Preview - We Happy Few

«Bas les masques» , - 1 réaction(s)

Teasé l’année dernière puis plus amplement montré pendant l’E3 de cette année, We Happy Few s’était paré de ses plus beaux atours pour nous séduire. Il faut dire que le style graphique, l’ambiance Bioshock-este et le pitch de base du titre laissaient présager un jeu plutôt sympathique axé sur la narration. Maintenant qu’il est disponible en Early Access, nous avons pu mettre la main dessus et tirer quelques premiers enseignements.

Because I’m happyyyyyyyyyyyy

Les policiers sont de redoutables adversaires. Mieux vaut éviter de les contrarier...
Les policiers sont de redoutables adversaires. Mieux vaut éviter de les contrarier...

Tout d’abord, dans cette Early Access (ou Game Preview comme on les nomme sur Xbox One), le seul niveau scénarisé est l’introduction du jeu qui a déjà été montré en long, en large et en travers pendant l’E3 dernier. Nous incarnons donc un employé de bureau chargé de rayer toute mauvaise nouvelle ou tout article pouvant altérer l’humeur des lecteurs du journal pour lequel nous travaillons. En effet, We Happy Few prend place dans un monde régi par le culte du bonheur. En somme, “Soyez heureux bordel !” sinon, vous serez traqué comme un criminel. Pour rendre les gens joyeux, rien de telle qu’une petite dose de drogue obligatoire faisant voir la vie en rose. Si vous avez vu au moins une des innombrables vidéos, vous savez sans doute qu’après avoir refusé de prendre sa dose, notre héros se rend compte que la vie et le monde sont bien plus sombres qu’on ne voudrait le faire croire. Et là, c’est le drame…

La seconde partie de cette Game Preview se déroule dans un monde ouvert où le gameplay est clairement axé sur la survie. Il faudra gérer la faim, la soif, la fatigue, l’empoisonnement, la santé, l’état émotionnel ainsi que la tenue du personnage. Bref, au lieu de passer notre temps à essayer de résoudre les énigmes imposées par le jeu, en jetant un oeil sur nos jauges pour ne pas mourir bêtement, c’est le phénomène inverse qui se produit : on essaye tant bien que mal de survivre en essayant, de temps en temps, de faire avancer les différentes énigmes qui nous sont proposées.

Apprenez à aimer cet abris car vous le verrez bien plus souvent que vous ne l
Apprenez à aimer cet abris car vous le verrez bien plus souvent que vous ne l'aurez pensé en commençant le jeu

Ce constat est d’autant plus frustrant que les jauges de survie descendent à une vitesse folle. En quelques minutes, il est presque obligatoire de retourner à la planque se reposer sans avoir vraiment pu explorer la ville dévastée qui nous est proposée. Cependant, dormir donne faim donc il faut se mettre en quête de nourriture dès le réveil, sauf que marcher fatigue et il faudra donc penser à se reposer. Bref, la dimension survie est bien trop prononcée pour ce type de jeu. D’autant plus que les énigmes sont parfois assez peu intuitives…

La pilule qui passe mal

Voilà le fameux barrage séparant l
Voilà le fameux barrage séparant l'île des personnes sous emprise du Joy de l'île où sont enfermé les autres

Pour citer un exemple personnel, un des premiers objectifs est de traverser un pont et, pour ce faire, trouver une capsule d’énergie (une grosse pile en gros). Dans une maison un peu plus loin, je suis tombé sur une lampe torche en état de marche. La description de l’objet disait que la capsule d’énergie pouvait “servir à autre chose”. Très bien, j’ai donc trouvé ma capsule d’énergie, sauf que non. Impossible de l’enlever de la lampe pour activer le barrage. Ceci est, à mon avis, un défaut d’équilibrage les plus dérangeants dans ce genre de jeu, d’autant plus qu’il est relativement récurrent et peut nous laisser face à une impasse.

Les habitants pourront s
Les habitants pourront s'en prendre à vous si votre comportement les dérange

D’un point de vue technique, la gestion de la visée avec le stick droit n’est pas optimale. On ressent quelques à-coups ainsi qu’une accélération pas très agréable. Techniquement, il est difficile d’être réellement satisfait. En effet, on a parfois l’impression de jouer sur Xbox 360. Mais attention, pas un jeu du calibre de Gears of War 3, Halo 4 ou Tomb Raider. Ici on est plus dans la veine d’un Oblivion. Les textures sont, la plupart du temps, grossières et le framerate n’est pas vraiment à la fête. Ne s’agissant que d’une version preview, gageons que ces points seront améliorés d’ici la sortie finale du jeu, que la dimension survie sera réequilibrée et qu’on en finisse une fois pour toute avec ces énigmes incohérentes ne pouvant être résolues que d’une seule manière. Si toute ces conditions sont réunies, We Happy Few pourrait alors être un jeu tout à fait agréable dans lequel on pourrait prendre plaisir à se perdre.

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton1953.jpg?1465856593

Accueil > Focus > Previews

We Happy Few

We Happy Few
PEGI 16

Genre : Action

Editeur : Compulsion Games

Développeur : Compulsion Games

Date de sortie : 26/07/2016 (Game Preview)

Prévu sur :

Xbox One, Steam

1 reactions

neocaron

05 aoû 2016 @ 13:47

La preview est sympa, mais pour être retourné sur Oblivion récemment, je trouve la comparaison pas très justifié, le jeu est très fluctuant je pense, parfois, c’est du Bioshock Infinite et parfois, du Fallout 3. Mais le jeu peu clairement être beau. Après j’ai accroché moyennement au concept, je verrais avec la version finale ce que ça donne, mais en attendant je l’ai mis de côté.