Preview - Forza Horizon 4 : on a testé la dernière version avant la sortie

«La continuité» , - 10 réaction(s)

C’est dans un endroit tout simplement incroyable que Playground Games nous a convié fin août, pour une longue prise en main de Forza Horizon 4, puisque nous avons eu l’occasion de nous rendre en Angleterre au McLaren Technology Centre, un temple du sport automobile. En effet, le tout dernier bijou de la marque, la McLaren Senna, est la voiture héros du jeu (celle qui figure sur la jaquette et qui ouvre notamment la séquence d’intro du jeu). Mais le partenariat entre la célèbre marque automobile remonte déjà à quelques années puisqu’à l’E3 2013, c’était déjà une McLaren qui était dévoilée sur le stand Microsoft pour Forza 5. Studio britannique, écurie britannique, scène britannique, l’osmose semble parfaite et nous permet d’avoir entre les mains une Senna ultra réaliste. Reste à savoir si ce nouvel opus pourra retenir notre attention, voici déjà un bon aperçu.

Le prologue du jeu dure environ 6h.

Au lancement du jeu, le joueur n’est pas dépaysé par rapport à Forza Horizon 3. Le menu est dans la même continuité, le même design, et tout de suite l’introduction se lance (vue et revue en vidéo depuis l’E3) dans laquelle on nous propose d’essayer différents véhicules, dont la splendide Senna, à travers les 4 saisons du jeu et différentes épreuves.

Une fois cette prise en main terminée, le joueur entre alors dans ce que Playground appelle le prologue du jeu, qui dure environ 6h. Dans ce prologue, vous allez commencer à construire votre réputation, acheter votre première maison et recevrez de nombreuses invitations plus ou moins scénarisées pour participer à différents types de courses. Vient ensuite la “vie dans Horizon” où le joueur aura à ce stade débloqué tous les modes.

On “ressent” à proprement parler tous les types de surfaces.

Au niveau du gameplay, Forza est une valeur sûre, simple et accessible ou vraiment exigeant selon le type d’aide à la conduite que le joueur souhaite activer. Mais ce qui est assez incroyable c’est de voir combien à chaque nouvel opus le studio arrive à repousser encore un peu plus loin les sensations. On “ressent” à proprement parler tous les types de surfaces (et c’est là que le changement des saisons est intéressant puisque d’une saison à l’autre les revêtements, l’adhérence, les routes que l’on emprunte ne sont plus tout à fait les mêmes). Les pistes en gravier sont un régal, la sensation et la mise en glisse de la voiture semble plus naturel. Même traverser une flaque ou un cours d’eau donne une sensation encore plus poussée que dans le précédent opus ! À ce niveau-là c’est un sans faute.

Nous avons pu tester le mode “Performance” qui affiche la même fluidité incroyable que l’on connaît dans la série Forza Motorsport, mais le compromis graphique est lourd.

Côté rendu visuel, le chapitre va être relativement court puisque tout le monde a déjà pu constater dans les vidéos que le jeu est une claque, comme le précédent opus, mais le choix des paysages anglais est vraiment excellent et contraste parfaitement avec ceux de l’Australie. Par contre, nous avons pu tester le mode “Performance” qui affiche la même fluidité incroyable que l’on connaît dans la série Forza Motorsport, mais le compromis graphique est lourd. Nous ne savons pas encore quelle est la résolution exacte affichée dans ce mode mais c’est la fête à l’aliasing, sans parler de la distance d’affichage qui en prend un méchant coup. Certes, la version du jeu que nous avons essayée n’était pas définitive, mais pas loin quand même. Il semblerait que le 4K natif en 60fps pour un monde ouvert ne soit pas à la portée de la Xbox One X... Le mode 4K (locké à 30fps) semble donc vraiment le plus adapté pour profiter de la beauté et de la profondeur de champ offerte par la carte.

