Interview du Directeur Marketing Xbox / Windows Games

«Sans langue de bois» , - 0 réaction(s)

Pour célébrer le premier anniversaire de la Xbox 360, Marc Toumelin, Directeur Marketing Xbox / Windows games, a accepté de répondre à cette longue interview.

Etes-vous globalement satisfait des résultats de la Xbox 360 en Europe ?

MT : Oui, très satisfait. La machine fait preuve d’un excellent taux de rotation (rythme de vente), avec un nombre de jeux et d’accessoires par machine excellent. De plus, plus de 50% des possesseurs de Xbox 360 sont sur le live, contre moins de 5% pour la Xbox. Nous faisons et allons faire beaucoup de communication pour la fin de l’année, dans laquelle nous plaçons beaucoup d’espoirs.

Pouvez-vous nous dire dans quels pays la Xbox 360 se porte bien, et là où elle a encore du mal ?

MT : Le succès plus ou moins important est une question de culture. Ainsi, on sait déjà que la machine marche très bien aux Etats-Unis, c’est également le cas en Grande-Bretagne, et plus globalement dans les pays du nord. La machine a également bien progressé en France et en Allemagne, et commence à s’installer en Espagne, Italie et Grèce, où elle part de plus bas. On sait que ce n’est pas encore ça en Asie, où les jeux locaux ont une grande importance, mais de gros efforts ont été faits pour proposer des jeux plus localisés.

Pourquoi ne communiquez-vous pas sur les résultats de la Xbox 360 en Europe ? Des rumeurs de ventes calamiteuses ont circulé, et au final les résultats donnés par Microsoft, avec 1.8 millions de machines à fin octobre, ne sont pas mauvais, loin de là.

MT : il ne faut pas cacher que nous avons connu une année en dents de scie. La machine a connu un gros début, mettant à jour une véritable attente, puis nous avons eu d’importants problèmes de stocks (Sony vit la même chose aujourd’hui). Le rythme des sorties de jeux a également joué, avec un creux pendant un moment. Maintenant, en pleine saison, les ventes ont grimpé au-delà de nos objectifs, qui sont déjà dépassés en France. La progression a été très nette depuis septembre et les sorties de Dead Rising et Saints Row. Gears of War fait également beaucoup pour la console et s’impose comme une figure de proue, avec 1 million de jeux vendus dans le monde en 10 jours, une hausse de 50% des abonnements au live gold, et 850 000 personnes qui y ont joué le Week End suivant sa sortie en Europe ! Il y a également en Europe une grosse attente avec la sortie du bundle Gears of War.

Le report de la PS3 vous a-t-il contrarié, vu qu’il y avait de grosses sorties programmées pour la Xbox 360 afin de la contrer, ou bien avez-vous débouché le champagne ?

MT : nous ne nous positionnons pas par rapport à la concurrence, nous suivons notre route. Lors de l’annonce du décalage de la sortie de la PS3, je n’ai rien changé à mon planning d’actions. Nous n’avons pas débouché le champagne, nous avions juste un petit sourire en coin, mais nous nous y attendions. J’ai d’ailleurs des doutes sur la sortie de la PS3 en Mars…Quand on voit que la sortie d’Assassin’s creed, un jeu beaucoup mis en avant par Sony avant d’être annoncé sur Xbox 360, est repoussée…

Sony annonce le jeu en ligne gratuit. Comment justifiez-vous que le live soit payant, et peut-on envisager une baisse du prix de l’abonnement, à la fois du fait de la concurrence, mais aussi du fait du nombre d’abonnés très important ?

MT : déjà, il faut bien voir que 50% de ce que propose le live est gratuit, avec la possibilité de télécharger, de se créer un gamertag, ou de tchater. Pour nous, ce prix est justifié et nous permet de maintenir un matériel performant, avec des serveurs dédiés efficaces.

Le Xbox Live est devenu un incontournable sur la console et les joueurs téléchargent beaucoup de contenus, est-ce que Microsoft compte pousser encore plus loin ce service et si oui comment ?

MT : je partage la vision de Bill Gates sur le sujet. Il y a un changement dans l’écosystème, qui se dirige plus vers le software et le service que vers le hardware. Dans cette optique, le live est une place centrale, avec le live anywhere. Ainsi, il va être étendu aux PC, avec comme illustration Shadowrun qui regroupera des joueurs PC et Xbox 360, ainsi qu’aux portables. On pourra par exemple customiser sa voiture sur son portable, et utiliser cette voiture dans un jeu une fois chez soit sur la console. Je perçois le live comme le MSN des jeux-vidéos, une communication entre différents hardware. D’autre part, des films sont maintenant téléchargeables aux Etats-Unis sur le live, et nous menons actuellement une réflexion pour proposer ce service pour la rentrée.

