Il était une fois...Slap Fight

«Classique du shoot» le 1er octobre 2016 @ 16:002016-10-01T10:14:22+02:00" - 0 réaction(s)

Slap Fight est un shooter de Toaplan, grand spécialiste du genre, sorti en 1986 en arcade puis décliné sur de multiples supports, y compris dans une version Megadrive un peu revue pour l’occasion.

A cette époque, les shoot’m up étaient légion, et il fallait absolument trouver un petit quelque chose pour attirer le joueur et le pousser à glisser sa pièce dans la fente de la borne. Etrangement, Slap Fight ne se démarque sur pratiquement rien ! Graphiquement le jeu est banal, et fait pas mal penser à l’ancêtre Xevious, qui a été une source d’inspiration pour de très nombreux jeux. Ses musiques sont de bonne qualité, mais bon, pas de quoi sauter au plafond non plus, même si celle du premier niveau reste bien gravée en tête. Et pour ce qui est du gameplay, on a là un système de power-up avec différents tirs, ce qui déjà à l’époque est extrêmement classique.

Pourtant, ce titre a connu son petit succès, et les amateurs de jeux de shoot, dont je faisais alors partie, s’y sont forcément frottés. La raison est simple, Slap Fight compense son absence de génie par un équilibre de premier ordre qui offre au joueur un challenge élevé, vecteur d’une grande satisfaction quand on réussit à exploser son score. Les différentes armes sont toutes utiles, même si le tir à tête chercheuse devient redoutable quand il est monté au maximum, et les situations de jeu proposent régulièrement des idées assez intéressantes pour pousser le joueur à devoir s’adapter (par exemple des ennemis qui évoluent dans des tubes et qui ne sont vulnérables qu’à des moments précis). La difficulté est un autre facteur très important : le jeu n’a pas de fin, et recommence au début à chaque fois qu’on en fait le tour, mais avec des ennemis de plus en plus agressifs. Bien entendu, un peu comme dans R-Type, si on a le malheur de mourir, on peut bien avoir encore en stock une valise de vies, repartir avec un armement et une vitesse de base rend la mission impossible. Cela pousse à une concentration de tous les instants et est très motivant pour durer le plus longtemps possible. Ainsi, en arcade, la première fois que j’ai réussi à faire trois fois le tour du jeu, cela m’a rempli de joie pour la semaine !

C’est un genre de jeu qui appartient définitivement au passé, mais qui reste totalement jouable aujourd’hui, que ce soit sur MD ou en arcade. Avant d’écrire cet article j’ai relancé une partie, et je me suis rendu compte que je me souvenais très bien des niveaux. Cela n’a pas suffi, je n’ai pas réussi à en faire le tour. L’air de rien j’ai été un peu vexé, et il m’a fallu 6 essais pour y arriver ! Je n’avais pas spécialement prévu d’y passer autant de temps, mais j’ai été accroché en un rien de temps. Je ne peux que vous conseiller d’y jeter un œil, juste pour voir de quoi vous êtes capable…

Il était une fois

Accueil > News

Il était une fois

Il était une fois

Il était une fois vous propose de découvrir (ou redécouvrir) un ancien jeu qui a été au cœur de l’actu au moment de sa sortie, et qui a été (injustement) oublié ensuite.

Les jeux vidéo ont une histoire, et nous allons vous la raconter.