Twin Mirror : nos premières impressions sur le très prometteur jeu de DONTNOD

«Que vaut le nouveau DONTNOD ?» , - 1 réaction(s)

Révélé il y a maintenant deux ans, Twin Mirror s’était fait discret jusqu’à maintenant. C’est désormais chose révolue. DONTNOD nous a en effet invités à découvrir le jeu à travers une séquence commentée de 20 minutes. Nous n’avons donc pas eu la manette en main mais cela n’était en rien gênant pour se forger un avis sur un titre avant tout narratif. Pour rappel, le jeu nous propose d’incarner Sam Higgs, un ancien journaliste d’investigation, qui retourne dans sa ville natale pour rendre hommage à son meilleur ami, mort dans des circonstances tragiques.

Un personnage principal déchiré

C’est donc dans cette logique digne d’une tragédie grecque que le titre démarre. Radio en fond sonore, plan sur des arbres, puis sur des médicaments avant de terminer sur un article de journal. Pas n’importe quel article, puisque celui-ci relate l’accident mortel du meilleur ami de notre personnage principal. Ce dernier, accompagné de ses douloureux souvenirs, décide de revenir pour les funérailles. Une excuse pour s’engager dans une quête initiatique sublimée par une musique digne d’un road trip américain.

Le ton est donné. Sam, notre héros rongé par le doute et la dépression, profite donc des circonstances pour faire un détour vers l’un des endroits marquants de son passé. L’intrigue se déroulant dans l’ouest de la Virginie, le décor est boisé et montagneux. Le rendu est d’ailleurs un point fort du titre. Plus réaliste que les jeux précédents de DONTNOD, Twin Mirror n’hésite pas à jouer avec les effets de lumières, pour notre plus grand plaisir.

C’est donc dans un petit bois, lieu privilégié d’observation de la vallée environnante, que le joueur peut commencer à se déplacer. De quoi laisser le temps à Sam de réfléchir, notamment à son retour à Basswood et à l’accueil que les gens vont lui réserver. À ce moment, nous ignorons pourquoi tant de méfiance. La réponse sera donnée en partie quelques minutes plus tard, mais le système d’introspection du personnage pendant les déplacements est une mécanique intéressante qui permet au joueur de s’impliquer dans le récit.

Le questionnement intérieur sera toutefois de courte durée. Arrivé au lieu d’observation, plusieurs indicateurs permettent au joueur de s’attarder sur certains éléments. Ces derniers devront être inspectés afin d’obtenir des informations, tant sur la ville que sur l’histoire de Sam. C’est à ce moment que l’on peut observer Basswood dans son ensemble. Si la ville est certes fictive, celle-ci est criante de réalisme et représente fidèlement les petites villes industrielles américaines. C’est donc pour profiter de ce paysage que Sam se dirige vers une longue-vue avant de déclencher une cinématique qui révèle l’une des mécaniques les plus importantes de Twin Mirror.

Le Palais Mental, quand l’esprit devient une mécanique de gameplay

C’est à ce moment précis que l’on plonge littéralement dans l’esprit de Sam, ou plutôt dans son Palais Mental. Le terme fera vibrer les amateurs de mnémotechnie puisqu’il s’agit ici d’une composante essentielle du jeu. Pour celles et ceux qui ne connaissent pas ce terme, le Palais Mental est une construction cérébrale qu’un individu utilise dans le but de retenir des éléments voulus. Technique notamment démontrée dans des concours de mémorisation et représentée dans le film Inception.

Il s’agit donc d’une pratique tout à fait cohérente pour notre journaliste d’investigation, et DONTNOD compte bien l’exploiter. La zone dégage une aura divine et le sol est construit de cristaux. Ces derniers, contenant des éléments de la mémoire de Sam, se rapprochent et se dévoilent, permettant d’en savoir plus sur notre protagoniste ainsi que sur d’autres personnages. C’est ainsi que l’on « rencontre » pour la première fois l’ex de Sam avant de se remémorer une scène que nous ne ferons qu’évoquer afin de ne pas divulgâcher la séquence. Le concept de Palais Mental appliqué au jeu vidéo est très intéressant. Dans le cas présent, cela relève plus d’une banque de données qu’autre chose. Cela n’a donc pas, à priori, d’incidence directe sur le déroulement de l’histoire. Toutefois, cela permet de rajouter de la profondeur aux personnages et de renforcer, encore une fois, l’immersion du joueur.

