Hellraid : nos impressions

«Coup d’épée dans l’eau» , - 0 réaction(s)

Techland, le studio qui a développé Dead Island, se lance dans un nouveau FPS. Ce n’est pas un open world mais un jeu d’action type hack-and-slash avec la possibilité de jouer seul ou en coopération jusqu’à quatre.

Coquillages et zombifiés ?

Les paysages paradisiaques de Dead Island sont bien loins, avec Hellraid vous serez confronté à l’enfer sur Terre pendant une époque similaire au Moyen age. Guerriers squelettes, zombies et estropiés hystériques seront de la partie, tout comme les trois modes de jeu différents annoncés : Histoire, Missions et Arène. Lors de notre présentation presse nous n’avons pas pu jouer mais avons assisté à une démo live. La séquence qui nous a été montrée correspond au prologue de l’histoire en solo : nous incarnons un déserteur qui part retrouver sa bien aimée alors que les ténèbres assombrissent le monde.

“Rien dans l’estomac !”

Difficile donc de vous décrire le gameplay et encore plus notre ressenti par rapport à ce dernier. Hellraid utilise des mécanismes de combat qui sont efficaces car ayant déjà fait leurs preuves dans Dead Island. Cependant, nous avons bien peur que toutes les caractéristiques des armes (tranchant, poids, rapidité, etc) qui étaient si importantes à gérer dans Dead Island, aient été bien réduites.

malgré les rugissements de notre héros, le jeu paraît mollasson

Hellraid fonctionne comme un jeu d’action tout ce qu’il y a de plus banal avec des “niveaux couloirs” animés par des ennemis qui attendent gentiment votre venue afin de satisfaire votre douce brutalité… Un large choix d’armes sera à la disposition du joueur ainsi qu’un système d’enchantement qui nous permettra d’améliorer ces dernières. Difficile d’espérer cependant que cela relève le dynamisme du jeu car malgré les rugissements de notre héros, le jeu paraît mollasson et la démonstration ne nous a pas du tout emballés. Les combats manquent de spectaculaire, les coups de mordant alors que l’IA ne nous a pas semblé foudroyante.

Le bon, la brute et le puant.

Difficile de ne pas penser à Skyrim lors des combats ; beaucoup de choses rappellent le dernier titre de la lignée des The Elder Scrolls comme l’utilisation des bâtons magiques, l’apparente lourdeur des déplacements du héros ou encore l’animation et l’allure des squelettes. Mais ce n’est pas tout, car même si ce n’est pas du même acabit, Hellraid propose tout de même une pincée de RPG avec la possibilité de personnaliser son personnage (armure, casque, etc) et un arbre de compétence qui a l’air plutôt bien fourni et que les développeurs qualifient de “class-free”. Mais la comparaison (déjà fébrile) avec un RPG tel que Skyrim s’arrête là car Hellraid n’est en aucun cas un jeu de rôle. Graphiquement terne, le jeu n’est pas non plus vilain : il propose un monde sombre et plongé dans les ténèbres, donc cela aurait pu passer, mais il manque clairement de la profondeur dans les couleurs, il manque du contraste. De plus, certains effets physiques gâchent l’environnement qui a parfois de l’ambition comme la vue d’un moulin dans une longue plaine vallonnée au crépuscule gâchée par la végétation qui ressort trop, presque en clignotant.

Mais qui va payer l’addition ?

Certes, il est très difficile de juger un jeu sans y avoir vraiment joué mais regarder une partie en direct peut aussi indiquer certaines choses. Avec la démonstration d’Hellraid lors de cette Gamescom, nous nous sommes clairement ennuyés, nous avons trouvé la présentation limitée et rébarbative. Dead Island nous avait agréablement marqués mais cette nouvelle licence de Techland nous laisse très perplexes quant à l’intérêt de la version finale. Hellraid est-il vraiment que du cassage de sale tronche démoniaque à la chaîne ?

Accueil > Focus > Previews

Hellraid

PEGI 18

Genre : FPS

Éditeur : NC

Développeur : Techland

Date de sortie : 2015

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, PC Windows