Lynn and the Spirits of Inao : Kickstarter annulé et stagiaires exploités

«Gentil stagiaire, gentil» , - 3 réaction(s)

Dans le monde du jeu vidéo indépendant, tout est merveilleux. La passion et l’envie d’innover font partie du quotidien des travailleurs acharnés derrière un projet ambitieux. Seulement voilà, nous ne sommes pas dans un monde de Bisounours et la réalité peut prendre une tournure bien plus inquiétante que le voile instauré pour faire rêver. Un tout récent projet Kickstarter vient malheureusement de montrer l’envers du décor.

A lire aussi Lynn and the Spirits of Inao : un jeu indé inspiré du studio Ghibli

C’est ce qui est arrivé au projet Lynn and the Spirits of Inao, un jeu développé par le studio Bloomylight avec un objectif de 53.000€ sur le site Kickstarter sous la direction de David Tollari.

Le projet vient d’être officiellement annulé avec la publication d’un statut sur la page Facebook du jeu. Voici le message en question :

Bonjour,

Tout d’abord, merci à tous ceux qui ont soutenu Lynn and the Spirits of Inao.

Profondément touchés par les témoignages qui se sont multipliés ces derniers jours et conscients des erreurs du passé qui font aujourd’hui du tort au jeu, nous faisons le choix difficile d’arrêter l’aventure ici. Devant la violence des propos qui nous sont adressés et les menaces proférées à l’encontre des membres de l’équipe nous devons donc mettre fin à ce projet initié en 2011. Il est regrettable qu’une poignée d’individus aient pu détruire le travail de tant de personnes et qu’ils aient dépenser autant d’énergie pour produire un acharnement d’une violence inouïe à l’encontre de notre équipe.

Nous tenons à remercier toutes les personnes qui ont contribué au jeu et qui se sont investis dans le projet. Ces cinq dernières années à travailler sur Lynn and the Spirits of Inao furent une expérience inoubliable animée par la passion de créer un jeu de qualité et d’offrir une expérience nouvelle.

Merci de votre compréhension, Bloomylight Studio.

Derrière cet arrêt brutal, il a été mis en avant par de nombreux témoignages une exploitation des stagiaires travaillant sur le projet, aucunement rémunérés et devant travailler dans un petit appartement, parfois jusqu’à six personnes en même temps. Et suite à d’inévitables plaintes, le studio pourra très vite être poursuivi devant la justice par les stagiaires exploités.

Le trailer que nous avons pu voir au lancement du projet ne serait en fait qu’une succession de cinématiques et aucunement de séquences de jeu, qui ne comporte d’ailleurs aucun scénario. Nous espérons que cette histoire se terminera dans les meilleures conditions possibles.

Accueil > News

Lynn and the Spirits of Inao

Lynn and the Spirits of Inao
PEGI 0

Genre : Aventure/Plates-Formes

Editeur : Bloomylight Studio

Développeur : Bloomylight Studio

Date de sortie : Avril 2017

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, Steam, Wii U

3 reactions

toxikcorp

18 mai 2016 @ 19:03

Edifiant comme témoignage.

Je connaissais pas du tout le studio jusqu’à février, période pendant laquelle je cherchais mon stage en marketing culturel.

J’avais vu une annonce de leur part sur le site de l’AFJV pour un stage en tant que Chef de Produit et j’y avais répondu. Le gérant, David Tallori m’avait alors expliqué que pour un stage de 3 mois, il ne pourrait pas me rémunérer mais certifiait que cela était légal (alors que pas du tout, un stage de 3 mois minimum doit avoir une gratification de 550€ environ/mois)

Je suis tellement soulagé d’avoir refusé cette offre quand je vois ce genre de news, mais aussi terriblement choqué... Se servir d’étudiant qui ne veulent que s’améliorer, voir un projet s’aboutir et valider leur diplôme pour finalement les broyer de la sorte... A vomir.

avatar

deadlyegoalan

19 mai 2016 @ 10:14

Yolo studio XD Ils ont quand même mis 5 ans pour se rebeller.

avatar

KaaviX

19 mai 2016 @ 12:07

Tu sais, un stage ça ne dure jamais 5 ans ! C’est d’ailleurs ce qui permet d’avoir tout le temps des nouveaux stagiaire prêt à faire quelque mois gratuit pour enrichir leur expérience. Studio d’escrocs donc.