respect pour CoD2 et masterchief pour ce succès :P

Content que la chronique vous plaisent, hésitez pas à partager vos anecdotes sur l’adresse mail de l’intro, on les publiera ici même ! :D