Une carte qui nous a semblé d’ailleurs un peu plus petite mais avec plus de routes à découvrir et qui a le gros avantage, grâce au cycle des saisons, de “changer” régulièrement. Que l’on soit en ligne ou non, Playground a opté pour un changement hebdomadaire des saisons. C’est une première dans un jeu vidéo et il faudra voir sur le long terme ce que donnera ce choix. Les seules fois où l’on sera amené à changer de saison c’est lorsque l’on créera une course (et dans ce cas de figure on pourra choisir la saison dans laquelle on veut que la course se déroule) ou lors d’un événement particulier qui se tient dans une saison précise.

Certaines courses scénarisées sont assez spectaculaires et il y en aura plus qu’avant, comme par exemple celle montrée récemment sur le thème d’Halo

Venons-en au plus important : les activités. Car s’il y avait un gros point faible à FH3, c’est bien là. Une fois les activités terminées, le joueur n’avait plus grand intérêt à revenir sur la map et rapidement un sentiment de lassitude pouvait s’installer. Si à première vue on semble parti sur le même type de mise en scène pour introduire les events (voix off qui nous guide vers telle ou telle course pour gagner en popularité ou pour gagner plus de crédits) avec parfois une petite cutscene, certaines courses scénarisées sont assez spectaculaires et il y en aura plus qu’avant, comme par exemple celle montrée récemment sur le thème d’Halo. Donc pour le moment rien ne dit que FH4 ne rencontrera pas le même écueil mais c’est Ralph Fulton, directeur créatif du jeu, lui-même qui tient à nous rassurer sur ce point en affirmant que : “la sortie de FH4 n’est que le commencement”. Autrement dit : un suivi vraiment plus poussé semble prévu pour continuer à proposer du contenu au joueur pendant un moment. La créativité des développeurs sera donc mise à l’épreuve dans les mois à venir.

Au final on se retrouve donc en terrain connu : un gameplay excellent, une aire de jeu magnifique, une pléthore d’événements pour débuter, une réelle possibilité de personnaliser son avatar, l’arrivée des saisons (les couchers de soleil en automne sur la côte anglaise sont à tomber) et une attention aux détails palpable qui donne au jeu un véritable plus par rapport à son prédécesseur. La seule véritable inconnue dans cet opus c’est tout le contenu post-launch et comment Playground compte nous offrir de la diversité une fois le jeu terminé. Le test pourra certainement nous en dire plus sur la durée de vie du jeu et la répétitivité des activités proposés mais il faudra ensuite certainement faire confiance aux dires du studio qui souhaite bichonner sa communauté pour les mois à venir.

Preview réalisée sur un kit de dev. Xbox One X, sur une version non finalisée de Forza Horizon 4, pendant une durée approximative de 2h.

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton2262.jpg?1528684491

Accueil > Focus > Previews

Forza Horizon 4

Forza Horizon 4
PEGI 0

Genre : Courses

Editeur : Microsoft

Développeur : Playground Games

Date de sortie : 02/10/2018

Prévu sur :

Xbox One, PC Windows

10 reactions

avatar

heloi

12 sep 2018 @ 10:09

J’ai hâte ! Le plaisir qu’on a de conduire en monde ouvert dans Forza Horizon est inégalable.

lacrasse

12 sep 2018 @ 12:29

le jeu de l’année pour moi..... c’est la meilleure série de jeu de caisse a ce jour,toute machines confondue ....

avatar

bangy78

12 sep 2018 @ 13:06

Le plaisir et les sensations =un 5 étoiles Une tuerie qui contente tous types de joueurs en vérité

Ricos79

12 sep 2018 @ 13:25

Bande de vilains !!! A cause de vous, je viens de craquer pour la version Ultimate digitale... :-))

tomzati

12 sep 2018 @ 15:59

ouais enfin on se sent se profiler les mêmes écueils que sur les autres volets d’après moi... une lassitude qui s’installe assez rapidement pour en faire un casual game 5 étoiles (car je ne nie pas les sensations ni la qualité visuelle du titre) ou tu te promène de temps en temps. J’ai le 3 et franchement après une petite dizaine d’heure de jeu, bah je m’ennuie, ça me donne pas envie de faire des parties de plusieurs heures... pas sûr que les changements de saison résoudront ce problème.....

