Il était une fois...Stupid Invaders

«We like Monstermen» , - 1 réaction(s)

Stupid Invaders est sorti sur PC et Mac en 2000 avant de débarquer sur Dreamcast l’année suivante. Le titre a été développé par Xilam, et adapté par Titanium Studios pour la version DC.

Le jeu est une adaptation des Zinzins de l’espace, dessin animé frappadingue qu’on peut voir aujourd’hui sur Gulli. Enfin, adaptation, il faut le dire vite, et c’est là où ce titre est une étonnante surprise. En effet, Xilam a pris pas mal de libertés avec une source qui est avant tout destinée aux enfants. Stupid Invaders reprend globalement le pitch de la série : des extra-terrestres plus crétins les uns que les autres s’écrasent sur la Terre et vivent dans une maison qui semble abandonnée en attendant de trouver un moyen de repartir chez eux. C’est sous forme d’un point’n click que se déroule l’aventure, avec des énigmes souvent aussi stupides que les personnages joués. Il n’est pas rare qu’on se retrouve bloqué, et qu’on tente alors tout et n’importe quoi, ce qui peut se révéler bien souvent être la solution pour avancer.

Il faut être clair, ce n’est pas le meilleur point’n click du monde. Suivant les actions qu’on va entreprendre on se retrouvera souvent face à un gros Game Over, ce qui oblige à sauvegarder souvent, les temps de chargement sont trop longs et fréquents, et la résolution des énigmes par l’expérimentation absurde n’est pas vraiment quelque chose d’intellectuellement stimulant. Pourtant, difficile de ne pas garder une certaine tendresse pour ce Stupid Invader, tant il surprend quand on commence à jouer. A la base, l’univers décrit est destiné aux enfants, et de façon stupéfiante il est totalement dévoyé ! A croire qu’une fois la licence vendue, les créateurs n’ont pas regardé le résultat final. Certes, les Zinzins de l’espace est basé sur des personnages crétins, ce qui développe une logique étrange, mais dans le cas présent, le jeu ressemble au dessin animé sans aucune censure. Ainsi, les dialogues sont franchement crus, et la scatologie ou les sous-entendus sexuels à la limite de l’explicite sont légions. Il y a quand même un épisode entier qui se déroule dans une usine à bouses, et on parlera de putes sans vergogne. Si cela fait de ce jeu quelque chose à ne pas laisser à la portée des plus jeunes, pour les adultes cela devient d’un seul coup hilarant. Le contraste entre le dessin animé pour nos chères petits et les propos pour adultes fonctionne formidablement bien, et fait beaucoup penser à South Park, même si cela est bien entendu moins hardcore.

Un tel détournement, voilà qui mérite largement un article dans « Il était une fois ».

Accueil > News

Il était une fois

Il était une fois

Il était une fois vous propose de découvrir (ou redécouvrir) un ancien jeu qui a été au cœur de l’actu au moment de sa sortie, et qui a été (injustement) oublié ensuite.

Les jeux vidéo ont une histoire, et nous allons vous la raconter.

1 reactions

avatar

yan-17

22 oct 2016 @ 21:35

genial ! :) si vous connaissez un lien pour l’avoir sur pc je suis preneur je ne le trouve nul par :$