Autre point intrigant, le temps continue de s’écouler alors que nous visitons notre Palais Mental. La séquence montrée se déroulant au début du jeu, cela a assez peu d’impact. Cependant, il serait intéressant que cet écoulement ait également lieu lors de situations plus urgentes, avec pour conséquence un effet sur l’histoire. C’est donc sur cette révélation que Sam revient à la réalité et constate qu’il a raté l’événement pour lequel il était venu. De quoi justifier une petite pause afin de se rendre dans le menu du jeu. C’est dans ce dernier qu’est indiqué l’objectif en cours, mais c’est la fonction du mémento qui a retenu notre attention. À en croire les développeurs, cette fonction permet de recueillir tous les détails concernant chaque personnage (détails que nous devrons trouver lors de nos investigations) afin de prendre certaines décisions en tout état de cause lorsque certaines situations se présenteront.

Nous n’avons pas pu constater l’importance de cette feature, mais la promesse est là. Il semble donc crucial d’explorer chaque recoin dans le but de collecter des informations. Après un nouveau moment d’égarement, le titre apparaît à l’écran, dévoilant au passage une nouvelle mécanique que nous détaillerons un peu plus loin.

l’Alter Ego, le reflet du miroir

C’est après un SMS à choix multiple que nous basculons vers une séquence de nuit, cette fois en pleine ville. Les lumières sont froides, un lampadaire éclaire quelques voitures sur un parking. Pas de doute, l’ambiance pesante propre au thriller est bien là. C’est alors que l’on rencontre la fille de Nick (le meilleur ami décédé), qui souhaite s’entretenir avec Sam. Cette dernière, âgée de seulement 13 ans, a des doutes sur la mort de son père. Elle se tourne donc vers son parrain, qui de par sa profession pourrait l’aider. S’ensuit dans la voiture une discussion des plus bouleversantes. Du moins c’est ce que nous aurions pu dire si celle-ci n’intervenait pas si tôt dans le jeu alors que nous ne connaissons que trop peu les personnages. Cette scène, sans être mauvaise, reste classique et donne l’impression de n’être là que pour introduire la mécanique la plus intéressante : l’Alter Ego.

Nous l’évoquions plus tôt, Sam fait régulièrement des introspections. Si cela se traduit parfois par l’utilisation du Palais Mental, une autre représentation peut elle aussi se manifester. Semblable à la « petite voix » que nous avons en chacun de nous, l’Alter Ego est littéralement un double de Sam, que nous voyons apparaître en plein jeu ou cinématique. Mais ce n’est pas n’importe quel clone. Ce dernier apporte un point de vue différent sur la situation en cours. Cela se traduit directement dans les choix proposés puisqu’il faudra soit choisir la pensée du vrai Sam, soit celle de son Alter Ego. Évidemment, seul notre héros voit ce double, et le temps se fige lorsque ce dernier décide de venir troubler nos pensées. Néanmoins, c’est à ce moment que le titre du jeu prend tout son sens. Twin Mirror où l’Alter Ego, le reflet de deux pensées au sein d’une même personne.

La personnification des doutes et angoisses n’a jamais été aussi réelle. En plus d’un apport psychologique, cette fonction est ce qui semble être la mécanique de gameplay la plus intéressante. Le choix est fait selon la confrontation des points de vue, la conséquence s’exécute sur des notes de piano. Le retour en arrière est impossible.

Difficile d’émettre un jugement définitif sur Twin Mirror après cette première approche. Si les mécaniques de gameplay ont bien été présentées, l’aspect enquête n’a pas vraiment été dévoilé. Cependant, il faut reconnaître que les ingrédients sont là, avec un point fort pour l’ambiance mélancolique et oppressante qui se dégage. Reste maintenant à attendre la sortie du titre, toujours prévue pour cette année, afin de voir de quoi il en retourne. À titre personnel, je vais suivre le jeu de très près, et la séquence montrée m’a suffisamment intrigué pour n’avoir qu’une seule envie : découvrir la suite de ce qui pourrait bien s’avérer être le meilleur titre de DONTNOD, rien que ça.

Accueil > Focus > Previews

Twin Mirror

PEGI 0

Genre : Aventure/Réflexion

Éditeur : Bandai Namco

Développeur : DontNod

Date de sortie : 01/12/2020

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, PC Windows

1 reactions

Mika-117

10 jui 2020 @ 17:59

Un jeu que j’attends avec impatience tout comme Tell Me Why, l’autre jeu du studio même si ce n’est pas du tout la même ambiance et le même style. Le côté thriller narratif ça me rappelle Heavy Rain.