On a revu Cyberpunk 2077, et c’est toujours aussi fou !

«Pour les flemmards, il y a la vidéo en bas d’article» , - 6 réaction(s)

Cyberpunk 2077 est clairement le titre le plus attendu de ces prochains mois. Que l’on ait joué ou non à la série The Witcher, le bébé de CD Projekt Red s’apparente à l’objet vidéoludique le plus fantasmé. Cela s’explique par la compétence du studio à gérer sa communication avec minutie, oscillant entre la retenue pudique et l’orgiaque, mais aussi à l’imagerie futuriste du projet qui ne demande qu’à être traitée avec sérieux et maturité, chose qu’ils maîtrisent parfaitement. En marge du trailer grand public qui a augmenté de quelques degrés la température du Microsoft Theater durant la conférence E3 du constructeur était présentée une démo manette en main de 45 minutes de gameplay. Et c’est bien cette dernière qui était faisait office de débauche la plus totale.

Autre salle, autre ambiance

L’année dernière, les Polonais avaient présenté de la même manière une longue session de jeu qui posait les bases de l’univers cyberpunk. Des personnages augmentés par des nanotechnologies et autres organes cybernétiques, des scènes de dialogue enthousiasmantes pour qui aime l’écriture bien maîtrisée et aussi un peu de déplacement en ville ainsi que des combats. Cette année, c’était peu ou prou la même chose si ce n’est que l’environnement dans lequel le personnage évoluait était totalement différent. Loin de la ville qui proposait une grande verticalité et à l’apparence riche, nous avons eu devant nous un autre quartier plus pauvre et largement squatté : un ancien quartier balnéaire abandonné par les promoteurs immobiliers avant la fin de sa construction. Si l’on voyait des immeubles au loin, le bord de mer était plutôt plat et à une échelle plus habituelle pour un jeu vidéo typé open-world dans lequel on peut se déplacer partout où on le souhaite.

RPG un jour, RPG toujours

Avant d’entrer dans le vif du sujet, à savoir le gameplay, la démo présentait brièvement le système de personnalisation de l’avatar, allant du choix du sexe à l’apparence physique sans oublier la catégorie de personnage ainsi que les compétences dont il peut disposer. Celles-ci sont regroupées en douze branches permettant de booster les capacités physiques autant que celle de hacking. Pour la démo, deux builds de personnages étaient montrées en alternance afin de montrer les différences de gameplay.

Les catégories de personnages apportent des choix supplémentaires dans les dialogues, chose classique mais qu’il fait toujours bon de mentionner, ce qui laissera à n’en point douter une grande liberté au joueur. À l’heure actuelle, nous ne savons toujours pas quelle sera la trame principale même si elle nous a été teasée quelque peu. La liberté d’action sera aussi de mise dans les phases d’action et on nous en a fait une bien belle démonstration. Sur une zone de jeu, il était question de passer des ennemis furtivement en piratant des caméras pour ne pas se faire repérer, ou hackant des robots et machines pour qu’ils se rebellent contre leur maître. Forcer un bras bionique à se retourner contre son porteur et lui tirer une balle dans la tête est assez jouissif même si dans les faits, rien d’original dans le fond n’était montré. Le jeu semble surtout pousser des possibilités connues à l’extrême pour atteindre des choses pas même fantasmées par les joueurs. En mode brutal, le jeu fait aussi plaisir avec la possibilité d’arracher des portes au lieu de les pirater, de foncer dans un tas d’ennemis pour démonter à la force des bras leur tourelle et utiliser la mitrailleuse ainsi libérée contre eux. Là encore, rien de bien neuf mais le traitement et l’exécution sont suffisamment bien travaillés pour que l’on sente un petit frisson de plaisir le long de notre colonne vertébrale de grand bourrin sensible.

