X Story : Steel Battalion

«La taille compte» , - 3 réaction(s)

Steel Battalion sort en 2002 sur Xbox, en droite ligne de chez Capcom, et ce jeu est juste quelque chose d’incroyable.

Ne vous attendez pas pour cet épisode à ce que je sois très exhaustif sur le contenu du jeu, pour une raison toute simple : je n’y ai joué qu’une seule fois, je n’ai pas le moindre souvenir du scénario ou même de ce qu’il fallait faire. Je n’y ai joué que pendant une grosse heure. Et pourtant, ce souvenir est marqué à vie dans mon crâne de joueur. Pas à cause du jeu en lui-même, mais à cause de son incroyable, stupéfiante, extraordinaire, délirante manette.

Le concept de Steel Battalion est de proposer une simulation de Mechas. Attention, pas ceux qui virevoltent dans tous les sens, mais plutôt ce qu’ils appellent les VT : Vertical Tanks. Cela veut tout dire ! L’objectif est de nous donner la sensation d’être dans le cockpit de la machine, et pour ce faire, tout est basé sur la manette. Coûtant environ 200€ à sa sortie, c’est bien entendu elle la star.

Imaginez un instant. Deux manches pour le déplacement, et une quarantaine de boutons. Leur fonction ? Franchement, je ne m’en souviens plus, mais ils servent tous à quelque chose ! Avant de savoir manœuvrer correctement le VT, cela demande un apprentissage très complexe, ainsi qu’une concentration de tous les instants. C’est avec l’aide d’un camarade ayant le jeu que je l’ai découvert, et heureusement ! En appliquant ses conseils, sur mon temps de jeu, je n’ai pas réussi à faire beaucoup plus que démarrer le robot et me déplacer avec une aisance correcte, c’est-à-dire sans me planter tout seul.

Steel Battalion est plus une attraction qu’un véritable jeu. Se trouver derrière ce véritable tableau de bord est une vraie expérience. Comme dans un cockpit, à moins d’être pilote, on est tout d’abord complètement perdu. Puis, à chaque fois qu’on apprend à faire quelque chose, on en retire une certaine fierté enfantine. L’intransigeance du jeu, qui ne fait rien pour faciliter la vie du joueur, participe à cette sensation générale.

Cette manette a été construite à peu d’exemplaires, et pour se la procurer aujourd’hui il faut être prêt à débourser entre 250 et 300€. Et si jamais certains d’entre vous voulaient se l’offrir, attention, il faut la console qui va avec, car Steel Battalion n’est pas rétro-compatible : c’est de la Xbox Original only.

Accueil > News

3 reactions

jmabate

25 jui 2016 @ 18:47

énorme ce jeux ! niveau scénar, c’est politique ! indépendance et envahisseur, nécessitant l’intervention des VT ;-)

c’est le gameplay lourd et intransigeant avec la manette et ces 3 pédales, la visibilité réduite, le sound design, son ambiance qui en fond un jeux hors norme à l’image de la console à l’époque !

en multi, je n’ai croisé que des jap :-O:-))

dans ce genre de cockpit, cela doit être encore plus immersif ! mieux que la VR :’-)) http://www.bsbb-mkii.com/

raziel691

26 jui 2016 @ 15:04

Que du bonheur cette simu !! Je suis resté 6 mois coincé sur la mission 6 !! Pour moi la plus belle experience pour un amateur de mecha. Bon ok même a l époque techniquement parlant c etait pas jojo mais la gestion réel de tous les paramètres via l interface de la manette était un pur régal

Jonyboy

27 jui 2016 @ 10:29

Ce jeu m’a fait rêver ! Mais rêver seulement, je n’ai jamais pu poser les mains dessus :'-( Le détail qui me fascinait c’était ce petit bouton rouge sous plexi... Que j’aurais aimé le dégoupiller !!!