Après j’ai bien conscience que d’autres vont adorer poncer le jeux dans tous les sens. Moi dans sa conception et sa progression, rien ne m’en donne l’envie.....

#mercilegamepass# :-))

Koubiwan

12 sep 2018 @ 16:03

Assez d’accord dans le fond avec Tomzati, en moins sévère. C’est vrai que le jeu ne te pousse pas à y revenir par un mode histoire ou autre, avec une vraie sensation de progression. Juste un énorme et excellent bac à sable. Du coup, je grapillerai aussi de ci de là (merci le gamepass également !)

Il n’empeche qu’il demeure une sacrée référence dans le genre ! Mais va falloir songer passer à autre chose...genre FABLE 4 !!! :o)

killkuter

13 sep 2018 @ 13:36

Peut être que vous faites une overdose a vouloir trop y jouer d’un coup ? Pour ma part ce genre de jeu je le fais sur la longueur, c’est à dire que j’y joue de temps en temps un championnat par ci par la. Ensuite je retourne sur un autre jeu etc ... Résultat j’ai mis 1 an et demi à finir FH3 et je ne m’en suis pas lassé, mais j’ai pris plaisir a faire toutes les courses et championnats les cascades etc ... Il n’y a que les panneaux que je n’ai pas fait entièrement

tomzati

13 sep 2018 @ 13:48

honnêtement je suis pas ce qu’on peut appelé un gros joueur (2 à 4h de jeux par semaine en général)bah même à ce rythme genre pas plus de 2h par semaine bah au bout d’un mois ça m’a gonflé de revoir encore les même circuits mais avec une autre voiture, avec un tour de plus, dans l’autre sens, faire un énième rush entre un point A et un point B. C’est déjà ce qui faisait que j’ai jamais finit le 2....

non franchement et là je parle pour moi, si le jeu est pas un tant soit peu scénarisé autrement que juste allez à la course aux folowers virtuels réputation ou je sais pas quoi je préfère autant un jeux arcade ou tu peux faire des courses en écran splitté avec ton pote à côté, avec 10 circuits et 5 bolides au choix. Encore une fois le seul truc kiffant c’est que c’est super beau et agréable de se promener dans ce bac à sable géant.....

Avec tous les défauts qu’il a côté réalisation game play et tout bah je m’ennuie moins sur un NFS Rival que sur FH3 c’est pour dire....

Koinkoin

13 sep 2018 @ 15:57

En gros c’est plus jolie mais c’est la même chose, perso ça ne me suffit pas il aurait fallut faltter plus que ma rétine pour que je craque. C’est du FH2 avec du social et en plus beau, j’espère qu’ils seront nous proposer un FH5 avec des vrais changements, car ce 4 me dégoutte un peu de la licence et la démo va dans ce sens

avatar

Yokaigpx

15 sep 2018 @ 19:08

Je rejoins les avis de koinkoin et tomzati !

Même sensation, même lassitude ... Passé le fun des premières heures, je me fais rapidement chier dessus ... (Le 3 ) C’est beau, le gameplay est très bon, mais le 3 m’avait déjà fait une overdose avec ses courses ultra répétitives et ce système de festival ... Sur ce point le jeu n’évolue pas ! Toujours encore et encore, le festival de Kéké ! Encore le même scénario de « jeuns » (zéro pointé pour la création d’avatar imposé.. Là, après la surprise graphique, des l’arrivé sur le festival, la gonzesse m a déjà pété les rouleaux... Cette sensation, déjà vu, lors de la démo, me dit non ... Non je ne peux pas (plus) ... Festival visible à 20 lieux à la ronde avec ses feux d’artifices ... Les sonos etc etc .... ce système, mine de rien, où tu finis par rouler quasi 90% du temps en hors par facilité, rapidité... ce sentiment, de refaire le 3, les graphismes meilleurs ....(même impression manette en mains sur route, en hors piste) ... Même sensation au volant ... Ce FH est le Forza de trop pour moi ... Je n’ai même pas terminé le 03, car j’en avais marre d’avoir cette sensation de faire la même chose, avec une voiture différente ...

Amusez vous bien...moi je retourne sur A.C et PC2 ..