Il y avait bien d’autres détails que l’on pourrait mettre en avant sur papier ici et maintenant pour vous survendre le jeu mais on préfère rester honnête et commencer à pointer quelques points d’améliorations que l’on espérera pris en compte et corrigés d’ici la sortie. Tout d’abord, les animations. Les gesticulations des ennemis durant le combat surprenaient par moment lorsqu’ils recevaient du plomb dans le corps. Elles n’étaient pas du tout réalistes et bien trop hachées pour être définitives. Le manque d’impact dans les coups et de lourdeur dans les corps dérangeait alors que durant les combats au corps à corps, les démembrements étaient bien plus convaincants. Ensuite, la conduite en moto était, comme pour la voiture de la démo de l’année dernière, très flottante et paraissait peu précise. On s’imagine mal circuler longtemps avec dans la ville sans avoir la nausée en vue intérieure tant la rapidité paraissait irréelle là aussi. On chipote car ce sont des choses qui peuvent être corrigées et face à l’ampleur du travail accompli sur tout le reste, ce n’est finalement pas grand-chose.

Plaisir visuel intense

Techniquement, le titre impressionne moins qu’auparavant. L’effet de surprise est sûrement passé un peu mais surtout la zone montrée était moins propice à cela. Tout baignait dans une lumière de coucher de soleil aveuglante. Difficile alors de se rendre compte de la qualité des textures en extérieur alors qu’en intérieur la gestion de la lumière les met parfaitement en avant tout comme le soin du détail apporté aux décors. Dans l’ensemble, le jeu est tout de même très beau même s’il ne faut pas oublier que dans un RPG open-world, il faut forcément faire des concessions techniques pour réussir à faire tourner toutes les mécaniques de gameplay correctement. La fluidité, par ailleurs, n’était pas toujours au rendez-vous surtout lors d’un passage en moto avec beaucoup de fumées environnantes. Là encore, rien de dramatique qui ne puisse être corrigé et rien, surtout, qui puisse venir gâcher la fête dans ce qui s’annonce déjà comme un grand jeu alors qu’il lui reste pléthore de choses à révéler comme, par hasard, qui est ce fantôme incarné par Keanu Reeves qui cohabite dans le cerveau du personnage principal ?

JPEG - 409.2 ko

Cyberpunk 2077 sortira le 16 avril 2020 et autant dire que ce n’est pas cette démo moins impressionnante que l’année dernière qui fait qu’on ne l’attend pas comme un messie 2.0 du jeu vidéo.

Accueil > Focus > Previews

Cyberpunk 2077

Cyberpunk 2077
PEGI 0

Genre : RPG

Editeur : NC

Développeur : CD Projekt

Date de sortie : 16/04/2020

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, PC Windows

6 reactions

jm ysb

14 jui 2019 @ 16:05

ne jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué !

mais il est vrai que cd project c’est fait une très bonne réputation, à l’image de bioware à une certaine époque, et le fait que le jeu reste dans la plus pure tradition RPG, je pense que même avec quelques défauts à froite à gauche, ce cyberpunk ne devrait pas trop décevoir, les amateurs du genre.

joffrey

14 jui 2019 @ 17:18

je trouve qu’il y a trop de hype autour de ce jeu (comme le 1er Watch dogs a l’époque), j’en suis sur que ça sera un jeu bon mais sans plus, oubliable rapidement

Captain Fragger

14 jui 2019 @ 18:04

@joffrey « oubliable rapidement » ??? Je suis reconnaissant que la subjectivité existe et que tous les goûts sont dans la nature. Reconnaissant de voir le verre (de rosé) à moitié plein afin de pouvoir mieux le remplir. Reconnaissant que des studios comme CD Projekt ne sortent pas des jeux chaque année comme des call of/fifa et effectivement, dans ce cas, rendre les jeux de ces franchises (d’une année sur l’autre) « oubliable rapidement ».

TAXIDRIV3R

15 jui 2019 @ 10:21

@Joffrey c est ton commentaire de merde qui sera oublié rapidement co.....

avatar

like an animal

16 jui 2019 @ 08:11

On peut faire confiance à CD Projeckt, avec les moyens qui doivent être les leurs aujourd’hui grâce à un the Witcher 3 sublime (sauf des bugs de succès), ils vont nous produire une pépite, en tout cas l’univers m’attire beaucoup.

Nordinej

16 jui 2019 @ 15:03

Bravo à CD Projeckt comme le souligne @Captain Fragger on peut leurs faire confiance + de 5 ans en moyenne sur c’est gros projet en n’hésitant pas a reporté la sortie prévue pour nous pondre un bijou, un classique, un vrai jeu quoi !!!

Qui a déjà précommandé ?

Moi j’hésite a prendre la version collector même si y’en a pour + de 200 € je pense que ça vaut le coup.