Preview - Crackdown 3 - BOOOOOOOOM : notre avis sur le solo et le multi

«Boom Shaka Laka» , - 12 réaction(s)

Dire que Crackdown 3 est attendu reviendrait à grossir quelque peu le trait. Après moult reports et présentations peinant à mettre en avant son potentiel, Microsoft nous a donné la possibilité de jouer au jeu quelques semaines avant sa sortie. Campagne promo obligatoire ou vraie occasion de défendre son poulain, le doute est permis. Après une heure sur la campagne solo et quelques batailles en multi, on a quelques éléments de réponse quant à son potentiel de fun.

JPEG - 1.3 Mo

L’open-world

Crackdown premier du nom avait été une bonne surprise sur Xbox 360. Il faut dire que le jeu avait surtout attiré l’œil du badaud grâce à l’accès à la bêta de Halo 3, dont il faisait profiter. Le public américain était conquis d’avance et ce n’est pas pour rien qu’aujourd’hui encore le titre semble calibré pour lui. Des agents bad-ass avec des gros flingues et des super-pouvoirs qui se baladent en ville pour botter des culs dans un joyeux chaos, c’est typiquement le genre de titre qui plaît là-bas. On pourrait d’ailleurs aisément résumer le concept en “boum, ‘splosion, ‘murica” et ce troisième opus n’entend pas changer la direction de la licence d’un iota. Cela ne veut pas dire qu’il prend la route du deuxième qui était une suite assez fainéante, bien au contraire.

Crackdown 3 promet une belle liberté d’action

Le concept de base reste le principe du lock des ennemis qui permet de tirer en continu en se déplaçant dans tous les sens. N’attendez pas du jeu qu’il mette à l’épreuve vos talents de sniper, ce n’est toujours pas la philosophie. Roulade, esquive, dash, saut de géant, après quelques minutes de jeu on retrouve ses marques et on s’amuse assez rapidement dans la ville. L’efficacité des capacités augmente jusqu’à nous faire devenir un être exceptionnel qui enjambe des immeubles en un bond ou soulève des camions d’une main pour s’en servir de projectile. On contourne des ennemis, on leur passe par dessus, on profite de la verticalité offerte par la ville pour tenter des approches toujours plus folles. C’est d’ailleurs le level design qui aura pris beaucoup de temps dans la conception du titre. Faire une map dans laquelle on peut se balader librement, sans forcer le joueur à aller vers un quartier plutôt qu’un autre en faisant en sorte qu’il trouve toujours de quoi s’occuper quelle que soit sa progression dans les pouvoirs, ce n’était pas si évident d’après les dires de Dave Johnson, directeur artistique du titre. Manette en main, se promenant à pied ou en voiture, on s’est vite rendu compte que le pari semble avoir été tenu. La démo nous a laissés nous promener où bon nous semblait ce qui nous a permis de voir que l’architecture de la ville et des buildings laissaient en effet différentes approches possibles pour atteindre un point précis alors que d’autres semblaient inaccessibles. La progression ne se fait donc pas par quartier comme on a pu le voir dans d’autres jeux du genre sortis depuis et c’est tant mieux. Crackdown 3 promet une belle liberté d’action, à l’instar de ses prédécesseurs.

Si les ennemis ne brillent pas par leur intelligence, ils donnent du fil à retordre du fait que la menace vient autant de la rue que des toits voire même du ciel avec des drones d’attaque. On a pu croiser certaines unités spéciales comme les médics à cibler en priorité ou des gros costauds armés d’un bouclier ainsi que des boss annonçant des batailles endiablées. À noter que des ennemis sont plus résistants face à certains types de dégâts, un peu à la manière d’un RPG. La variété semble présente même s’il reste à voir ce qu’il en sera sur la durée. En tout cas, sans avoir pu tester le mode coop, on imagine très bien le potentiel ludique du titre d’autant plus que l’arsenal futuriste met à disposition des armes aux effets rigolos et dévastateurs pour lesquels on imagine déjà des combinaisons machiavéliques.