Peut-on espérer de nouvelles fonctionnalités PC-X360 avec l’arrivée imminente de Vista ?

MT : Aujourd’hui, l’utilisation de la Xbox 360 comme Media Center ne représente que 2 à 3% des possesseurs de la machine. Cela reste complexe à mettre en place. Vista intègre déjà tout ce qui est nécessaire pour que cette interactivité entre les système soit largement facilitée. Si il n’y a pas de nouvelles fonctionnalités de prévues, avec la montée en puissance de Vista, tout sera facilité et l’utilisation de la Xbox 360 en synergie avec le PC devrait s’étendre.

Une rumeur circule à propos d’une Xbox 360 incorporant une connexion HDMI, pouvez-vous nous en dire plus ?

MT : Je crois que là nous sommes dans un faux débat. Cette question purement hardware n’est pas pour nous un centre d’intérêt. Le VGA assume très bien le 1080p, le HD-DVD en atteste. Nous recherchons la simplicité, la convivialité et la richesse software avons tout. Il est très simple de profiter de la meilleure qualité avec la configuration actuelle.

La plus part des jeux coûtent 60 $ aux Etats-Unis. Comment arrive-t-on à 70 € chez nous ? Pourquoi pas une conversion à 60€, qui prendrait en compte la TVA, mais aussi la parité euro-dollar très en faveur de la monnaie Européenne ? Le consommateur Européen a trop souvent l’impression d’être le dindon de la farce dans le monde des jeux-vidéo, et le premier qui proposerait des prix un peu plus équivalents à ceux des US marquerait sans doute des points. Pourquoi pas Microsoft ?

MT : Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte dans la constitution du prix de vente en Europe, et il n’y a pas de volonté de sur-marger. Le premier point, c’est la TVA qui est en moyenne de 7% aux Etats-Unis, et de 19.6% en France. Ensuite, les structures fiscales sont différentes. Au niveau de la filière de vente, les conditions revendeurs ne sont pas les mêmes non plus, la marge des revendeurs étant plus importante chez nous qu’aux Etats-Unis, où les revendeurs sont très concentrés. Enfin, et peut-être surtout, les coûts de la localisation des jeux sont très importants, et sont multipliés par le nombre de langues parlées en Europe. Notre équipe fait un travail remarquable, et je crois que tous les joueurs sont satisfaits de pouvoir jouer dans leur langue.

Plusieurs problèmes de fiabilité ont été observés avec la Xbox 360, et c’est un point faible qui est souvent montré du doigt. Où en est-on de ce point de vue au niveau de la production ? Des mesures correctives ont-elles été prises ?

MT : Il ne faut pas se cacher, il y a effectivement eu des problèmes, ce qui est le cas pour tous les produits de haute technologie qui sortent, mais cela reste très comparable à ce qui se passe sur d’autres secteurs de l’industrie. Notre première action a été de multiplier par quatre notre service clients, pour lequel nous enregistrons d’ailleurs un fort taux de satisfaction. Depuis la sortie, le taux de problèmes enregistré est en très forte baisse, ce qui montre que nous avons corrigé les problèmes. Il faut signaler que la Xbox a connu des taux de retours comparables aux Etats-Unis, qui à cette époque ont un peu essuyé les plâtres pour l’Europe.

La dernière mise à jour, si elle est un grand pas en avant révélateur du dynamisme du Xbox live, a fait bugger de nombreuses consoles…sans un mot de Microsoft sur la question. Pourquoi ce silence, et comment se fait-il que cela soit arrivé ?

MT : Pour être honnête, nous ne nous en sommes pas rendu compte tout de suite, et nous nous sommes avant tout concentrés sur la résolution rapide du problème.

La Xbox 360 est maintenant sortie il y a un an, est-ce qu’une baisse de prix est actuellement envisagée pour les mois qui arrivent ? A sa présentation à l’E3, il avait été dit que chaque année le prix baisserait…

MT : Il faut être clair : pour l’instant, il n’y a pas de baisse de prix envisagée. Dès le départ, nous avons choisi de nous positionner avec un prix très agressif. Il faut bien voir ce que comprend la console. Le prix est aujourd’hui le bon prix pour ce système. Si nous baissons dès maintenant le prix, comment pourrons-nous financer tous les développements ? De plus, nous sommes bien positionnés sur le marché, en ayant pris le parti de laisser le choix à l’acheteur. Pourquoi l’obliger, par exemple, à avoir un lecteur HD-DVD s’il n’en veut pas ? Dans le même temps, nous proposons dès maintenant un lecteur HD-DVD performant, le seul sur le marché, pour un prix lui aussi très agressif.

