On a joué à Carrion et on a senti le monstre se réveiller en nous

«» , - 1 réaction(s)

Il suffit de voir de gros pixels avec un concept original pour se dire que Devolver Digital ne doit pas être bien loin. C’est donc en toute logique que l’on retrouve l’éditeur derrière Carrion, développé par le studio polonais Phobia Game Studio. Pour ne rien vous cacher, le titre était déjà dans notre viseur avant même son annonce sur Xbox One et dans le Xbox Game Pass. C’est donc avec avidité que nous nous sommes jetés sur une manette honteusement laissée à l’abandon durant le X019.

JPEG - 364.4 ko

Carrion est un jeu d’horreur inversé. Il faut comprendre par cela que le gros monstre assoiffé de sang et au dessein inconnu, c’est nous, le joueur. L’entité que nous contrôlons est assez impressionnante et le feeling pad en main est terrible. C’est la première chose qui frappe les esprits en se lançant dans une session de jeu. À l’aide du stick gauche, nous déplaçons le corps de cette chose rouge tandis que le stick droit permet, à l’aide de RT, de s’accrocher ou de se saisir de choses en dirigeant des sortes de tentacules. Malgré sa taille, qui peut grossir visiblement, l’entité peut se déplacer très rapidement ce qui donne un sentiment de puissance grisant lorsqu’on se propulse dans de petits conduits pour contourner des humains et ainsi les attaquer par surprise en fonçant sur eux. Si certains semblent être des scientifiques s’attelant à leur travail dans une station étrange, d’autres sont armés et leurs tirs font très mal.

Car oui, on pourrait avoir envie de se dire qu’en dirigeant un monstre capable de soulever des objets lourds, défoncer des portes et croquer des humains, l’entité est assez insensible à de petites balles, mais non. Les tourelles automatiques sont impitoyables en cas de détection. C’est là que l’on se rend compte que le fait de pouvoir attraper des choses à distance pour les envoyer renverser des gens ou ouvrir un chemin est très utile même si la visée n’est pas des plus précises. Carrion ne propose pas de faire juste le bourrin mais bien de faire preuve d’un peu de finesse pour tenter de survivre dans un environnement où le monstre à abattre, c’est vous.

Nous le précisions dès notre introduction, Carrion est un jeu à base de gros pixels. Pour autant, la physique semble assez intéressante et les interactions avec les objets promettent des choses intéressantes. Difficile sur une courte session de jeu de savoir si l’aspect Metroidvania sera bien géré mais en quelques minutes de jeu, nous commencions déjà à ne plus trop savoir où aller ni comment casser certains obstacles obstruant notre passage. Il est certain que bien posé dans un canapé on trouverait la solution rapidement mais pour l’instant, c’est bien la seule interrogation qui nous restait en lâchant la manette.

Carrion promet d’être agréable à jouer tant le feeling et les contrôles couplés aux graphismes gores et surtout son ambiance sonore bien glauque ont réveillé la bête sauvage qui sommeille en nous. Pas de date de sortie précise pour le moment, mais 2020, de toute façon, est trop loin déjà.

Accueil > Focus > Previews

Carrion

Carrion
PEGI 0

Genre : Aventure/Plates-Formes

Éditeur : Devolver Digital

Développeur : Phobia Studio

Date de sortie : 2020

1 reactions

Batto

17 nov 2019 @ 18:46

Un jeu que je surveille de loin tranquillement, le genre metroidvania j’adore, j’espère qu’il sera moins hardu que celui qui avais été mis dans le game pass en style noir et blanc (je nais sais plus le nom avec des mines). En tout cas la venue dans le pass ça c’est que du bon (comme pour les autres annoncé).