Sans révolutionner le genre, Crackdown 3 promet de belles heures de fun. Les missions essayées semblaient variées, mettant en avant les gunfights mais aussi le côté plateforme/exploration du titre. En se promenant librement sur la carte, on découvre des missions dont la difficulté est indiquée via un pourcentage de réussite, estimation issue d’un savant calcul en corrélation avec la progression du joueur. Comprendre par là que les plus malins arriveront à s’en sortir en trouvant des astuces. Le jeu reste un bac-à-sable et il ne fait nul doute que des petits malins arriveront à battre certains boss bien plus tôt que prévu. Sumo Digital, le développeur de la partie solo, en est conscient, même si une attention particulière a été portée à l’équilibrage du titre.

Vous l’aurez compris, en dehors de son style graphique particulier (qui ne plaira pas à tout le monde), le jeu pourrait être une bonne surprise. Pour les possesseurs de one X le jeu tournera en 4k, tandis que tout le monde partagera un 30fps qui ne semblait pas rock solid en toutes circonstances dans la démo. La distance d’affichage est satisfaisante et dans les quartiers plus colorés, le jeu dégage un certain cachet avec une touche SF années 80 totalement kitsh et pas vilaine. Pour l’instant on est loin de la catastrophe annoncée et sa disponibilité dans le Xbox Game Pass devrait permettre à beaucoup de monde de laisser sa chance à cette exclusivité.

JPEG - 585.2 ko

Le champ de bataille

En multijoueur, le feeling est assez différent. La seule map jouable sur notre temps d’essai n’est pas des plus jolies de prime abord. Quoiqu’il en soit, le rendu est bien moins propre que sur le solo. Ce mode compense par la destruction totale des décors ce qu’il perd en finesse. Sur le papier cette fonctionnalité fait un peu rêver. Souvenez-vous de ces présentations de destruction de building grâce au Cloud, la puissance des serveurs Azure venant au service de la console pour calculer la destruction d’un bâtiment entier en temps réel et de manière non procédurale. On peut dire que le défi technique est presque à la hauteur une fois retranscrit dans le jeu. En 5vs5, on repère les ennemis au loin et on fonce tel un taureau à travers les murs pour se frayer un chemin sur la map, au demeurant assez grande. Après quelques essais, on se rend compte que tout détruire via les armes lourdes est aussi un bon moyen d’atteindre sa cible. Comme le système de lock reste le principe de base du titre, on comprend vite que l’intérêt est d’utiliser les éléments de décor, les bumpers et la verticalité de la map pour échapper aux tirs ennemis. Une fois verrouillé par quelqu’un, le joueur est averti et doit donc se débrouiller par tous les moyens pour s’en sortir. Connaître la map est un plus mais c’est sans compter sur le fait que l’environnement peut changer du tout au tout au gré des destructions. C’est le point négatif qui nous est apparu au fil des parties : ça peut vite devenir le foutoir et il est difficile de se repérer parmi les décombres.

S’il est simple à prendre en main, le jeu nécessite quand même une bonne dose de skill et de coordination en équipe. Aidé de deux armes (tir et boomer) ainsi que d’une capacité spéciale (bouclier, dash vertical), le joueur a de quoi s’amuser. Reste à savoir si la communauté s’emparera du jeu et si le contenu définitif - les autres modes de jeu et la qualité des maps - permettront de s’y amuser dans la durée. Les personnes présentes sur place semblaient moins dubitatives à la sortie qu’à l’arrivée, preuve que Crackdown pourrait trouver son public le 15 février.

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton595.jpg?1439029696

Accueil > Focus > Previews

Crackdown 3

Crackdown 3
PEGI 0

Genre : Aventure/Plates-Formes

Éditeur : Microsoft

Développeur : Cloudgine - Sumo Digital

Date de sortie : 15/02/2019

Prévu sur :

Xbox One

12 reactions

avatar

bangy78

01 fév 2019 @ 23:04

Moi je suis chaud j’ai même refait le 1er en rétro, vivement

GigaTRIPELX

01 fév 2019 @ 23:06

Pour ma part les personnages n’ont aucun charisme, la direction artistique moyenne, le gameplay et graphisme dépendra des gouts, bien que c’était bien pire il y a deux ans lors des démos (les developpeurs ont fait des efforts) , le mode histoire ?? rien qu’a voir le délire et le gameplay c’est plus typé jeux multi à la Fortine.. donc jeux a acheter a 30 euros juste pour le fun.

Un jeux de ce calibre ne peux pas avoir sa place auprès du trio Halo,GOW, et les Forza tout simplement mais peut rester un bon divertissement.

12