La résolution 1080p est maintenant possible sur Xbox 360, la console supporte aussi le HD-DVD et la caméra Live Vision, est-ce que la Xbox 360 a encore d’autres nouveautés qui nous sont inconnues à nous présenter prochainement et si oui à quel niveau (une nouvelle fonctionnalité, un nouveau périphérique ?)

MT : J’ajouterai le volant sans fil, livré avec PGR3, qui est fantastique, et le fait que nos accessoires soient utilisables sur PC. Il y a déjà eu beaucoup de choses cette année, mais nous réfléchissons à d’autres nouveautés pour le deuxième semestre 2007. Des nouveautés qui auront un rapport avec l’expérience de jeu. Je n’en dirai pas plus pour l’instant…

Parlons maintenant des jeux. Pouvez-vous nous dire combien de temps après sa sortie Japonaise Blue Dragon, jeu très attendu, sortira en Europe ?

MT : il est trop tôt pour le dire, et je ne peux pour l’instant que parler de 2007. Nous savons que ce jeu fantastique est très attendu, et nous allons travailler le plus vite possible sur la localisation. Il est d’ailleurs intéressant de noter que c’est en France que le jeu est le plus attendu, notre pays étant sans aucun doute celui où la culture Japonaise est la plus implantée.

Comment choisissez-vous les jeux que vous allez le plus mettre en avant dans vos campagnes de communication ?

MT : Tout dépend des campagnes et de la cible que nous voulons atteindre. Globalement, nous différencions deux grands groupes de joueurs. Les plus impliqués, les « spécialistes », sont ce que nous appelons les « gamers », alors que les joueurs plus occasionnels sont les « players ». Sur le premier segment, nous mettons en avant des jeux qui ne parleront pas forcément au deuxième. Ainsi, pour toucher les players, nous allons par exemple mettre en avant des jeux de football ou de voitures. Le choix du média utilisé entre également en ligne de compte. La télé va plus s’adresser aux players, alors que d’autres choix peuvent être faits pour les gamers, comme l’impressionnante campagne au cinéma pour Gears of War.

Pourquoi les versions Xbox 360 de PES et de FIFA sont-elles amputées par rapport à la version PS2 ?

MT : Je dirais que c’est une erreur de jeunesse. Les délais de programmation sont plus longs sur Xbox 360, et pour que les jeux sortent dans les temps, il a fallu faire des compromis. Les graphismes ont été privilégié au détriment de quelques fonctionnalités. Cela ne devrait plus arriver.

On sait que l’E3 sera assez différent des années précédentes, que compte faire Microsoft à ce niveau, est-ce qu’un événement spécial Xbox 360 et PC est prévu pour compenser ce « manque » ?

MT : Ce qui est arrivé pour l’E3 est en fin de compte plutôt logique. Ce salon n’est en théorie pas pour le grand public, mais pour les professionnels, et il était arrivé à une taille critique qui rendait son financement impossible. Il est trop tôt pour dire ce que nous allons faire, nous sommes encore dans l’attente de voir ce qui va se passer dans les autres manifestations. L’X06 est un début de réponse, mais nous reverrons sans doute nos plannings de communication en fonction de l’évolution des évènements.

Quels sont les projets secrets de Microsoft pour les deux ans à venir (ça coûte rien de tenter la question) ?

MT : Il y en a plein…mais si je vous en parle, ce ne seront plus des secrets. Sachez que pour nos prochaines nouveautés, nous serons plus axés vers le grand public et vers le consommateur, et moins vers la technologie pure. Il est tout de même important de noter qu’un quart de notre chiffre d’affaire est consacré à la recherche et développement, ce qui est très rare…

Quel cadeau allez-vous faire à la Xbox 360 pour son premier anniversaire ?

MT : Un gâteau avec une bougie, pleins de jeux et une superbe communauté. Pour faire un parallèle avec un bébé, un an, c’est l’âge où on commence à marcher. Les maladies et les petits soucis sont derrière, et on va de l’avant.

Merci d’avoir répondu à toutes nos questions.

MT : Merci à vous.

Xboxygen

Accueil > Focus > Interviews

Les derniers articles en relation